AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097396442
242 pages
Éditeur : Armada (01/10/2020)
4/5   2 notes
Résumé :
Je m'appelle Soyana, meilleure contrebandière de tout SysSol. Voici Doriane, ma seconde et pilote, ancienne soldate et ancienne espionne de la Spatiale. A ses côtés, Line que nous avons recueillie à ses dix ans. Quant au Circaète bleu, c'est notre vaisseau, le plus fin, le plus racé et le plus rapide de ce coin d'Univers.
Voilà pour les présentations puisque vous allez faire le voyage avec nous.
Quant aux consignes que vous devez suivre, elles sont sim... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Le_chien_critique
  04 février 2021
Peut on faire du pulp en 2020 comme en 1960 ?
Jean Christophe Gapdy, nous montre que le pulp actuel peut ranger sans problème les héros virils au placard et nous offrir des héroïnes cosmopolites et LBGT !
Deux femmes et une jeune ado, soit deux contrebandières et demi, sont en audition devant leur avocat. Elles demandent réparations pour la destruction de leur vaisseau. Pourquoi comment, elles nous font le récit des péripéties qui les ont emmenées au tribunal.
Inhumaine contrebande est un fix up pulp dont le titre résume parfaitement le sujet : les progrès technologiques ne sont pas forcément des progrès humains, loin de là. Il se trouvera toujours une personne pour exploiter à son compte son prochain, qu'il soit clone, cyborg ou humain, ou pour tenter de détourner la technologie pour arriver à ses fins. Bref, le futur ne sera pas forcément tout rose et l'égalité restera encore longtemps un vain mot.
Cependant, quelques personnes, comme nos contrebandières, et malgré leur job pas très légal, gardent une certaine éthique. Asservir son prochain, d'autant si ce sont des gosses, très peu pour elles. L'auteur a eu la bonne idée de nous offrir des personnages atypiques pour renforcer son propos. Déjà, nous avons affaires à des femmes, dont la couleur blanche n'est pas dans leurs gènes et dont deux sont amantes (mais pas de guimauve, ouf !)
Cerise sur le gâteau, l'auteur nous emballe le tout dans des péripéties parfois bien pulpées (que j'ai moins aimées), parfois plus introspectives (que j'ai appréciées). C'est l'aventure qui prime, l'asservissement étant la toile de fond. Bref, de quoi réfléchir tout en se divertissant.
Le seul véritable bémol pour moi est la brièveté de l'ensemble, j'aurais bien aimé quelques pages supplémentaires, d'autant que le final nous montre des personnages à la psychologie plus affirmée.
Mais gageons que nous retrouverons nos héroïnes dans d'autres démêlées...
Un mot sur la couverture dont j'avoue ne pas être un grand fan, et c'est un euphémisme. Je trouve pour ma part qu'elle fait très jeunesse alors que le contenu pourrait plaire à un public adulte. Je suis d'autant plus étonné car l'illustrateur sait nous pondre de très belles illustrations, la preuve sur le site de l'auteur avec quelques portraits des protagonistes ou sur le portfolio du roman Sous la lumière d'Hélios de Dominique Lémuri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Arnauld57
  06 octobre 2020
JC Gapdy fait d'ordinaire dans le complexe. Ou, disons, dans le "déjanté contrôlé" (je pense à son diptyque : "Les Gueules des vers" et "L'Enfer des vers", parus chez Rivière Blanche - le second tome étant particulièrement réussi). Mais il sait aussi faire dans le simple (comme avec "La Reine du diable rouge", paru chez Pulp Factory ou nombre de ses nouvelles).
Petite parenthèse, il est dommage qu'Armada n'inclue pas la bibliographie de son auteur dans cet opus...
Mais bref : cette "Inhumaine contrebande" (et la nouvelle accessoire, "Le Fil du rasoir" qui se déroule dans le même univers, que je n'ai pas pu m'empêcher de me procurer) est un petit régal.
L'idée est-elle neuve ? Non. Il s'agit d'une suite de missions menées tambour battant par un couple de guerrières, assistées d'une étrange gamine (n'en disons pas plus pour ne pas spoiler). Et cette "familiarité" est un atout, car, à la lecture de ces aventures, nous ne pouvons empêcher notre imaginaire de faire appel à ses souvenirs SFF, pour appeler à la rescousse toute une floppée d'autres d'héroïnes guerrières d'hier et d'aujourd'hui (que je ne ne citerai pas, de peur d'en oublier !).
L'atmosphère qui se dégage ainsi de la lecture de ce roman fonctionne à merveille. Les images s'imposent d'elles-mêmes. Et, nostalgie et talent du conteur obligent, la dernière page à peine refermée, on en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   04 février 2021
les humains cultivaient toujours leur inhumanité
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : déjantéVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura