AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266316408
304 pages
Éditeur : Pocket (16/09/2021)
3.61/5   72 notes
Résumé :
Le nouveau roman d’Alexandre Galien, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2020
« Les silences de Valmy, au bout du fil, avaient résonné dans leurs oreilles comme le sifflement d'un corps qui tombe droit dans l'abîme. Pourtant quand le chef de la Crim' avait prononcé les mots "meurtre", "poupée criblée de cicatrices", "vaudou" et "bois de Vincennes", une tension inhabituelle avait envahi la pièce. Jean et le commissaire ne surent dire si c'était sa respiration... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 72 notes

Sylviegeo
  05 septembre 2021
Ho, un Quai du polar qui me laisse sur ma faim. Ce n'est pas habituel ça. Tout au long de ma lecture, quelque chose m'énervait. Et je me suis rendue compte que tous ces mots, toutes ces comparaisons, ces métaphores, ces clichés, meublaient une construction sur une base très peu solide. Les matériaux étaient de qualité pourtant: trafic de jeunes filles, combines politiques, vaudou, Afrique...mais l'architecte est passé à côté de son projet. Des personnages de flics qui n'ont de légendaires que leur ancienneté à la criminelle, un suicide que l on comprend ou pas, des meurtres dont le motif nous semble bien mince...Bref, comme vous voyez je ne suis pas séduite par ce titre. Dommage ...
Commenter  J’apprécie          324
mariecloclo
  10 août 2021
Un auteur à suivre : en 2020, Alexandre Galien a obtenu le prix du quai des orfèvres pour "les cicatrices de la nuit" : c'était déjà un très bon cru, original, avec un flic que l'on retrouve dans ce roman aussi : Philippe Valmy. Je pense qu'il est préférable d'avoir lu le premier roman pour apprécier encore plus celui-ci et voir l'évolution des personnages principaux.
Philippe Valmy a quitté la France et Paris et exerce les fonctions de conseiller au Nigéria. Il essaie d'oublier les drames vécus récemment dans sa vie privée.
Lorsqu'un de ses anciens co-équipiers est retrouvé assassiné, on le rappelle à Paris pour aider à l'enquête. Une enquête qui sera très compliquée car, plusieurs flics sont tués et on retrouve dans leur cadavre, une poupée vaudou. L'équipe du 36 va mener l'enquête dans les réseaux de prostitution du 18 ème arrondissement et dans la population nigérianne.
Un roman prenant, original de par son sujet et surtout très crédible. On sent qu'Alexandre Galien a été policier, il sait de quoi il parle, c'est très appréciable, un peu comme Olivier Norek. On peut noter aussi des touches d'humour qui font du bien dans la noirceur du roman.
Je recommande tout à fait ce roman et j'attends le prochain de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
blackbookspolar
  19 novembre 2020
Philippe Valmy est brisé. Un an s'est écoulé depuis le drame qu'il a vécu. Ancien flic du 36, il est aujourd'hui adjoint de l'attaché de sécurité intérieure à l'ambassade de France au Nigéria. Loin de son pays, il survit tant bien que mal avec ses blessures. L'appel de son ancien chef vient tout chambouler. Un meurtre vient d'être commis à Paris : Louis, flic de la mondaine et collègue vient d'être tué. Une poupée étrange est retrouvée dans les entrailles de la victime. Tout porte à croire que la brigade fait face à un crime vaudou. Valmy revient en France en tant que consultant, l'équipe se reforme. Entre traque, magie noire et politique, l'enquête est lancée et le groupe doit faire face à une série de meurtres qui promet de nombreux rebondissements.
Si vous cherchez un polar pur et dur, alors ce livre est fait pour vous ! Après Les cicatrices de la nuit (que je vous conseille de lire avant celui-ci pour suivre l'évolution des personnages), Alexandre Galien signe un roman policier digne des grands classiques ! Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une référence du genre : des flics du Bastion, un esprit d'équipe, une enquête qui vous mènera dans les 4 coins de Paris, des tensions non dissimulées au sein des différents services, un brin de politique, de la prostitution, bref une réussite !
Un thriller haletant, efficace et troublant de part sa crédibilité, façon Norek, si vous voyez ce que je veux dire. On retrouve notre flic cassé auquel on s'est déjà attaché lors du précédent opus ainsi que son équipe et les nouvelles recrues. J'apprécie particulièrement l'humanité que l'auteur met dans ses personnages, aucunement stéréotypés, ils sont entiers, avec leur fêlures, leurs difficultés (tant personnelles que professionnelles). On y croit, on est happé, on ne peut plus les lâcher. Les nombreuses références au jargon policier sont annotées pour éviter de nous laisser sur le seuil, les jeux de mots cyniques sont fréquents (j'adore ça, j'en ai même noté deux ou trois que je pourrai ressortir lorsque l'occasion se présentera). A travers sa plume, on peut dire qu'Alexandre Galien écrit avec le coeur et les tripes, il connait son sujet et nous embarque sans jamais nous noyer.
L'enquête est différente de celles que j'ai l'habitude de lire et c'est une aubaine de ne pas lire un polar redondant qui reprend les bonnes vieilles méthodes. J'ai d'autant plus apprécié découvrir, au moins un peu, une culture dont j'ignorais absolument tout : le vaudou, les croyances nigériennes… On lit, on se divertie et on se cultive ! Que demander de plus ? Les chapitres sont relativement courts et donnent un rythme soutenu à la lecture, un véritable plaisir pour ma part car j'aime tout particulièrement lorsqu'un roman est composé de cette façon. L'auteur nous glisse d'ailleurs quelques chapitres énigmatiques, qui prennent sens au fur et à mesure, d'un personnage qui parle à la première personne et qui semble être l'objet de cette traque parisienne. Une façon pour nous, lecteur, de comprendre la motivation de ses actes, sans pour autant les cautionner et de pouvoir rendre palpable ce ou cette tueur(se).

Accéder au contenu
Accueil
Chroniques
Quais du polar 2019 – Lyon
Contact
19 novembre 2020 blackbookspolar
Éditer
Le souffle de la nuitAlexandre Galien
« Au moment où il met la clé dans la serrure, je m'élance comme un fauve… »
⭐⭐⭐⭐⭐
Note : 4.5 sur 5.
sortie le 24 septembre 2020
Philippe Valmy est brisé. Un an s'est écoulé depuis le drame qu'il a vécu. Ancien flic du 36, il est aujourd'hui adjoint de l'attaché de sécurité intérieure à l'ambassade de France au Nigéria. Loin de son pays, il survit tant bien que mal avec ses blessures. L'appel de son ancien chef vient tout chambouler. Un meurtre vient d'être commis à Paris : Louis, flic de la mondaine et collègue vient d'être tué. Une poupée étrange est retrouvée dans les entrailles de la victime. Tout porte à croire que la brigade fait face à un crime vaudou. Valmy revient en France en tant que consultant, l'équipe se reforme. Entre traque, magie noire et politique, l'enquête est lancée et le groupe doit faire face à une série de meurtres qui promet de nombreux rebondissements.
Si vous cherchez un polar pur et dur, alors ce livre est fait pour vous ! Après Les cicatrices de la nuit (que je vous conseille de lire avant celui-ci pour suivre l'évolution des personnages), Alexandre Galien signe un roman policier digne des grands classiques ! Tous les ingrédients sont réunis pour en faire une référence du genre : des flics du Bastion, un esprit d'équipe, une enquête qui vous mènera dans les 4 coins de Paris, des tensions non dissimulées au sein des différents services, un brin de politique, de la prostitution, bref une réussite !
Un thriller haletant, efficace et troublant de part sa crédibilité, façon Norek, si vous voyez ce que je veux dire. On retrouve notre flic cassé auquel on s'est déjà attaché lors du précédent opus ainsi que son équipe et les nouvelles recrues. J'apprécie particulièrement l'humanité que l'auteur met dans ses personnages, aucunement stéréotypés, ils sont entiers, avec leur fêlures, leurs difficultés (tant personnelles que professionnelles). On y croit, on est happé, on ne peut plus les lâcher. Les nombreuses références au jargon policier sont annotées pour éviter de nous laisser sur le seuil, les jeux de mots cyniques sont fréquents (j'adore ça, j'en ai même noté deux ou trois que je pourrai ressortir lorsque l'occasion se présentera). A travers sa plume, on peut dire qu'Alexandre Galien écrit avec le coeur et les tripes, il connait son sujet et nous embarque sans jamais nous noyer.
L'enquête est différente de celles que j'ai l'habitude de lire et c'est une aubaine de ne pas lire un polar redondant qui reprend les bonnes vieilles méthodes. J'ai d'autant plus apprécié découvrir, au moins un peu, une culture dont j'ignorais absolument tout : le vaudou, les croyances nigériennes… On lit, on se divertie et on se cultive ! Que demander de plus ? Les chapitres sont relativement courts et donnent un rythme soutenu à la lecture, un véritable plaisir pour ma part car j'aime tout particulièrement lorsqu'un roman est composé de cette façon. L'auteur nous glisse d'ailleurs quelques chapitres énigmatiques, qui prennent sens au fur et à mesure, d'un personnage qui parle à la première personne et qui semble être l'objet de cette traque parisienne. Une façon pour nous, lecteur, de comprendre la motivation de ses actes, sans pour autant les cautionner et de pouvoir rendre palpable ce ou cette tueur(se).
L'équipe dirigée aujourd'hui par Antoine et non par Philippe Valmy est au coeur de l'histoire et est mise à l'honneur sans aucune prétention. Simplement grâce à une détermination sans faille. de quoi redorer le blason bien trop souvent bafoué de la police de nos jours. le portrait de Valmy est fidèle au premier roman, il est intègre et malgré ses blessures il reste un éternel flic dans l'âme. C'est avec beaucoup d'espoir que j'imagine le retrouver, lui et l'équipe d'Antoine dans de prochaines enquêtes qui, j'en suis certaine, seront à la hauteur de ces deux romans policiers à avoir impérativement dans sa bibliothèque. Petit bonus : l'auteur a été lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2020, plutôt génial non ? Probablement le prix le plus prestigieux pour un polar !
J'ai découvert Alexandre Galien grâce un Instacopain et je peux vous dire aujourd'hui, que même à travers nos écrans, il a su cibler ce qui pourrait me plaire ! En suivant ses conseils j'ai pu acheter le premier livre et toujours grâce à lui, j'ai pu participer au concours Michel Lafond et remporter le deuxième livre. La joie des réseaux !
Lien : https://black-books.fr/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emilie31
  26 décembre 2020
Le quai des Orfèvres est une valeur sûre quand on aime les polars. Lorsque j'ai vu dans la liste de la masse critique romans noirs le titre du dernier lauréat de ce prix, j'ai cliqué et croisé les doigts pour le recevoir dans ma boîte aux lettres.
Le souffle de la nuit par Galien
Et me voilà quelques semaines après la sélection masse critique à ouvrir ma boite aux lettres et à trouver ce roman ! et aujourd'hui je vous en parle.
L'intrigue est multiple et croise les chemins de la police française et des croyances nigérianes. Philippe Valmy s'est éloigné de la police française pour travailler au Nigeria après la disparition de sa femme et l'arrestation d'un terrible tueur en série. Vivant dans une sorte d'état semi comateux, il essaie de continuer à trouver un souffle après cette horrible disparition. Mais les cauchemars le hantent et la mort n'est jamais bien loin. Elle est à des centaines de kilomètres mais s'attaquent à un de ses anciens coéquipiers retrouvé assassiné avec en son ventre une étrange poupée vaudou nigériane. Philippe Valmy qui croyait ses démons parisiens loin de lui les retrouve par la force des choses. Mais quand un second policier est retrouvé assassiné avec le même mode opératoire, toute la police parisienne est mise en branle !
Peut être est ce dû au fait que je n'aie pas lu le premier roman d'Alexandre Galien et que celui-ci semble s'inscrire comme une suite mais j'ai eu beaucoup de mal à accrocher à l'histoire. Les nombreuses références, même si elles n'empêchent pas une lecture autonome du Souffle de la nuit, perturbent le lecteur qui découvre le personnage de Valmy. En outre, j'ai eu comme l'impression d'un survol de plusieurs idées : celle des croyances vaudou du Nigeria, celle de la prostitution des jeunes nigérianes, celles des réseaux politiques mais aucune véritable creusée et aboutie rendant ainsi parfois l'intrigue un peu fuyante… A mon goût le roman n'est pas assez noir ou assez prenant, il me laisse un peu sur ma faim mais peut être que la découverte du personnage principal uniquement dans ce roman y est pour quelque chose.
En résumé : des croyances, des cauchemars, un lourd passé, des réseaux politiques, tous les ingrédients sont là mais pour moi la sauce n'a pas pris…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
angelita.manchado
  17 octobre 2020
Le souffle de la nuit d'Alexandre Galien, présentation
2004, Nigéria, une jeune adolescente doit partir en France pour ramener de l'argent aux siens. Mais elle voit de la froideur dans un regard.
Meurtre horrible dans les Bois de Vincennes, il s'avère que c'est un ex-collègue de Valmy. Ce dernier a été détaché au Nigeria, comme adjoint de la sécurité à l'ambassade. C'est pour le protéger suite aux nombreuses menaces reçues. Mais Valmy n'en peut plus de vivre.
Avis le souffle de la nuit d'Alexandre Galien
Après un premier roman couronné par le Prix du Quai des Orfèvres, Alexandre Galien revient avec ce deuxième roman, dont la couverture est belle, très belle et a un air de ressemblance avec son précédent roman. Alexandre Galien maîtrise réellement son sujet soit des enquêtes policières et l'union d'une équipe pour la résoudre. L'union aussi des forces de l'ordre puisque les premiers meurtres sont des meurtres de flics. La grande famille de la police veut retrouver les meurtriers, surtout lorsqu'un des morts a été l'ami et le binôme de Valmy. Valmy, rencontré dans Les cicatrices de la nuit, qui reprend du service ici, à la demande de son chef. Mais le lecteur assiste également à une guerre entre services, la Crim et la DGSI. La première peut être déchargée d'une affaire à cause d'affaires au sommet de l'état. Heureusement que le responsable de l'enquête ne s'en laisse pas compter et qu'il manage ses hommes avec une grande dextérité pour leur remonter le moral. Il sera également d'une grande aide et ne restera pas planqué dans son bureau.
J'ai beaucoup aimé retrouver Valmy. Il ne change pas, il reste toujours égal à lui-même, un super bon flic mais qui a trop souffert dans sa vie, notamment lors de l'enquête précédente. Un homme qui a souffert parce qu'il n'a pas su sauver la femme qu'il aimait, parce qu'il n'a pas pu avoir d'enfants et qui reste plus que sensible face aux autres qui souffrent. Mais il reste un flic, un éternel flic pour qui la vérité doit éclater. Il connait bien Paris, il a ses indics, et en plus son année passée au Nigeria lui sera bien utile, même s'il ne connait pas tout des coutumes de ce pays, des groupuscules présents en France qui sont des groupes, pour ainsi dire, terroristes. Alexandre Galien dénonce la prostitution de ses jeunes filles, vendues dans leur pays, qui croient partir en France pour une meilleure vie. Ce ne sera que prostitution, pendant quelques années, sous le joug de proxénètes qui n'en ont rien à faire d'elles. Entre drogue, vente des corps pour un peu d'argent qu'elles n'auront jamais. La police tente de faire tomber ces réseaux, tenter de protéger ces femmes, lorsqu'elles le veulent bien car elles ont moins peur. Mais ils ont un sacré ascendant sur elles.
Valmy est là en observateur mais prendra part à l'enquête car il a des renseignements qu'il peut communiquer. Tous ont peur de lui, de ses réactions car son regard est froid, mort. Dans cette équipe soudée, arrive Victor qui cache à tous son homosexualité par peur de subir ce qu'il a déjà vécu de la part de ses anciens collègues. Mais certains peuvent être sensibles à cet homme.
Jusqu'à un moment, le lecteur se questionnera pour savoir qui est ce tueur, qui est Michimaou.
Alexandre Galien connaît très bien la grande famille de la police qui est soudée quand l'un des leurs tombe. Cette famille peut éprouver des sentiments face à la douleur, surtout d'une mère.
Est-ce que les intérêts d'Etat son plus importants que les intérêts humains, qu'une enquête de police pour faire tomber ceux qui sont des meurtriers ?
Une écriture fluide, hautement documentée, qui a pris de l'amplitude et même une écriture beaucoup plus sûre. Les phrases sont percutantes tout comme les dialogues. Alexandre Galien a grandi en tant que romancier et le talent qui ne demandait qu'à éclore se confirme vraiment ici. Certains termes du jargon policier sont expliqués. le beau gosse – et ce n'est pas péjoratif – devient un grand du roman policier français. Je vais, comme pour certains auteurs que j'aime beaucoup, attendre son prochain roman avec grande impatience. Pour moi, c'est un véritable coup de coeur.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
LeFigaro   12 novembre 2020
Quelques mois après son prix du Quai des Orfèvres, l'auteur livre un nouveau polar choc.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte   02 octobre 2020
Véritable page-turner, rare d’efficacité pour un deuxième roman, Le souffle de la nuit baigne dans une ambiance de flics omniprésente.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   02 octobre 2020
Dans son roman «le Souffle de la nuit», Alexandre Galien oppose la PJ à des racketteurs nigérians.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
EdieEdie   04 mars 2021
Il contemplait sa pince à cravate, admirant son ascension fulgurante. Lui, le fils d'un contrôleur des impôts et d'une professeur de latin. Son père passait ses week-ends à peindre des soldats de plomb, quand sa mère partageait son activité professionnelle entre une classe de cinquième qui matait des pornos sur leurs IPhone pendant ses cours, et une dépression qui lui collait à la peau comme un tee-shirt en Lycra un jour de canicule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
galyalaingalyalain   01 novembre 2020
Sur une chaise vide en vis à vis, il convoqua le fantôme du flic qu’il avait été. Jeune, grand, élancé, la fringance du cow-boy du bitume. Son blouson en jean intelligemment positionné pour que l’on voie dépasser juste ce qu’il fallait du cuir de son holster, quand il arpentait les couloirs du 36. La PJ comme étendard, prêt à se battre pour un monde meilleur, à ne jamais relâcher sur le crime sa morsure de jeune loup aux yeux tendres. (Valmy)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SelketSelket   29 mars 2021
Si tu continues à écouter Sardou et que tu passes pas un peu à Oxmo Puccino, tu vas finir retraité à courir les banquets de la PJ, pour raconter des histoires de vieux combattant à des gamins qui t'apprendront à envoyer un e-mail en échange. La vieillesse est un naufrage, et t'as de plus en plus une tronche de Costa Concordia... ou de Titanic, si tu préfères...
Commenter  J’apprécie          10
galyalaingalyalain   01 novembre 2020
Arrivé du Nigéria pour faire carrière dans la musique, il avait la même compréhension des enjeux politiques de son pays qu’un épagneul breton de la physique quantique. (Justyce)
Commenter  J’apprécie          30
galyalaingalyalain   01 novembre 2020
Comme à son habitude, il était arrivé le premier au 36. Sept heures tapantes. Avec, sous les yeux, les valises d’un représentant en parpaings. (Valmy, suite au suicide d’Atlan)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alexandre Galien (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Galien
Entretien avec Alexandre Galien à l'occasion de la parution de son roman 'Le Souffle de la nuit' au format poche, aux éditions Pocket. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer ce livre.
Retrouvez toutes les critiques de 'Le Souffle de la nuit' sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Galien-Le-Souffle-de-la-nuit/1256004
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alexandre Galien (1) Voir plus

Lecteurs (285) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2174 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..