AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La dynastie des Forsyte, tome 3 : A louer (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Allantvers
  29 décembre 2019
Un dernier volet de la première trilogie des Forsyte (deux suivront), marqué de romantisme, qui m'a moins enthousiasmée que les précédents.
Nous sommes maintenant dans les années 20, la force de la propriété recule sous les assauts des idées nouvelles apportées par la guerre, le monde n'est plus à vendre pour que quelques uns s'en emparent mais à louer. Ainsi l'entend la troisième génération des Forsyte, une jeunesse plus occupée à construire sa vie en multipliant les expériences, et plus à l'écoute de ses sentiments qu'à la construction de son patrimoine. Or, le patrimoine amoureux est difficile à établir dans le clan Forsyte pour la fille de Soames et le petit-fils de Jolyon qui ont hérité à leur corps défendant de la haine que se vouent leurs ascendants, depuis la trahison d'Irène.
C'est une incroyable gageure de la part de l'auteur d'avoir eu l'ambition de peindre l'évolution d'une certaine élite anglaise depuis l'époque victorienne jusqu'à l'entre-deux guerres par la seule évocation des moeurs et conflits amoureux, en s'attardant avec finesse sur les personnages des deux femmes qui incarnent ces évolutions. L'intrigue en pâtit un peu à mon goût, mais il n'en reste pas moins que la fresque sociale est somptueuse et que cette lecture aura été un plaisir très enrichissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
Rhodopsine
  18 août 2013
La suite de l'histoire: le temps passe. Jolyon vieillit, auprès d'Irene. Leur fils Jon hésite sur la carrière à suivre. de son côté, Soames soupçonne Annette d'une aventure. Les apparences sont sauves, bien entendu. Soames passe tous ses caprices à sa fille Fleur. Mais ni Fleur, ni Jon ne savent précisément ce qui sépare leurs familles: lorsqu'ils s'éprennent l'un de l'autre, leurs parents tentent de les éloigner.
Un roman plus sentimental que les deux premiers volumes, avec les personnages principaux qui évoluent: Soames, devenu expert en tableaux, est moins antipathique,Irene, digne et résignée, Jolyon, touchant. Et toujours la campagne anglaise,, Londres, entre deux-guerres maintenant, la National Gallery, les clubs, Green Park, Picadilly... (Presque) mieux qu'un week-end à Londres, lisez les Forsyte!
Commenter  J’apprécie          80
cecilit
  30 septembre 2018
Ce troisième et dernier opus clôt cette saga sur une note nostalgique, une chanson triste. La jeunesse, pourtant porteuse d'espoirs et de nouveautés, hérite des égarements et erreurs de leurs aînés. Fin d'une époque pour les plus nantis, le rideau est tiré , tout va plus vite, tout est plus lâche, se désolent les anciens.
Cette passionnante saga familiale m'a charmée et m'a fait vivre de très bon moments de lecture.
Commenter  J’apprécie          60
Foufoubella
  01 septembre 2019
Et voilà, il fallait bien que ça arrive un jour, j'ai tourné la dernière page de la dynastie des Forsyte qui m'aura (bien) accompagnée durant trois tomes.
Et une fois encore, la plume de John Galsworthy m'a prise dans ses filets.

Ce troisième et dernier tome nous emmène environ 20 ans après le précédent. Soames, Irène et Jolyon-le-jeune ont bien vieilli, vive la nouvelle génération, incarnée par Fleur, fille de Soames, née à la fin du tome précédent, et de Jon, fils d'Irène et de Jolyon. Et que se passe-t-il quand la fille du premier rencontre le fils des deux autres et que ces deux-là tombent amoureux ? Un joyeux bordel, cela va sans dire. Leur amour survivra-t-il à l'antagonisme, que dis-je à la haine, que se vouent leurs parents respectifs ? Et oui, je vous le disais déjà lors des précédents tomes, on nage en plein Dallas avec, en prime, une plume délicate et subtile.
Et tout comme dans les deux premiers opus, John Galsworthy, prix Nobel de littérature, nous dresse des portraits extraordinaires des personnages secondaires.

Ce troisième tome m'a (très) légèrement moins plu que le deuxième, le meilleur selon moi. Néanmoins, la boucle est bouclée et clot magistralement cette saga, la scène de fin répondant en quelque sorte à celle qui avait initié cette trilogie.

Je conseille très vivement de découvrir ces romans.


Challenge multi-défis 2019
Challenge pavés 2019
Challenge XXème siècle 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLET
  03 avril 2018
La saga redémarre en 1920. Suite au premier conflit mondial, la situation politique et sociale a beaucoup évolué en Angleterre. Soames voit ses impôts augmenter considérablement. Il découvre que les socialistes voudraient procéder à des prélèvements sur le capital, ce qu'il considère comme une idée folle, tout à fait dans la ligne de la démence générale qui, à ses yeux, s'est emparée du pays. Sa fille Fleur poursuit ses études dans un pensionnat des plus huppés. Et voilà que dans une exposition de peinture, Soames fait la connaissance du jeune Michaël Mont, un baronnet. Sans trop réfléchir, il l'invite chez lui. Par son entremise, Fleur rencontre Jon, son cousin germain dont elle ignorait l'existence. Les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux l'un de l'autre, ce qui n'est pas du tout du goût de leurs parents qui voient leur douloureuse histoire ressurgir sous une forme inattendue avec la nouvelle génération.
Nouvel épisode de la « Dynastie des Forsyte », « À Louer » tourne autour des amours contrariées de Jon et de Fleur, nouveaux Roméo et Juliette victimes du passé de leurs parents respectifs. Ce tome est un peu moins sombre que le précédent à ceci près que les histoires d'amour finissent mal en général. John Galsworthy l'illustre parfaitement avec cette romance douce-amère. Nouvelle génération, même trio perdant. Mêmes erreurs ! L'expérience des parents ne sert en rien celle des enfants. L'ensemble est magnifiquement observé et décrit. le style très descriptif, minutieux, pointilleux, quasi proustien, porte une histoire bien construite et surtout pleine de personnages criant de vérité. Plus le lecteur avance dans la saga, plus il s'attache à ces Forsyte plein de défauts et de qualités. Et surtout humains, si humains.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pivoine57
  11 septembre 2015
Plus important qu'il n'y paraît. C'est un peu le roman du désenchantement affectif, thème que Galsworthy poursuit à travers toute la saga et jusqu'à "La fin du chapitre".

Soames, homme pourtant prudent, a tout investi dans son amour pour Irène... Il a, comme le dit souvent Galsworthy, "mis tous ses oeufs dans le même panier". Même s'il a "mal" aimé, pour le confort de sa première femme...

Fleur, à son tour, met tous ses oeufs dans le même panier. Apparaît la personnalité sympathique de Michael Mont, dont la famille sera centrale dans "La fin du chapitre" (Dinny, Floraison perdue et Sur l'autre rive). Celle plus énigmatique, de Wilfrid Desert, le poète, qui me paraît être un peu le pendant de Philip Bosinney...

C'est, avec "Le chant du cygne" et "Floraison perdue" et "Over the river", un de mes préférés.

Je n'aime pas Prosper Profond.
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED
  14 avril 2013
le 3e volume La Saga des Forsyte, boffffff............
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
713 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre