AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355221422
264 pages
Zones (04/06/2020)
4.33/5   35 notes
Résumé :
Vers 1800, la plupart des Français étaient des paysans qui construisaient eux-mêmes leur maison, récoltaient leurs céréales, pétrissaient leur pain et tissaient leurs vêtements. Aujourd'hui, l'essentiel de ce que nous consommons est produit par un réseau de grandes et lointaines entreprises. En deux siècles à peine, la communauté paysanne autarcique s'est effacée pour laisser place à une myriade de consommateurs urbains et connectés.
Cet ouvrage retrace les g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
myrtigal
  20 avril 2022
Cet essai est absolument formidable. J'ai longtemps recherché un livre sur l'histoire de la société de consommation, comment et pourquoi nous en sommes arrivés là, et lorsque j'ai trouvé cet ouvrage j'ai constaté qu'il correspondait exactement à ce que je recherchais.
Anthony Galluzzo décide de retracer l'histoire de la consommation de ses débuts à nos jours, il le fait de façon clair, précise, synthétique, passionnante, abordable tout en étant très érudite.
Il commence par l'avènement du chemin de fer, évènement majeur de la transformation de la société, car comme l'explique Galluzzo le rapport à la marchandise a été totalement bouleversé par cette annihilation du temps et de l'espace, et a par conséquent engendré sa circulation massive et donc son omniprésence dans la vie quotidienne. L'auteur nous décrit ce passage d'une société rurale, où la marchandise était connu dans sa provenance, sa structure et sa composition par tous ceux qui en étaient acteurs et consommateurs, à une société où la marchandise est dénaturée, inconnue et lointaine. C'est à partir de là que les habitudes de vie ont commencé à radicalement se modifier, changeant également le rapport des individus les uns aux autres; la famille, le quartier, le village, aucune sphère n'y échappe.
On lira aussi comment le bourgeois de la seconde moitié du XIXe a été l'ancêtre du consommateur d'aujourd'hui grâce à la naissance des grands magasins initiant ce besoin de renouvellement constant d'achats purement ostentatoires comme autant de signes extérieurs d'affirmation de soi et d'identité.
L'auteur abordera ensuite l'éclosion de la publicité via les "médias de masse", son évolution, son effet sur les mentalités en créant de nouvelles normes et surtout combien à travers elle l'image s'est installé en tant que valeur suprême régissant l'imaginaire collectif et donc les règles de consommation à suivre.
Anthony Galluzzo évoquera également le changement au sein du foyer domestique et l'évolution de la famille au XXe siècle vers un noyau composé seulement des parents et des enfants, contrairement au siècle précédent, quasi totalement influencé et façonné par les normes de consommation qui peu à peu ont transformé le foyer en temple de l'objet et surtout la femme en ménagère domestique censé être aidé par les technologies nouvelles mais qui lui est en réalité asservi.
L'auteur terminera l'ouvrage en évoquant la "contre-culture" apparu durant les sixties et qui finalement était complètement imprégné dans la culture consommatrice qu'ils dénonçaient, puis il finira sur aujourd'hui en décrivant que de nos jours nous avons largement dépassé la société de consommation pour atteindre une société de l'hyperconsommation.
Cet essai je le répète est absolument formidable et fascinant ! C'est sidérant de lire écrit comme cela de façon chronologique comment notre société s'est pas à pas transformé de façon plus radicale qu'elle ne l'a fait depuis l'histoire de l'humanité. C'est un essai qui je trouve nous remet les idées en perspective, nous permet de nous questionner, de constater nos dérives.
Anthony Galluzzo nous livre ici un ouvrage, clair, précis, fluide et chronologique sur un sujet éminemment important.
Je le recommande vivement à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          94
Sachalex
  07 octobre 2021
Ce livre fait partie de la famille de ceux qui s'intéressent à la formidable mutation qu'ont connu les sociétés occidentales depuis les débuts de la révolution industrielle.
Il porte le regard sur un aspect particulier des ces bouleversements : l'impact qu'ils ont eus sur les modes de circulation, commercialisation, et consommation des marchandises, et les répercutions que cela a engendré sur le tissu social.
On suit alors l'évolution de nos sociétés occidentales, de la société paysanne quasi autarcique de l'ère pré-industrielle à la situation présente. On mesure ainsi tout le chemin parcouru, comprend nombre de réorganisations sociales ; on découvre les stratégies mises en oeuvre pour accompagner ces changements, qu'elles soient actives (la concentration de la vente en grands magasins, la publicité marchande...) ou subies (la reconfiguration de la structure familiale avec notamment l'apparition de la femme au foyer). On voit comment ces différents acteurs, marchants et consommateurs, co-construisent ces évolutions sociales. On mesure ainsi la profondeur de l'ancrage de cette nouvelle architecture sociale dans nos sociétés, combien elle en détermine toutes les structures ; et cela permet de dévoiler à ceux qui voudraient changer de modèle de société la réelle ampleur du travail à accomplir.
L'auteur aborde ces questions dans un style vulgarisateur parfaitement réussi, sachant se mettre à la portée des non-spécialistes sans sacrifier la force et la précision de ses analyses. Il porte un regard de sociologue et historien, le plus neutre possible par rapport à son objet d'étude. Ce n'est donc pas un ouvrage politique, mais dont on pourra s'emparer dans une optique de réflexion politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MrDimitriG
  22 octobre 2020
Très bonne synthèse des différents travaux sur le sujet. Je reste largement sur ma faim concernant les développements récents du consommateur. Persister à voir dans la situation actuelle une simple accélération de ce qui s'est préfiguré à la fin du XXème siècle, c'est manquer l'autonomisation croissante des individus dans leurs pratiques de la consommation. C'est manquer tous les processus que mettent en place les marques et média pour conserver une légitimité dans leur vie. Il se joue quelque chose en ce moment.
Commenter  J’apprécie          50
kimmyschmitt
  17 février 2021
Ce livre retrace le parcours qui a changé une société de paysans auto-suffisants en une communauté mondiale d'hyperconsommateurs.
le sujet est passionnant mais aurait facilement pu tourner à l'étude académique indigeste ; ce n'est pas le cas ! L'auteur a réussi à en faire un ouvrage très bien écrit et documenté, qui se lit facilement et présente une trame particulièrement logique pour ce passage d'une société de production à une société de consommation. de nombreux sujets connexes y sont abordés (l'évolution de la famille, de la femme, etc).
Une lecture riche à conseiller !
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
NonFiction   25 août 2021
Bon gré mal gré, la consommation fait aujourd’hui partie de nos quotidiens. Il s’agit pourtant de l’aboutissement d’un long processus de « conversion » culturelle.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
kimmyschmittkimmyschmitt   15 février 2021
Désormais, le père-salarié achète un charbon que la mère-au-foyer consomme. le changement de modèle économique a amené l'homme à s'extraire complètement du travail domestique. [...] Toutes les tâches domestiques traditionnellement assignées à l'homme [...] sont éliminées par les innovations technologiques et économique et délégué au marché. Les femmes, elles, sont désormais plus fermement arrimées au foyer, et doivent se charger seules de l'intégration et de la transformation des produits achetés.
P191
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kimmyschmittkimmyschmitt   17 février 2021
L'interconnexion et la complexification de nos économies nous plongent dans un état d'interdépendance et de fragilité.
Tout le mouvement de croissance en chaîne sur lequel est bâtie notre société a un point de départ concret : l'émancipation de la locomotion animale ; la capacité de faire circuler à vitesse croissante les hommes et les marchandises. Ce pouvoir de la société thermo-industrielle repose sur l'exploitation de ressources non renouvelables comme les hydrocarbures et les minerais. [...]
"Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel". Nous avons écrit ici le début d'une histoire de la consommation. Il reviendra à d'autres, dans quelques décennies peut-être, d'en raconter la fin.
P238
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kimmyschmittkimmyschmitt   13 février 2021
Au 20eme siècle, le grandes entreprises coalisées [lobbies] ont en quelque sorte concrétisé les rêves de contrôle de Gustave le Bon. Profitant de la prolifération des médias de masse, elles ont martelé leurs messages politiques [...]. Elles ont démontré que, pour imposer dans les esprits une idée, il ne s'agit pas d'établir savamment des faits, mais de répéter suffisamment son message pour qu'il intègre l'esprit du temps, qu'il aille de soi.
P158
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kimmyschmittkimmyschmitt   01 février 2021
Lorsque les paysans d'hier cuisinait une saucisse, il percevait [...] À travers le produit, pour les avoir accomplis, un ensemble de gestes, mais aussi le porc lui-même.
[...]
la pièce de viande empaqueter dans une barquette de polystyrène, c'est la chair devenue abstraction, c'est l'animal fétichisé.[...] Un objet autonome quand on ignore les constituants exacts et à propos desquels, d'ailleurs, on ne s'interroge pas.
P17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kimmyschmittkimmyschmitt   14 février 2021
C'est ainsi que la femme doit désormais lutter contre tout type de poussières, de germes et de microbes [...] Il faut également préparer pour toute la famille des repas riches et équilibrés [...] On attend aussi d'elle qu'elle conduise les enfants à l'école et aux activités sportives, qu'elle les habille et les soigne, tout en se tenant informée des nouvelles méthodes d'entretien et de décoration d'intérieur.
C'est la productivité de la femme au foyer qui augmente, et non pas son temps de travail qui diminue.
P190
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : consommationVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
662 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre