AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claire Larsonneur (Traducteur)
EAN : 9782738107039
230 pages
Odile Jacob (16/04/1999)
2.67/5   3 notes
Résumé :
D'où vient que certaines personnes se distinguent des autres par leurs créations, leurs actions, leur rayonnement ? La grâce divine n'explique pas tout, et l'admiration qu'on leur porte ne dispense pas de chercher à comprendre. Howard Gardner propose une nouvelle explication des ressorts psychologiques qui font les personnalités exceptionnelles.
A travers l'étude, entre autres, de Freud, de Mozart, de Gandhi, de Virginia Woolf, il présente les différents type... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bruno_Cm
  28 septembre 2015
Livre paru en 1999, ça se sent, il a été depuis poursuivi et sans doute submergé par la masse d'ouvrages touchant à l'intelligence, aux intelligences et tout ce qui touche à la réussite, au développement, etc etc.
En tant que psychologue, je trouve globalement l'ouvrage frustrant, plutôt faible, trop bref, trop lapidaire, brasse trop de thèmes, ou des thèmes trop vagues, trop grands ?, que sais-je... Je ne vois pas non plus ce que Gardner cherche, ni même qui est le public, le client d'un ouvrage pareil. Le titre est assez racoleur ceci dit.
Bon exposons un peu cet objet :
L'auteur présente d'abord le développement normale, "de type ordinaire", vite fait, relativement bien fait, dans l'objectif de montrer les différences qu'il identifie dans le "développement exceptionnel". Dans ces premières parties il place son idée d'intelligences multiples, il en définit 8. Soit, pourquoi pas.
Ensuite il va développer quatre biographies de quatre personnalités exceptionnelles qu'il considère comme archétypales de quatre formes d'exception(s) : Mozart, le Maître ; Freud, le Bâtisseur, Virginia Woolf, l'Introspective ; Gandhi, le Charismatique.
Sur ces quatre chapitres, je trouve que les deux premiers sont plutôt réussis, sont intéressants et tiennent la route. Les deux autres restent plus faibles, infiniment plus subjectifs, moins "scientifiques".
Les frontières entre ces formes n'est pas claires, est limite vaseuses. L'auteur en a conscience, et les relativise dans la suite du livre. De même pour beaucoup des limites de son texte et de ses prémices et réflexions, il est conscient de la modestie, notamment le biais de sélection, trop occidental, trop high-level (quid des intelligences dans des peuples primitifs, by the way...)
Enfin, Gardner essaie de se poser différentes questions et d'y répondre, concernant le développement possible pour chacun de ces caractères exceptionnels (peut-on tous être exceptionnels ?...), il redessine les traits, les terreaux propices ou peu propices ou les souffrances nécessaires ou pas pour devenir Exceptionnel. Il construit un concept de "fructueuse asynchronie" ou comment des déficits deviennent des avantages...
Il relativise enfin l'importance de quelques êtres exceptionnels, la personne en elle-seule, tenant aussi très fort à l'idée d'une culture, une société exceptionnelle, et que chacun peut progresser et doit progresser. A ce titre il imagine que les Bâtisseurs et les Charismatiques auront un poids plus importants à prendre au cours de l'avancée du temps... Et tout un tas de pensées et réflexions.
La fin du livre : ... si la vie de Sigmund Freud, du Mahatma Gandhi, de Thomas Edison ou de Marie Curie est susceptible de nous inspirer, l'examen détaillé de leur destin nous incite à la prudence. Les hommes, même s'ils se rapprochent parfois des dieux, ne s'éloignent jamais beaucoup de l'animal, et à trop admirer les héros, l'idéaliste risque inévitablement d'être déçu. Mais nous ne pourrions même pas envisager d'autres formes plus humaines de créativité, de commandement ou de spiritualité si nous ne disposions pas de figures aussi exemplaires, même partielles, même entachées de défauts. Voilà pourquoi, même si mon objectif initial était de décrire et non de prescrire, je souhaite que cet ouvrage soit aussi une source d'inspiration.

Tout cela dans un peu plus de 200 pages, c'est forcément trop court, forcément frustrant, forcément décevant pour qui en attendait un peu trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
scaalaire68
  02 septembre 2013
J'ai lu ce livre très intéressant il y a quelques années déjà où Howard Gardner nous présente les différentes formes d'intelligence, il y en a 7 ou 8 (spatiale, kinesthésique, interpersonnelle, logique, musicale...) et le développement d'individus dits « normaux » ou d'enfants prodiges.
L'auteur nous expose ensuite les 4 biographies d'hommes et femmes célèbres qui ont marqué l'histoire par leur personnalité ou créativité exceptionnelle. Chaque biographie correspond à un exemple de personnalité créative selon l'auteur : Maître, Bâtisseur, Introspectif et Charismatique.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   02 octobre 2015
Il existe cependant une forme de créativité bien particulière apparemment associée à un trouble neurologique précis, qu'on qualifie d'épilepsie du lobe temporal. Cette affection mentale se traduit par une tendance à l'hypergraphie (une production abondante de textes) et à l'hyperreligiosité (une fascination pour les thèmes religieux) ; elle se manifeste par une activation inhabituelle des zones du cerveau consacrées au langage et aux émotions. Dans la plupart des cas, les individus atteints du syndrome de l'épilepsie du lobe temporal ont un comportement social empreint de bizarreries ; leurs écrits abondants révèlent une prédilection pour les thèmes spirituels spectaculaires, qui n'ont d'intérêt que pour leur auteur et les spécialistes. On a toutefois dit que certains artistes affectés par cette maladie, comme Fedor Dostoïevski et Vincent Van Gogh, transposaient leur vision du monde bien particulière des perceptions, indépendamment de la pathologie, facilite la création d'oeuvres inhabituellement fortes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bruno_CmBruno_Cm   02 octobre 2015
... les personnalité exceptionnelles sont capables de se concentrer pendant des heures sans discontinuer, sans se laisser perturber par les stimuli même les plus dérangeants. Une telle concentration est certes désirable, mais elle s'apparente parfois à de l'autisme - une affection pathologique où l'individu, trop concentré, est à jamais incapable de nouer des liens ou même d'entrer en relation avec autrui. On ne s'étonnera donc pas de constater un plus pourcentage d'autisme dans les familles des individus qui réussissent le mieux dans certaines disciplines scolaires telles que les mathématiques, les sciences physiques et naturelles ou les études d'ingénieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bruno_CmBruno_Cm   25 septembre 2015
Dans le cas de Mozart, ainsi que pour la plupart des gens exceptionnels, les aléas de la vie se voient recadrés de manière à sous-tendre l'activité créatrice. La force de l'élan créateur demeure là, quelles que soient les vicissitudes de l'existence qui ne peuvent l'ébrécher, sauf quand les créateurs se trouvent de fait placés dans l'incapacité de travailler. Malgré ses revers de fortune, Mozart ne cessa jamais de croire en lui-même ou en son talent. Il lui arriva ainsi de déclarer : "Je continue à composer parce que cela me fatigue moins que de me reposer" [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_CmBruno_Cm   04 octobre 2015
Les êtres d'exception ont souvent une vie privée malheureuse et il n'est pas rate qu'ils fassent des dépressions nerveuses, qu'ils se sentent suicidaires ou qu'ils s'éloignent de leurs collaborateurs les plus proches, lesquels à leur tour peuvent avoir le sentiment que leur propre vie a été ruinée. Même Gandhi, qui est pourtant une grand figure morale, entre dans ce schéma dans la mesure où ses relations conjugales furent toujours extrêmement tendues, et où ses rapports avec son fils aîné, Harilal, étaient manifestement désastreux. Il est arrivé qu'un journal britannique titre "Einstein = le génie moins la gentillesse", rejoignant en cela mes propres conclusions pessimistes sur la question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bruno_CmBruno_Cm   02 octobre 2015
Certains traumatismes reviennent de manière récurrente dans les vies des personnalités exceptionnelles, et notamment la perte précoce de l'un ou des deux parents. L'écrivain Jean-Paul Sartre a ainsi remarqué que le plus beau présent qu'un père puisse faire à son fils est de mourir jeune. Par-delà l'hyperbole et l'ironie de la formule, il semble en effet qu'un deuil précoce puisse inciter les individus à se construire un monde imaginaire plus parfait que la réalité. Et dans de nombreux cas - trop nombreux pour relever d'un simple hasard - cette manifestation originelle d'inventivité a été le point de départ d'une vie de créateur ou de leader.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : intelligenceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre