AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782895962564
272 pages
Lux Éditeur (20/04/2017)
3.86/5   7 notes
Résumé :
Une fois de plus, la dernière de sa vie, Eduardo Galeano s'est engagé dans la jungle du monde pour y chasser les petites histoires qui font la grande, éclats de terre et d'humanité qu'il a disposés avec amour et humour dans ce livre-testament. Ce qu'il a vu du long siècle qui fut le sien et qui est encore le nôtre, admet-il, c'est certes l'exacerbation des inégalités, de la violence, de l'injustice. Mais c'est aussi une extension de la résistance et du rêve.
... >Voir plus
Que lire après Le Chasseur d'histoiresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
"Vivre par curiosité.... [ Pour ma 900e chronique !!]

Le mot -enthousiasme- vient de la Grèce antique et signifiait : - Avoir les dieux en soi.
Quand une gitane m'approche et me prend la main pour y lire mon avenir, je la paie le double pour qu'elle me fiche la paix : je ne connais pas mon avenir et ne veux pas le connaître.
Je vis, et je survis, par curiosité.
C'est aussi simple que cela. Je ne sais pas, et ne veux pas savoir quel avenir m'attend. Ce que mon avenir a de mieux, c'est que je ne le connais pas." (p. 257)


Livre testament du célèbre auteur des "Veines ouvertes de l'Amérique latine", édité dans la non-moins célèbre collection, "Terre Humaine"...
Des éclats de prose abordant tous les sujets très chers à cet humaniste, ayant vécu les dictatures uruguayenne et argentine; ayant supporté l'exil...

Des textes très courts parlant des dictatures, de toutes les censures littéraires comme morales, des auteurs qu'Eduardo Galeano admire ,
dont son maître "en écriture", Juan Carlos Onetti, Monteiro Lobato, un écrivain brésilien, pour la jeunesse, vénéré de E. Galeano,mais complètement honni et interdit,etc. ...

Il nous parle avant tout de sa curiosité insatiable, de son amour de l'existence ,de son optimisme en dépit de toutes les épreuves...

Juste une indifférence totale aux nombreux textes qui touchent le sport apprécié par l'écrivain :le football !!

Sinon de l'humour,de l'autodérision, un esprit lucide et caustique, un amour de la vie , des gens, des mots...qui rassemblent...qui illuminent cesfables, contes, souvenirs personnels ou anecdotes diverses....

"Très bref signalement de l'auteur

Ma naissance a confirmé que Dieu n'est pas infaillible; toutefois, je ne me trompe pas toujours, à l'heure de choisir les gens que j'aime et les idées auxquelles je crois.
Je déteste les pleurnicheurs, je hais ceux qui passent leur temps à se plaindre, j'admire ceux qui savent endurer sans rien dire les coups du mauvais temps et, heureusement, il ne manque jamais un ami pour me dire de continuer à écrire, tout simplement, que les ans sont une aide
et que si la calvitie survient, c'est parce qu'on pense trop et que c'est une maladie professionnelle.
Ecrire fatigue, mais ça console. "
(p. 244)

Une lecture jubilatoire [lue fin 2017- Relecture juin 2019]... lecture que l'on peut reprendre au hasard... selon l'humeur. Un livre de chevet idéal !!...
Commenter  J’apprécie          334
Il est difficile de décrire cet objet livre, car il ne répond à aucun classement. À moins qu'on ne le catégorise comme un recueil de poèmes, la catégorie poésie étant, selon moi, moins empreinte de normes, plus libre et plus ouverte à l'expérimentation. Voici donc un opuscule regroupant des pensées, des avis sur de petites tranches d'histoires, une mosaïque de regards sur le monde, des opinions politiques, sociales, un ensemble de récits, d'anecdotes, de légendes où mémoire, morale et sens de la vie s'inscrivent dans de courts textes souvent sud-américains, mais pas uniquement. On peut l'ouvrir sur n'importe quelle page pour entrebâiller une nouvelle fenêtre et recevoir un vent frais chargé d'idées.
C'était ma première lecture de cet auteur uruguayen. J'ai hâte de me replonger dans son univers multiple et d'en découvrir d'autres aspects.
Lien : https://rivesderives.blogspo..
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
04 juillet 2017
Un texte essentiel, d’une rare puissance.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Personne ne vient à bout du grand-père

Bonne nouvelle pour les vieux qui peuplent le monde : il est faux de croire que ce sont les jeunes arbres qui donnent le bois le meilleur et le plus abondant.
Regardez les séquoias, les plus grands arbres du monde, qui, en Californie et ailleurs dans le monde, en témoignent. Eux, les majestueux ancêtres, peuvent avoir jusqu'à trois mille ans d'âge et continuent de produire deux milliards de feuilles, et ce sont eux qui résistent le mieux à six mois de neige et d'orages foudroyants, et aucun fléau ne peut en venir à bout. (p. 37)
Commenter  J’apprécie          220
Vivre par curiosité

Le mot -enthousiasme- vient de la Grèce antique et signifiait : - Avoir les dieux en soi.
Quand une gitane m'approche et me prend la main pour y lire mon avenir, je la paie le double pour qu'elle me fiche la paix : je ne connais pas mon avenir et ne veux pas le connaître.
Je vis, et je survis, par curiosité.
C'est aussi simple que cela. Je ne sais pas, et ne veux pas savoir quel avenir m'attend. Ce que mon avenir a de mieux, c'est que je ne le connais pas. (p. 257)
Commenter  J’apprécie          211
Pourquoi j'écris / 3

J'ai essayé et j'essaie encore d'apprendre à voler dans l'obscurité, comme les chauves-souris, dans ces temps sombres.
J'ai essayé et j'essaie encore de découvrir les femmes et les hommes animés d'une volonté de justice et d'une volonté de beauté, au-delà des frontières du temps et des cartes, parce que ce sont mes compatriotes et mes contemporains, où qu'ils soient nés et à quelque époque qu'ils aient vécu.
J'ai essayé et j'essaie d'être assez obstiné pour continuer à croire, en dépit de tout, que nous, les petits humains, nous sommes assez mal faits, mais que nous ne sommes pas finis.

( p.252 )
Commenter  J’apprécie          80
Calomnies

A ce qu'on dit, l'homme est un loup pour l'homme.
Mais un loup ne tue jamais un autre loup. Ils ne se consacrent pas, comme nous, à l'extermination mutuelle.
Les loups ont mauvais réputation, mais ce ne sont pas eux qui transforment le monde en un immense asile de fous er en un cimetière surpeuplé. (p. 140)
Commenter  J’apprécie          150
Etranger

Dans un journal du quartier du Raval, à Barcelone, une main anonyme écrivit :
Ton dieu est juif, ta musique est noire, ta voiture est japonaise, ta pizza est italienne, ton gaz est algérien, ton café est brésilien, ta démocratie est grecque, tes chiffres sont arabes, tes lettres sont latines.
Moi, je suis ton voisin. Et tu me traites d'étranger ? (p. 69)
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Eduardo Galeano (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Galeano
Eduardo Galeano: Si on délirait un petit instant?
autres livres classés : littérature uruguayenneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (23) Voir plus



Quiz Voir plus

La gloire de mon père

Comment s'appelle le personnage principal ?

Georges
Marcel
Emile
Gilbert

8 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur ce livre

{* *}