AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954045132
Éditeur : Cécile Langlois (30/05/2013)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Modou
  10 juillet 2013
Je viens de découvrir Bernard Gallois (enfin je veux dire son écriture), en même temps que les toutes nouvelles « éditions Langlois Cécile ».
J'ai lu le recueil d'un trait et maintenant je le reprends avec gourmandise pour vous faire partager le plaisir !
La nouvelle c'est l'Art de la surprise, n'est-ce pas ?
Voyez cela : « Mon bonheur de coopérant à cette colonisation, c'est de passer des heures à les observer. Quand nous sommes seuls, je libère mes filleules… »
De quoi parle-t-il selon vous ?
D'un homme qui séquestre les petites filles ?
Mais non ! D'un solitaire collectionneur passionné d'araignées ! « Mygales réputées, tarentules, lycoses de Narbonne et malmignattes, ségestries florentines…
Le narrateur est un amoureux des mots, un maniaque de la précision, “ expert en pièges, leurres et camouflages ” qui nous fait partager sa jubilation de jouer sur la langue. Solitaire, notre entomologiste ? Ce qui ne l'empêche pas de rencontrer la veuve noire.
Chaque histoire est l'occasion de mettre en scène un petit drame du quotidien, de ceux qu'on traverse parfois sans remarquer leur côté cocasse, drolatique, insolite ou tendre. Pas de tragédie dans ses pages, quoique. Dans une ferme on rencontre l'Émilien qui se prend pour un grain de blé… “ Mais tout ça, c'est à cause du vent qui rend fou, ça tourne, ça vire… tu crois le voir se poser, il repart de plus belle, il bondit gonfle, rugit, ronfle et gifle. ” L'Émilien, le fada, n'y a pas résisté au Mistral de la Provence.
Il y a du Henri Michaux dans l'histoire de la goutte d'eau “ D'habitude, voyez-vous, j'aime m'asseoir dans le sens inverse de la course du train… le défilement rapide du paysage me plait à le regarder fuir. ” Une goutte d'eau roule sur la fenêtre, danse sur la vitre securit… “ Je pose mon doigt sur elle — tu sais que c'est grâce à ta soeur notre rencontre ? — À ma soeur une autre goutte d'eau ? — Oui, la goutte de trop, du moins c'est ce que j'ai dit à mon patron… Volte face, le voyageur revient à ses moutons.
Bernard Gallois est un maître de la nouvelle, sa langue est concise, élégante, son vocabulaire précis, en restant accessible, ses intrigues mitonnées et ses chutes faites de retournements inattendus. J'ai eu une tendresse particulière pour le covoiturage, pour l'homme à la vespa jaune. Allez, toutes m'ont réjouie. Cela se passe dans la France profonde, campagnarde avec un brin de nostalgie et beaucoup d'humour.
En tout cas, c'est un très bon début pour les éditions Langlois Cécile. L'auteur, lui, n'est pas à son coup d'essai, je vois qu'il a déjà une carrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
stienan@gmail.com
  11 juillet 2013
ABOIS DORMANTS
de Bernard GALLOIS
Editions Langlois Cécile
http://editionsLangloiscecile.fr
Un nouveau recueil de nouvelles, après « La Passagère du soleil », vient de paraître aux Editions Langlois signé par Bernard Gallois.
Après une lecture dans le désordre, pour mieux brouiller les pistes, je constate que les sujets choisis sont tous captivants et aussi différents que peut l'être « La naissance d'une révolution » avec l'histoire d'une goutte d'eau dans « Une vague scélérate ».
Dans « Deux squelettes sertis à un anneau », Bernard Gallois décline, avec une apparente légèreté, le temps d'une amourette. Seuls, les mots de l'ultime phrase donnent tout leur sens au texte, assénant le goût amer des regrets.
Que dire encore d'un « Eté nommé désir » ? C'est la nostalgie d'une époque…Le regard désabusé de Marlon Brando plane sur les mots. Ici le tramway se nomme métro, un métro de retard.
A la fois contemplatif devant la nature et fin observateur de l'âme humaine, l'auteur varie les thèmes à plaisir. Vingt nouvelles se succèdent avec bonheur. Les chutes sont toutes inattendues et surprenantes.
Dans ce recueil, tout est contraste, tout est perceptible, tout est subjectif. En virtuose inspiré, Bernard Gallois a composé une petite musique de vie aux notes subtiles et harmonieuses,
Anne Stien
Editions Langlois Cécile
http://www.editionsLangloiscecile.fr

Lien : http://www.editionsLangloisc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Bernard Gallois (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1703 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre