AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Gaston Renondeau (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070714759
192 pages
Gallimard (01/05/2010)
4/5   14 notes
Résumé :

Anonymes
Contes d'Ise
[Ise monogatari]

Trad. du japonais, préfacé et annoté par Gaston Renondeau
Collection Connaissance de l'Orient (n° 30), Série japonaise, Gallimard
Parution : 17-10-1969
Aucune anthologie de la littérature japonaise ne peut négliger ce livre à la fois si primitif, si raffiné, si malaisé à classer selon notre notion de genre. Contes, si l'on veut, et c'est bien l'un des sens du mot japona... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
dbacquet
  03 octobre 2020
Ces contes sont plutôt des anecdotes introduisant des poèmes de 5 vers et 31 syllabes. Ils comptent parmi les plus anciens et les plus célèbres du Japon mettant en scène des personnages liés à la cour qui s'était établie à Kyôto. Les poèmes qui ornent ces contes ne sont parfois que l'occasion d'un bon mot. Difficiles à traduire et devenus dans certains cas énigmatiques, ils sont accompagnés de nombreuses notes. Bien qu'ils expriment toutes sortes de sentiments, Ils renvoient surtout à un monde dominé par la galanterie avec ses intrigues, sa volupté et son dépit. Il émane de ces poèmes une saveur particulière, toute l'atmosphère d'une époque et de sa culture.
Commenter  J’apprécie          432
sandrine57
  06 janvier 2020
Monuments de la culture japonaise, les Contes d'Ise sont une succession de petits poèmes, les tanka, un peu plus longs que les célèbres haïku. Composés à la fin du IXè siècle, ils sont inspirés des écrits et de la vie d'Ariwara no Narihira, un aristocrate de l'époque Heian, issu de la lignée impériale. Mais il n'en est pas le seul auteur, l'époque étant à la poésie. On compose des vers pour exprimer son amour, sa déception, ses condoléances, ses excuses ou encore pour briller en société. La particularité des contes d'Ise est de mélanger la prose et la poésie, créant ainsi un genre nouveau. Il s'agit de contextualiser les poèmes. Un petit récit en prose vient donc présenter brièvement les protagonistes et les lieux afin d'introduire les vers.
Précieux témoignage de la tradition littéraire japonaise, ce recueil est une véritable curiosité. Il parlera peut-être moins à un lecteur occidental peu accoutumé à cette forme de littérature mais la lecture en est plaisante, quoi qu'un peu répétitive. Pas forcément à lire d'une traite, plutôt à picorer deci delà pour un bref moment hors du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
racooninan
  29 août 2012
Recueil de126 histoires courtes d'amour et d'amitié qu'égrènent les tanka. Ces poèmes, plus longs que les haïkus mais tout aussi imagés et mystérieux, laissent entrevoir un monde d'amour courtois (et même discourtois), d'aventures galantes, de soupirs et de larmes précieuses, qui aujourd'hui encore restent intemporels.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LouismeyLouismey   24 novembre 2021
"Jadis un homme envoya le poème suivant à un ami qui avait perdu sa femme:

- Plus vite qu'une fleur de cerisier,
Votre femme dans le néant
S'en est allée.
Laquelle, de la fleur ou de la femme, auriez-vous cru
Voir partir d'abord ? "
Commenter  J’apprécie          20
aimeryjoesselaimeryjoessel   04 décembre 2018
Il était jadis un grand ministre appelé Horikawa.
Le jour où l'on fêta son quarantième anniversaire dans la maison de Kujô, un vieillard qui était commandant dans la garde récita ce poème :

Oh ! fleurs de cerisier
Éparpillez-vous en nuages
Tels que la vieillesse
Qui vient, paraît-il,
On ne reconnaisse pas le chemin.
Commenter  J’apprécie          10
racooninanracooninan   29 août 2012
De plus en plus
Après les lieux que j'ai quittés
Je soupire.
Combien je vous envie
Vagues qui revenez en arrière !
Commenter  J’apprécie          40
kuroinekokuroineko   09 février 2013
Parce qu'elles disparaissent dans la brise
Nous aimons
Les fleurs de cerisiers.
Dans ce monde évanescent,
Qu'existe-t-il qui ne soit éphémère?
Commenter  J’apprécie          30
racooninanracooninan   29 août 2012
Même au temps des dieux tout puissants
on n'avait jamais entendu dire
Que de la rivière Tatsuta
L'eau fut teintée d'écarlate
Par le procédé batik
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Éditions Gallimard (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éditions Gallimard
« […] Chestov (1866-1938) de son côté, tout le long d'une oeuvre à l'admirable monotonie, tendu sans cesse vers les mêmes vérités, démontre sans trêve que le système le plus serré, le rationalisme le plus universel finit toujours par buter sur l'irrationnel de la pensée humaine. Aucune des évidences ironiques, des contradictions dérisoires qui déprécient la raison ne lui échappe. Une seule chose l'intéresse et c'est l'exception, qu'elle soit de l'histoire du coeur ou de l'esprit. […] il dépiste, éclaire et magnifie la révolte humaine contre l'irrémédiable. Il refuse ses raisons à la raison et ne commence à diriger ses pas avec quelque décision qu'au milieu de ce désert sans couleurs où toutes les certitudes sont devenues pierres. […] »  […] pour Chestov l'acceptation de l'absurde est contemporaine de l'absurde lui-même. le constater, c'est l'accepter et tout l'effort logique de sa pensée est de le mettre à jour pour faire jaillir du même coup l'espoir immense qu'il entraîne. […] » (Albert Camus, le mythe de Sisyphe, Editions Gallimard, 1985)
« […] On trouve ainsi dans sa [Emil Cioran] correspondance : « Léon Chestov m'a rendu un service considérable : il m'a délivré de l'idolâtrie de la “philosophie”. Je devrais ajouter : de toutes les idolâtries. » (Lettre du 2 avril 1989 à Mme Alice L., in Les cahiers de l'Herne, Emil Cioran, Champs classiques, Éditions Flammartion, 2015)
« Les philosophes aspirent à expliquer le monde, de façon à ce que tout devienne clair et transparent et que la vie ne recèle plus rien (ou le moins possible) de problématique, de mystérieux. Ne faudrait-il pas au contraire s'attacher à montrer que cela même qui paraît aux hommes clair et compréhensible est étrange, énigmatique et mystérieux ? Ne faudrait-il pas s'efforcer de se délivrer et de délivrer les autres du pouvoir des concepts dont la netteté tue le mystère ? Les sources de l'être sont en effet dans ce qui est caché et non dans ce qui est découvert. » (Léon Chestov, Athènes et Jérusalem, in Marc-Alain Ouaknin, Les Mystères de la kabbale, Assouline, 2003)
0:00 - VII 1:41 - X 5:53 - Générique
Référence bibliographique : Léon Chestov, Les grandes veilles, préface : 10 aphorismes, traduction anonyme, texte établi par la Bibliothèque russe et slave, 2012.
https://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Chestov%20-%2010%20aphorismes.htm
Image d'illustration : https://www.amazon.com/Le%CC%81on-Chestov-philosophe-Cultures-socie%CC%81te%CC%81s/dp/2720403229
Bande sonore originale : The OO-Ray - The Warm Before The Storm The Warm Before the Storm by The OO-Ray is licensed under an Attribution-NonCommercial 3.0 International License.
Site : https://freemusicarchive.org/music/The_OO-Ray/The_Force_of_Water/The_OO-Ray_-_The_Force_of_Water_-_05_The_Warm_Before_the_Storm
#LéonChestov #LesGrandesVeilles #PhilosophieRusse
+ Lire la suite
autres livres classés : Tanka (poésie japonaise)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1017 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre