AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782283032732
Éditeur : Buchet-Chastel (17/10/2019)
5/5   2 notes
Résumé :
Depuis qu’il a découvert que Marcel Proust avait été l’intime de plusieurs figures latino-américaines installées à Paris au tournant du XXe siècle, une intuition guide le travail de Rubén Gallo, universitaire mexicain reconnu : ces amitiés ont laissé des traces dans la vie de l’auteur de La Recherche et cette ouverture à un monde lointain, exotique, a façonné son imaginaire.De cette assertion audacieuse, iconoclaste, Gallo tire un livre savoureux en forme d’enquête ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Alzie
  05 janvier 2020
Rivé à sa chambre pour les besoins de son oeuvre les dix dernières années de sa vie Proust ne fut jamais un grand voyageur – tout au plus lui connaît-on quelques séjours ici et là en France et deux ou trois escapades européennes dans sa jeunesse. Comme on sait qu'il se délectait à la lecture de l'annuaire des chemins de fer on peut supposer avec Rubén Gallo que le parcours des Salons parisiens dans le Paris cosmopolite de la Belle Epoque et les rencontres qu'il put y faire lui offrirent des alternatives compensatoires aux voyages que sa santé précaire lui interdit de faire. Proust rêva sans doute d'horizons lointains qu'il n'atteindrait jamais et de mondes à explorer insoupçonnables dont La Recherche nous a donné depuis la dimension. Quatre Sud-Américains proches ou intimes de l'écrivain, installés dans la capitale, dont Rubén Gallo brosse ici le portrait bousculent ici son image archétypale : Reynaldo Hahn son amant Vénézuélien est le premier, rencontré dans le salon de Madeleine Lemaire, d'ascendance franco-germanique musicien polyglotte talentueux itinérant ; le poète oublié José Maria de Heredia vient ensuite. Descendant de conquistadores né à Cuba et installé en France devenu tête de file des Parnassiens, plus tard premier latino à entrer à l'Académie française, dont le jeune Proust avait lu les poèmes et qui était l'un de ses modèles littéraires rencontré chez la princesse Mathilde. Proust devint l'ami de sa fille Marie ; Gabriel de Yturri est le plus savoureux des quatre portraits. Cet argentin fantasque et scandaleux avec lequel Proust partageait le goût du pastiche et de la narration, était déjà en ménage avec l'excentrique Robert de Montesquiou (modèle de Charlus), leur couple défrayant la chronique, quand Marcel tomba amoureux de Reynaldo ; Ramon Fernandez, enfin, le mexicain oublieux (c'est Dominique son fils qui retrouvera leur généalogie mexicaine), rencontré tardivement par Proust, l'un de ses premiers critiques admirateur de la Recherche. Quatre portraits détonnants assortis chacun d'une paperolle émoustillante révélant un peu plus de l'âme espagnolesque de Proust. La cohorte des personnages de son grand oeuvre, que ne purent connaître ni Gabriel de Yturri ni José-Maria de Heredia morts en 1905, dessine quant à elle, depuis 1913, les contours d'une autre géographie, littéraire et sans frontières, qui ne cesse de s'étendre. De Paris aux contrées les plus lointaines de la planète elle est parcourue par une communauté d'infatigables et amoureux lecteurs, aficionados et chercheurs dont fait naturellement partie l'universitaire mexicain Rubén Gallo.
Son humour fait mouche dès le prologue à l'évocation d'une nouvelle de José Donoso mettant en scène une bande de proustophiles décalés dans le Santiago du Chili des années cinquante de même qu'on s'amuse franchement quand il fait surgir les politesses surannées ou les modes de séduction hérités de la Recherche de coins plus improbables du continent sud-américain où l'ont mené ses travaux de chercheur. Mais, du Guadalajara de son enfance à Tucuman (Argentine) en passant par les parcs de la Havane – qui à ses dires seraient peuplés de Charlus et de Jupiens –, et de Mexico au faubourg St-Germain aujourd'hui déserté par les ducs et les duchesses, c'est toujours le monde vivant et cocasse de Proust qui nous poursuit à travers ces échos sud-américains très réjouissants. Au-delà de la dimension biographique vraiment passionnante de l'essai pour ce qu'elle apprend des échanges et des relations amicales, sentimentales, d'estime ou d'admiration, intellectuelles, musicale ou littéraire, de chacun de ces quatre personnages avec l'écrivain, c'est le rapport plus spécifique de tous à leurs origines, à la langue et à leur pays d'adoption (la France), c'est leur double appartenance et leur statut d'étranger à la Belle Epoque qui sont étroitement questionnés. Et par effet miroir le rapport de Proust à sa propre identité, juif, homosexuel, bourgeois chez les artistocrates, intrus dans son faubourg, si étranger à lui-même qu'il est en empathie singulière avec ces latino. Car malgré leur admirable faculté d'adaptation ils connurent, comme Proust, le rejet et le poids des préjugés moraux et sociaux en un temps et une époque dont la cruauté, la xénophobie, l'antisémitisme sont parfaitement documentés. C'est enfin une trace sud-américaine à travers toute l'oeuvre proustienne (écrits de jeunesse compris) que Rubén Gallo met en évidence élargissant son contexte de création à la période antérieure à celle de la Belle époque dont l'impact ne fut pas moindre sur les esprits : celui des prétentions coloniales françaises du Second Empire au Mexique et du scandale de Panama. Evénements qui eurent entre autres conséquences de donner certaine visibilité de l'immigré sud-américain en “rastaquouère”, mot dont Rubén Gallo raconte aussi la fortune littéraire. Ce Proust imperméable à tout sentiment ouvertement nationaliste, inattendu, “exotique”, à la fois artiste et parfait observateur du dehors et du dedans de la société aristocratique et bourgeoise, est aussi un investisseur qui se ruine à la bourse (voir l'excellente paperolle n°1 : Proust à la bourse de Mexico), un dessinateur qui s'amuse des élans de chauvinisme de Reynaldo et invente pour leur intimité un sabir gothico-teutonique hilarant décrypté pour notre plus grand plaisir. Un tropisme latino-américain de l'arpenteur du Temps perdu à découvrir si on aime Proust.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlzieAlzie   06 janvier 2020
Proust était fasciné par cette question "d'en être" - par l'idée d'appartenance à un groupe. Il y avait ceux comme la duchesse de Guermantes qui appartenaient au monde des salons ; ceux comme Bloch qui n'en n'étaient pas ; et ceux comme le narrateur qui occupaient un espace liminaire, et en étaient sans en être. L'expérience de ceux qui, comme Yturri étaient constamment à cheval entre "en être" et "ne pas en être" ne pouvait que l'intriguer. On a dit qu'Yturri avait servi de modèle à Jupien et Morel, mais peut être - et surtout - son histoire a-t-elle ouvert à Proust des perspectives sur les méandres de l'identité et les dimensions contradictoires du sentiment d'appartenance (p. 158)

Chapitre 2
Gabriel de Yturri un Argentin à Paris
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
autres livres classés : essai biographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Rubén Gallo (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre