AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130560997
Éditeur : Presses Universitaires de France (15/01/2007)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 20 notes)
Résumé :

J'accorde une haute valeur à mes expériences. Je ne sais si je suis arrivé à leur rendre pleinement justice. Tout ce que je puis dire, c'est que je n'ai pas épargné la peine pour que ce récit soit fidèle. Décrire la vérité, telle qu'elle m'est apparue, et de la façon exacte .dont je l'ai atteinte; voilà quel a été mon effort incessant A cet exercice mon esprit a puisé une paix... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Madamedub
  29 août 2013
Cet ouvrage est une autobiographie, on y trouvera donc le plaisir d'entendre un grand homme parler de lui même.
Gandhi est né de religion hindoue et a toujours respecté les religions qu'il côtoyait,l'islam,le christianisme…Il dira avoir découvert que le renoncement était prôné par toutes, son mode de vie s'en inspirera largement.
Gandhi indien, hindou, il faut s'attendre à découvrir un homme d'une autre culture que nous.
Ainsi, dès le début, nous le voyons marié à 13 ans comme cela se pratique en Inde, puis laisser sa femme à 18 ans pour aller faire ses études de droit en Angleterre. A cette époque, l'Inde est sous domination anglaise et les familles aisées envoient leurs fils faire leurs études en Angleterre.
Il lui faudra s'adapter à ce pays occidental , à son habillement, au couteau et à la fourchette et trouver des restaurants végétariens puisqu'il a fait voeu de ne toucher ni à la viande,ni au lait ,ni aux oeufs.
Lui qui sera un des grands acteurs dans la lutte pour l'indépendance de l'Inde vit pourtant dans le respect du peuple anglais.
De retour en Inde auprès de sa femme retrouvée,il a du mal à travailler car finalement, il connaît peu le droit indien. Il est touchant quand il avoue ses faiblesses :il se trouve poltron et jaloux avec sa femme.Il va trouver du travail en Afrique du Sud où se trouve une importante communauté indienne et laissera à nouveau femme et enfants pour aller travailler. Il va découvrir en Afrique du Sud le racisme dont sont victimes les gens de couleur et s'impliquera totalement dans la défense des gens de son peuple.
Actif infatigable et épris de justice et de liberté, il organise une association pour le respect des Indiens en Afrique du Sud. Il rencontre dans ce combat de nombreuses personnes de toutes religions. Il n'admet pas que seuls les humains, dans ces religions, soient censés avoir une âme, il n'est décidément pas occidental!
Il s'apprête à rentrer en Inde quand des mesures vont être prises en défaveur du droit de vote des Indiens,il ne peut que rester et intervenir. Il restera ainsi des années dans ce pays , trouvant sans cesse des causes pour défendre les Indiens, pour servir son peuple.
A son retour en Inde où il est surpris par la saleté et la paresse de son pays, il retrouve femme et enfants qu'il ne tardera pas à emmener avec lui cette fois pour mener d'autres combats en Afrique du Sud.
On peut le trouver très moderne quand il décide de garder ses enfants auprès de lui à présent , décrétant que tout se joue pour eux dans les premières années de l ‘enfance. Il leur inculquera lui-même ses valeurs, leur donnera la liberté et l'équilibre familial plutôt que l'érudition, il refuse donc de les envoyer dans des pensions loin de lui.(On sait que ses enfants regretteront cette éducation scolaire qu'ils n'ont pas reçue).
Mais il est très engagé dans tous ses combats politiques, il ne rêve que de « servir son pays » et réalise que cela ne lui laisse pas assez de temps pour s'occuper de sa famille : il n'aura donc plus d'enfants, pour cela, un seul moyen, faire voeu de chasteté. Il ne lui semble possible d'avoir de vie sexuelle que si l'on peut en assumer le fruit..(qu'aurait-il pensé de la contraception?). Un renoncement de plus dans la vie de cet homme qui vit très pauvrement. Il a la volonté du renoncement et en a la force : « La pensée doit être soumise à la volonté. La pensée involontaire est une maladie de l'esprit ».
Enfin, s'effectuera son retour définitif en Inde où il va créer une communauté, un ashram, avec l'objectif d'en faire un groupe autonome, autarcique , capable de se nourrir, de fabriquer ses propres vêtements….C'est l'Inde entière qu'il rêve indépendante.
Il ne s'habille plus que d'un linge indien de coton blanc qu'il tisse lui même, organise le boycott des habits et tissus anglais ,se déplace dans tout le pays pour défendre des groupes en détresse, paysans ou ouvriers, ouvre des écoles, principalement pour enseigner la propreté et les manières, utilise la grève non-violente . Nous retrouvons la singularité de Gandhi dans sa pratique du jeûne : quand les ouvriers faiblissent dans la grève, il se prive totalement de nourriture, et les dirigeants, craignant pour sa vie car il est très populaire, trouvent des accords avec les ouvriers.
Il utilisera ainsi le jeûne plusieurs fois pour manifester ou faire pression, par exemple pour exprimer son désaccord avec les conflits que se livrent musulmans et hindous.
« N'ayant jamais aimé vivre pour vivre » , il vit pour servir là où cela lui paraît nécessaire.
Dans son ashram, il impose à ses amis et à sa famille l'accueil d'une famille de la caste des intouchables, il ne tolère pas le sort qui leur est réservé dans la religion hindoue.
De plus en plus convaincu de la nécessité de l'indépendance de l'Inde face à la domination anglaise, il organise la « désobéissance civile » : ainsi va s'effectuer la très célèbre « marche du sel », les Anglais taxant lourdement le sel, cette marche a pour but de déplacer une foule d'Indiens vers la mer pour aller chercher leur propre sel.
Grèves non-violente,manifestations paisibles, grèves de la faim…tels sont les actes de Gandhi qui le mèneront plusieurs fois en prison, 6 années au total de sa vie.
Il veut être en mesure « d'aimer comme soi-même la plus chétive des créatures », »d'être présent partout où s'exprime la vie, y compris en politique » et « de libérer ses actes et ses pensées de toute passion ». Il se sent loin d'y parvenir, c'est pourquoi, dit-il , les compliments qu'on lui fait sont autant de piqûres…
Nous entendons tout au long de cette autobiographie la parole d'un homme politique qui est aussi la parole d'un homme religieux et celle d' un sage.
Il ne sait pas qu'il va être assassiné le 30 janvier 1948 ,peu après la proclamation de l'indépendance de l'Inde en 1947 , par un hindou fanatique lui reprochant sa grande tolérance pour les musulmans.
Gandhi clôt son récit: il sait que sa vie est devenue tellement publique, qu'il n'a plus besoin de la raconter, les journaux le feront pour lui.
Il termine en demandant l'aide du monde pour parvenir à l'humilité.
post scriptum: Vu comme ça, Gandhi était un saint. Mais………..nous savons bien que tout le monde a ses détracteurs! Récemment, un ouvrage est paru aux éditions de l'opportun sous le titre « Les testicules de Jeanne d'Arc ». L'ouvrage veut « démolir » les légendes de l « histoire, dont celle de Jeanne d'Arc, et s'attaque aussi à celle de Gandhi ! Personnellement, je vais m'empresser de le lire !! On verra bien qui était Gandhi, ou le mystère restera à jamais….
D.B.
Lien : http://www.madamedub.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
igaluck
  17 novembre 2012
Un livre de coeur depuis que j'ai lu pour la première fois vers 13/14 ans.
L'écriture est fraîche, simple, directe, pas de fioritures ni de lourdeurs, c'est un vrai plaisir à lire. La clarté et la précision de ses souvenirs sont impressionnants. Ce gros pavé se déguste plus vite qu'on ne croirait.
On découvre un jeune homme écrasé de timidité, mais qui finit par s'en faire une raison. Sa force de caractère, son autonomie lui insufflent une dynamique propre d'une intrépidité à toute épreuve. « La passion brûlante de l'accomplissement de l'être » qui l'habite l'amènera peu à peu à vouer sa vie au service des autres et à la fraternité humaine. Il sera inspiré en cela par ses amis théosophes – qui l'incitent à découvrir les traditions spirituelles indiennes – et par ses contacts avec des chrétiens, notamment Tolstoï, qui l'influencera très profondément.
Si l'homme est infiniment têtu et met parfois en pratique ses convictions avec un zèle un peu excessif – notamment en matière de diététique, d'éducation des enfants ou de médecine, il a le mérite de donner de lui-même jusqu'au bout et de toujours chercher à s'améliorer, dans un acte de foi tout entier offert à la vie. On ne peut qu'admirer l'enthousiasme avec lequel il s'adonne aux tâches ménagères, de la cuisine au nettoyage des latrines, considérant qu'aucun domaine n'est étranger au travail spirituel. D'aucuns pourraient s'en inspirer…
Un livre honnête et sans fard, la mise à nu d'un quêteur de connaissance qui savait rire de lui-même tout en assumant ses énormes responsabilités.
Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
oberman71oberman71   18 octobre 2012
Le Sheth Abdoulla me fit mon certificat, que je soumis dûment au conseil de la Société juridique. Il se déclara satisfait. Mais la Société se garda d'en faire autant. Elle fit opposition à ma candidature devant la Cour Suprême – qui écarta cette opposition sans même demander à Mr Escombe d'y répondre. Le président de la Cour déclara en substance :

– L'objection selon laquelle le candidat n'a pas joint l'original de son diplôme est sans fondement. S'il a fait une fausse déclaration sous la foi du serment, rien ne s'oppose à ce qu'on le poursuive et à ce que son nom soit alors rayé des registres du Barreau, à condition que l'on prouve sa culpabilité. La loi ne fait aucune distinction entre blancs et gens de couleur. La Cour n'a donc aucun droit d'empêcher Mr Gandhi de s'inscrire au Barreau. Nous acceptons son inscription. Vous pouvez dès à présent prêter le serment d'usage, Mr Gandhi.

Je me levai et prêtai serment devant le greffier. Sitôt cette formalité remplie, le président, s'adressant à moi, reprit :

– Il faut maintenant que vous ôtiez votre turban, Mr Gandhi. Vous devez vous soumettre au règlement de la Cour sur le costume des avocats en exercice.

Je compris que je ne pouvais demander plus. Le turban que j'avais tenu à conserver au Tribunal du District, je le retirai par soumission à l'ordre de la Cour Suprême. Non que, si j'eusse refusé d'obéir, je n'eusse pu justifier ce refus ; mais je préférais garder mes forces pour de plus grands combats. A quoi bon user mes talents de lutteur à m'entêter dans cette histoire de turban ? Mon habileté méritait mieux que cela.

Le Sheth Abdoulla et d'autres amis ne furent pas contents de ma soumission (ou faut-il dire faiblesse ?). Ils trouvaient que je n'aurais pas dû démordre de mon droit au port du turban dans l'exercice de ma profession près la Cour. J'essayai de les raisonner, de les pénétrer de la vérité de cette maxime : « A Rome, conduis-toi en Romain. »

– J'aurais raison, leur expliquai-je, de refuser d'obéir, si aux Indes un fonctionnaire ou un juge anglais m'ordonnait de retirer mon turban ; mais dans la mesure où je remplis un office près la Cour, c'eût été malvenu, de ma part, que de mépriser une coutume en vigueur dans la province de Natal.

Grâce à cet argument et à d'autres semblables, je parvins à apaiser tant soit peu mes amis ; mais je ne crois pas les avoir convaincu entièrement, en l'occurrence, de la valeur de ce principe qui veut que des circonstances différentes imposent, pour le même fait, des façons de voir différentes. Et cependant, durant toute ma vie, le culte opiniâtre de la vérité m'a appris à mesurer toute la beauté du compromis. La suite de ma vie m'a montré que cet état d'esprit entrait pour une part essentielle dans le Satyâgraha. Souvent cela m'a valu de mettre ma vie en péril et d'encourir le mécontentement de mes amis. Mais la vérité a la dureté du diamant et la tendresse d'une jeune fleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   25 octobre 2015
Lorsqu’il faut choisir entre liberté et érudition, qui ne dira que l’on doit mille fois préférer la première à la seconde ?
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
452 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre