AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377351948
Éditeur : Archipoche (12/09/2018)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Le vieux Jolyon Forsyte ne met qu'une condition au mariage de sa petite-fille June avec l'architecte Bosinney : que le jeune homme se constitue d'abord une solide clientèle. June entreprend aussitôt le siège des membres de la famille. Erre le premier des Forsyte à posséder près de Londres une maison de campagne est un argument de prestige qui séduit son cousin Soames, lequel y voit aussi le moyen de réaliser un excellent placement. De plus, s'installer à Robin Hill ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  15 novembre 2018
Quand j'étais petite ma mère regardait une série qu'elle suivait avec assiduité, moi même je devais être devant les écrans , mais j'ai peu de souvenirs… juste que ma mère en parle encore … parce qu'elle aimerait tant la revoir. (du coup elle la lira !)
Alors quand ce roman est passé devant mes yeux il ne m'en a pas fallut plus, d'autant que c'est également une satyre sociale de la haute bourgeoisie et des moeurs anglaises de la fin du XIXème siècle. C'est aussi l 'occasion de parler de la place des femmes dans la société.
Tout au long de ma lecture j'ai très souvent pensé à Zola, la même envie de remettre certaines personnes à leur place. Alors bien sûr ce n'est pas totalement du Zola non plus , le cynisme n'est pas, là ce n'est pas aussi "piquant". On peut peut-être mettre ça sur le dos de la traduction, mais malgré tout c'est superbement bien écrit.
De plus l'évolution des personnages est frappante et apporte un plus a cette famille. le vieux Jolyon en est l'exemple type.
Bref au fils des pages on se prend de sympathie pour certains, d'autres qu'on aime beaucoup moins.. mais au final on fait partie intégrante de cette famille avec ses qualités et ses défauts.

J'ai beaucoup aimé ce premier tome, les autres suivront bien sûr… et je pense que la suite peut nous réserver quelques belles surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7713
Rhodopsine
  15 juin 2013
Challenge Nobel 2013
Aussi subjective soit-elle, ma définition d'un bon roman est simple: un roman dont les personnages deviennent si réels que je suis sûre de les connaître, les reconnaître si je les croise dans la rue (paradoxe pour moi, qui suis incapable de mettre un nom sur un visage!) et que j'ai hâte de les retrouver.
Aucun doute, le premier volume de l'Histoire de Forsyte entre bien dans la catégorie. Pourtant, rien de bien sympathique dans une famille de riches Londoniens de la fin du XIXème siècle. Des messieurs arrogants, des dames cancanières, des jeunes filles amoureuses... Alors? Alors, les destins se croisent, un adultère se dessine, un drame s'annonce, la mort tranche, le culte voué à l'argent domine les sentiments, mais l'"hérésie" est possible.
Comment, dans cette famille enviée, riche, honorable, on en vient à accommoder la réalité pour se disculper: un grand bonheur de lecture.
Et autre plaisir: le roman se passe à Londres, dans les "beaux quartiers", et c'est un régal d'imaginer les belles maisons de Kensington ou de Bayswater illuminées pour un bal, avec le fiacre qui attend, de monter dans un omnibus, de prendre le métro pour descendre à Marble Arch, se promener dans les parcs...
Et pour ne rien gâter, Galsworthy garde une distance de bon aloi,toute "british" : un régal, une gourmandise, vous dis-je!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
nanoucz
  30 novembre 2009
Le 15 juin 1886, les fiançailles de sa petite-fille June donnent à Jolyon Forsyte l'occasion de réunir toute la famille Forsyte dans sa résidence de Stanhope Gate, à Londres. Tous ses frères et soeurs sont là : la plus âgée Ann, puis Hester, Juley, les jumeaux James et Swithin, Timothy, Roger et Nicholas. Et bien sûr, les femmes et les enfants, eux-mêmes avec leurs conjoints.
Seul manque à l'appel Jolyon le jeune, fils du vieux Jolyon et père de June, mis à l'écart de la famille pour sa conduite scandaleuse que l'on découvrira plus tard. Plus que jamais, le vieux Jolyon ressent le manque que lui cause l'absence de son fils, son "Jo".
L'heureux fiancé est Philip Bosinney, un jeune architecte, plein de talents sans doute, mais sans fortune. Aussi, Jolyon a mis des conditions avant d'accepter ce mariage : Philip doit se constituer une clientèle, afin d'assurer à sa future femme un train de vie à la hauteur de sa position sociale. June profite donc de cette réunion de famille pour en inciter les membres à se faire construire une maison à la campagne.
Contre toute attente, Soames, le fils de James, envisage la proposition avec intérêt : en effet, son mariage avec Irène n'est pas heureux et il voudrait la soustraire aux mauvaises influences qu'il redoute pour elle à Londres. Il va donc faire affaire avec le Brigand, comme les enfants Forsyte ont surnommé Philip, tant il est différent de leurs fréquentations habituelles, et lui faire construire une magnifique maison, bien différente de celles des autres Forsyte, sur la colline de Robin Hill. Tous sont bien loin d'imaginer les bouleversements causés par ce projet dans l'existence apparemment sans nuages de plusieurs d'entre eux. Devenir propriétaire n'est pas une sinécure !
Ainsi commence ce premier tome de la saga des Forsyte, qui nous plonge dans le Londres de la fin du 19ème siècle, au sein de cette famille de la haute bourgeoisie, rigide et respectable, refermée sur elle-même. Si l'on ressent bien ce qui unit tous les membres de la famille, on découvre aussi les jalousies, les rumeurs et les commérages au cours de ces nombreuses réunions de famille. L'irruption de Philip Bosinney dans ce milieu constitue déjà une perturbation. La suite des évènements fera éclater certains liens, du côté de James, tandis que Jolyon va y trouver le courage de renouer avec son fils.
A côté de l'intrigue sentimentale, l'intérêt de ce roman est aussi de montrer le fonctionnement d'une famille : comment, partis assez bas dans l'échelle sociale, ils ont réussi, par le travail et l'ambition, à devenir ce qu'ils sont, riches bourgeois, respectables et respectés, mais guindés et soumis aux conventions de l'époque, parfois au détriment de leur bonheur.
J'ai lu cette saga, il y a bien des années, suite à la diffusion en 1971 de la série britannique, la Saga des Forsyte, à la télévision. C'était le samedi soir, en deuxième partie de soirée, en noir et blanc et j'aimais beaucoup la lenteur de l'intrigue, les conversations des vieilles tantes chez l'oncle Timothy, la bougonnerie du vieux Jolyon, l'air pincé de Soames et la froide beauté d'Irène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Foufoubella
  09 janvier 2019
Je ne connaissais absolument pas ce roman - ou plutôt cette saga, ni par la série télévisée apparemment assez connue (mais au siècle dernier), ni son auteur, pourtant Prix Nobel de Littérature, oui Monsieur!
Il était mis en avant dans une librairie très connue d'une grande ville du Sud-Ouest de la France et mon homme me l'a offert.
J'ai beaucoup aimé mais il faut dire que je suis très adepte des romans anglais, j'imagine très bien la brume et l'agitation londonienne.
En quelques mots: le vieux Joylon Forsyte donne un bal en l'honneur des fiançailles de sa petite-fille chérie, June, fille de son unique fils qui avait préféré quitter femme et enfant pour vivre son amour avec une femme de moins bonne condition, ce qui a bien entendu créer le scandale dans la famille et dans la société.
A cette occasion, Joylon invite sa très nombreuse fratrie, les frères et soeurs ne s'appréciant pas des masses mais s'accordant sur certaines choses comme médire ou s'envier les uns les autres.
Le neveu de Jolyon, Soames, est bien entendu invité à cette fête et est accompagnée par sa très belle épouse, Irene, qui va connaître un coup de foudre avec Philip Bosinney ... le fiancé de la soirée!
Ce premier opus se nomme le Propriétaire, et ici il faut comprendre ce mot sous un double sens, que je vous laisse découvrir!
C'est très agréable à lire et j'ai ri à plusieurs moments.
Je lirai la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
cecilit
  24 septembre 2018
De La dynastie des Forsyte, je n'avais, comme seule référence, que la série télévisée produite par la BBC à la fin des années 60 et que j'ai dû voir des années plus tard quand j'étais petite ou pré-ado. Je n'en ai pas de souvenirs précis mais elle a dû suffisamment me marquer pour que je m'en souvienne encore aujourd'hui avec plaisir et nostalgie, Cette réédition par Archipoche a ravivé ce souvenir et m'a surtout permis de mettre un nom sur son créateur - John Galsworthy 1867/1933- Prix Nobel de Littérature en 1932 -et de découvrir enfin cette oeuvre littéraire. Cette saga familiale -quatre générations d'aristocrates anglais, de l'ère victorienne à l'entre deux-guerres - est écrite avec une plume sarcastique parfois mais toujours élégante, bien souvent poétique. Dans la veine de ses prédécesseurs, Dickens, Trollope etc, John Galsworthy y parle de la rigidité des classes en Angleterre, de la place peu enviable des femmes, de la soumission de celles-ci aux hommes et de la difficulté d'être heureux dans une société gouvernée par l'argent et les conventions, peu ouverte aux marginaux et aux rêveurs. Je referme ce tome avec beaucoup d'impatience à l'idée de commencer la deuxième partie. Que vont devenir Irene, June, Soames et les autres ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
RhodopsineRhodopsine   15 juin 2013
Et Soames, prenant la parole pour la première fois, demanda:
-Oui, Bosinney, qu'est-ce que vous en dites?
Bosinney répondit froidement:
-L'oeuvre est remarquable.
Il parlait à Swithin, mais ses yeux souriaient imperceptiblement au vieux Jolyon. Soames ne se sentit pas satisfait.
-Remarquable par quoi?
-Par sa naïveté.
La réponse fut suivie d'un silence impressionnant: Swithin seul ne sut pas au juste s'il fallait la prendre pour un compliment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cecilitcecilit   22 septembre 2018
-On nous demande de faire la charité à la femme de cet homme et à ses enfants qui, nous dites-vous, dépendaient de lui pour vivre. Ils dépendaient de lui, c'est possible. Je ne m'occupe pas de savoir si c'est vrai ou non. Je fais une objection de principe. Il est grand temps de mettre un point d'arrêt à cet humanitarisme sentimental. Le pays en est dévoré. Je m'oppose à ce que l'on paie, avec mon argent, ces gens dont on ne sait rien, qui n'ont rien fait pour le gagner. Je m'oppose à toute idée de ce genre. Les affaires sont les affaires. Je propose donc qu'on reprenne le rapport et les comptes et qu'on supprime purement et simplement cette allocation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cecilitcecilit   20 septembre 2018
La certitude qu'on ne pouvait entrer chez lui sans voir qu'il était riche lui procurait le bonheur le plus solide et le plus durable qu'il ait connu en sa vie.
Commenter  J’apprécie          60
cecilitcecilit   23 septembre 2018
Il se piquait d'une attitude assez libérale envers les femmes ; il ne voyait aucune raison pour les empêcher de peindre des tableaux, d'écrire des romances ou même des livres, pendant qu'elles y étaient, surtout si cela pouvait leur rapporter utilement un peu d'argent ; aucune raison ! Ça les empêchait de faire des bêtises.
Commenter  J’apprécie          20
cecilitcecilit   24 septembre 2018
Aux cigares qu'ils fument, aux musiciens qu'ils aiment, on reconnaît les hommes et de quoi leur âme est faite.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de John Galsworthy (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Galsworthy
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 14 septembre 2018 :
Miss Jane: roman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marc Amfreville de Brad Watson aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/123047-divers-litterature-miss-jane.html
Coups de gueule
Jacques à la guerre de Philippe Torreton et Lizzie aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/121479-divers-litterature-jacques-a-la-guerre.html
Nous qui sommes devenus le mauvais temps de Philippe Torreton aux éditions
Mémé de Philippe Torreton aux éditions J?ai Lu https://www.lagriffenoire.com/70392-romans-meme.html
Les idéaux de Aurélie Filippetti aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/121750-divers-litterature-les-ideaux.html
Coups de coeur
Un tournant de la vie de Christine Angot aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/122095-divers-litterature-litterature-francaise---un-tournant-de-la-vie.html
Le Couple d'à côté le Couple d'à côté de Shari Lapena et Valérie le Plouhinec aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=113956&id_rubrique=363
Chanson douce - Prix Goncourt 2016 de Leïla Slimani aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=114079&id_rubrique=338
Ne fais confiance à personnede Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=116455&id_rubrique=359
Un employé modèle Paul Cleave aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15128-romans-un-employe-modele.html
Mille jours à Venise Mille jours à Venise de Marlena de Blasi et Marie-Pierre Bay aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=123385&id_rubrique=397
La dynastie des Forsyte 1: le propriétaire de John Galsworthy aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/124451-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-1---le-proprietaire.html
La dynastie des Forsyte 2: Aux aguets Poche de John Galsworthy aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/124112-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-2---aux-aguets.html
La dynastie des Forsyte 3: A louer John Galsworthy https://www.lagriffenoire.com/124113-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-3---a-louer.html
Il faut que je vous parle de J
+ Lire la suite
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1003 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre