AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782909403298
128 pages
Éditeur : Monte-Cristo (01/02/2003)
4.08/5   6 notes
Résumé :

Pari insensé ou sentimentalisme excessif ? François Garagnon voit dans le geste infime de la mère qui veille, quelque chose de plus conséquent, pour l'avenir de l'humanité, que les décisions des puissants qui gouvernent la marche du monde.

Car c'est à partir de cette inclination infiniment tendre et protectrice enfouie dans un instinct millénaire, qu'un petit d'homme trouvera, plus tard, assez de points d'appui et d'envol pour laisser au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marigold
  20 octobre 2012
Magnifique petit livre!
Une série de textes très émouvants, sur la relation mère-enfant, où le divin n'est jamais très loin.....
En plus, je l'ai lu pendant mes "pauses allaitement" avec mon bébé au sein, c'était magique!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
JondellesJondelles   08 octobre 2011
"François Garagnon voit dans le geste infime de la mère qui veille, quelque chose de plus conséquent, pour l'avenir de l'humanité, que les décisions des puissants qui gouvernent la marche du monde. Car c'est à partir de cette inclination infiniment tendre et protectrice enfouie dans un instinct millénaire, qu'un petit d'homme trouvera, plus tard, assez de points d'appui et d’envol pour laisser au monde son empreinte et transformer le hasard en destin".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MarigoldMarigold   02 octobre 2012
Les lendemains qui chantent, c'est au mères qu'on les doit. Leur amour si humble, qui se croit impuissant ou du moins incapable de changer le cours des événements, c'est ce souffle chargé de tant d'heures de patience, de larmes et de sourires, qui pousse la frêle embarcation vers la terre promise et rend la traversée possible. p.11
Commenter  J’apprécie          100
DanieljeanDanieljean   14 novembre 2018
Elle est le premier visage du monde. Celui que l’on découvre en arrivant au monde. La tendresse y coule à flot comme une source de lumière dont la prodigalité jaillit derrière le rideau des cils. Quand le visage s’approche, on reçoit l’ensoleillement du regard tout rayonnant d’une joie secrètement butinée dans la grande ruche de l’invisible et qui est comme un nectar de vie. Dans ce regard qui s’ouvre telle une clarté d’aurore, la femme se fait haute mère, déesse des larges horizons, de l’amour de la vie, et d’une espérance grande, pure et bien droite comme le silence. Elle est le premier “je t’aime” murmuré à notre oreille, ce serment de l’âme qui est aussi serrement du cœur, tant s’y résume de manière radicale l’universel élan de la condition humaine : aimer et être

aimé. Toute notre vie est contenue dans cette quête éperdue aux élans parfois perdus. Mais pour une mère, tout est miel. Rien n’est perdu. Et c’est pourquoi jamais elle ne se lasse de répéter ce “je t’aime” à la chair de sa chair, d’abord de la bouche à l’oreille, puis au fil du regard, puis d’âme à âme. La vie, dans son tout début ? Peut-être une manière de remplir le vide, de sculpter le silence, l’art de donner forme à ce qui, sans nous, serait resté dans l’informulé, la matière inanimée, le néant...

Qui sait ?

Dieu seul sait !

Et les mères veilleuses, qui ont le pouvoir de donner la vie, partagent naturellement ce secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   25 juillet 2019
Le cœur d'une mère est toujours ouvert, comme le sont ses bras, comme sait l'être aussi son regard lorsqu'il s'écarquille à force de se donner dans les profondeurs de l'âme, tout au fond des yeux de l'enfant qui boit. Sa voix est notre première musique, la première harmonie qui ait fait vibrer notre vie. Nous la connaissions déjà quand nous étions au fin fond, dans la clairière de l'être, au plus intime de la vie. Juste avant la trouée de lumière. Avant la mise au monde, la mise à vie. Vie-à-vie de deux regards qui s'échangent des connivences belles et folles comme des serments. Et ce chant inaugural est, pour chaque petit d'homme, comme le premier matin du monde. La mère ponctue de sa présence une sorte d'unité primordiale. Intouchable. Préservée depuis la nuit des temps comme un secret immémorial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   25 juillet 2019
Elle est le premier "je t'aime" murmuré à notre oreille, ce serment de l'âme qui est aussi serrement du cœur, tant s'y résume de manière radicale l'universel élan de la condition humaine : aimer et être aimé.
Commenter  J’apprécie          60

Dans la catégorie : Parents/enfantsVoir plus
>Mariage et famille>Relations Parents/Enfants>Parents/enfants (72)
autres livres classés : amour maternelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1399 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre