AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377351948
Éditeur : Archipoche (12/09/2018)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Le vieux Jolyon Forsyte ne met qu'une condition au mariage de sa petite-fille June avec l'architecte Bosinney : que le jeune homme se constitue d'abord une solide clientèle. June entreprend aussitôt le siège des membres de la famille. Erre le premier des Forsyte à posséder près de Londres une maison de campagne est un argument de prestige qui séduit son cousin Soames, lequel y voit aussi le moyen de réaliser un excellent placement. De plus, s'installer à Robin Hill ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  15 novembre 2018
Quand j'étais petite ma mère regardait une série qu'elle suivait avec assiduité, moi même je devais être devant les écrans , mais j'ai peu de souvenirs… juste que ma mère en parle encore … parce qu'elle aimerait tant la revoir. (du coup elle la lira !)
Alors quand ce roman est passé devant mes yeux il ne m'en a pas fallut plus, d'autant que c'est également une satyre sociale de la haute bourgeoisie et des moeurs anglaises de la fin du XIXème siècle. C'est aussi l 'occasion de parler de la place des femmes dans la société.
Tout au long de ma lecture j'ai très souvent pensé à Zola, la même envie de remettre certaines personnes à leur place. Alors bien sûr ce n'est pas totalement du Zola non plus , le cynisme n'est pas, là ce n'est pas aussi "piquant". On peut peut-être mettre ça sur le dos de la traduction, mais malgré tout c'est superbement bien écrit.
De plus l'évolution des personnages est frappante et apporte un plus a cette famille. le vieux Jolyon en est l'exemple type.
Bref au fils des pages on se prend de sympathie pour certains, d'autres qu'on aime beaucoup moins.. mais au final on fait partie intégrante de cette famille avec ses qualités et ses défauts.

J'ai beaucoup aimé ce premier tome, les autres suivront bien sûr… et je pense que la suite peut nous réserver quelques belles surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8222
iris29
  29 mai 2019
Je n'aurais jamais entendu parler de ce roman, si on ne me l'avait pas conseillé en série télévisée. Quelques recherches plus tard… apprenant que ce livre avait obtenu le prix Nobel de littérature ,( et de toutes façons, préférant toujours commencer par l'oeuvre originale ), je me suis attelée à cet immense pavé . Je ne dis pas cela de façon péjorative, quand j'aime, je ne compte pas les pages ! Mais force est de constater que cela fait une semaine que je vis avec la famille Forsyte… ( 793 pages avec une typographie absolument minuscule , dans mon édition reliée de cuir. Et un deuxième tome m'attend !)
C'est en 1906 que John Galsworthy publie" le Propriétaire", 1° volume de " Forsyte Saga" qui raconte l'histoire de la famille Forsyte sur trois générations.
Eux , ce sont de grands bourgeois londoniens, dont l'ancêtre (le premier Jolyon Forsyte) était propriétaire fermier.
Ils sont propriétaires fonciers, administrateurs, éditeur, négociant en thé et leurs enfants seront notaire, artiste peintre…( Les femmes bien-sûr, ne travaillent pas et vivent sous le toit protecteur d'un frère ou d'un mari ). Tout ce petit monde vit en bonne intelligence , jusqu'au jour où, la petite fille , June, présente son fiancé à la famille. Il est architecte, autrement dit pour l'époque : sans le sou.
C'est la première incursion dans leur monde feutré d'une personne différente et, la vie de certains membres de la famille en sera , à jamais impactée pour le pire ou pour le meilleur …
En choisissant comme titre du premier ouvrage, " le propriétaire", John Galsworthy savait ce qu'il faisait , car à l'époque, un homme était propriétaire de ses biens matériels mais également de son épouse… laquelle ne pouvait pas demander le divorce , elle devait attendre que son mari le demande. Une femme issue de la bourgeoisie avait sa chambre mais ne pouvait s'opposer à ce que son mari y rentre. Et en cas de rapports sexuels non consentis par la femme, on ne parlait pas de viol. En ce temps là, les jeunes filles ne savaient absolument pas à quoi s'attendre le jour de la nuit de noce, et parfois (souvent !) , c'était une mauvaise surprise….
A travers ce portrait de famille, c'est toute une étude de moeurs que fait l'auteur , d'une société anglaise qui passera de l'époque Victorienne au début du 20ième siècle et des femmes qui verront leurs libertés augmenter.
Cette histoire commence en 1886, avec les fiançailles de mademoiselle June et se termine vers 1920 (dans ce premier tome). Et si on survole l'époque , la guerre, les changements , l'auteur s'attache plus spécifiquement aux pas de quelques membres emblématiques de la famille Forsyte , tout comme Zola l'a fait avec les Rougon- Macquart, mais, ce dernier de façon plus détaillée, plus percutante.
Au delà de l'oeuvre magnifiquement ambitieuse , cela a été pour moi, un vibrant témoignage (même s'il est fictif…) sur la vie que pouvaient avoir nos ancêtres des deux derniers siècles passés.( Bien sûr cela se passe à Londres, mais cela pourrait être Paris… ).
Quand le personnage de Soames , nostalgique , dit adieu à une maison décorée à la mode victorienne , quand il réfléchit au temps qui passe , la société qui change , les membres de sa famille disparus, les fantômes qu 'il revoit assis sur les canapés de la maison …
Le premier Forsyte , a accumulé des biens, deux autres générations ont suivi . Mais qu'en sera t-il des descendants ? le personnage de Soames ( avoué) ,est le seul qui soit obsédé par l'argent (en gagner, le faire fructifier, le conserver, le transmettre )… Oui, qu'en sera -t-il des descendants, beaucoup plus " sensibles" ?Déjà certains cousins vivent sur leurs "acquis"… Je le saurai en lisant la suite. Les idées socialistes ont déjà atteint certains personnages.
Un regard à 180° sur le 19 et 20 siècle.
Une galerie de portraits. De bien jolis papillons épinglés par Monsieur Galsworthy, que ces membres de la famille Forsyte…
Intéressant, diablement intéressant et très agréable à lire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
Marple
  10 mars 2019
Même s'ils ont l'ambition de fonder une dynastie, les Forsyte sont tout sauf nobles, de titre comme de coeur !
Archétypes des parvenus sans culture et sans passions, attachés aux seules apparences et jaloux de leur patrimoine, ils se montrent mesquins, froids, calculateurs, veules, niais, médisants, égoïstes... et pourtant toute leur petitesse fait naître une série de très beaux portraits qui s'assemblent en une fresque grandiose !
Si les fiacres et les thèmes abordés nous font voyager dans le Londres du XIXè siècle, la plume de Galsworthy est moderne par son ironie et ses descriptions fines des émotions. Il y a un peu de Forsyte dans les faux-semblants et les rodomontades de nombreuses familles du XXIè siècle, la mienne comprise... Il y a beaucoup de Forsyte dans les égos boursouflés et les cancans murmurés dans certains couloirs, ceux de mon bureau compris...
Bref, si j'ai apprécié le pittoresque tranquille de la vie londonienne des clubs, des opéras, des salons et des scandales, j'ai encore plus aimé la justesse indémodable de la comédie humaine incarnée par les Forsyte. Tous les personnages sont répugnants et attachants, les plus marquants pour moi étant le vieux Jolyon, le terne Soames et l'invisible Timothy.
Merci aux éditions Archipoche pour cette belle Masse Critique. Challenge Multi-Défis 2019.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
mcd30
  30 mai 2019
Grâce à John Galworsthy, nous allons découvrir l'univers bien singulier des Forsyte une famille bourgeoise londonienne vivant dans le west End à la fin du 19 ème siècle.
Une bien belle étude d'une famille avec ses mésalliances, ses conflits d'intérêts, ses jalousies et surtout ce besoin irrémédiable de sauver les apparences, pas de scandale ; un petit bijou en la matière.
Des vies guindées, étriquées, empesées, amidonnées comme le col de leurs chemises dans le carcan de leurs certitudes. Les Forsyte font de l'argent et aiment à montrer qu'ils en ont par le biais de leurs acquisitions.
Et voilà que June, la petite fille, de Jolyon le vieux, fait entrer un électron libre dans cette famille en la personne de Philip Bosinney, un architecte, qui vit aime, crée et va semer le trouble chez les Forsyte. Il sera le grain de sable dans un rouage bien huilé. Voyant que sa petite-fille va le quitter le vieux Jolyon par crainte de la solitude et par amour de son fils va se rapprocher de lui malgré ses incartades. Soames, son neveu lui fera construire une propriété pour contrôler un peu plus sa femme Irène. Mais elle va tomber amoureuse de Philip. Soames qui jusque là, l'a enfermée dans une cage dorée, certes, mais une cage et s'est juste demandé pourquoi elle ne l'aimait pas mais jamais si elle était heureuse, sûr de son bon droit va commettre l'irréparable, menant à la mort d'un des personnages.
A mon avis, on ne devient pas mais on naît Forsyte parfois une mutation génétique ou l'acquisition d'un nouveau membre de la famille fait vaciller l'édifice mais en général la famille reste unie dans l'adversité, pas de pitié pour ceux qui transgressent les règles. Les Forsyte ne sont pas une espèce en voie de disparition, il en existe toujours. Une très belle restitution du Londres du 19 ème siècle qui par certains côté n'a pas beaucoup changée mais j'aimais bien ce charme désuet de l'Angleterre. Un très bel aperçu du flegme britannique.
Un merci tout particulier à la traductrice Camille Mayran qui a su rendre le texte vivant. Grâce à cette lecture, j'ai enfin pu comprendre l'engouement et l'intérêt suscité par cette série culte diffusée dans les années soixante-dix et dont il existe un remake. Il ne me reste plus qu'à découvrir la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
Rhodopsine
  15 juin 2013
Challenge Nobel 2013
Aussi subjective soit-elle, ma définition d'un bon roman est simple: un roman dont les personnages deviennent si réels que je suis sûre de les connaître, les reconnaître si je les croise dans la rue (paradoxe pour moi, qui suis incapable de mettre un nom sur un visage!) et que j'ai hâte de les retrouver.
Aucun doute, le premier volume de l'Histoire de Forsyte entre bien dans la catégorie. Pourtant, rien de bien sympathique dans une famille de riches Londoniens de la fin du XIXème siècle. Des messieurs arrogants, des dames cancanières, des jeunes filles amoureuses... Alors? Alors, les destins se croisent, un adultère se dessine, un drame s'annonce, la mort tranche, le culte voué à l'argent domine les sentiments, mais l'"hérésie" est possible.
Comment, dans cette famille enviée, riche, honorable, on en vient à accommoder la réalité pour se disculper: un grand bonheur de lecture.
Et autre plaisir: le roman se passe à Londres, dans les "beaux quartiers", et c'est un régal d'imaginer les belles maisons de Kensington ou de Bayswater illuminées pour un bal, avec le fiacre qui attend, de monter dans un omnibus, de prendre le métro pour descendre à Marble Arch, se promener dans les parcs...
Et pour ne rien gâter, Galsworthy garde une distance de bon aloi,toute "british" : un régal, une gourmandise, vous dis-je!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
mcd30mcd30   22 mai 2019
Tenir en cage un lion ou un tigre, c'était sûrement une horrible barbarie. Mais voilà ce que n'admettait aucun homme cultivé. L'idée qu'il était cruel d'enfermer des animaux sauvages n'était probablement jamais venue à son père, par exemple. Il appartenait à l'ancienne école qui trouvait, humain et moral d'emprisonner les panthères et les singes, convaincu, sans doute qu'avec le temps on persuaderait ces créatures de ne plus mourir si déraisonnablement de tristesse et de nostalgie, contre les barreaux de leur cage, imposant ainsi à la société la dépense de leur remplacement. Aux yeux de son père, comme aux yeux de tout Forsyte, le plaisir de contempler ces belles créatures en état de captivité compensait, et au-delà, l'inconvénient d'enfermer des bêtes que Dieu, si imprudemment, avait faites libres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   27 mai 2019
- Faites- lui surveiller une Mme Heron.
(…)
L'affaire sera 7x. La personne surveillée sera 17 ; celle qui la surveillera 19 ; le domicile de cette personne 25 ; vous- même - je devrais dire votre étude, 31 , moi- même 2. Au cas où il vous faudrait mentionner votre client par écrit, je l'ai appelé 43 ; s'il y a une personne que nous soupçonnons, elle sera 47 ; une seconde personne sera 51. Avez- vous des indications ou des instructions spéciales, pendant que nous y sommes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
mcd30mcd30   15 mai 2019
Elle (June) passait sa vie à s'enticher de tous les éclopés qu'elle rencontrait. Ce garçon n'avait pas le sou, il fallait donc qu'elle l'épousât ; un homme dans la lune, incapable de se conduire, un homme à se fourrer dans des difficultés sans fin.
Elle était venue le trouver un jour, à brûle-pourpoint, pour lui annoncer la nouvelle, et, comme si ce devait être une consolation, elle avait ajouté :
_ Il est épatant, il a souvent vécu de cacao toute une semaine.
_ Et il veut que toi aussi tu vives de cacao ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mcd30mcd30   19 mai 2019
Certaines choses avaient été perdues de vue.
Et d'abord, dans la sécurité produite par un grand nombre de pacifiques mariages, on avait oublié que l'Amour n'est pas une fleur de serre, mais une plante sauvage, née d'une nuit de pluie, d'une heure de soleil, jaillie d'une graine folle qu'un vent de désordre a jeté sur la route - une plante sauvage que nous appelons fleur si par bonheur elle s'épanouit entre les haies de nos jardins, mauvaise herbe quand elle pousse au-dehors, mais qui, fleur ou mauvaise herbe, garde toujours la couleur et le parfum sauvage qu'elle avait dans les bois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mcd30mcd30   12 mai 2019
Les Forsyte, bien entendu, sont très anglais, mais ils appartiennent à la commune humanité au moins en ceci qu'ils savent de quel côté se trouve leur profit : cette vertu n'est pas inconnue sur le reste de la terre. Ce qui peut-être les distingue, c'est de tendre à ce profit d'une manière si continue et si profonde qu'ils ne sont ne sont plus aptes à en faire usage quand ils l'ont obtenu. Les Forsyte font de leur vie un placement trop précautionneux pour pouvoir la vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de John Galsworthy (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Galsworthy
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
La dynastie des Forsyte 1: le propriétaire de John Galsworthy aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/124451-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-1---le-proprietaire.html
La dynastie des Forsyte 2: Aux aguets de John Galsworthy aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/124112-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-2---aux-aguets.html
La dynastie des Forsyte 3: A louer de John Galsworthy aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/124113-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte-3---a-louer.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
702 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre
.. ..