AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de livrement_ka


livrement_ka
  07 octobre 2020

Quand un cadavre est retrouvé les viscères à l'air

Quand ce cadavre se révèle être un flic

Quand ce cadavre se trouve à proximité du bois de Vincennes

Quand on découvre dans le ventre de ce cadavre, une sorte de poupée laissant penser à du vaudou 

Oui et ben vous voilà plongé sans aucune pause dans le second thriller d'Alexandre Galien, faisant de ce tome une sorte de suite aux Cicatrices de la Nuit.

Nous voilà arpenter les couloirs du 36 accompagné de plusieurs personnes de la police, totalement abasourdies par cette découverte.

Il est fait appel à Valmy, parti depuis quelques temps après un drame, au Niger pour essayer de se ressourcer.

Sauf que là aujourd'hui, tout le monde va avoir besoin de tout le monde, surtout quand on commence à gratter un peu le dossier et découvrir que ça se joue dans les hautes sphères.

 


 

J'ai vraiment adhéré dès les premières pages à chacun des personnages au caractère particulier. Les relations entre tous sont bien travaillées et ne laissent rien au monde des Bisounours. Entre eux, c'est plutôt l'ambiance de travail réel, et pas de cadeau au passage. Mais tout ça c'est sur la forme, car sur le fond, on ressent cette famille qu'est la police et l'entraide.

Puis le fait de cibler l'intrigue dans la communauté nigériane est particulièrement courageux, surtout quand on se balade à l'ambassade ou tout simplement dans le pouvoir et l'argent ou les contrats qui soutiennent la France et les autres pays.

Combien vaut l'arrestation d'un meurtrier face à des millions d'euros ou face à des contrats spectaculaires ?

Sûrement pas assez. Mais quand on est à l'échelle des policiers, cela laisse un goût amer.

On ressent le côté professionnel de l'auteur, car l'ensemble des procédures est décrit sans fausses notes.

Puis la force de ce thriller réside pour moi dans l'évocation du vaudou via le biais des poupées portant des cicatrices. Qui n'a jamais entendu parler de ces poupées à qui l'on plante des aiguilles. 

Ici la pratique est détournée pour s'en servir d'une autre manière quelque étonnante.

Quant aux poisons naturels ? Cela permet de faire fonctionner l'imagination du lecteur à une vitesse folle.

La lecture est rendue agréable par une écriture fluide et particulièrement rythmée.

N'ayant pas lu le précédent tome, je peux donc vous préciser que cela ne m'a pas manqué pour la bonne compréhension.

Je vous conseille cette lecture.

Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox