AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791022611879
192 pages
Editions Métailié (04/03/2022)
3.36/5   38 notes
Résumé :

Après obtention d’un prix littéraire, un professeur de philologie achète la maison dont il a toujours rêvé.
Depuis son enfance, ce lieu le fascine et l’obsède sans qu’il comprenne le pourquoi de cette attraction. Dès le moment où il en devient propriétaire et déménage dans cette vieille maison en plein centre de Bogotá, chaque chambre, chaque coin et chaque objet qu’il déballe donnent lieu au récit fascinant de la vie du narrateur, riche en voyages, l... >Voir plus
Que lire après Une maison à BogotáVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,36

sur 38 notes
5
2 avis
4
9 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
2 avis
Colombie, Bogota, début années 2010.
Une maison dont il rêve depuis son enfance. Un beau jour il est à vendre. Un prix littéraire va lui donner la possibilité de l'acquérir et de s'y installer avec sa tante vieillissante, une avocate très cultivée de gauche, militante à l'époque de la Colombie des dictatures et des FARC. C'est l'histoire d'une vie, celle du narrateur, un professeur de philologie et celle violente de la Colombie qui se déroulent à travers les pièces de cette demeure ancienne , l'aboutissement d'un rêve.
La vie du narrateur ayant rejoint celle de la tante à ses six ans, suite à son statut d'orphelin inattendu , englobe aussi celle de la tante globe-trotter et de leurs séjours dans de nombreux pays en raison des missions de cette dernière pour les Nations Unis. Leur relation est intéressante et particulière dans le bon sens du terme, éclairée par l'amour des livres et des mots, « Les mots sont importants pour le philologue que je suis » en dit le narrateur ( l'écrivain aussi étant philologue).

Étant familière avec la littérature colombienne, je retrouve ici dans Bogota , un des protagonistes du livre, la dictature, les Farcs, les narco-trafiquants, la misère innommable ( en général en Amérique du Sud et non spécifique à la Colombie) des bidonvilles où la drogue et se faire tuer est le lot du quotidien, alors que les familles aisées et plus riches de la ville ont d'autres préoccupations plus légères comme l'imitation des conduites sociales européennes. Par contre Gamboa introduit dans la seconde partie du livre des détails assez sordides sur les virées nocturnes du narrateur dans Bogota , organisées par son chauffeur (!) . Une fête nazie dotées de spectacles érotiques répugnants et un autre spectacle qui consiste d'un acte sexuel sur scène avec une morte, aux détails encore plus révulsifs . Cet intérêt pour ce genre de fêtes et spectacles , il les qualifie d'« explorations » qui lui servent à mieux connaître Bogota « cet étrange endroit du monde » où il vit, et le définit comme « sublime », le sublime étant le pouvoir de contempler ce qui est terrible depuis un endroit sûr ( il pense que c'est ce que suggère Kant,….aah ces philosophes 😖). Je passe sur ses propres pratiques et intérêts sexuelles peu orthodoxes qui restent à côté assez innocents. Si on enlève cette courte parenthèse sordide qui ont un brin bousillé mon enthousiasme , j'aurais un seul mot pour qualifier cette lecture, passionnante, avec un lourd secret qui ne se dévoile qu'à la fin. Un livre sur la mémoire, l'errance, le retour et la solitude. Un livre comme je l'aime, où je m'y glisse dedans je m'oublie et j'y suis bien.

« Se voir, regarder sa propre vie depuis la fenêtre d'en face : c'est peut-être à cela que servent les livres, à cela que sert l'art. Pour nous regarder depuis un endroit éloigné. »
Commenter  J’apprécie          11014
Librairie Chantelivre-13 juin 2022...En fouinant !

Une lecture des plus attractives avec une "Maison " comme personnage central. Tout pour me plaire.

Une maison ancienne , élégante et mystérieuse, idéale dont le narrateur-auteur rêvait depuis son enfance.Celle-ci va lui ouvrir les bras....Le narrateur ayant reçu un prix pour un de ses ouvrages, il recoit une somme substantielle qui va enfin lui permettre d'acquérir la maison de ses rêves!.

Il est doublement heureux car il va pouvoir y vivre avec sa tante, aussi attirée par cette demeure ...

Tante à la forte personnalité, qui fût une brillante diplomate...Cette tante qui a élevé seule le narrateur, à la mort brutale et très prématurée de ses deux parents dans un incendie !

L'action se situe en Colombie, à Bogota, vers 2010...
L'installation dans cette grande maison atypique va être le prétexte de la narration pour revisiter le passé de la tante et de son neveu, ayant vécu par ricochet tous les déménagements aux quatre coins du monde de sa diplomate internationale de "parente"...

D'où la naissance de sa passion pour les langues...qui curieusement, au lieu de le rapprocher de ses congénères, lui offrait une sorte de protection, d'écran, de distance dont il ressentait le besoin.
Un amour fort pour sa tutrice, qui lui a offert une vie confortable, une instruction et une formation singulière et immensément diversifiée.

Chacun ,aux opposés de l'âge, semble dès le départ, comme amputé d'un socle affectif initial et rester en marge d'une " vie classique "...
..La tante se consacre, hormis ses missions diplomatiques, à l'éducation de son neveu.Des hommes de qualité ont traversé sa vie mais aucun ne "dura"...comme le narrateur- philologue, hormis des aventures secondaires, sa hantise est de s'attacher et de souffrir d'amour...Il fuit comme la peste tout engagement !!
Ils ont, tout les deux, formé une bulle de complicités et de protection contre le monde extérieur envers lequel ils ont la même méfiance et le même rejet de tous les
systèmes !!!
Parallèlement aux voyages, aux récits de leurs aventures à travers le monde, on nous fait toucher du doigt l' histoire de la Colombie et des différents pays et gouvernements côtoyés lors des missions diplomatiques de la "tante".Cette dernière étant une femme de conviction, ayant cru fermement aux révolutions induites par les partis de Gauche....

De nombreuses descriptions terribles de l'extrême misère de Bogota, de la corruption, des cartels de la drogue, fléau massacrant les enfances et une grande partie de jeunesse...

Et puis cette maison, permettant d'évoquer leur passé et voyages communs , représente aussi le " refuge idéal" des vieux jours de la Tante ! Un havre hors du temps où le narrateur peut prolonger sa complicité avec " sa parente"; lui , de son côté se concentre sur la rédaction des ses livres de philologie, trouve une sorte de sérénité dans sa bibliothèque, au milieu de ses livres..

En dépit d'une vie très riche socialement et professionnellement, pour l'un comme pour l'autre, on reste imprégné à la fin de cette double destinée d'une sorte d'étrangeté, d'inachevé, d'incomplétude.

Réussite intellectuelle, sans conteste, avec, toutefois,comme une inaptitude affective et amoureuse, en dehors de "la bulle" qu'ils se sont aménagés tous les deux. Un très bel ode au savoir, à la Littérature et aux Livres ..

"Ainsi donc, ma bibliothèque est un refuge.
Ma vie s'est souvent déroulée dans des endroits silencieux, apparemment solitaires, bien que pour moi une bibliothèque soit un lieu de rencontre d'une foule animée, un fleuve de voix et de personnes, comme les gradins d'un théâtre grec ou le parvis d'un temple, l'agora où se retrouvent les âmes illustres et raffinées, et au milieu de cette foule étonnante, je me sens protégé et justifié. ( p.147)"
Commenter  J’apprécie          430
Bogotá, années 2010. le narrateur (double de l'auteur?), professeur de philologie, vient de décrocher un prix littéraire qui lui permet d'acheter la maison qui le fascine depuis son enfance.
Il s'y installe avec sa tante, qui l'a élevé depuis ses six ans, âge auquel il a perdu ses parents dans l'incendie de leur maison.
Le narrateur nous fait visiter cette belle et grande demeure, au rythme d'une pièce par chapitre. C'est l'occasion pour lui de décrire chaque partie de la maison, son aménagement, son environnement, mais c'est surtout le prétexte pour évoquer ses propres souvenirs, sa vie et celle de sa tante. Aujourd'hui âgée et de santé fragile, elle était naguère avocate en droit international, régulièrement en mission à travers le monde pour le compte de l'ONU, et emmenant son neveu avec elle dans la plupart de ses périples. Très cultivée, de gauche, proche des FARC dans sa jeunesse, elle lui a transmis son goût pour la culture, tout en faisant de lui un être sans attaches réelles, un déraciné permanent, malgré quelques retours épisodiques en Colombie.
La visite guidée de la maison et de la mémoire du narrateur permet aussi de parler de Bogotá, de ses quartiers violents et misérables, de ses bas-fonds où on est prêt à tout pour une dose de drogue et où on se divertit de spectacles érotiques totalement nauséeux.
Avec l'acquisition de la maison, le narrateur assouvit son besoin de retourner à sa terre natale, de se fixer enfin quelque part après tant d'errances autour du monde, de trouver un lieu auquel appartenir. On aurait pu en rester là, mais cela aurait été trop banal et trop simple, la métaphore trop évidente. le twist final, inattendu, bouleverse cette prévisibilité, épaissit et complexifie la psychologie du narrateur, en éclairant rétrospectivement toute son histoire d'une lumière beaucoup plus trouble et fascinante.
Heureusement que cette fin secoue un peu le roman et lui rend un peu de piquant à rebours, parce que j'ai eu du mal à m'intéresser à ce personnage et à son histoire. La structure du roman fait que le récit n'est pas linéaire, ce qui m'a donné une impression d'éparpillement. La vie du narrateur, malgré les anecdotes et les mésaventures, ne m'a pas captivée, et je n'ai éprouvé aucune sympathie pour cet être un peu marginal, aux expériences sexuelles limitées et toujours tarifées ou superficielles, qui place sa tante sur un piédestal. En somme, un type solitaire, ennuyeux, lucide, voyeur épisodique attiré par le sordide, doté d'un brin de complexe de supériorité, un homme qu'en exagérant un peu on pourrait peut-être qualifier de sociopathe.
Pour rattraper tout cela, il reste heureusement le portrait âpre de Bogotá, et le rôle des livres et de la littérature : « Se voir, regarder sa propre vie depuis la fenêtre d'en face : c'est peut-être à cela que servent les livres, à cela que sert l'art. Pour nous regarder depuis un endroit éloigné ».

En partenariat avec les Editions Métailié.
Lien : https://voyagesaufildespages..
Commenter  J’apprécie          492
Une maison à Bogotá est le premier roman du Colombien Santiago Gamboa (né en 1965) que je lis. Il y a certes quelques longueurs. Mais il est quand même diablement intéressant.

Le narrateur est un universitaire, philologue et un homme très solitaire. Au début du récit , il vient de gagner un prix international de philologie richement doté qui lui permet d'acheter enfin la maison de ses rêves à Bogotá. Un véritable manoir. Il s'y installe avec sa tante et toute leur domesticité. Nous apprenons bien vite qu' il a perdu ses parents à six ans dans un incendie dévastateur qui a détruit sa maison natale. Il a été élevé par sa tante, une avocate-diplomate, fervente révolutionnaire. Elle lui a permis de fréquenter des bons lycées et de voyager dans le monde entier. C'est aussi un homme qui a beaucoup lu.

A travers les 19 chapitres, qui correspondent au quartier, au parc, aux voisins et aux différentes pièces de la maison à partir du premier étage, le narrateur philologue compare la ville de son enfance, la Bogotá encore provinciale des années 70, avec la métropole chaotique du présent (2014). La visite des pièces du bâtiment donne lieu à un voyage mental dans le temps et active un processus mémoriel jusqu'à la source de son traumatisme que le narrateur avait fui jusque là. En même temps elle s'accompagne d'une exploration de la ville depuis les beaux quartiers harmonieux jusqu'aux bas-fonds misérables. Il aperçoit d'abord par la mansarde du grenier une scène abominable causée par le crack. Guidé par le chauffeur, il part ensuite dans des excursions touristiques nocturnes d'un genre spécial. Il se déguise et décrit très crument ces espaces dangereux et pervers que de nombreux habitants des beaux quartiers ne voient pas « parce qu'ils préfèrent vivre dos à la souffrance de leurs habitants » : spectacles obscènes morbides, nécrophilie, fêtes néo-nazies qui caricaturent celles des années 30. Ces passages seraient totalement insupportables s'il n'étaient pas grotesques et accompagnés de parallèles avec les peintures de Goya, de Jérôme Bosch et d'autres que je ne connais pas.
En fait ce récit très largement introspectif est une véritable descente aux enfers fragmentée en 19 chapitres. Il se termine heureusement par un feu purificateur.
Commenter  J’apprécie          384
Quelle lecture ,!
L'originalité de ce roman tient en sa construction. le narrateur, grâce au prix littéraire qu'il vient d'obtenir, s'offre la maison de ses rêves, celle qui le fait rêver depuis son enfance.
Il emménage dans cette maison, et à chaque pièce cela va être l'occasion de nous raconter l'histoire d'un meuble, d'un tableau...
. C'est aussi l'occasion pour nous, lecteur, de voyager et d'en apprendre plus sur la Colombie, Bogota et la littérature.
Certains passages sont durs, violents, sordides, nous montrant les conditions de vie d'une partie des habitants de Bogota. le parallèle avec certains tableaux de Bosch est fait, et vous pouvez vous en douter, ce n'est pas le volet qui représente le paradis !...
L'auteur nous dresse un triste portrait de Bogota, une ville où il pleut tout le temps, une ville oppressante, une ville triste.
La drogue, l'enfer, l'immoralité traversent le roman, scènes qui contrastent avec la maison qui est perçue comme un cocon où il vit avec sa tante.
Le narrateur a une position un peu trouble avec cette ville.
Tous ses voyages, avec sa tante, à travers le monde sont, sans aucun doute une des explications à cette dichotomie : attirance/ rejet.
Santiago Gamboa se retrouve sans aucun doute dans le narrateur, je me suis d'ailleurs demandé pendant un certain temps si ce n'était pas une autobiographie.
Il est compliqué d'évoquer tout ce que recouvre ce roman qui est d'une grande richesse et qui traduit une ambiance, un pays, une ville.
Commenter  J’apprécie          351

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Quand j'ai objecté que j'aimerais conserver ses journaux intimes, elle a refusé tout net et à eu une sorte de crise de nerfs.Elle m'a expliqué qu'un journal intime est strictement privé, un dialogue avec soi au fil du temps (...)
Mais elle avait le sens de la contradiction.
" Mon journal intime me répugne, mais pas ceux des autres me dit,-elle un jour. Car,en vérité, s'il y a quelque chose qui m'intéresse, c'est bien de lire celui des autres, de fourrer le nez dans leurs vies, connaitre leur intimité, tout en sachant que loin d 'être sincères,ils sont secrètement obsédés par l'envie d'être lus".
Parmi ses préférés, il y avait bien sûr les diaristes français : les frères Goncourt, Amiel, Rostand et surtout Jules Barbey d'Aurevilly.
Toute prohibition inspire le désir de la transgression, attire la main qui gratte et ouvre subrepticement ce qui devrait rester caché. (p.83)
Commenter  J’apprécie          200
L'idée de postérité est sotte et contradictoire. Les mêmes qui aujourd'hui critiquent avec virulence le faible niveau intellectuel des jeunes, qui soi-disant ne lisent pas, ne s'intéressent à rien et ne peuvent se concentrer plus de cinq minutes, affirment que la postérité se chargera de faire le tri dans les œuvres du présent. Mais comment fera-t-elle ce tri si elle est habitée par ces jeunes qui ne s'intéressent à rien et ne peuvent lire que quelques pages? Nous sommes la postérité de Shakespeare, nous le lisons encore, mais il se peut que notre génération soit la dernière à ouvrir ses livres, ou ceux de Cervantes et de Balzac. Quelle importance peut avoir pour nous une postérité qui les oublie peu à peu? On peut craindre que tout ce que nous faisons soit voué à disparaître. Tombe dans un oubli complet. C'est pourquoi la seule chose qui ait du sens est en fin de compte d'écrire pour le présent le plus vibrant, où il reste encore quelques personnes qui apprécient la littérature. C'est la fin d'une fête de l'esprit qu'il faut vivre jusqu'à notre dernier soupir.
Commenter  J’apprécie          140
Ainsi donc, ma bibliothèque est un refuge.
Ma vie s'est souvent déroulée dans des endroits silencieux, apparemment solitaires, bien que pour moi une bibliothèque soit un lieu de rencontre d'une foule animée, un fleuve de voix et de personnes, comme les gradins d'un théâtre grec ou le parvis d'un temple, l'agora où se retrouvent les âmes illustres et raffinées, et au milieu de cette foule étonnante, je me sens protégé et justifié. ( p.147)
Commenter  J’apprécie          180
Nous sommes la postérité de Shakespeare, nous le lisons encore mais il se peut que notre génération soit la dernière à ouvrir ses livres, ou ceux de Cervantes et de Balzac. Quelle importance peut avoir pour nous une postérité qui les oublie peu à peu ? On peut craindre que tout ce que nous faisons soit voué à disparaître. Tombe dans un oubli complet. C'est pourquoi la seule chose qui ait du sens est en fin de compte d'écrire pour le présent le plus vibrant, où il reste encore quelques personnes qui apprécient la littérature. C'est la fin d'une fête de l'esprit qu'il faut vivre jusqu'à notre dernier soupir.
Commenter  J’apprécie          130
Je compris alors qu'être pauvre coûtait cher. On passe son temps à payer les intérêts et des pénalités, et a demander un prêt pour payer les intérêts, plus les intérêts d'un nouveau prêt pour acheter une voiture d'occasion qui tombait souvent en panne, et comme je n'avais pas d'assurance tous risques, la plus chère, les réparations étaient à mes frais. Être riche coûte réellement moins cher.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Santiago Gamboa (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Santiago Gamboa
29 mai 2019 Interviews de romanciers, d'éditeurs et de professeurs de creative writing traduite en français : http://www.artisansdelafiction.com/bl... L'auteur de romans noirs colombien Santiago Gomboa détaille sa manière de construire des romans noirs.
autres livres classés : colombieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (85) Voir plus



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
370 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..