AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330150112
384 pages
Actes Sud (05/05/2021)
3.41/5   93 notes
Résumé :
Jess a vingt-trois ans et quatre amies de toujours. Pour la fête du Printemps, les cinq filles décident de présenter un défilé de mode : elles vont chiner, coudre et créer des tenues, mais surtout elles vont oser monter sur scène, entrer dans la lumière. Envisager cette audace, c'est déjà changer, or Jess va changer bien plus encore, en quelques mois, au risque de perdre une amie, au risque de se découvrir, au risque de s'envoler.
Un roman de la métamorphose,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,41

sur 93 notes

Bookycooky
  01 juillet 2021
Claudie Gallay est une de mes écrivaines fétiches françaises , dont j'ai lu tout les livres avec grand intérêt et plaisir jusqu'à aujourd'hui. C'est la première fois que je peine avec ce dernier livre . L'histoire qui se déroule dans les années 80 est celle de cinq jeunes femmes dans la vingtaine, liées d'une forte amitié. La narratrice Jess est l'une d'entre elles. Sans boulot, elle habite chez ses parents dans un hôtel de province tenue par sa mère. On est dans une petite ville où tout le monde connaît tout le monde. Ces filles très différentes les unes des autres, insouciantes, solidaires, enfin presque, se lancent un défi : participer à un concours pour la fête du printemps avec un défilé de mode dont elles vont créer la chorégraphie et les costumes assez osés. Vu l'époque et le milieu fermé d'où elles viennent, la confiance qu'elles ont en eux-mêmes générée par l'insouciance, est supposée être le moteur du récit .
Pour qui connaît son oeuvre, au prime abord cela semble intéressant vu que le contexte porte la marque Gallay et de temps en temps on retrouve le charme de la forme et du fond propre à l'écrivaine, comme ce passage touchant du corniaud de Tonia Astré qui attend sa maîtresse morte. Mais dans l'ensemble à part quelques passages brillants, plus on avance plus ça résonne creux. Plus court elle aurait pu peut-être le sauver, mais presque 500 pages pour raconter une histoire , où il ne se passe rien de notoire à part les bobos habituels , incidents du quotidien peu convaincants et une fin tarabiscotée , et où elle y a collé un personnage incongru et même dirais-je cliché comme Mme Barnes, l'aristo, La Parisienne, un caractère étrange, antipathique . Gallay la pose comme personnage central, celui qui aidera Jess à grandir , une femme ridicule avec ses gestes d'instruction de dégustation de caviar, ses leçons de vie condescendantes.... Alors qu'à mon avis c'est plus par solitude et égocentrisme que par générosité qu'elle s'approche d'elle. Et que dire des slogans clichés qu'elle lance, "Le dénuement , je vous le dis, c'est la liberté", facile à dire de la part d'une qui est née avec une cuillère en or dans la bouche, " l'infidélité donne une chance au bonheur ", no comment, beaucoup trop de perles que je n'aurais jamais attendu de Gallay. Quand à l'idée de défilé, file rouge du récit, je n'en ai pas saisi l'intérêt. Je n'ai pas aussi retrouvé, à part les agendas du père de Jess, l'influence d'Opalka, les chiffres, les séquences, les listes, le geste qui se répète régulièrement aux jours et heures précises, la marque de Gallay qui revient dans tous ses livres. Déjà le sujet est banal et sans la patte Gallay, c'est un livre quelconque sans grand intérêt.
Désolée, vu aussi sa longueur une lecture que je ne puis conseiller , et surtout pour qui ne connaît pas du tout Gallay, car tout ses autres livres à une exception près sont magnifiques. J'espère de tout coeur qu'à la prochaine, elle nous reviendra avec un superbe livre comme Les Déferlantes ou Dans l'or du temps.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11134
dannso
  05 mai 2022
J'avais réservé ce livre à la bibli, il y a des mois, et entretemps lu quelques-unes des critiques publiées, ici, donc je savais à quoi m'attendre. Mais, il y a des écrivains dont on continue à lire les livres, espérant retrouver le moment de grâce de la première fois. Claudie Gallay en fait partie, pour moi. J'avais commencé ma découverte de cette auteure avec Les déferlantes, livre qui m'avait séduite. Je n'ai hélas jamais retrouvé cet éblouissement, même si certains m'ont plu aussi.
Avant l'été, et même en attendant le printemps... Pour saluer l'arrivée de celui-ci, une fête est organisée. On y brule le pantin, bouc émissaire, symbole de tous les échecs, pour sortir de la grisaille, celle de l'hiver et celle des chagrins.
« Tout ce qu'on reproche à la vie, tout ce qui a fait souffrance cette année,le froid, la mort, les ennuis, les maladies, les mauvais comportements, les abandons, les trahisons, tout. Tout est de sa faute. La mort de Tonia Astré. L'abandon du chien. le cocufiage de Daval, sa mort dans le puits. Et le départ d'Antoine.
Avec le printemps qui arrive, la vie doit gagner sur le froid, sur la tristesse, sur le chagrin, sur la mort.
C'est ce que promet le feu.
C'est pour cela qu'on doit sacrifier. »
Et un concours est organisé : Jess et ses quatre copines, toutes âgées de 23 ans, vont y participer par un défilé de mode : trois tenues chacune et la robe de mariée pour terminer. L'auteure par la voix de Jess nous raconte les mois qui précèdent, les préparatifs du défilé, la vie dans cette petite ville où tout le monde connait tout le monde, où un mari cocu se jette dans un puits par honte, parce qu'il ne supporte pas les regards sur lui, où traine une bande de mauvais garçons, moins mauvais qu'il n'y parait, où une vieille dame, héritière du notable du coin, vient mettre un peu d'animation dans la vie de Jess.
C'est lent, très lent. Il ne se passe pas grand chose dans le livre à l'égal de la vie dans cette ville. Et pourtant j'ai fini par m'attacher à Jess. j'ai beaucoup aimé certaines pages, certaines de ses conversations avec ses amies, son mal-être. Dommage que ces pages soient perdues au milieu de beaucoup d'autres. le livre aurait gagné en force à être plus court, à mon avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6013
cecille
  19 octobre 2021
" On est une bande de filles, on a grandi ensemble, les meilleures copines du monde, toutes nées la même année, 1962, ça nous fait déjà 23 ans."
Boucle, Broussaille, Camille, Juliette et Jessica ces amies de toujours décident de mener un défi, à l'occasion du concours de talents, qui a lieu au printemps, avant l'été, au coeur de la communauté de leur petite ville, située aux portes de Lyon.
Elles vont se démener pour réaliser un défilé de mode. C'est aussi un moment de partage, de création, les caractères bien différents parfois s'affinent, s'opposent....les jalousies se dévoilent... Et ce sont tous ces instants de vie, tout ordinaire que nous suivons pages à pages.
Pour ma part j'ai trouvé longs ces préparatifs, surtout tout ce qui se trame autour et pendant. Heureusement qu'est arrivée en scène cette vieille dame, madame Barnes, qui apporte un élan nouveau auprès de Jess au moins et de l'histoire par le fait même. Sinon sincèrement je me suis ennuyée au cours de cette lecture. Pourquoi ? Puis je le dire vraiment ? Je ne sais pas. Est-cette période de l'adolescence ? Non, je réalise en l'écrivant qu'elles ont 23 ans ces filles !!!! de jeunes adultes donc ! Et pourtant elles ont un tel comportement, une vie sans trop de joie, d'envie, d'ambition.... Serait-ce cela qui m'a ennuyée ? J'ai attendu qu'il se passe quelque chose, qu'elles se réveillent !!!! Merci à Claudie Gallay pour le final, enfin à mes yeux, Jess à osé .... osé vivre sa vie autrement et cela m'a mis en joie ! Pour ce qui est du style il est aussi fade que la vie des personnes, cela va sans doute de paire ?
Les amitiés de l'enfance, de l'adolescence j'ai envie de dire sont fortes et puissantes dans ces moments de vie, puis à l'âge adulte, chacun prend son envol .. et que reste -il de ces amitiés là ? Aujourd'hui tout le monde déménage, change de lieu de vie, de travail ......et les amitiés se perdent.... Il faut des évènements parfois tragiques pour qu'elles ressurgissent... des années plus tard ... Non ? Vous ne pensez-pas ? de vos 23 ans, que reste-t-il de vos liens amicaux ?
Ce roman est histoire d'amitié, mais au final qu'est ce que l'amitié ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Verdure35
  01 mai 2022
Avant l'été, c'est le printemps des très jeunes femmes.
C'est un bien gros ouvrage paru chez Actes Sud, mais tellement aéré que je me suis prise au piège du «  encore 2 pages » et qu'il a été dévoré en quelques heures.
Cinq jeunes filles d'une vingtaine d'années, unies comme les doigts de la main dans les années 80 ;
Elles vivent dans une toute petite ville avec un horizon restreint.
Ce que décrit C.Gallay au travers de faits simples au cours d'un printemps c'est le cheminement lent mais perceptible de la maturité qui arrive,de l'envie d'ailleurs, de la légèreté qui disparaît, la découverte des trahisons de l'amitié » à la vie à la mort ».Ce qui donne au texte par moment une sensation de peur imminente.La découverte aussi par Jessica, la narratrice, d'un monde où l'argent et la culture font bon ménage et que les gens qui en bénéficient ne sont pas forcément infréquentables.
Toutes ces ambivalences sont élégamment traitées comme d'habitude dans tous les romans de C.Gallay depuis 20 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
mollymonade
  02 juillet 2021
Voilà un roman qui ne semble pas faire l'unanimité !
J'avoue ne pas avoir été du tout emballée en début de lecture par cette histoire inintéressante de défilé de mode. J'ai failli laisser tomber mais comme l'écriture simple ne constituait pas un écueil supplémentaire, j'ai fini par me laisser aller au plaisir de la lecture sans trop faire la fine bouche.
C'est vrai que ce roman est quand même assez déconcertant et je me suis surprise à y repérer tous les thèmes déjà rencontrés dans les précédents opus de Claudie Gallay. Tout d'abord le ton, le rythme lent, l'atmosphère morne (Une part de ciel). Ensuite les thèmes: le théâtre (L'amour est une île), la cité des doges (Seule Venise), la maison d'enfance (Les déferlantes). S'y ajoute une étonnante petite nuance de polar avec une mort suspecte. Un mélange qui dénote un manque d'inspiration ? Qui manque d'âpreté ? Je ne sais pas… Mais toujours est-il que finalement, je l'ai quand même apprécié, sans pour autant être totalement enthousiasmée comme lors de la lecture des autres romans de cette talentueuse auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262


critiques presse (2)
LaCroix   19 juillet 2021
Arrivées à l’âge adulte, les amies d’enfance ont encore des secrets et des défis à partager. Claudie Gallay brosse avec tendresse les caractères qui se frottent et les destins qui se profilent. Un tableau attachant de la vie de province dans les années 1980.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Elle   28 mai 2021
Quel bonheur de retrouver Claudie Gallay, lauréate du grand prix des lectrices 2009 pour « Les déferlantes », au sommet de son art narratif avec « Avant l'été ».
Lire la critique sur le site : Elle
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   13 mai 2022
On n’est pas assez attentif, on laisse les choses se faire et les choses se font, et la vie passe.
Commenter  J’apprécie          240
pyrouettepyrouette   12 mai 2022
On va se bricoler des solutions, comme on l’a toujours fait, c’est ce qu'elle dit, courber le dos, se faufiler entre les points de la réglementation, et continuer.
Sans regarder derrière.
Derrière, c’est l’angle mort.
Commenter  J’apprécie          150
pyrouettepyrouette   11 mai 2022
Ma mère est comme ça, une forte, une endurante, elle peut filer longtemps, droit devant, fière, robuste. Mais quand elle s’effondre, elle descend bas.
Commenter  J’apprécie          230
pyrouettepyrouette   09 mai 2022
Moi, ce n’est pas de vivre ailleurs qui me fait peur, c’est de m’en aller d’ici.
Commenter  J’apprécie          170
dannsodannso   05 mai 2022
Je veux tout avoir. Je veux être ici et ailleurs, partir et rester, je veux que les choses changent et que pourtant rien ne change, je veux grandir aussi, continuer à vivre ici, avec vous,et je veux aussi m'en aller, et je pleure de m'en aller, je veux tout garder, ne rien perdre, ne rien quitter, ne rien jeter et tout jeter pourtant, vivre ma vie, et continuer celle de ma mère et celle de ma grand-mère, et tourner le dos et m'en aller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          236

Videos de Claudie Gallay (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claudie Gallay
Grandir, trouver son chemin, sa place dans le monde, rêver, évoluer et s'adapter, c'est le grand défi de la jeunesse. Luc Chomarat "Le fils du professeur" (La Manufacture de livres), Clara Dupont Monod "S'adapter" (Stock) et Claudie Gallay "Avant l'été" (Actes Sud). Animée par Élise Lépine, journaliste
---
Site internet du Livre sur la Place : https://lelivresurlaplace.nancy.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/livresurlaplace Twitter : https://twitter.com/livresurlaplace Instagram : https://www.instagram.com/lelivresurlaplace
Site internet de la Ville de Nancy : https://www.nancy.fr/ Facebook de la Ville de Nancy : https://fr-fr.facebook.com/VilledeNancy/ Twitter de la Ville de Nancy : https://twitter.com/VilledeNancy
+ Lire la suite
autres livres classés : provinceVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Claudie Gallay

Née à Bourgoin-Jallieu en ...

1941
1951
1961
1971

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Claudie GallayCréer un quiz sur ce livre