AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sébastien Roy (Traducteur)
EAN : 9782742764594
269 pages
Actes Sud (13/05/2010)
3.09/5   45 notes
Résumé :
Dans son commissariat de Copacabana, Espinosa est confronté à l'une des plus troublantes affaire de sa carrière. Doit-il protéger un médecin poursuivi par un dangereux malade mental ? Ou un patient persécuté par un médecin paranoïaque ? Une chose est sure : la mort ne saurait être un simple trouble psychique.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,09

sur 45 notes
5
0 avis
4
0 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
1 avis

andman
  20 décembre 2014
Bienvenue à Ipanema, le quartier branché de Rio de Janeiro, dont la plage paradisiaque jouxte celle non moins célèbre de Copacabana.
C'est ici que les musiciens João Gilberto et António Carlos Jobim jetèrent les bases de la bossa nova dans les années cinquante. Sans doute connaissez-vous l'excellent album “Getz-Gilberto” sorti en 1963 et sur lequel figure le titre sublime : “The girl from Ipanema” !
Bercé par la pureté du saxophone de Stan Getz je tergiverse, je rêvasse, j'en oublierais presque de vous parler de “L'étrange Cas du Dr Nesse” de Luiz Alfredo Garcia-Roza.
Il est vrai que ce roman policier brésilien ne m'a guère enthousiasmé avec son atmosphère hivernale et pluvieuse, à l'opposé de l'ambiance samba si prisée des cariocas.
La quatrième de couverture laissait pourtant présager un moment intéressant en compagnie d'un psychiatre d'Ipanema, le docteur Nesse, et un de ses patients psychopathe, un dénommé Jonas.
Le style de l'auteur n'est certes pas désagréable mais au bout de quelques dizaines de pages, le doute quant à la consistance de l'intrigue commence déjà à poindre.
Cette histoire de praticien paranoïaque est au final inracontable tant les invraisemblances sont criantes, les rapports entre les divers protagonistes peu crédibles et l'inefficacité des autorités policières chronique.
Vite un autre grand nom de la bossa nova pour oublier ce polar sans saveur !
Le langoureux ''Cucurrucucu Paloma'' interprété par Caetano Veloso vous siérait-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
sandrine57
  16 mai 2016
A l'hôpital universitaire où le docteur Nesse donne des consultations psychiatriques, personnel et malades apprécient tous le jeune Isidoro, un garçon poli et doux qui aime venir se reposer dans le parc sous un manguier et dont le seul trouble est de ne vouloir répondre qu'au nom de Jonas. Mais Nesse ne partage pas cet engouement. Lui seul sait que son patient est psychotique, qu'il le suit dans les rues de Rio, qu'il le surveille sans cesse, qu'il tente de s'immiscer dans sa sphère privée. de plus en plus inquiet, le psychiatre voit rouge lorsqu'il découvre que Jonas fréquente sa fille aînée Leticia. Quand celle-ci disparaît, il n'a d'autre choix que de contacter le commissaire Espinosa pour dénoncer son patient qu'il accuse d'avoir séduit sa fille pour lui nuire. Ce qui semble être une fugue amoureuse se termine mal. Nesse fait interner Jonas, Leticia proteste et finit par devenir folle.
Six mois tard, Espinosa est amené à revoir les protagonistes de cette histoire : une lettre arrive au commissariat qui accuse le docteur Nesse d'avoir tué Jonas, Leticia est toujours sous traitement et cette fois, c'est Roberta, la fille cadette qui est introuvable. le commissaire essaie de démêler les fils d'une affaire compliquée. Qui est la victime ? Jonas dont on ne sait avec certitude s'il est mort ? le docteur Nesse harcelé par un psychopathe ? La vérité semble difficile à appréhender...
Plus roman psychologique que polar, cette quatrième enquête du commissaire Espinosa est un embrouillamini entre un médecin et son patient dont on ne sait lequel des deux manipule l'autre, lequel des deux est paranoïaque, lequel des deux est persécuté. Quoi qu'il en soit l'histoire raconte la lente déliquescence de ces deux êtres, en raison de leur antagonisme réel ou supposé. le psychiatre voit sa vie parfaite partir à vau-l'eau, sa famille se déliter, le patient y perd sa liberté et même sa vie. L'enquête de la police est délicate, fondée seulement sur des témoignages dont la véracité n'est pas toujours prouvée. Espinosa, fidèle à lui-même, est plus dans la réflexion que dans l'action mais, de toute façon, rien ne peut arrêter le poison qui envenime les relations de tous les protagonistes.
Trop cérébral, trop lent, ce roman est jusqu'ici le moins réussi de cette pourtant très bonne série. Même Rio, froide et pluvieuse, ne parvient pas à rehausser l'intérêt d'un lecteur qui ne saura jamais qui du docteur Nesse ou de Jonas était le fou de l'histoire. Pas franchement mauvais, plutôt déconcertant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
le-mange-livres
  10 avril 2015
Le Dr Nesse est psychiatre à Rio. Il suit un patient qui refuse de se faire appeler autrement que Jonas, alors qu'il se prénomme Isidoro. Mais depuis qu'il a pris ce jeune homme en charge,
un rapport très trouble s'engage entre le patient et le soignant : "Jonas avait conclu la séance comme si c'était lui, et non pas le médecin, qui distribuait les cartes". Et des phénomènes curieux apparaissent et se développent dans sa vie quotidienne : il se sent épié, suivi, voire menacé. Une crainte d'abord diffuse, qui se transforme en franche angoisse, puis en peur brute, quand il est question, dans ses entretiens avec Jonas, de sa fille, qui disparaît.
Le Dr Nesse, paraissant d'abord bizarrement indifférent à la disparition de sa fille, finit par la signaler, et Espinosa commence à enquêter sur cette affaire peu banale, où il n'y a ni corps, ni preuve, mais un rapport d'une cruauté réciproque et perverse au sein de ce bizarre binôme masculin. "Espinosa pensa à un certain type de personnes qui se mettent à voler autour de la vie des gens comme des mouches vertes, sans se décider à rester ni à partir, faisant quelques vols latéraux avant de revenir toujours au même point". Pour autant, il paraît mais bien délicat de déterminer, dans cette affaire, qui manipule qui : "Il te reste à découvrir si cette histoire est celle du médecin et du monstre, ou celle du patient et du monstre."
Garcia-Roza prend un malin plaisir à perdre son lecteur dans les méandres des paranoïas de chacun, installant un sentiment dans le fond assez dérangeant et inconfortable. "Quand un fou dit qu'il est persécuté, son persécuteur peut être imaginaire, mais le sentiment de persécution est réel." Entre les transferts et le renversement de la relation soignant-soigné, le roman trouble de façon certaine. Et l'on est bien heureux, dans ce contexte, de retrouver notre Espinosa et son éternel détachement, l'émouvante ambiance de son quartier et de son commissariat, son humanisme, et sa manie consistant à tenter, inlassablement, de ranger ses livres (ça me rappelle quelqu'un, tiens); avec la lumière subtile qu'il jette, au travers de ses enquêtes, sur les dysfonctionnements du Brésil contemporain.
Pour autant, et malgré mon idôlatrie de Garcia-Roza, à mon sens ce n'est pas le meilleur. On retrouve le même sentiment d'étrangeté que dans Objets trouvés ou Bon anniversaire, Gabriel !, avec le sentiment de décalage associé aux pathologies mentales et le même genre de jeu autour du sentiment de persécution. Mais pour moi le silence de la pluie ou même Fenêtre à Copacabana restent inégalés.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rotsenamrub
  11 octobre 2020
Rio à nouveau, guidé par Luiz Alfredo Garcia-Roza.
Alors bien entendu, le charme de la découverte ne fonctionne qu'une fois.
L'environnement est bien là qui enracine la narration dans une réalité de la ville qui m'est moins familière. Je n'y ai jamais connu ce type de période relativement "froide".
L'intrigue en revanche est originale. On pourrait reprocher à l'auteur sa construction qui laisse assez vite subodorer la chute.
Mais cette maladresse reste fort bénigne au regard du sabotage éditorial que constitue le titre français de l'ouvrage.
"Spoiler" incontournable, tout est dans le titre, circulez il n'y a plus rien à voir.
J'ai malgré tout apprécié.
Commenter  J’apprécie          40
Rodin_Marcel
  17 septembre 2015
Garcia-Roza Luiz Alfredo – "L'étrange cas du Dr Nesse : une nouvelle enquête du commissaire Espinosa" – Actes Sud, 2010 (ISBN 978-2-7427-6459-4) - traduit du portugais brésilien

Je voulais voir un peu ce que le Brésil pouvait nous raconter. Bof et re-bof, c'est bien fait pour moi, car la quatrième de couverture précisait bien qu'il s'agissait d'une intrigue entre un patient et son psychiatre, bien entendu c'est le patient qui détruit le psychiatre.

Le type même de roman «internationalisé» dans lequel les références précises au pays de l'auteur sont suffisamment gommées pour que le livre puisse se vendre partout, à moins que certaines couches sociales de l'humanité soient maintenant suffisamment standardisées, mondialisées, pour en devenir «passe-partout», vouées au coca-cola, au mac-do, à l'anglais dit des affaires et à ce genre de littérature.

Dans le même genre de roman policier atemporel et non localisable, «roman internationalisé» voir par exemple Donato Carrisi "L'écorchée".
Poubelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
andmanandman   12 janvier 2015
Quand un fou dit qu'il est persécuté, son persécuteur peut être imaginaire, mais le sentiment de persécution est réel.
Commenter  J’apprécie          230
jovidalensjovidalens   18 mai 2016
...il se passait rarement un mois sans que la bibliothèque du commissaire ne s'accrût d'une demi-douzaine d'acquisitions. La femme de ménage n'y aurait vu aucun inconvénient si le commissaire avait disposé d'une étagère, ce qui aurait prodigieusement facilité son travail de nettoyage. Mais ce qu'il y avait dans l'appartement, c'était une oeuvre singulière d'ingénierie domestique qui occupait toute l'étendue du mur le plus grand du salon et qui consistait en une étagère sans tablette ni montant : ce qu' Espinosa appelait une étagère-sans-étagère ou, d'après sa description, une étagère faite uniquement de livres et qui faisait l'économie du bois ou de tout autre matériau. Une bibliothèque à l'état pur, sans autre élément que les livres, disait-il. La construction de l'étagère était simple : une première rangée de livres, debout, le long de la plinthe ; au-dessus, une rangée de livres couchés, formant une tablette ; au-dessus, une autre rangée de livres à la verticale, et ainsi de suite. L'étagère était déjà plus grande qu' Espinosa et, d'après la femme de ménage, son équilibre était de plus en plus précaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
StefEleaneStefEleane   14 septembre 2013
Le Dr Nesse ne dormit pas tout de suite. Il se leva plusieurs fois pour se rendre à la salle de bains. Il ne trouva le sommeil qu’au petit matin, après avoir pris un somnifère. Le lendemain, il sortit très tôt : il avait une réunion avec le directeur de l’hôpital pour réclamer davantage de salles et de stagiaires. En chemin, il révisa chacun des points à discuter.
Commenter  J’apprécie          10
jovidalensjovidalens   18 mai 2016
- Elle n'est pas impressionnée par la présence de policiers, dit Welber.
- Elle a l'habitude de parler à des fous.
Commenter  J’apprécie          30
jovidalensjovidalens   18 mai 2016
- Personne ne choisit on propre nom.
- C'est pour cela que les gens sont malheureux. S'ils ne choisissent même pas leur propre nom, comment peuvent-ils faire d'autres choix dans la vie ?
Commenter  J’apprécie          10

Video de Luiz-Alfredo Garcia-Roza (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Luiz Alfredo Garcia-Roza : Objets trouvés]
Sur une plage de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), Olivier BARROT présente le roman de Luiz Alfredo GARCIA-ROZA "Objets trouvés". le comédien Richard BOHRINGER en lit quelques lignes. Insert quelques images de la ville de Rio.
autres livres classés : littérature bresilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
366 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre