AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2356875646
Éditeur : Le Bord de l'eau (09/02/2018)
Résumé :
Le sexuel est-il affaire d'instinct ou d'apprentissage, de physiologie ou de psychologie, trait individuel ou social ? Où se logent les fonctions et les capacités sexuelles, comment les décrire et les soigner ? Le désir sexuel peut-il être matérialisé, sa physiologie décrite ? S'apparente-t-il à une quête de récompenses ? Dévoile-t-il l'identité profonde des sujets ? Sa nature et son expression diffèrent-elles chez les hommes et les femmes, les hétérosexuelles et le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Jeannepe
  16 août 2018
Les Sciences du désir interroge la sexualité féminine d'un point de vue scientifique, avec une certaine résonnance sociale et politique. du fait de sa structure sous forme d'articles, les approches sont multiples : historiennes, anthropologues, sociologues, philosophe, spécialistes de l'étude sociale des sciences et des études de genre se sont intéressé-e-s au désir sexuel, à la physiologie, et aux discours – savants notamment – sur la sexualité féminine. Nécessairement, apparaissent des schémas, des contradictions et des imaginaires sociaux parfois difficiles à contrecarrer. Nécessairement également, ça parle de plein d'autres choses difficiles à résumer.
J'ai trouvé dans cet ouvrage de nombreux grains à moudre pour alimenter ma réflexion. Sans compter tous ceux que j'ai laissés dans le coin de mon assiette parce qu'ils étaient trop pointus pour moi. Parce que forcément, discours scientifique oblige, j'ai parfois été perplexe de longues, très longues pages d'affilées, ne saisissant pas grand-chose de plus que le niveau intellectuel élevé des auteur-e-s. Autre écueil : sous couvert de science et d'une certaine exactitude scientifique, il est parfois difficile, surtout quand on a du mal cerner le propos, de distinguer ce qui est de l'ordre du fait ou des conclusions de l'auteur-e, et donc de se forger sa propre opinion. Et encore plus difficile : de la restituer. Dernier écueil : c'est pas très drôle.
Déformation professionnelle oblige, j'ai été frappée par l'article sur la grammaire employée pour parler de la reproduction (au lycée notamment) et par celui sur les adolescentes qui « font genre », dans tous les sens du terme. Les autres forment un flou duquel émerge quelques idées et notions qui, je croise les doigts, feront sûrement échos à des lectures futures… Histoire que ces trois cents pages et quelques ne se perdent pas dans les limbes de mon cerveau.
Bref, c'était très intéressant et j'ai pas tout compris, encore moins tout retenu. Allez-y les yeux grands ouverts !
Lien : https://auxlivresdemesruches..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JeannepeJeannepe   16 août 2018
En tant qu’anthropologue, je m’interroge sur la possibilité que la culture influence la manière dont les chercheur-e-s en biologie décrivent ce qu’elles/ils découvrent du monde naturel. Si tel était le cas, cela signifierait que, dans les cours de biologie au lycée, nous n’apprenons pas seulement à connaître le monde naturel, mais aussi des croyances et des pratiques culturelles qui nous sont présentée comme si elles faisaient partie de la nature. Au cours de mes recherches, j’ai réalisé que l’image de l’ovule et du spermatozoïde, telle que les récits populaires et scientifiques à propos de la biologie reproductive la dépeignent, repose sur des stéréotypes qui sont centraux dans nos définitions culturelles du masculin et du féminin. Ces stéréotypes impliquent non seulement que les processus biologiques féminins ont moins de valeur que leurs contreparties masculines, mais aussi que les femmes ont moins de valeur que les hommes. L’un de mes objectifs dans ce texte est de mettre en lumière les stéréotypes de genre cachés dans le langage scientifique de la biologie. Exposés dans une telle lumière, j’espère qu’ils perdront de leur pouvoir et de leur brutalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Video de Delphine Gardey (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Delphine Gardey
Interview de Delphine Gardey.
autres livres classés : sexeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre