AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266316408
304 pages
Pocket (16/09/2021)
3.58/5   148 notes
Résumé :
Le nouveau roman d’Alexandre Galien, lauréat du prix du Quai des Orfèvres 2020
« Les silences de Valmy, au bout du fil, avaient résonné dans leurs oreilles comme le sifflement d'un corps qui tombe droit dans l'abîme. Pourtant quand le chef de la Crim' avait prononcé les mots "meurtre", "poupée criblée de cicatrices", "vaudou" et "bois de Vincennes", une tension inhabituelle avait envahi la pièce. Jean et le commissaire ne surent dire si c'était sa respiration... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 148 notes
5
10 avis
4
18 avis
3
13 avis
2
3 avis
1
0 avis

Cancie
  04 mars 2022
Le commissaire Graziani, chef de la brigade criminelle est chargé de l'enquête après la découverte au bois de Vincennes, d'un cadavre avec, enfoncée dans le ventre une espèce de poupée couturée de fil noir avec des cheveux épars scotchés, une sorte de crime vaudou. Il pense aussitôt à appeler Valmy, adjoint maintenant de l'attaché de sécurité intérieure de l'ambassade de France au Nigeria, pour tenter de le faire revenir. Celui-ci avait voulu se mettre en retrait de la police et s'éloigner de Paris pour fuir ses fantômes, après le meurtre de son ex-femme par un indic devenu serial-killer.
Si Graziani pense à faire appel à Valmy, c'est parce que la victime, Louis Lefort est l'ancien binôme de Valmy et qu'ils ont travaillé ensemble pendant vingt-cinq ans. de plus le corps a été retrouvé dans le secteur des prostituées nigérianes.
Philippe Valmy accepte et revient donc à Paris, au titre de consultant sur l'enquête.
J'ai apprécié l'humanité qu'Alexandre Galien prête à chacun des membres du groupe d'enquêteurs, avec ce moment extrêmement fort au cours duquel Atlan, Graziani et Antoine vont annoncer à Yvette Lefort la mort de son fils. de même, j'ai savouré l'humour décalé et ironique qu'il distille tout au long du polar. le portrait de Patrick Champfrein dit Dicton est par ailleurs vraiment tordant.
L'auteur rend également un bel hommage aux femmes, notamment à ces jeunes nigérianes victimes de la violence et de la cupidité des hommes.
Au cours de l'enquête afin de retrouver l'auteur de ce crime puis de tous ceux qui ont suivi, il sera aussi beaucoup question de politique avec notamment la présence de cette confrérie Eiye, l'une des premières confréries étudiantes nigérianes entrée dans la clandestinité et devenue société secrète bien infiltrée dans les arcanes du pouvoir et groupe criminel organisé impliqué dans les réseaux de prostitution et la traite d'êtres humains.
Le groupe Valmy va donc devoir faire face à cette violence, à cette criminalité et à ces pratiques liées aux croyances religieuses. Valmy lui, devra faire face à ses propres démons.
Des faubourgs de Barbès aux dorures des ambassades, l'équipe va se heurter à moult difficultés pour traquer ce tueur sanguinaire et devra s'accommoder non sans réticence de l'intervention imposée de la DGSI.
Comme on le sait malheureusement déjà, la vie humaine ne pèse pas lourd face aux intérêts des États et à leurs magouilles. Ainsi on assiste aux dessous de table et aux arrangements entre les deux états que sont le Nigéria et la France, en dépit du travail fait en amont pour démonter les différents trafics.
Paris, cette capitale multiculturelle est un cadre idéal pour ce polar et l'auteur Alexandre Galien, issu des rangs de la police, lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2020 avec Les cicatrices de la nuit, a su en montrer les multiples facettes tout en rappelant les combats qui s'y déroulent, combats pour la dignité notamment. Il démontre aussi dans le souffle de la nuit sa maîtrise des processus et une grande rigueur ainsi qu'une bonne connaissance du milieu.
Le souffle de la nuit avec ses multiples rebondissements, est un polar rythmé, avec une enquête à plusieurs voies, original par les sujets traités, et de fait très crédible. le suspense y est présent de la première à la dernière ligne.
Mais j'avoue ne pas avoir été franchement emballée par ce polar, embrouillée par certains personnages et un peu perdue avec les imbrications des multiples traditions de cette culture nigériane.
De plus, la lecture du premier tome, Les cicatrices de la nuit m'aurait sans doute permis de mieux apprécier celui-ci et de mieux comprendre l'état d'esprit de Valmy et la profondeur de son chagrin, même si certaines informations délivrées au cours du roman permettent de s'en faire une idée.

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          994
Jeanfrancoislemoine
  19 décembre 2021
Incontestablement , Alexandre Galien " connaît la maison poulagas " et " la musique ". le roman qu'il nous livre est sans concession aucune et ne jette aucun voile pudique sur les vexantes compromissions et les " petits arrangements " qui permettent à un coupable de se retrouver " innocent " tout ça parce que , Ici comme ailleurs , là- bas , au Nigeria , par exemple , tout s'achète et se vend . " Business is business " et ce ne sont pas quelques cadavres de flics qui changeront quoi que ce soit à la marche d'un monde gangrené . Prostituées nigérianes , vaudou , traditions occultes , rien ne changera une voie tracée , des paris gagnés d'avance car méticuleusement préparés, au cas où...Quant à la " maison" , elle a bien changé et , avec elle , les hommes et leurs méthodes aussi , poussés par une jeunesse " fraîche émoulue " d'écoles puantes de certitudes , et des jeunes dont " les dents rayent le parquet " au delà de tout respect . Ainsi va la vie , ainsi va ce roman . Noir sur bien des plans , bien écrit, bien documenté mais tout de même bien désespérant aussi . Les petits traits d'humour disséminés de ci , de là par l'auteur sont les bienvenus mais ne servent tout de même pas vraiment à égayer l'ambiance ..
C'est , pour moi , un bon roman , réaliste, bien maîtrisé auquel il manque un tout petit quelque chose , je ne sais quoi , en fait . Des sourires ? Quelques moments de détente ? Une histoire sentimentale ? Un peu d'amour ? Peut - être mais l'atmosphère ne s'y prête guère car la mort frappe là où ça fait le plus mal ...Chez les flics eux - mêmes . Et la mort d'un collègue qui s'ajoute à celle d'un autre et à un autre drame récent , en voilà beaucoup ...trop pour des policiers qui , finalement , ne sont que des hommes subissant frustrations , humiliations , viellissement , comme autant d'atteintes à leur honneur ....Chronique d'un déclin annoncé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          592
Sylviegeo
  05 septembre 2021
Ho, un Quai du polar qui me laisse sur ma faim. Ce n'est pas habituel ça. Tout au long de ma lecture, quelque chose m'énervait. Et je me suis rendue compte que tous ces mots, toutes ces comparaisons, ces métaphores, ces clichés, meublaient une construction sur une base très peu solide. Les matériaux étaient de qualité pourtant: trafic de jeunes filles, combines politiques, vaudou, Afrique...mais l'architecte est passé à côté de son projet. Des personnages de flics qui n'ont de légendaires que leur ancienneté à la criminelle, un suicide que l on comprend ou pas, des meurtres dont le motif nous semble bien mince...Bref, comme vous voyez je ne suis pas séduite par ce titre. Dommage ...
Commenter  J’apprécie          354
Stelphique
  26 novembre 2021
Ce que j'ai ressenti✨
« Je sors. J'ai besoin de sentir la nuit… »
Sauf, que les nuits de Paris sont remplies de cris, de violences, d'ensorcellements et quelques fois, les nuits laissent des cadavres au petit matin. Sentir la nuit, c'est se confronter à l'économie souterraine, à la prostitution, aux légendes venues d'ailleurs, aux fantômes et aux bandits…Sentir la nuit, pour un flic du 36, c'est regarder bien en face la réalité de la vie et approcher de près, les forces obscures de la magie noire…Sentir la nuit, c'est également sentir le sang…Et quand c'est celui de ses pairs, la police a tout intérêt à mobiliser ses troupes et se tenir au courant du mal qui frappe Paris…
« Mais souvent tout est en nous. Les réponses et les raisons de nos colères. »
On aurait pu penser que ce qu'il vient du Nigeria, reste là-bas…Or, on le sait les esprits sont tenaces, les envoûtements aussi…Cette nouvelle enquête avec l'ancien flic du 36 Quai des Orfèvres, Philippe Valmy, va le projeter dans une sombre histoire de politique, de trafics et de magie noire, où le folklore de ce pays vient imprégner les scènes de crimes…. Il faut vite reprendre du service, oublier ses propres démons pour se mesurer à d'autres, et jouer finement avec la faune et flore parisienne…Autant dire une prouesse pour cet homme brisé mais avec son équipe, il va relever le défi…
C'est une enquête rythmée, efficace et prenante. J'ai aimé l'originalité et cette ambiance teintée de sorcellerie pour finalement arriver sur une histoire bien plus complexe qu'il n'y parait…Le souffle de la nuit est un polar réussi que je vous conseille si vous en avez dans le ventre!
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
sylvaine
  21 juillet 2022
Roman policier, roman noir, politique fiction, quelle étiquette correspond le mieux à ce roman? Un savant mélange des trois me semble t'il.
La Brigade criminelle du commissaire Graziani est appelée sur les lieux d'un homicide en plein coeur du Bois de Vincennes, dans la zone des Nigérianes.. Commence alors une course contre la montre qui verra le groupe se serrer les coudes. Valmy est rappelé à Paris et retrouve ses anciens co-équipiers, il n'a pas encore récupéré le traumatisme subi lors de sa dernière enquête, mais sa connaissance du Nigeria, des rites religieux va s'avérer indispensable.. Il faut coincer le tueur .
Alexandre Galien mène l'enquête de main de maitre, les chapitres courts confèrent au récit dynamisme et addiction. le lecteur suit les enquêteurs, découvre les rivalités entre les renseignements généraux, la Crim' et les ordres venus du palais affaire d'Etat oblige.. S'en suit un imbroglio d'évènements qui demande l'attention s'en faille du lecteur.
La lecture du premier volet Les cicatrices la nuit si elle n'est pas indispensable permet au lecteur de mieux appréhender les personnalités des uns et des autres.
Une lecture palpitante et une plongée en apnée dans une des nombreuses communautés implantées à Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250


critiques presse (3)
LeFigaro   12 novembre 2020
Quelques mois après son prix du Quai des Orfèvres, l'auteur livre un nouveau polar choc.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte   02 octobre 2020
Véritable page-turner, rare d’efficacité pour un deuxième roman, Le souffle de la nuit baigne dans une ambiance de flics omniprésente.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Liberation   02 octobre 2020
Dans son roman «le Souffle de la nuit», Alexandre Galien oppose la PJ à des racketteurs nigérians.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
enjie77enjie77   26 octobre 2021
Les trois flics en uniforme recueillaient l'identité de la prostituée qui aurait préféré se taire et de son client qui préférerait que sa femme n'apprenne pas qu'il avait été obligé de composer le 17 alors qu'en déboutonnant son pantalon, il avait heurté de son soulier une tête sans vie. Le brigadier Gourvennec, qui espérait terminer sa vacation sans avoir à faire de rabiot, commençait à perdre patience.

- Mais vous n'êtes peut-être pas obligé d'envoyer la convocation chez moi,
si ? Enfin ...
- Monsieur....

Le brigadier qui se souvenait pourtant parfaitement du nom du micheton, jeta un œil sur son calepin. C'était toujours bien qu'un quidam pense un flic plus bête qu'il ne l'était vraiment.

- Pardon, Monsieur Harlay, laissez-moi vous expliquer quelque chose : vous avez failli vous casser la figure sur un cadavre. Si j'en crois ce que vous m'avez dit, dans votre quotidien d'inspecteur des impôts, vous n'avez pas dû croiser beaucoup de macchabées. Moi, ça fait dix ans que j'en vois. Et je peux vous dire que celui-là, il va me falloir quelques rendez-vous de psy avant qu'il arrête de venir me chatouiller pendant mon sommeil. Donc, même si on voulait gripper les rouages d'une investigation criminelle pour protéger votre mariage, vous ne pourriez pas le garder pour vous.
Vous allez sûrement vous dire que j'outrepasse ma fonction de flic en tenue mais je vous conseille sérieusement d'en parler à votre épouse.

page 16
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
CancieCancie   08 mars 2022
La vieille dame cria de toutes ses forces. Un cri éraillé par les années d’existence, par la guerre, le labeur, les joies, les peines. Quatre-vingt-dix ans de sentiments, d’émotions, aujourd’hui réduits à néant par le décès du commandant Louis Lefort, groupe Cabarets. Yvette Lefort trépassait avant son enveloppe charnelle. Elle se mit soudain à haleter. Le médecin s’approcha d’elle et tira la sonnette d’urgence. Sur les joues rebondies du commissaire Atlan, des larmes qu’il ne cherchait plus à cacher cherchaient leur chemin jusqu’à s’effondrer dans sa barbe naissante. Graziani tenta de rester digne, quand Antoine sentait ses jambes défaillir. Les trois policiers étaient à poil. Leurs cartes, leurs flingues et leurs costards à la con n’y faisaient rien. La douleur d’une mère était toujours trop lourde, même pour des épaules de flic…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
CancieCancie   07 mars 2022
À l’arrière, Antoine ne pipait mot depuis une demi-heure. Épuisé par sa nuit, il suivait tant bien que mal ce que Jean lui avait appris en premier lorsqu’il était arrivé en PJ : « Quand tu as le temps de dormir, dors, quand tu as le temps de manger, mange, quand tu as le temps de pisser, pisse… Parce que tu ne sais jamais quand viendra la prochaine occasion… »
Commenter  J’apprécie          230
CancieCancie   05 mars 2022
Hakim s’excusa, fatigué par avance de devoir préparer un gâteau qui serait partagé le lendemain, tradition immuable du groupe à chaque faux pas de l’un de ses membres. Tradition qui avait le double avantage d’éviter les hypoglycémies lors des affaires trop chronophages comme s’annonçait celle-ci, et de créer un semblant de cohésion.
Commenter  J’apprécie          250
CancieCancie   14 mars 2022
Le consul lui adressa un sourire parfait et carnassier.
- Je saurai vous accorder tout le temps nécessaire, messieurs. Passons dans mon bureau, voulez-vous …
En pénétrant dans la pièce, Valmy ne put se retenir d’estimer le nombre d’exilés crevant de faim le long du canal Saint-Martin que l’on pourrait y loger. Au bas mot une trentaine.
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Alexandre Galien (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Galien
Entretien avec Alexandre Galien à l'occasion de la parution de son roman 'Le Souffle de la nuit' au format poche, aux éditions Pocket. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer ce livre.
Retrouvez toutes les critiques de 'Le Souffle de la nuit' sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Galien-Le-Souffle-de-la-nuit/1256004
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2419 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre