AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702841006
61 pages
Éditeur : Le Grand Livre du Mois (30/11/-1)
3.54/5   12 notes
Résumé :
L'armée française en débâcle, les communications coupées, un pont qui doit sauter, l'honneur d'un capitaine et l'attente d'une poignée d'hommes, perdus. Tout est là.
En quelques pages, sèches, brûlantes, drues comme le soleil d'un dernier été. L'action se passe en juin 1940, à ce moment précis de l'histoire où tout s'apprête à basculer dans le long tunnel de la défaite. Cinquante ans plus tard, Max Gallo raconte.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
migdal
  25 juin 2020
Cette brève nouvelle est un grand livre sur l'exode et la défaite de juin 1940. Ces hommes perdus incarnent les divers visages de ce morne printemps. Déserteurs, officier désabusé, conscrits, ancien des brigades internationales se retrouvent au bord d'un pont bâti en 1431. le maire du village, qui a connu la défaite de 1870 et participé à la grande guerre en tant que médecin militaire veut sauver l'ouvrage d'art indispensable aux villageois. Chacun argumente, en toute sincérité, et s'interroge sur son devoir. L'annonce du prochain armistice semble clarifier le débat.
Mais en ce matin du 18 juin, des hommes libres vont écrire l'histoire !
Et Max GALLO retrouve le souffle d'ERCKMANN-CHATRIAN confrontés à l'invasion pour écrire quelques une de ses plus belles pages inspirées de Charles PEGUY et enrichir ainsi le Roman National d'un chef d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          790
cicou45
  30 juillet 2020
Voulant depuis longtemps découvrir l'écriture de Max Gallo, j'avais peur de me lancer dans un ouvrage trop volumineux et de me perdre en cours de route. Aussi, cette nouvelle était-elle plie faite pour cette première approche avec l'auteur.
Ici, l'histoire se passe en juin 1940 et Max Gallo décrit la résistance d'une poignée d'hommes (trois exactement), le capitaine Teyssier et les deux soldats Victor Rovini, un ancien de la guerre d'Espagne, accusé d'être un anarchiste et Jean Carlin qui se destinait probablement à la prêtrise. Enfin, tout cela c'était avant mais Carlin ne semble pas avoir perdu sa foi. Postés près d'un vieux pont dans le petit village de Versoix-sur-Arvon, ils estiment être à un endroit stratégique et comptent bien faire sauter le pont. Mais cela aussi, c'était avant, avant qu'ils ne tombent nez à nez avec le maire du village qui tentera tout pour les dissuader de faire sauter ce pont, ruine de valeur pour le village, avant qu'ils ne tombent nez à nez avec deux villageoises qui n'ont probablement pas hésité à vendre leurs charmes à l'ennemi comme elle se proposent de le faire avec eux, avant l'annonce du général Pétain...et pourtant, cette dernière pourrait bien s'avérer être décisive pour nos trois hommes. Ils réalisent qu'ils ont enfin le choix : soit celui de se plier aux ordres de cette soi-disant patrie pour laquelle ils se sont battus mais pour quoi au juste, soit celui de prendre enfin leurs destins en main ?
Une nouvelle extrêmement bien écrite, qui prend aux tripe même si il n'y a pas particulièrement de passages crus mais la tension, elle, est bien palpable. A découvrir et à faire découvrir car l'on ne doit jamais oublier ce pa de notre histoire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
AllTimeReadings
  01 juillet 2018
Une fois le décor planté, les péripéties peuvent commencer et, pour être honnête, je ne les avais pas vu venir. Je ne m'attendais pas à ce que d'autres personnages fassent leur apparition ni à ce que lesdits protagonistes prennent autant d'importance. Ils sont indispensables à l'histoire, car ils font réfléchir Teyssier sur le sens de la guerre. Pourquoi continue-t-on de se battre alors que tout est perdu ? Peut-on rechercher la victoire à tout prix ? le sacrifice humain n'a-t-il aucune conséquence ? Ayant participé à la première guerre mondiale, le capitaine sait déjà qu'il est difficile de perdre des hommes au combat. En revanche, il ne s'était pas forcément rendu compte que la destruction du pont causerait tant de tort au village de Versoix-sur-Avon. le fait d'être coincé à cet endroit, surveillant constamment le pont, va donner beaucoup de temps de réflexion à Teyssier.
Cette nouvelle a beau se dérouler dans une ferme, j'ai eu l'impression que les personnages étaient comme enfermés dans un espace limité. Ils voient les civils et leurs camarades fuir, mais eux restent là, à regarder le pont et à agir pour le faire exploser dès que les allemands arriveront dessus. Ils sont obligés de se supporter les uns les autres, ils doivent cohabiter puisqu'ils n'ont aucune échappatoire. L'un est capitaine et ne déserterait pour rien au monde, l'autre est anarchiste et donnerait sa vie pour combattre le fascisme, le dernier est trop docile pour s'opposer aux ordres de son supérieur. Ils doivent tous calmer leurs egos, parler et réfléchir ensemble à la suite et au sens de leurs actions. J'ai trouvé cette situation assez angoissante car j'essayais de me mettre dans la peau de chacun d'entre eux et j'imaginais à quel point la prise de décision pouvait être compliquée. C'était donc une lecture compliquée au niveau émotionnel, mais tellement captivante !
Dès les premières pages, je me suis rendue compte qu'il me serait impossible de deviner la fin de cette nouvelle. À la guerre, on ne peut jamais savoir si l'ennemi a un coup d'avance. Je me demandais donc ce qu'il adviendrait de nos trois protagonistes. Allaient-ils mourir ? Allaient-il déserter ? Allaient-ils finir par faire sauter le pont ? Allaient-ils être arrêtés par les allemands ? Difficile de le deviner à l'avance. J'ai apprécié le fait que le suspens durait véritablement jusqu'à la dernière page, voire même jusqu'à la dernière ligne. La surprise restait entière !
Lien : https://alltimereadings.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AFSanAngel
  18 mars 2010
L'armé française en débacle, les communications coupées, un pont qui doit sauter, l'honneur d'un capitaine et l'attente d'une poignée d'hommes, perdus. Tout est là.
En quelques pages, sèches, brûlantes, drues comme le soleil d'un dernier été. L'acion se passe en juin 1940, à ce moment précis où tout s'apprête à basculer dans le long tunnel de la défaite. Cinquante an plus tard, Max Gallo raconte.
Commenter  J’apprécie          20
garanemsa
  13 janvier 2021
Gallo Max
Le pont des hommes perdus
Ce livre, plutôt ce mini livre ou fascicule retrace un épisode de la guerre
L'armée française est en débâcle, les communications coupées, un pont qui doit sauter, les hommes qui désertent ce poste. L'honneur d'un capitaine
En quelques pages sèches et brûlantes, drues comme le soleil d'un dernier été.
C'est en juin 40 à ce moment précis où l'histoire va basculer dans un long tunnel de la défaite
Cinquante ans plus tard l'auteur raconte une nouvelle hors du commun
Tiré du 4ème de couverture
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   25 juin 2020
Libre.

Teyssier avait plusieurs fois répété ce mot.

Il avait eu comme un éblouissement.

Et si toute la grandeur et le mystère d'un homme tenaient dans ce petit mot, LIBRE.

Si chacun de ceux qu'il venait de côtoyer, de chasser aussi, les deux femmes — qu'il ose le dire : les deux putains —, le vieux maire, et Victor Rovini, et Jean Carlin, n'avait pas d'abord voulu rester cela, libre, libre de choisir, d'obéir, d’aimer. Et si c’était là, dans ce petit mot, que résidaient la force et la faiblesse de ce peuple, auquel l'étranger pouvait s'associer librement, dès lors qu'il acceptait de rester un homme libre, décidant seul du chemin qu'il voulait suivre ?
« Les hommes naissent libres et égaux en droit. » Libres.

Teyssier avait pensé qu'il avait choisi librement de demeurer à son poste, et d'exécuter un ordre.

« Pour une belle obéissance et tendresse et dévotion d'homme libre », avait encore dit Péguy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
migdalmigdal   25 juin 2020
Mais tout cela était dérisoire. Les colonnes de blindés allemandes avaient dû, déjà, par les grandes routes et les larges ponts, enjamber les rivières de France, et peut-être avaient-elles rejoint Bordeaux où le gouvernement, comme en 1870, s'était réfugié.

Alors un pont de plus ou de moins !

Il s'était pourtant redressé. Et il avait commencé à remonter la pente.
Miner et faire sauter ce pont, c'était peut-être le dernier acte qu'il devait accomplir, comme un geste de fidélité aux camarades morts, à ce qu'avaient été les espoirs de sa vie, et tout simplement parce que c’était l’ordre reçu et qu'il devait l’exécuter.

« Puisqu'il faut, ô mon Dieu, qu'on fasse la bataille, nous vous prions pour ceux qui seront morts demain : mon Dieu, sauvez leur âme et donnez-leur à tous, donnez-leur le repos de la paix éternelle », avait dit la Jeanne de Péguy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cicou45cicou45   30 juillet 2020
"Libre.
Teyssier avait plusieurs fois répété ce mot.
Il avait eu comme un éblouissement.
Et si toute la grandeur et le mystère d'un homme tenaient dans ce petit mot, LIBRE.
Si chacun de ceux qu'il venait de côtoyer, de chasser aussi, les deux femmes -qu'il ose le dire : les deux putains-, le vieux maire, et Victor Rovini, et Jean Carlin, n'avait pas d'abord voulu rester cela, libre, libre de choisir, d'obéir, d'aimer. Et si c'était là, dans ce petit mot, que résidaient la force et la faiblesse de ce peuple, auquel l'étranger pouvait s'associer librement, dès lors qu'il acceptait de rester un homme libre, décidant seul du chemin qu'il voulait suivre ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
cicou45cicou45   29 juillet 2020
"Est-ce que c'est possible de traverser la vie comme ça, la tête dans un rêve ? Je le jalouse et il m'accable ! Mais je n'aimerais pas qu'il soit obligé de renoncer à sa foi. Ne le forçons pas à tuer, capitaine, peut-être que des gens comme lui sont utiles. Dans ce monde, il n'y a que la boue, le sang, la merde, parfois il y a des fleurs."
Commenter  J’apprécie          110
cicou45cicou45   29 juillet 2020
"_Vous n'êtes pas choqué, capitaine ? C'est encore la guerre. C'est vous qui l'avez dit. Il faut se dépêcher de vivre."
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Max Gallo (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Max Gallo
Radioscopie : Max Gallo (1974)
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1009 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre