AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812604565
Éditeur : Editions du Rouergue (02/01/2013)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Du temps de leur splendeur, ils formaient un couple formidable. Appartement dans les beaux quartiers, grosse voiture, nuits en boîte. De l'argent par brassées, à le croire inventé pour eux. Lui gagnait en un mois plus que son père en un an. Et ça lui semblait juste.
C'était les riches heures de l'immobilier, et ils en ont bien profité. Mais cet été-là, le faste n'est plus qu'un souvenir. L'imposture a fait long feu. Il n'y a plus que le scandale à la Une des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
defisaro
  11 janvier 2013
Regardez votre couple se déliter. "Les Riches Heures", de Claire Gallen
LE MONDE DES LIVRES | 10.01.2013 à 12h06 Par Florent Georgesco

Une carte Michelin sur les genoux, vous filez à travers la France. Un voyant rouge. La vieille Astra vous lâche. Certains garages restent ouverts, le soir, en province. Vos vacances sont sauvées : vous repartez. le chemin de Cergy au Lavandou est long, vous y serez à l'aube, votre petite amie dort à côté de vous, elle ne verra pas ce corps étendu sur la route au milieu des camions de pompiers, près de Bourg-Argental, ni cette "grosse tache noire imbib(ant) le goudron (...), impudique comme un lit défait" ; déjà, vous ne voyez pas les mêmes choses. L'aube pointe, vous arrivez. le cauchemar peut commencer.
Vous êtes Gaëtan et Anna, vous êtes dans l'étourdissant premier roman de la journaliste Claire Gallen, qui montre une rare capacité à faire éprouver à son lecteur chaque émotion de ses personnages, à lui donner le sentiment d'être en train de vivre ce qu'ils vivent, expérience ici fort éprouvante, mais littérairement passionnante. Gaëtan et Anna, c'est n'importe qui, des Français moyens qui n'étaient pas sûrs de partir en vacances cet été-là, faute d'argent, et qui ont trouvé un deux-pièces dans une résidence du Lavandou. C'est médiocre mais c'est la mer, et Anna tenait beaucoup à passer deux semaines à la mer. Il n'y a pas longtemps, ils n'étaient pas tout à fait comme tout le monde, il y avait de l'argent, il y en a même eu beaucoup, ils partaient loin, les vacances étaient chères, brillantes, la vie se menait à grandes guides. Peut-être étaient-ils heureux. Ils ne le sont plus.
Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés
Car, maintenant, l'argent, la vie facile, c'est fini. C'est même pire : la justice s'intéresse de près aux affaires qui ont valu sa prospérité à Gaëtan. Il devrait s'en sortir, il n'était que le second de cette société d'investissement, mais peut-il en être sûr ? Il a inventé certaines des combines qui ont entraîné sa chute, vendu ces appartements surévalués sous prétexte de défiscalisation que les clients n'ont jamais réussi à louer, leurs crédits sur les bras, ruinés par ce qui lui rapportait tant. "Entre cupides, on se comprenait", dit-il aujourd'hui. Eux doivent penser autrement. Et si, contrairement à son patron, il échappe à la justice, il n'échappe pas à son propre jugement, qu'aucune clémence n'adoucira. Et comment échapperait-il à Anna, qui est tout ce qui lui reste ? Anna, la bourgeoise que ce fils de prolétaires voulait épater, Anna qui aimait s'entourer de belles choses, vivre dans des quartiers agréables, sortir, partir, Anna qui bientôt ne supportera plus Cergy, où ils se sont réfugiés, Anna qui dort à côté de lui quand ils arrivent au Lavandou.
DÉCHAÎNEMENT DE TRISTESSE
Le cauchemar Anna. Une histoire simple et commune, là encore. Est-ce parce qu'il l'a déçue ? Est-ce cette vie qu'il lui impose ? Peut-être se serait-elle lassée de toute façon. Dès la première journée, qu'il passe au lit, épuisé par la route, et elle à la plage, leurs vies prennent des voies parallèles. le premier soir, quand ils se retrouvent dans leur deux-pièces, ils jouent encore un peu le jeu : "Anna a répété, c'est bien ici, et j'ai dit oui à nouveau." Ce sera bien ici, oui. Mais pour Anna. Et sans lui. Une plage est un lieu amusant, quand on est une femme jeune, jolie, seule. Les soirées en boîte aussi. Ils se croiseront au dîner, lui silencieux, contemplant le désastre, elle impatiente de repartir vivre. "La nuit, j'attendais seul en pensant à d'autres filles." Quand il aura la preuve qu'au même moment elle couchait avec un autre homme, il n'y aura plus que la violence pour les unir une dernière fois, le déchaînement de tristesse et de désir inassouvi d'un homme qui entre-temps aura achevé de se détruire. "J'ai resserré plus fort les genoux autour de sa cuisse. Elle ne faisait plus de politesses à présent. Mais moi non plus." Commentaire d'Anna : "Techniquement ça s'appelle un viol."
Reprenons. Vous êtes sur la route. Anna dort. Il y a eu un accident, un cadavre sur la chaussée. D'un camion de pompiers s'élève un gémissement de bête à l'agonie. Vous comprenez tout de suite que votre vie, de ce jour-là, recèlera cette horreur, que c'est votre monde, le monde où vous avez été jeté, qui est là, devant vous. Dans votre désert du Lavandou, ces images vous obséderont, histoire souterraine avançant dans les profondeurs de celle qu'Anna vous force à écrire. Vous voudrez savoir ce qui s'est passé, qui étaient ces gens. A la fin, vous partirez à leur recherche, comme pour rejoindre la dernière réalité que vous pouvez toucher. Claire Gallen, avec une cruauté patiente, vous a amené jusqu'au point où vous devenez, en effet, n'importe qui : un homme dépouillé de ce qu'il croyait être, et vivant désormais, seul et nu, à même la condition commune, un homme qui connaît l'aventure universelle de la destruction du bonheur, de la vie.
Les Riches Heures, de Claire Gallen, Rouergue, 224 p., 18 €.

Lien : http://www.lemonde.fr/livres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lali
  24 septembre 2013
Tant que Gaëtan avait de l'argent, beaucoup d'argent, tout allait bien. Ce n'est plus le cas. Les belles heures de l'immobilier à vendre de l'air et des promesses sont choses du passé. Gaëtan est au chômage et son ex-patron risque la prison pour escroquerie.
Mais Anna veut partir en vacances. Elle y tient. Ils partiront donc. Grâce à des indemnités de licenciement que Gaëtan a réclamées pour satisfaire Anna. Anna, qui ne s'habitue pas à vivre sans le sou. Anna qui aime acheter et en mettre plein la vue. Anna qui est faite pour le luxe et tout ce qui est cher. Anna qu'il n'est pas sûr d'aimer encore. Anna qu'il sait déjà ailleurs, même s'ils sont toujours ensemble. Anna, à qui il tait l'accident dont il a été témoin alors qu'elle dormait. À qui il tait aussi le visage d'une gamine qui voulait qu'il s'arrête.
Il est trop tard pour tellement de choses et il est de plus impossible de retourner à la case départ. Comment s'en sortir? Comment sauver ce qui reste de son histoire avec Anna? C'est à un avenir quasi sans issue que se voit confronté Gaëtan, qui s'est laissé tenter par l'appât du gain facile, et embobiner par une femme qui aimait ce qu'il représentait.
Pris au piège par sa propre faute, Gaëtan ne cesse de penser à la gamine croisée sur la route. À son cri muet. Au fait qu'il ne s'est pas arrêté, alors qu'il aurait pu et dû apporter son aide. Et s'il ne peut réparer ni rembourser ceux qu'il a floués, ou s'excuser de leur avoir promis des châteaux en Espagne alors qu'il les trompait, il n'a qu'une idée en tête : se faire pardonner de celle qu'il a croisée et à qui il n'a pas porté secours, si elle est toujours vivante.
Et c'est parce qu'il n'a plus rien à perdre, qu'il a déjà tout perdu, même Anna qui devient au fil de leur séjour une étrangère, que Gaëtan cherche par tous les moyens à la retrouver. Pour se prouver qu'il n'est pas si mauvais que ça, peut-être.
Mais la lente descente aux enfers a commencé depuis longtemps. Dès qu'il a accepté de vendre n'importe quoi à des prix exorbitants parce que tout le monde voulait faire de l'argent rapidement. Dès qu'il a accepté qu'Anna dépense des sommes folles pour des objets inutiles qui allaient de pair avec leur standing. Elle ne fait que continuer.
Claire Gallen, avec ce premier roman psychologique sur fond de folie immobilière, dresse un portrait sans concession d'un milieu et de ceux qui y évoluent, et nous tient en haleine jusqu'à une chute finale et imprévue qui risque d'en étonner plus d'un.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jostein
  29 janvier 2013
Gaëtan, commercial chez un promoteur immobilier a financièrement réussi en profitant des riches heures, en vendant très cher des appartements que les contribuables étaient près à acheter sans méfiance pour un potentiel avantage financier. Seulement lorsque l'argent devient trop facile, la tentation est grande d'aller trop loin et lorsque la crise financière arrive, Gaëtan et son patron Christophe se retrouvent en situation difficile.
Si Christophe risque la prison, Gaëtan est protégé mais se retrouve au chômage.
Difficile de vivre simplement lorsqu'on a mené une vie de luxe. Tout semble alors l'écoeurer, que ce soit son ex-vie de parvenu, la classe de sa belle famille ou la simple vie de ses parents ou gens simples qu'il croise.
D'où vient ce dégoût qui va jusqu'à la violence? Est-ce le constat d'échec, la dure réalité de la vie médiocre, l'éloignement de sa compagne faussement résignée et habituée à l'argent ou la cruelle et sournoise perception de sa lâcheté et de son égoïsme ?
Sombrant dans les extrêmes, il ne lui reste qu'une seule chance de rédemption : trouver le pardon d'un être innocent.
Le style de l'auteur peut désarçonner au départ puisqu'elle utilise des dialogues indirects (J'ai dit, elle a dit). Toutefois, je comprends que c'est une réelle volonté comme pour mieux montrer le besoin de Gaëtan de se retrouver à l'extérieur pour avoir le recul nécessaire.
L' analyse du personnage et la montée progressive de son dégoût et de sa violence donnent de l'intensité au récit ce qui a facilement accroché mon intérêt de lecteur.
C'est un premier roman bien construit et moderne qui analyse les répercussions de la vie économique sur un être humain et une vie de couple, lorsque tout bascule d'une vie aisée au chômage, de l'insouciance à la culpabilité.
Et malgré la vision extérieure et la faible empathie du personnage, l 'auteur parvient habilement à nous faire aimer ou tout du moins comprendre cet homme déchu.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pilyen
  20 janvier 2013
Nous sommes dans un petit appartement qui n'a pas connu depuis des années des travaux de rafraîchissement. Il est habité par un couple de trentenaires, Anna et Gaëtan. Ils sont sur le point de partir en vacances au Lavandou pour trois semaines, dans une location tout aussi minable que leur logis de Cergy.
Ils chargent leurs affaires dans une vieille Opel Astra à bout de souffle et en route vers la grande bleue. Ce couple aux apparences très moyennes a connu des jours meilleurs, le bel appartement design dans un quartier chic parisien, l'Audi haut de gamme, le fric facile. Gaëtan vendait des appartements permettant de grosses réductions d'impôts à des notables soucieux de leurs intérêts. Hélas, la vente de studios sur plans, situés dans des zones plus proches du no man's land que du quartier résidentiel, a fait long feu. L'appât du gain l'a amené à l'arnaque puis à la faillite et peut être aux soucis judiciaires. Ces vacances dans cet appartement ridicule est vraiment leur dernier moment de soleil avant le retour à une sombre réalité. Ce qui devait être trois semaines de détente estivale va finalement se transformer en descente aux enfers...
Ce roman est un portrait sans fard de notre époque faite de vanité, de clinquant et de vitrine. Ces deux là s'y sont brûlés les ailes comme beaucoup et ont du mal à revenir à une réalité d'autant plus dure qu'elle les dégoûte.
Sujet intéressant donc, mais avis en demi-teinte tout de même. Cela se lit facilement. L'histoire est brossée de façon clinique sans aucun jugement. L'écriture épouse ce point de vue avec une banalité stylistique, vraisemblablement voulue, mais qui m'a un peu laissé sur ma faim. Les situations décrites avec fidélité et objectivité sont confondantes de réalisme mais manquent de chair.
La fin sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claraetlesmots
  30 janvier 2013
Gaëtan et Anna vivent dans un petit appartement à Cergy prêté par les parents d'Anna. Lui est au chômage et elle vient d'arrêter un boulot alimentaire. Anne insiste pour qu'ils partent en vacances dans le sud avec une location qui donne sur la mer. Trois semaines dans un meublé qui n' a rien du grand luxe. A bord de la vieille Opel Astra, ils prennent la route pour trois semaines de vacances dans le Lavandou qui n'en auront que le nom.
Gaëtan était agent immobilier, il vendait avec Christophe des appartements à des gens aisé soucieux de placer leur argent et de payer moins d'impôts. Défiscalisation et bons placement juteux. L'argent coulait à flots pour eux deux. Christophe voyait grand, toujours plus grand, avide de ramasser plus de pognon. La demande augmentait et ils ont vendu des appartements bidons sans être inquiétés. Puis des lots entiers. L'immobilier n'avait plus le vent en poupe et Gaëtan avait senti le vent tourner mais Christophe voulait toujours encore plus. Ils se sont séparés fâchés. Puis un grain de sable a enrayé la machine : plainte des clients, enquête de la brigade financière et le scandale éclaté au grand jour. Gaëtan et Anna ont dû quitter leur grand appartement à Paris et tout le reste. Fini les rentrés d'argent facile. Des riches heures, la dégringolade a été brutale et sans appel.
la suite sur :
http://fibromaman.blogspot.fr/2013/01/claire-gallen-les-riches-heures.html
Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
josteinjostein   30 janvier 2013
Mais la violence de l'accident c'était elle, cette gamine stupéfaite aux yeux écarquillés.
Commenter  J’apprécie          10
josteinjostein   30 janvier 2013
C'étaient les riches heures de l'immobilier, et on en a bien profité.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Claire Gallen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Gallen
"La Ballade silencieuse de Jackson C. Franck" de Thomas Giraud. Editions La Contre-Allée "Rien à voir avec l'amour" de Claire Gallen. Editions du Rouergue "Rabot" d'Adrien Giraud. Editions de l'Ogre "L'été circulaire" de Marion Brunet. Editions Albin Michel
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Claire Gallen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15325 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre