AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alix Garin (Autre)
EAN : 9782803676231
224 pages
Le Lombard (15/01/2021)
4.35/5   986 notes
Résumé :
La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d'Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l'enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l'hypothétique maison d'enfance de sa mamie. Une fuite, une quête, un égarement, l'occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux...
Critiques, Analyses et Avis (244) Voir plus Ajouter une critique
4,35

sur 986 notes
5
149 avis
4
68 avis
3
16 avis
2
2 avis
1
0 avis

La tendresse

C'est un geste, un mot, un sourire quand on oublie

Que tous les deux on a grandi

C'est quand je veux te dire je t'aime et que j'oublie

Qu'un jour ou l'autre l'amour finit

La tendresse.

Allez viens.

Ne m'oublie pas. Moi qui t'aime tant chère mamie, moi qui me souviens de ta tendresse, de tes sourires, de tes bisous, ne m'oublie pas.

Allez viens mamie, on va aller faire une énième fugue mais ensemble, toutes les deux, parce que les mouroirs ça rapporte pas un sou, puis ça pue la mort et la tristesse. Viens mamie, on va aller jusqu'en France dans la maison de ton enfance. Tes souvenirs ils sont là bas, on va aller les chercher pour que la mémoire vienne te picoter ton petit coeur. Viens mamie, ensemble on va s'aimer une dernière fois et sur tes trous noirs, on fera la courte échelle pour attraper le mauvais sort et lui tordre le cou.

La tendresse,

C'est refaire pour quelques instants un monde en bleu

Avec le coeur au bord des yeux.

Coup de coeur pour cet album rempli de tendresse, de simplicité qui nous rappelle que le temps est compté, que c'est aujourd'hui qu'on s'aime.

Commenter  J’apprécie          13515

Ok. On arrête tout.

On se pose deux secondes et je t'explique ce qu'il vient de m'arriver à la lecture de cette pépite.

Etrangement, ma plus belle lecture de ce début d'année est donc une bande dessinée, un roman graphique. Je me suis fait cueillir comme on se fait surprendre par une petite claque sur la tronche.

Je ne connaissais pas Alix Garin. J'ai acheté ce livre juste pour son titre, pour sa couverture. Quelque chose m'appelait très fort. Je pressentais une pudeur, une vérité. Et je ne me suis pas trompé.

Clémence vient rendre visite à sa grand-mère, qui une fois de plus s'est « échappée » de sa maison de retraite. Pour son bien, il faut la droguer, lui faire encore plus perdre l'esprit. Pour qu'elle reste là, à attendre on ne sait quoi.

Clémence ne peut se résoudre à l'abandonner ainsi et la kidnappe. Débute alors le plus joli des roads trips que j'ai pu lire …

Je n'oublierai pas. Je n'oublierai toutes ces émotions qui m'ont traversé, parfois transpercé devant la justesse de cette histoire simple comme la vie. Je n'oublierai pas la délicatesse des sentiments, la vérité des silences, des dessins qui parsèment cet ouvrage. Je n'oublierai pas les sourires, je n'oublierai pas ces pages qui m'ont mouillé les yeux.

Je n'oublierai pas cette envie de ne jamais à avoir à refermer ce livre.

Les thèmes de la vieillesse, du temps qui passe, de l'enfance qui toque aux portes de nos mémoires abimées, de l'amour immense, sont traités avec grandeur d'âme, à hauteur d'humanité. Sans tabou mais avec une infinie délicatesse.

Du sourire, aux larmes, en quelques bulles. Dieu que j'aime lire ça, la vie, la vraie. Des héros quotidiens qui se débattent contre l'oubli, cette mémoire qui flanche et prend l'eau.

Je n'oublierai pas. Je relirai ce livre. Encore et encore.

Et je n'oublierai pas.


Lien : https://labibliothequedejuju..
Commenter  J’apprécie          1334

"Ne me demande pas de me rappeller

N'essaie pas de de faire souvenir..."

Demande d'un malade d'Alzheimer.

Elle a fugué encore une fois, et Clémence a kidnappé sa Mamy, pour l'emmener loin de la maison de retraite.

Pour lui donner l'occasion de revoir sa vieille maison.

"J'avais oublié que les roses sont roses

J'avais oublié que les bleuets sont bleus

J'avais oublié tant de belles choses..."

"Ne me sermonne pas

Ne me maudit pas, ne pleure pas

Je ne peux m'empêcher d'agir comme ça"

L'auteure avait eu envie, tant de fois, de faire la même chose avec sa propre grand-mère.

Ne pas oublier, non, ne pas les oublier dans une maison de retraite, un EPADH ou un...mouroir.

"Je suis désorientée au delà de tout ce que tu peux imaginer

Je suis triste, malade et perdue

Tout ce que je sais

C'est que j'ai besoin de toi"...

Commenter  J’apprécie          11712

Clémence erre à travers les pièces vides de la maison qui se met à geindre comme un vieillard perclus de rhumatismes. Elle est assaillie par tous ses souvenirs d'enfance : le bol de chocolat chaud ; toutes ces heures à paresser devant la fenêtre ; le coup du 421 et l'odeur de la compote de pommes quand elle sort du four ; la nappe à carreaux rouge et blanc sur la table de la cuisine ; ces vieux bibelots accrochés aux murs, ces livres qui prennent la poussière sur les étagères ; ses genoux écorchés, le retour de l'école et les pantoufles de Papy ; son sourire fatigué, sa bienveillance et la vaine énergie de Mamy ; leur présence, leur tendresse, leur amour quand Maman n'était pas là…

« Je t'aime Mamycha, je t'aime ! »

Mamy justement vient d'avoir vingt ans. Elle veut rejoindre ses parents et ne comprend pas pourquoi on l'enferme dans cette maison où il y a ces espèces de bonnes soeurs. Alors elle fugue !

Nostalgie, mélancolie, amertume… Des rivages que n'aime pas trop Clémence. Elle sait qu'elle va faire une grosse bêtise. Sur les murs de son petit appartement, est punaisée une affiche de Cyrano de Bergerac. Audace. Effronterie. Panache.

Clémence va prendre la poudre d'escampette avec Mamy. Périple foireux à travers les routes de campagne. Diana et l'odeur entêtante de sa peau. Une belle rencontre amoureuse. de celle qu'on attendait plus.

Mamy retrouve son sourire, ses facéties de jeune écervelée, et entre deux absences, se drape dans les lambeaux de ses souvenirs. Ils ne sont plus très loin de la maison où son père jouait du piano. Celle qui se trouve au bord de la falaise. Elle est heureuse.

« Trop tard arrive plus vite qu'on croit… » Avant d'aller embrasser la mer, quelques derniers conseils à l'adresse de la naïve Clémence, une dernière lueur de lucidité…

Que celles et ceux qui ont eu une Mamy et un Papy mesurent leur chance.

Ne m'oublie pas.

Commenter  J’apprécie          1093

Ne m'oublie pas - Alix Garin - Roman graphique - Éditions Le Lombard - Lu en avril 2022.

Dédié par l'autrice "à Grand-père et Mamycha"

Marie-Louise est âgée, elle ne peut plus rester chez elle, et c'est le départ pour la maison de retraite.

"Mamy ne reviendra plus".

Grand-père, lui, est déjà parti dans l'au delà.

Comme l'a chanté Jacques Brel dans sa superbe chanson "Les vieux", "celui des deux qui reste se retrouve en enfer".

Marie-Louise a la maladie d'Alzheimer.

Lors d'une visite à sa Mamy, Clémence se désole de la voir là, assise solitaire dans son fauteuil attendant on ne sait quoi et la tristesse l'envahit.

Elle décide une folie, mais une folie géniale, elle enlève sa Mamy et l'emmène dans un périple en voiture pour retrouver sa maison d'enfance en espérant qu'alors les souvenirs lui reviendront.

Tout ne se passe pas comme prévu évidemment.

Il y a des passages bien drôles, d'autres tristes et plein d'émotion. Elles vivent des péripéties incroyables. de temps à autre, Mamy se souvient, des bribes de souvenirs lui reviennent... puis s'en vont.

"J'ai la mémoire qui flanche,

j'me souviens plus très bien.."

Quand Clémence pense à ses souvenirs de petite filles chez sa Mamy, les dessins sont en gris, en dehors de ça, ils sont colorés dans des tons pastels. C'est très doux au regard.

L'émotion est au rendez-vous, elle vous prend aux tripes, cette petite Mamy là, a de la chance malgré tout d'avoir une petite-fille qui vient la voir, la console, et se préoccupe de son bien-être. Toutes les Mamy et tous Papy n'ont pas ce bonheur.

Sur la dernière page, deux beaux dessins en noir et blanc,

Mamy, grande avec Clémence petite à ses côtés et puis, Clémence grande avec Mamy toute ratatinée à ses côtés.

C'est magnifique.

Je remercie ma fille cadette pour ce beau cadeau que je garderai bien précieusement, et que j'emporterai un jour , le plus lointain possible, moi aussi dans une maison de retraite.

Bravo à Alix Gardin pour ce petit bijou.

Commenter  J’apprécie          10520


critiques presse (12)
Avec Ne m’oublie pas, qui est son premier livre, la bédéaste Alix Garin met la barre très haut et offre un road trip plein d’émotions
Lire la critique sur le site : MadmoizellePresse
LaCroix
26 avril 2021
Parmi les nombreuses œuvres graphiques récentes le mettant en scène, deux d’entre elles offrent un regard parfois drôle, jamais moqueur, souvent touchant, sur la dépendance.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Sceneario
15 mars 2021
Avec un dessin très léger et précis, Alix GARIN nous offre une histoire forte. Son histoire, leur histoire... une histoire émouvante et marrante. Même si "Ne m'oublie pas" est une fiction, il n'en reste pas moins que la grand-mère de Clémence a été malade...
Lire la critique sur le site : Sceneario
LeSoir
01 mars 2021
Alix Garin publie un premier roman graphique, « Ne m’oublie pas », tout en émotion et fragilité, où l’humain s’affiche sous son meilleur jour : faillible et joyeux.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Actualitte
18 février 2021
Les graphismes accompagnent avec subtilité ces sentiments forts et justes, largement inspirés de l’expérience de l’auteure, avec des moments de silence, de respirations qui laissent la part belle aux dessins pour exprimer ce qui ne saurait se traduire en mots.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaTribuneDeGeneve
11 février 2021
La première oeuvre de la jeune Alix Garin frappe par son scénario aussi sensible que construit, et son dessin tendre.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
Telerama
08 février 2021
S’inspirant de sa propre histoire avec sa grand-mère, Alix Garin raconte l’échappée belle d’une vieille dame atteinte d’Alzheimer en compagnie de sa petite-fille
Lire la critique sur le site : Telerama
Auracan
05 février 2021
Le trait minimaliste et les couleurs douces adoptés par la lauréate 2017 du prix Jeunes Talents du festival Quai des Bulles répondent joliment à la délicatesse du propos.
A découvrir pour comprendre un peu mieux nos aînés qui voient leur passé se dissoudre peu à peu...et ne pas les oublier !
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest
05 février 2021
La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d'Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l'enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l'hypothétique maison d'enfance de sa mamie. Une fuite, une quête, un égarement, l'occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux…
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
03 février 2021
Initiatique pour l’une, mémoriel pour l’autre, ce voyage est celui d’une vie. Il ne peut pas laisser le lecteur indifférent.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
02 février 2021
Pour un coup d’essai, c’est déjà un coup de maître ! Ne m’oublie pas s’attache à conter un road-trip ayant comme sujet principal la maladie sans tomber dans le pathos, ce qui est souvent un exercice difficile à réussir.
Lire la critique sur le site : BDGest
LigneClaire
18 janvier 2021
On reste sur l’humour, le trait délicat, simple, vivant de ce délicat hommage à ce que ne devrait pas être une fin de vie.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation

- Bah tu sais, l' Amour, ça a bien changé... on se marie plus pour toujours afin d'être heureux et de faire beaucoup d'enfants.

- Nous non plus on se mariait pas toujours pour être heureux. Faire beaucoup d'enfants, par contre...

Commenter  J’apprécie          220

Et elle alors ? Que lui était-il arrivé ?

Comment était sa première fois ? Quelles furent ses plus grandes peines ?

J'aimerais le savoir mais je ne peux pas. C'est impossible d'en parler. C'est interdit.

Peut-être que c'est pour ça que j'aime l'art et le théâtre. Pour avoir l'occasion de parler de l'intime sous le couvert de la fiction... en apprendre plus sur ses propres failles au travers de celles des autres.

Savoir qu'on n'est pas seul. Qu'on n'est pas unique non plus. Mais beaucoup de gens le savent... même lorsqu'on prétend raconter l'histoire des autres, c'est un peu de soi qu'on parle, non ?

Commenter  J’apprécie          70

Mamy a toujours été comme une mère pour moi. Je sais que parfois maman regrette la vie qu'elle mène, et ça me rend triste.

Je sens tous ses regrets effleurer la surface, dans certains moments rien qu'à elle. Quand elle se cache pour observer les oiseaux du ciel, qui mangent les graines qu'elle leur a achetées, par exemple.

On étouffe de silence.

Commenter  J’apprécie          110

Même lorsqu'on prétend raconter l'histoire des autres, c'est un peu de soi qu'on parle, non ?

Commenter  J’apprécie          330

Peut-être que c'est pour ça que j'aime l'art et le théâtre. Pour avoir l'occasion de parler de l'intime sous le couvert de la fiction...

Commenter  J’apprécie          180

Lire un extrait
Videos de Alix Garin (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alix Garin
Après avoir gagné le concours jeunes talents au festival Quai des bulles, Alix Garin s'est lancée dans la création de sa première bande dessinée "Ne m'oublie pas" très bien reçue par la critique et le public. Présente sur le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême 2022, elle a pris de son temps pour nous parler de ce projet, sa genèse, les phases de création, et ce que cela lui a apporté.
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus




Quiz Voir plus

ne m'oublie pas

qu'est ce que clémence a fait pour finir au commissariat au début de l'histoire

elle a volée dans un magazin les chocolat préferée de sa grand mère ?
elle a enlevée sa grand mère de la maison de retraitre ?

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Ne m'oublie pas de Alix GarinCréer un quiz sur ce livre