AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757815016
Éditeur : Points (27/08/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Face à l'oppression et à la discrimination que subit son peuple, Gandhi revendique l'action non violente. C'est cette idée qui est au coeur du discours qu'il tient devant ses juges lors de son procès, le 19 mars 1922. Héros du nationalisme indien, il devient un modèle politique et moral tant en Inde qu'en Occident. Nombreux sont ceux qui, à sa suite, s'inscriront dans cette revendication de la non-violence. C'est le cas du Dalaï Lama, lors de son discours de récepti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Florel
  17 août 2013
Très bon petit livre, bien que certaines parties des discours soient purement utopiques et dénuées de bon sens à mon avis. Notamment un passage du discours du Dalaï-Lama, quand il parle avec conviction que le bien triomphe toujours. Voici le passage en question : "Ce que nous enseigne ces changements positifs*, c'est que la raison, le courage, la détermination et le désir inextinguible de liberté peuvent triompher. Dans le combat qui oppose les forces de guerre, de violence, d'oppression, aux forces de paix, de raison, de liberté, la victoire revient aux derniers."
C'est beau, mais à mon sens c'est plutôt faux. D'ailleurs il n'y a pas eu beaucoup de changement au Tibet depuis ce Prix Nobel, et je crains qu'il n'en ai jamais... Surtout que les chinois immigrent de plus en plus au Tibet, ce qui détruit la culture et la nation tibétaine à petit feu. (Ca aussi Le Dalaï-Lama en parle dans ce discours.)
Enfin quel que soit nos opinions sur la question, ces deux discours restent agréables à lire. Surtout que la question du Tibet, contrairement à l'Inde, est toujours d'actualité.

* Il parle d'une manifestation non-violente des étudiants chinois pour la démocratie, évidemment réprimée dans le sang. Ou encore de la chute du mur de Berlin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDON
  23 décembre 2017
Gandhi et Le Dalaï Lama revendiquent tous deux la non-violence en réponse à l'oppression. Mais si le premier situe son argumentation d'un point de vue moral, le second prône, lui, une forme de sagesse nécessaire.
(...)
Deux documents historiques pour alimenter le débat.
Article complet en suivant le lien.
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          110
sumitsuki
  22 juillet 2010
Très instructif et régénérant mais bien trop court, voilà pourquoi je n'ai mis que 4/5 ; l'idée de la collection des 'discours Points' est intéressante, et (ici du moins) doublement enrichissante car bilingue. Mais j'aurais aimé plus de documentation, de contextualisation autour, et/ou l'ajout d'autres textes. Ces deux discours-là sont très forts en eux-mêmes, bien sûr, clairs, didactiques (et d'une force positive qui est à elle seule une leçon), mais ça sent un peu le produit d'appel ; il aurait fallu davantage de matière.
Commenter  J’apprécie          30
DonaSwann
  09 février 2016
Deux discours, le premier du Mahatma Gandhi, du 23 mars 1922 et l'autre, du Dalaï Lama, le 10 décembre 1989. Je les ai lus en anglais, mais avec le texte français en regard, ce qui m'a permis de combler quelques petites incertitudes dues à ma faible maîtrise de cette langue.
Cf. note de lecture en anglais sur mon blog :
Lien : http://aufildesimages.canalb..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
sumitsukisumitsuki   22 juillet 2010
Le fait d'avoir à cohabiter sur cette petite planète qu'est la Terre nous impose d'apprendre à y vivre en paix tous ensemble, en harmonie avec la nature, et il ne s'agit pas d'un rêve mais d'une nécessité.

Dalaï Lama, discours de réception du Prix Nobel de la Paix, 1989
Commenter  J’apprécie          400
ErnestLONDONErnestLONDON   23 décembre 2017
La non-coopération violente ne fait qu’accentuer le mal et que, étant donné que le mal ne se maintient que par la violence, le refus de soutenir le mal exige de s’abstenir de toute violence.
Commenter  J’apprécie          110
ErnestLONDONErnestLONDON   23 décembre 2017
L’affection ne saurait être fabriquée ou régulée par la loi. Si l’on n’a pas d’affection pour une personne ou pour un système, on doit être libre d’exprimer pleinement sa désaffection, tant que l’on n’a pas l’intention de recourir, de promouvoir ou d’inciter à la violence.
Commenter  J’apprécie          10
ClioInoClioIno   04 juin 2018
Lorsque je rencontre des gens venant de différentes parties du monde, je constate immanquablement que nous sommes, au fond, tous semblables : nous sommes tous des êtres humains. Nous pouvons être vêtus différemment, avoir une couleur de peau différente, parler des langues différentes. Voilà pour les apparences. Mais fondamentalement, nous sommes tous les mêmes êtres humains. C’est cela qui nous lie les uns aux autres, qui nous permet de nous comprendre, de devenir des amis, de nous sentir proches les uns des autres. Dalaï Lama
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDONErnestLONDON   23 décembre 2017
C’est une vertu d’avoir de la désaffection pour un gouvernement qui dans son ensemble a fait plus de mal à l’Inde que n’importe quel autre système antérieur.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Conflits sociauxVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Processus sociaux>Conflits sociaux (77)
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre