AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742752943
Éditeur : Actes Sud (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Qui es-tu donc, ma mère conteuse, pour savoir tant du Loup et me le glisser à l'oreille, pour être dans son secret de malfaisance ? Quelle commère es-tu, de quel compère ? L'art de Perrault est de se référer sans figurer. D'annoncer sans révéler.

De laisser travailler dans l'ombre de l'implicite, dans le silence du texte, la monstrueuse face du Loup, cachée sous la nôtre de conteur, beau masque d'amour.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
trust_me
  27 janvier 2014
Incroyable cette lecture du Petit Chaperon rouge par Anne-Marie-Garat. Incroyable parce que son explication de texte analyse le conte dans les moindres détails, même les plus inattendus. Déjà, précisons qu'elle ne s'intéresse qu'à la version de Perrault datant de 1697, pas à la guimauve des frères Grimm où le Chaperon s'en sort à la fin sans dommages, ni à toutes les variantes qui ont pullulé au cours des siècles.
Chez Perrault on est face à un texte adulte à l'érotique barbare, pas une bluette pour enfants. Pour autant ce conte est le seul de son recueil à avoir une fin aussi cruelle, aussi définitive. Il possède également une sobriété réaliste qui détonne : pas de magie, de fée, d'ogre ou de sorcière.
Anne-Marie Garat passe en revue toutes les composantes de ce récit court à l'unité de temps et d'espace remarquable. le rôle de la mère, celui de la galette (important !) mais aussi celui du décor où la tragédie se joue, l'effrayante forêt des contes, celle où se déchaîne le Mal, où s'expriment la cruauté et le chaos de la nature.
Je ne vais pas revenir sur chaque chapitre pour éviter de tomber dans la paraphrase mais sachez que l'auteur passe le Petit Chaperon rouge au tamis de l'histoire littéraire, de l'étymologie, de la stylistique et bien sûr de la psychanalyse. La question de la pédophilie est un élément central auquel vient se rajouter un soupçon de gérontophilie (le loup abuserait sexuellement de la grand-mère avant de se jeter sur elle et de la dévorer).
Mais en fait, ce que j'ai le plus apprécié, c'est la réflexion autour de la qualité littéraire du texte. Perrault est tout simplement parvenu à lui donner une musicalité exemplaire. « Il chante et chantonne, enchante de sa rythmique empruntée aux comptines et formulettes, les diminutifs variés multipliant le jeu de volubilité, l'alternance des voix et du récitatif répétant en leitmotiv toutes les tournures et les clés du langage. Il est un rite de passage, en son texte réglé comme portée musicale, à la note près, à la virgule près. »
J'ai aimé aussi apprendre comment le bourgeois Perrault, qui ne s'intéressait pas une seconde aux petites gens, à pu recueillir ces « textes de riens, venus d'une humanité sans valeur ». N'ayant pas accès à la source paysanne des contes, il les recueille par l'intermédiaire de la nourrice de son fils Pierre, qui a lui-même consigné dans un cahier les histoires racontés par cette femme au coin du feu. Alors qui de Pierre ou de son père est le réel auteur ? A l'évidence, c'est la réécriture de Charles qui a magnifié la matière brute du départ : « Il ne s'agit donc pas d'un divertissement subalterne et sénile, ni d'une activité excentrique. Avec un immense esprit de sérieux et un sens aigu de la modernité, Charles Perrault entreprend, à la suite de Pierre, d'écrire l'oral, d'en fixer la variable et insaisissable matière en une forme rigoureuse, qui, tout en gardant son caractère originel, obéit aux exigences et à l'esthétique classique de son temps, et lui donne dignité littéraire, jusque dans son choix de la prose, pour la majorité de ses contes. »
Un ouvrage à la fois érudit et simple d'accès. Voila une explication de texte d'une imparable limpidité qui mérite bien un 20/20.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
emmyne
  27 janvier 2014
Dans cet ouvrage, la romancière Anne-Marie Garat présente Une lecture du Petit Chaperon Rouge, s'appuyant sur la version originale écrite, soit le texte de Charles Perrault de 1697 publié en fin d'ouvrage.
Dès les premières pages, l'auteur rappelle les fonctions et destinations du conte en général ( revenant sur la récente notion de littérature jeunesse et les « maints malentendus » qu'ont entraînés la forme narrative et l'univers merveilleux ), sur la singularité de celui-ci qui semble déroger par son extrême violence, empruntant si peu à l'univers merveilleux, au principe de prévention-édification et d'énonciation des règles fondatrices de la société.
C'est bien de l'implicite de ce récit ( l'histoire et les formulations ) dont il est question, qui est mis en question, au-delà de la morale préventive de la pédophilie. Car ce conte est celui de la dévoration aux multiples significations, la sexuelle en étant l'évidence, mais celle aussi de la relation adulte-enfant, ce que l'adulte, notamment la mère, au sens symbolique, fait porter à l'enfant. Un chaperon rouge, ce chapeau symbole de féminité aux couleurs de la séduction et d'un érotisme cru. Les mots en italique sans guillemet sont les miens pour montrer comme les mots révèlent un conte dont « l'apparente lisibilité est l'obstacle majeure à sa compréhension ».
Bien que cette lecture m'ait peu appris, simplement parce que je fus spécialisée dans le conte et le mythe littéraire avant de m'engager en littérature jeunesse, j'ai apprécié ce juste rappel de ces fonctions et destinations du conte ainsi que les propos de l'auteur évoquant régulièrement l'origine et la pérennité de l'oralité du conte, le talent de Charles Perrault qui a su les préserver à l'écrit. J'ai plus qu'apprécié qu'elle émaille son étude de phrases passionnées sur le rôle de transmission privilégiée par la densité de l'histoire racontée sous la fausse simplicité ( d'un patrimoine, pas uniquement culturel, il y a aussi la langue ainsi que toutes ces émotions essentielles à l'enfance ) dont s'investit l'adulte conteur et complice, en partage, en amour; ce moment d'intimité « de ravissement et d'effroi » lové, protégé, au creux de ce monde de mots et d'images de l'imaginaire; imaginaire collectif occidental.
Les chapitres suivants relèvent, points par points, toujours au plus proche du texte de C.Perrault, le contexte du conte au temps de son écriture; contexte historique et social, cet implicite qui échappe maintenant à la lecture. L'étude porte ensuite sur les références et analogies suggérées, les repères et l'iconographie induite, la rhétorique de ce texte à l'épure stylistique si puissante. L'auteur élargit parfois son étude par des parallèles avec d'autres contes ou certaines scènes de romans qui lui en paraissent inspirées ou par des considérations sociales contemporaines. Cette lecture, qui interroge « les sens de lecture » s'inscrit plus dans l'explication (con)textuelle permettant les perspectives d'interprétations que l'analyse, évitant ainsi l'écueil de trop de psychanalyse.
Une lecture qui m'a semblé souvent quelque peu bavarde malgré les chapitres courts et précis et pourtant je ne peux que recommander ce livre à qui s'intéresse aux contes, à leurs merveilleux pouvoirs, ne serait-ce que pour la volonté remarquable de Anne-Marie Garat, servie par une plume enlevée et volubile, de lui rendre sa valeur originelle.
Lien : http://www.lireetmerveilles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Anne-Marie Garat (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Marie Garat
Tout plaquer pour partir à l?aventure ! Jessie, l?héroïne du nouveau roman d?Anne-Marie Garat, n?a pas eu d?autre choix. À l?âge de six ans, elle doit suivre sa mère en exil, de la Californie jusqu?au Grand Nord-Ouest. Avec elle, plongez dans les paysages du Yukon et de l?Alaska des années 1930, à la rencontre des peuples amérindiens et d?innombrables secrets de famille ! « le Grand Nord-Ouest » est publié chez Actes Sud.
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : sur les contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre