AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222632089X
Éditeur : Albin Michel (02/01/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Fille d’un tueur en série et sœur d’une meurtrière à 14 ans, Adeline est devenue médecin, comme son père adoptif. Sa spécialité : la douleur, qu’une anomalie génétique l’empêche pourtant de ressentir. C’est dans son cabinet qu’elle rencontre l’inspectrice DD Warren, blessée à l’épaule sur une scène de crime. Elle a été poussée dans l’escalier mais n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé. Alors qu’elle se laisse doucement séduire par les méthodes de sa thérapeute, D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
totopinette
  19 novembre 2018
Comme à chaque fois que je critique un roman provenant d'une opération Masse critique, je prends le temps de remercier les équipes de Babelio ainsi que l'éditeur. Je ne déroges pas à la règle et remercie donc Babelio et les éditions Albin Michel qui m'ont gentiment fait découvrir ce « petit » polars en avant-première. Qu'en est-il de mon avis sur ce roman ? Et bien, aux premiers abords, il est engageant. La couverture est suffisamment attrayante avec de belles couleurs vives … de quoi attirer le regard du lecteur. le résumé est suffisamment intriguant pour attiser la curiosité du lecteur fan d'histoires sur les tueurs en série. Donc, tout fonctionne. Et pourtant … 
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser que la qualité de la couverture de l'épreuve n'est pas la meilleure que j'ai vu. Elle marque vite … à la moindre page tournée. L'épaisseur du papier ne me semble pas adaptée au format, ni à l'allure générale que veut se donner ce roman. Il a l'air d'être de mauvaise facture, ce qui est dommage ! Puis, les lecteurs n'aiment pas avoir des couvertures abîmées puisque, souvent, ils traitent leurs romans comme des collectionneurs. Ou peut-être n'est-ce que moi ? Aurais-je un trouble du comportement ? Hummm … Possible, possible ! Dans tous les cas, je me dis et je l'espère vraiment, que cette couverture n'est prévue que pour l'épreuve et non pour l'édition finale. 
Passons à ce qui nous intéresse le plus. En commençant à lire le prologue, je me suis dit que ça allait être un terrible (dans le sens positif) moment de lecture. Ce petit aperçu de l'histoire m'avait déjà enivré. Malheureusement, dans les premiers chapitres, le soufflé retombe. Mais, il retombe vraiment. L'histoire devient lourde alors que l'écriture de l'auteur ne l'est pas du tout. C'est long, c'est lassant … Malgré de bons sujets tel que l'analgésie congénitale qui était très intéressante bien que peu fouillée (ce qui est relaté dans le roman est l'un des premiers articles de Google). Rien ne fonctionne réellement. le personnage principal D.D. est peu attachante tant elle est caricaturée (on retrouve le même stéréotype dans les enquêtes de Sharko écrites pas Franck Thilliez). À croire qu'il n'existait qu'un type d'enquêteurs pour des milliers de personnalités de criminels … Les gens ne sont-ils pas tous différents ? Pour ne rien vous cacher, je trouve que l'histoire d'Adeline et de Shana se serait suffit à elle-même. D. D. est son équipe étaient en trop à mes yeux. L'histoire était alourdie par leur présence et c'est vraiment dommage car, sans ça, on aurait entre les mains un thriller incroyablement sombre. Oui, j'adore les thrillers … Je me soigne pourtant ! du moins, j'essaies.
Les chapitres défilants, l'histoire a reprit son évolution et je suis devenu complètement accro à l'histoire. Mais … Parce qu'il y a toujours un mais ! C'était trop tard ! En appréciant ce que je lisais, je n'avais qu'une crainte c'était d'être à nouveau déçue. Ce qui n'arriva pas. Pas parce que l'identité du tueur est resté un mystère (non, je m'en suis douté dès le départ et le troisième meurtre a confirmé mes doutes) mais parce que je ne m'imaginais pas une telle fin. Une fin que j'ai apprécié même si affectivement j'aurais préféré une autre solution.
J'ai trouvé que le comportement qui liait Shana à Adeline décrit par l'auteur était particulièrement juste. Ce besoin de se sentir aimer par les membres de sa famille. Et même si on sait que ce n'est pas possible, que c'est illusoire. On s'y raccroche, sans cesse, tout au long de sa vie. L'échappatoire des enfants adoptés pour surmonter l'abandon était également dépeinte très justement. Il est plus facile de s'imaginer que ses parents biologiques (souvent rois, ou des personnages de grandes importances) aient choisi de s'éloigner de leurs enfants dans l'unique but de les protéger (d'une sorcière ou d'un groupe politique souhaitant la mort de l'héritier). On s'en sort comme on peut, me direz-vous !
On peut aussi noter une incohérence relativement incroyable. Comment le réceptionniste de l'immeuble d'Adeline a pu ne pas voir les ressemblances troublantes entre le nouveau voisin et le tueur à la rose ? Je ne comprends pas. Il n'était pas aveugle et aucun d'eux n'étaient grimé quand ils se sont présentés à lui. Comme quoi, il est difficile de mener une histoire sans aucune incohérence …
En somme, je dirais que c'est un roman qui aurait pu être au-dessus de ce qu'il est puisqu'il a toutes les cartes en mains. Dommage qu'il ait été rattaché aux enquêtes de D. D., qui pour moi ne colle pas avec l'histoire. Il aurait fallut une enquêtrice particulière … Un vrai profiler. Malgré tout, après les premiers et douloureux chapitres, c'était agréable à lire et relativement enrichissant sur le point pédagogique (thanatopraxie, analgésie congénitale, méthode d'acceptation de la douleur …).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
druspike
  28 novembre 2018
Je remercie sincèrement Babelio et les éditions Albin Michel pour l'envoi de ce livre !
J'avais très envie de découvrir Lisa Gardner depuis un moment, je venais d'acheter Lumière Noire quand j'ai eu la surprise de recevoir celui ci 1 mois et demi avant sa sortie grâce à la masse critique Babelio.
De quoi ça parle ? «Fille d'un tueur en série et soeur d'une meurtrière à 14 ans, Adeline est devenue médecin, comme son père adoptif. Sa spécialité : la douleur, qu'une anomalie génétique l'empêche pourtant de ressentir.
C'est dans son cabinet qu'elle rencontre l'inspectrice DD Warren, blessée à l'épaule sur une scène de crime. Elle a été poussée dans l'escalier mais n'a aucun souvenir de ce qui s'est passé.
Alors qu'elle se laisse doucement séduire par les méthodes de sa thérapeute, DD Warren découvre que les meurtres sur lesquels elle enquête, des jeunes femmes écorchées, ressemblent étrangement à ceux commis par le père d'Adeline il y a plus de vingt ans...»
Alors je partais totalement en terre inconnue avec Lisa Gardner, autrice que je n'avais jamais lu !
J'ai beaucoup aimé ce roman, j'ai été un peu frustrée car je l'ai entamé dans une semaine où je n'ai eu que très peu de temps de lecture alors qu'il est hyper addictif et qu'on a qu'une envie resté plonger dedans !
On est ici dans un thriller avec serial killer, c'est un genre assez répandu et qui parfois peu s'avérer pour ma part très décevant. Je lis du thriller depuis très longtemps, beaucoup avec serial killer donc on tombe vite dans le « déjà vu ».
Même si ce roman a été une bonne lecture ça ne sera pas un coup de coeur.
J'ai vraiment adoré l'histoire générale, tout ce qui tourne autour du tueur, de l'histoire familiale d'Adeline et Shana.
Les personnages d'Adeline et Shana sont vraiment super intéressants, la relation qu'elles essaient de lier, leur passé tout est vraiment bien amené et construit. J'ai vraiment eu beaucoup d'attache pour ces 2 âmes brisées.
La maladie d'Adeline est aussi très intéressante, j'ai découvert des choses et surtout j'ai eu envie d'en savoir d'avantage en faisant des recherches. J'adore retrouvé ce genre de fait scientifique dans les thrillers, c'est un peu comme avec Thilliez on referme le livre en ayant l'impression d'avoir appris.
Par contre j'ai eu beaucoup de mal avec le côté police, je n'ai pas du tout accroché avec le personnage de DD que j'ai trouvé hyper agaçante, les autres à côté sont peu existants.
Un autre petit bémol, j'ai trouvé le tueur très vite, c'est dommage dans ce genre de roman car je pense que l'idée c'est de créer un twist et de scotcher le lecteur … Ça peu peut être marcher sur un lecteur de thriller occasionnel mais quand c'est un genre auquel on est habitué ça prend pas.
Malgré ça la fin est puissante et (j'ai trouvé) surprenante ! Il y avait 1000 façons de terminer ce roman, je n'aurais pas pensé que l'autrice finirai comme ça et j'ai adoré ! Il y a une prise de risques assez forte.
Je ne sais pas si c'est une habitude qu'elle a, en tous cas c'est une fin réussie !
J'ai hâte de découvrir Lumière Noire qui m'attend sagement !
Note 8/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Horizon_du_plombHorizon_du_plomb   23 novembre 2018
Réfléchissez à la chose suivante : il y a dix ans, on a mené une étude sur le seuil de la perception de la douleur chez de grands athlètes, c’est-à-dire des individus qui accomplissaient en permanence des performances quasi inhumaines aux prix de sévères plans d’entrainement. La première hypothèse de cette étude était que ces sportifs devaient posséder un seuil de résistance à la douleur plus élevé que le commun des mortels, ce qui aurait expliqué leur capacité à pousser leur corps dans ses derniers retranchements. Mais, à la grande surprise des chercheurs, c’est l’inverse qui s’est révélé exact. En fait, la plupart des athlètes ont témoigné un degré de conscience à la douleur plus élevé que la moyenne et on a observé chez eux une plus grande activité du système nerveux central que le groupe témoin. D’après eux, leur conscience aiguë de la douleur contribuait paradoxalement à leurs performances. Leur réussite ne tenait pas au fait qu’ils auraient été inconscients de leurs limites ou de leurs blessures mais au fait qu’ils connaissaient les contraintes et collaboraient avec leur corps pour les dépasser. Pas à proprement parler une victoire de l’esprit sur la matière, mais une connexion du corps et de l’esprit qui leur permet d’enregistrer les sensations, d’ajuster leur comportement et de s’améliorer constamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
ElodieuniverseElodieuniverse   23 novembre 2018
Pour D.D., ils n'avaient pas sous les yeux une simple scène de crime, mais le plus intime et le plus ignoble des fantasmes d'un tueur.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Lisa Gardner (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Gardner
Lisa Gardner était en France pour Quais du Polar il y a quelques mois. Nous avons eu la grande chance de pouvoir la rencontrer pour un entretien tout en sourire et en confidences.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La maison d'à côté" de Lisa Gardner.

Comment s'appelle le chat ?

Ree
Mr Smith
Warren

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : La maison d'à côté de Lisa GardnerCréer un quiz sur ce livre