AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021343367
Éditeur : Seuil (06/04/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Non loin de la mer, on découvre un cadavre enfoncé la tête en bas dans une fosse. Celui de Marco Morello, fils d'un caïd de la 'Ndrangheta locale. Il s’agit visiblement de la vengeance d'une famille mafieuse contre celle de Morello.L'enquête devrait être de pure routine, personne ne veut perdre de temps avec ces gens-là... On la confie donc au "petit juge" Alberto Lenzi, sa réputation de flemmard le destinant aux cas sans intérêt ni relief. Or Lenzi, malgré les appa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  09 juin 2017
Le corps de Marco Morello, fils d'un caïd de la 'Ndrangheta, vient d'être découvert dans une fosse, en plein maquis. , saucissonné avec du fil de fer et pendu par les pieds .
Tout désigne une vendetta entre familles rivales. Et personne ne voulant perdre de temps avec ces gens-là, on confie l'enquête au « petit juge » Alberto Lenzi, sa réputation de flemmard le destinant aux cas sans intérêt ni relief.
Un polar à la fois drôle et captivant, italien jusqu'au bout des ongles. signé par un auteur qui a été surnommé « le Sciascia de l'Aspromonte. »
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          200
encoredunoir
  30 juillet 2017
Marco Morello, fils d'un chef de bâton de la ‘Ndrangheta, tombe dans un guet-apens alors qu'il sort de l'immeuble de sa maîtresse. Passé à tabac par un homme qui le ligote avant de l'embarquer dans sa voiture, Morello va finir – et c'est remarquable – à la fois noyé et enterré vivant. Règlement de comptes mafieux ? Vendetta familiale ? Meurtre crapuleux ? La mort naturelle et l'accident domestique exclus, les possibilités sont nombreuses pour le juge Lenzi, d'autant plus intéressé par l'affaire que la veuve de la victime est particulièrement séduisante et que le meurtrier le met au défi de le retrouver à travers des courriers anonymes.
On retrouve dans ce troisième roman de la série mettant en scène Lenzi tous les ingrédients des deux précédents épisodes. Lenzi est toujours tiraillé par le désir qu'il éprouve pour les belles femmes qui l'entourent, Don Mico Rota, le chef de bâton avec lequel Lenzi entretient une relation ambigüe, continue de jouer les pythies à travers ses histoires à clefs et, bien entendu, au club des officiers, la petite notabilité locale commente toujours avec ironie et une certaine bassesse, le fait divers qui passionne la ville. Ajoutons-y un nouveau personnage prometteur, Cippo, stagiaire de Lenzi, et l'on a de quoi passer a priori un agréable moment de lecture.
Ceci dit on peut aussi éprouver une certaine déception. Là où les romans précédents, à travers les enquêtes de Lenzi, nous dévoilaient en creux les courants qui agitent une société calabraise faisant la jonction, à sa manière bien particulière, entre code clanique traditionnel et mondialisation, La vérité du petit juge offre une enquête sans grande originalité. On a vu mille fois l'histoire du criminel animé par la vengeance mettant la justice au défi, et le cadre dans lequel la place Gangemi n'apporte pas grand-chose de plus. Par ailleurs, les situations qui font le sel des histoires de Lenzi – sa manière de courir après les femmes, sa nonchalance, les rencontres avec Don Mico ou les joutes verbales du club des officiers – sont ici expédiées un peu automatiquement, comme si Mimmo Gangemi était en roue libre et se contentait d'aligner les ingrédients d'une recette éprouvée sans réussir totalement à en retrouver le goût. Si la lecture de ce roman n'est pas désagréable, si quelques fulgurances la rendent même parfois très plaisante, il n'en demeure pas moins que l'on est assez loin de la richesse des deux volumes précédents et l'on espère Gangemi saura raviver la flamme dans son prochain roman.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pchion
  20 mai 2017
Très bonne série policière italienne... Les personnages sont intéressants et il est clair que l'auteur connait parfaitement les rouages et le fonctionnement de la redoutable mafia calabraise la N'drangheta. L'histoire démarre par un premier meurtre, particulièrement sordide (je pense d'ailleurs que je me serais volontiers passé de certains détails - ce sera ma seule critique à l'égard de l'ouvrage)... le juge enquêteur ne se sent guère impliqué au départ : le mort est une ordure et sa disparition ne fait que nettoyer un peu le paysage criminel. Mis au défi par l'assassin qui le provoque à plusieurs reprises le "petit" juge se prend au jeu et l'enquête s'accélère. En toile de fond, la situation sentimentale complexe dans laquelle évolue notre personnage principal... Sa passion pour les rencontres sentimentales va le placer sur un terrain particulièrement dangereux !
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Bibliobs   17 juillet 2017
Gangemi, qui sait parfaitement relater des histoires criminelles effarantes en soi, y ajoute une saveur locale originale qui tient au contexte socio-culturel de la Calabre.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BazartBazart   09 juin 2017
"L"ombre se releva. Il remplit la fosse de terre, la tassa soigneusement. Il éclaira la scène. Deux moccasins en daim sortaient du sol. Autrefois élégants, l'eau et la boue les avaient ravagés. On aurait dit qu'ils étaient vides."
Commenter  J’apprécie          170
rkhettaouirkhettaoui   07 mai 2017
Pourtant, quand il se donnait du mal – ça arrivait tous les trente-six du mois –, il cassait la baraque, chose d’autant plus appréciable qu’il se risquait en personne dans les enquêtes, plutôt que de se la couler douce vautré dans un fauteuil au bureau, d’accabler les troupes de ses ordres de peau de vache, de s’attribuer tout le mérite en cas de succès et d’imputer d’éventuels échecs à ses subalternes. Mais ça commençait à dater. Or, le temps s’accroche au présent et renvoie dans l’oubli les succès de naguère. Désormais, sur l’électrocardiogramme de sa réputation, le dernier pic était hors cadre, le tracé était tendanciellement plat, encore un peu et sa renommée retomberait au ras des pâquerettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 mai 2017
Pas le genre beauté tape-à-l’œil, elle s’habillait sobrement et se maquillait à peine, mais on devinait ses courbes somptueuses, ses chairs fermes, serpentines – on les devinait et c’est tout, sans pouvoir vérifier : les époux Morello ne se baignaient que dans la piscine de leur prétentieuse villa sur le littoral, et pour aller à la mer ils choisissaient des vacances à l’étranger, dans de lointains paradis terrestres, à cause d’un reste de morale antique leur interdisant d’exhiber leur nudité là où les gens les connaissaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 mai 2017
« Quand tu auras mon expérience du métier sur ce territoire et que tu en auras vu autant que moi, tu penseras pareil. Nous ne pouvons jamais les vaincre, on arrête les titulaires, et hop ! les remplaçants débarquent aussi sec. C’est comme une grande équipe de foot, ceux qui sont sur le banc de touche sont au niveau de ceux qui sont sur le terrain. Et donc, plus ils se zigouillent entre eux, mieux on respire. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : calabreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre