AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Cartons (29)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
koalas
  18 septembre 2016
Brice déménage, quitte Lyon
pour s'installer dans un petit un village de la Drôme
dans une grande baraque qui croule sous les cartons
qu'il déballe au fil de ses besoins...
et tourne en rond en attendant le retour de sa compagne Emma, une journaliste partie en reportage à l'autre bout du monde
jusqu'à sa rencontre avec Blanche, une excentrique, dernière d'une grande famille...

Comme dans ses autres romans, Trop près du bord, Les insulaires ou Flux,
Cartons, roman noir posthume de Pascal Garnier paru en 2012, deux ans après la mort de l'auteur continue d'éclairer ceux qui fuient comme un seau percé ou qui se recroquevillent comme ici dans leur coquille...de cartons.
L'auteur doué d'un humour noir ravageur, est un grand styliste, un écrivain de la marge, champion des citations poétiques improbables "Une fleur artificielle dans un verre à dents" et des réflexions philosophiques à couper le souffle : 'A quoi bon prendre des raccourcis pour arriver nulle part ?'.
Cartons..presque plein dans le mille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          581
nadejda
  07 avril 2012
Brice, illustrateur, un peu las, d'une série d'albums pour enfants (qui m'a fait penser à la série des «Martine») délaisse Lyon pour s'installer dans le village vigneron de Saint Joseph où plus rien ne lui plaît «Les piquets de vigne, noirs comme des allumettes brûlées, plantés en rangs serrés à flanc de coteau, faisaient penser à une sorte de cimetière militaire.» Lui et sa femme Emma y ont acheté une maison ancienne qui lui semble immense. Il se sent perdu .
«Mais qu'est-ce que je fous ici ?... Qu'est-ce qui nous a pris d'acheter cette foutue baraque ?... Je devais être soûl, c'est ça, j'étais soûl.
(...) Il ouvrit les persiennes de la salle à manger et du salon mais la lueur d'eau de vaisselle qui s'y déversa ne parvint pas à réchauffer l'atmosphère. On se serait cru dans un aquarium sans poisson.
--- Une concession à vie, voilà ce qu'on s'est acheté.»
Qui ne s'est pas senti déprimé après un déménagement qui demande de rompre ses habitudes, entouré de cartons, seul dans une maison vide qui paraît hostile ? Rien d'étonnant au prime abord à ce qu'il en soit de même pour Brice qui espère le retour proche de sa femme reporter, alors en Egypte. Mais l'ennui le gagne...
«Il s'accoutumait à l'ennui comme d'autres à l'opium»
Comme dans tous les romans de Pascal Garnier on ne sait pas trop où l'on a mis les pieds, on est désarçonnés et l'on voit mal où il va nous entraîner tout en sentant que quelque chose cloche et que le dérapage n'est pas loin.
Brice va rencontrer Blanche, solitaire, attirée par sa ressemblance avec son père.
«Elle parlait à mi-voix, grignotant le silence. On aurait dit l'écho de sa propre solitude.»
Elle va s'installer doucement, insidieusement, dans la solitude de Brice.
Rapprochement factice de deux êtres fragilisés par tout ce qui leur est tombé dessus au cours de leur vie qui tentent de rassembler les morceaux, de renouer des liens mais sans succès. Ils sont trop cabossés pour parvenir à se redresser malgré leurs efforts.
On ne peut en dire beaucoup plus. le titre prend entièrement son sens à la toute fin de ce roman noir dont les personnages sont très attachants comme tous les personnages de Pascal Garnier malmenés par la vie, tendres et cruels à la fois. Et puis il y a la tonalité de l'auteur, faite d'humour noir lié à une tendresse désespérée et une attention aigüe envers les êtres qu'il croisent, qui fait mouche et touche à chaque lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
kathel
  21 mai 2012
Pascal Garnier est un auteur auquel je ne peux pas résister, me demandant à chaque fois ce qui se cache de bien noir, à l'affut derrière un titre sobre et une situation anodine.
Un déménagement, rien que de très courant, mais dès les premières pages, le sentiment que Brice, qui a choisi avec sa compagne de quitter la ville pour une grande maison quelque part dans la Drôme, ne se sent pas très bien. le déménagement est pourtant rondement mené par une équipe de costauds, mais Brice attend des nouvelles d'Emma, partie en reportage en Egypte, et, tout à son attente, ne parvient pas à se faire sa place dans la maison. Quoique dans le garage, peut-être... Il tente pourtant quelques bricolages, quelques incursions dans le village, mais en même temps se laisse gagner par une lente dérive. Et ce n'est pas la rencontre avec l'étrange Blanche qui va arranger les choses. L'imagination du lecteur peut toujours travailler, celle de l'auteur la dépassera toujours !
En peu de mots, mine de rien, Pascal Garnier, avec cet humour noir qui respecte toujours les personnages, construit une histoire aussi implacable qu'inoubliable. Et quel style ! Je ne m'en lasse pas. Encore une réussite, dans la lignée de Comment va la douleur ?, Les insulaires, Les hauts du Bas ou Lune captive dans un oeil mort...
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
moustafette
  14 mars 2012
Il y a un an jour pour jour, tout comme Brice Casadamont, j'attendais le camoin des Déménageurs bretons qui allaient déverser les 40m3 de meubles et de cartons dans ce qui allait être ma nouvelle demeure. Heureusement pour moi, la comparaison avec le protagoniste du dernier roman de Pascal Garnier s'arrête là !

Quittant Lyon pour le petit village de Saint-Joseph proche de Valence, Brice se retrouve complètement désemparé devant le vide de la grande maison qui l'accueille. Il attend le retour de sa femme Emma, une trentenaire reporter sans cesse en vadrouille aux quatre coins du monde. On comprend vite que, sous cette absence et cet hypothétique retour, il y a anguille sous roche.
Alors qu'il est incapable d'investir les lieux tant qu'Emma n'est pas là, Brice va finalement s'installer dans le garage où il vivra au milieu d'un fatras de cartons éventrés au fur et à mesure de ses besoins.

Illustrateur de livres pour enfants, Brice met entre parenthèses ses activités lucratives pour faire connaissance avec l'environnement et les quelques habitants de Saint-Joseph, et notamment avec Blanche, une femme assez fantasque qui ne tarde pas à prendre sous son aile le pauvre Brice un brin paumé.

Je ne peux hélas en dire beaucoup plus car avec Pascal Garnier on sait d'où on part mais la destination est toujours des plus inattendues... Ce qui est sûr c'est qu'avec une certaine légèreté, voire une désinvolture quasi inoffensive, le blanc vire imperceptiblement au gris pour sombrer subitement dans le noir.

"Il aurait volontiers passé ses vacances dans le coma."

Voilà, c'est du Pascal Garnier tout craché, une écriture imagée mêlée d'un humour délicat... Merci à Zulma de le ressusciter du fond des limbes, son ton unique nous manque !


Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lilicrapota
  12 octobre 2014
Chapitres courts et style limpide, le pouvoir d'évocation est simple et percutant. On assiste au naufrage d'un homme, qui arrive dans une maison qu'il vient d'acheter avec son épouse alors même que celle-ci vient de disparaître. Les cartons qui s'entassent, du sol au plafond et dans chacune des pièces de cette nouvelle demeure, ne lui laissant que le garage pour y installer son lit de camp, sont la subtile métaphore d'une vie qui se délite, empaquetée dans des souvenirs et des attentes, scotchée, immobilisée...
Je découvre l'auteur en même temps que l'éditeur : j'aime!
Commenter  J’apprécie          130
louisondelapampa
  15 août 2016
"Cartons ". Une histoire de déménagement ? Pas seulement. Apparait en filigrane l'histoire de personnages tous désabusés mais qui se débattent dans ce tas de ronces qu'est la vie.
Chacun s'accroche désespérément à l'autre, quitte à travestir la réalité pour ne pas sombrer.
La solitude, l'isolement sont traités avec beaucoup d'humour mais également avec beaucoup de justesse.
L'auteur, sous une plume fleurie, imagée, douce, riche et simple à la fois évoque l'amour sous toutes ses formes, la tristesse, le combat de chacun pour survivre.
C'est un livre drôle et touchant, triste et joyeux. Une belle lecture.
Commenter  J’apprécie          100
canel
  24 octobre 2012
Brice est dans le pétrin : le voilà qui se retrouve à déménager, quittant la ville pour la campagne, ceci pour un coup de coeur de son épouse Emma. Mais celle-ci a disparu, Brice est seul. Lorsqu'on lui demande des nouvelles de sa femme, il répond invariablement "J'ai bon espoir". En attendant, il se morfond, déprime, regrette le choix de cette maison trop grande et isolée, ne s'installe pas vraiment, dort sur un lit de camp dans le garage et pique-nique, éventrant ses cartons au fur et à mesure de ses besoins. Quelques voisins viendront changer Brice de sa routine...

Pascal Garnier a beaucoup de talent. Son écriture parfaite nous immerge d'emblée dans une ambiance sombre, froide et sinistre, à l'image de l'état d'esprit du personnage principal et de son nouveau logement. Beaucoup de perles dans les réflexions de l'auteur, de l'humour, même, qui ne suffit pas cependant à évacuer le malaise ressenti par Brice, et conjointement, par le lecteur. Un très bon livre.

De cet auteur, j'ai aimé 'Trop près du bord', moins 'Lune captive dans un oeil mort', et beaucoup moins 'La théorie du panda'. Il est temps que je le redécouvre, il reste des pépites !

Pascal Garnier est décédé en mars 2010, cet ouvrage a été publié pour la première fois à titre posthume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
krol-franca
  16 novembre 2013
Je découvre l'auteur avec ce dernier titre posthume.

Quelle belle surprise ! Pascal Garnier a un style plein de verve, et en même temps d'une grande sensibilité.

C'est l'histoire d'un homme qui déménage (cf le titre !) dans une grande maison qu'il a achetée avec sa femme et qui ne se résout pas à vider ses cartons. Il attend le retour de sa bien aimée, grand reporter, partie à l'autre bout du monde. Alors, en attendant des nouvelles improbables, il s'installe dans le garage. Il va faire la connaissance d'une jeune femme éthérée, Blanche, avec laquelle il va tisser des liens singuliers tout en douceur et en retenue, à l'image de leur fragilité intérieure.

On pourrait penser que cet homme dont la chute nous fait de la peine va remonter la pente et se sortir de son marasme. Que nenni ! Il revient à la surface, juste le temps de respirer puis replonge. La fin du livre est … géniale ! Belle trouvaille !



Comme il est agréable de découvrir un auteur, un style ! J'ai hâte de partir à la conquête de ses autres romans.
Lien : http://krolfranca.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
keisha
  21 mars 2014
Hé oui, il va manquer, Pascal Garnier (1949-2010)... Encore une fois cette histoire fait mouche.

Brice est illustrateur de livres pour la jeunesse ("Sabine perd son chien, Sabine contre Dracula, Sabine lève l'ancre, Sabine..."). Son épouse Emma a disparu (et on va vite sentir que c'est du définitif), il déménage dans la maison de village achetée par le couple, et finit par vivre dans le garage, parmi les cartons, accompagné d'un chat de hasard.
Petit à petit sa relation avec Blanche, une jeune femme bizarre du voisinage, prend de l'ampleur.

Toujours bien taillé, efficace, humour redoutable, on n'est pas caressé dans le sens du poil.
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
Commenter  J’apprécie          60
Lve
  15 février 2014
Le dernier livre de Pascal Garnier. Je regrette franchement que cet auteur ne soit pas plus reconnu. Il le mériterait.
Si on aime le noir, les personnages bancales, l'humour noir, la mélancolie, il ne faut pas hésiter.
J'ai toujours aimé cet auteur. Et ce roman ne fait pas exception. C'est du Pascal Garnier. Avec ces personnages sur la brèche, son ton teinté de mélancolie, avec toujours une touche d'humour.
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13156 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre