AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gabb


gabb
  18 octobre 2020
Du temps où l'on pouvait encore voyager, réserver un billet d'avion sans craindre une fermeture inopinée des frontières, sans être contraint à la quarantaine et sans qu'un gros douanier moustachu ne vous enfonce un coton-tige géant dans le pif, j'aurais bien aimé faire escale en Amérique du sud...

Ce temps est (momentanément ?) révolu, alors mon air d'Amérique latine, mon parfum de Colombie, je suis allé le chercher dans les pages de Santiago Gamboa !
En compagnie de Julieta (une courageuse journaliste d'investigation) et son assistante Johana, j'ai emprunté avec les yeux des pistes accidentées entre Cali et Bogotá, j'ai visité des villages perdus, je me suis enfoncé par moment dans la forêt amazonienne et j'ai même poussé - toujours sans quitter mon canapé - jusqu'à la Guyanne française à la poursuite d'un mystérieux orpailleur.
Tout ça pour quoi ? Pour tenter de démêler une affaire complexe, qui avait commencé par un règlement de compte sanglant, à l'arme lourde, sur la route déserte de Tierradentro. Tout au long de cette aventure j'ai découvert la face sombre d'un pays instable, violent, corrompu, toujours hanté par les fantômes des FARC.
Un pays qui peine à tourner définitivement la page des guérillas et des narco-trafics en tous genres, et où prolifèrent une multitude d'églises évangéliques et pentecôtistes dirigées par des pasteurs à la respectabilité souvent douteuse...

C'est justement dans cette mouvance un peu nébuleuse que nous entraine Santiago Gamboa, au plus près de ces groupuscules quasi-sectaires et de leurs guides spirituels, les fameux "hommes en noir".
Show-men charismatiques, beaux-parleurs escortés par des gardes du corps surarmés et masquant leur vice sous un remarquable vernis mystique, certains d'entre eux se sont bâtis sur le dos des fidèles de véritables empires mafieux et se livrent à des guerres intestines qui dépassent la simple rivalité de clochers.

Pas de quoi pour autant effrayer nos deux enquêtrices de choc !
A la demande d'un procureur tenace, elles vont mettre à jour une sordide histoire de vengeance, et si l'on excepte quelques longueurs dans la traque et quelques passages un peu racoleurs, on passe assurément un très bon moment en leur compagnie. La construction du roman, qui alterne scènes d'actions, descriptions prégnantes du climat d'insécurité qui agite toujours la Colombie, et prêches évangéliques plus ou moins confus, est assez réussi.

On sent paradoxalement dans chaque ligne de ce polar bien noir toute la tendresse de Gamboa pour sa terre natale, qu'il connaît sur le bout des doigts et dont il déplore les inégalités en parlant en ces termes par la bouche de Johana : "ce putain de pays où j'ai eu le malheur de naître est une cour d'exécution, une salle de torture, une presse mécanique pour étriper paysans, Indiens, Métis et Noirs. C'est-à-dire les pauvres."

L'auteur dresse par ailleurs de son pays un tableau plein d'authenticité et de précision, riche en détails géographiques, culturels et culinaires (voir le glossaire en fin d'ouvrage), ainsi qu'en noms propres hispaniques (lieux, fleuves, villages, régions) qui finissent par nous perdre un peu.
Un roman âpre d'une indéniable noirceur, doublé par moments d'une étude presque sociologique de la Colombie : voilà sans nulle doute l'oeuvre d'un grand conteur.
Commenter  J’apprécie          191



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (19)voir plus