AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782406092575
624 pages
Editions Classiques Garnier (29/05/2019)
3.58/5   12 notes
Résumé :
Ce volume rassemble deux tragédies à sujet grec du XVIe siècle. L'une représente la fureur amoureuse de Phèdre, l'autre les malheurs des captives troyennes. Leur style héroïque, élégiaque et pathétique fournit un exemple parfait de l'esthétique théâtrale humaniste de cette époque.
Que lire après Hippolyte (1573) - La Troade (1579)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
La Troade

La Troade est la cinquième des sept tragédies de Robert Garnier, elle est parue en 1579 mais son écriture a sans doute commencé en 1574-1575. C'est une des trois tragédies de l'auteur sur un sujet « grec » avec Hippolyte et Antigone.

Nous sommes juste après la prise de Troie. Hécube pleure ses malheurs, accompagnée par le choeur de femmes troyennes. Mais d'autres morts et souffrances sont à venir. Cassandre, bien que prêtresse d'Apollon sera réclamée comme concubine par Agamemnon. Elle prédira l'horrible destin qui l'attend à Mycènes, mais comme d'habitude, personne ne la croit. Puis, les Grecs décident de faire mourir Astyanax, le fils d'Hector. Ensuite le fantôme d'Achille réclame que Polyxène soit immolée sur sa tombe et enfin le cadavre de Polydor, le plus jeune fils de Priam arrive sur le rivage. Il a été assassiné par Polymestor, chez qui il a été mis à l'abri ; son hôte l'a tué pour s'approprier ses richesses. La pièce se clôt sur la vengeance qu'Hécube va exercer sur Polymestor et ses fils, la série de meurtres ne s'arrêtant jamais, d'autant plus que d'autres atrocités sont annoncées, comme le meurtre d'Agamemnon à venir.

C'est une suite de morts, de cruautés, de souffrances, de déplorations sans fin. Une tragédie au sens fort du mot. La pièce concentre l'action des Troyennes d'Euripide et de Sénèque et l'Hécube d'Euripide. Même si les femmes troyennes souffrent encore plus que les autres, après la mort de leurs maris, de leurs enfants, et que les meurtres ne semblent pas s'arrêter, qu'elles attendent de partir en esclaves dans des pays inconnus, les vainqueurs aussi sont meurtris. Par leurs morts, et aussi par les destins funestes qui attendent la plupart d'entre eux, qui sont prophétisés. La guerre n'amène que la souffrance et la mort, elle ne se justifie pas. le malheur individuel, privé, se mêle au malheur collectif, le choeur étant un véritable protagoniste de l'action, sans l'aspect artificiel que sa présence peut avoir dans certaines tragédies.

Malgré un côté statique, spécifique au théâtre du XVIe siècle, la pièce n'est pas qu'une accumulation d'horreurs. Il y a une graduation, une montée progressive de l'insupportable, en particulier dans le traitement réservé aux enfants. Les prières aux dieux sont inutiles, il est vain d'espérer leur miséricorde. Ce sont des dieux cruels, qui vont d'une certaine manière se montrer justes, en punissant d'une manière sévère les vainqueurs qui ont abusé de leur victoire, mais cela ne sera qu'une punition, et non pas une consolation ou une véritable réparation. A l'inhumanité des dieux répond la défaillance humaine, en particulier royale : Agamemnon est plein de pitié, il voudrait bien arrêter les exécutions, mais il est trop faible pour pouvoir le faire. Un pouvoir royal par trop faible ne peut qu'amener des catastrophes sans fin.

Robert Garnier est le premier véritable auteur de tragédies français, qui s'est essentiellement consacré à cela. Il a été reconnu en tant que tel par ses pairs de la Pléiade, et à juste titre à mon sens. C'est évidemment une conception du théâtre dont on s'est éloigné : le théâtre de Garnier, comme une grande partie du théâtre de son époque, est un théâtre de la déploration. Un théâtre de poètes, qui chantent les malheurs et les souffrances. D'où les longues tirades, les parties du choeur, que l'on peut trouver statiques, mais il s'agit de dire avant tout. Et Garnier a une vraie vision politique et philosophique, cohérente et réfléchie, et c'est un très grand poète, qui trouve des images, des rythmes, une véritable musique.

C'est vraiment un beau texte.
Commenter  J’apprécie          234
La Troade
Cassandre, Andromaque et Astyanax , Polyxène, Polydore : cinq victimes en cinq actes et Hécube qui relie le tout. La pièce condense Les Troyennes et Hécube d'Euripide. La violence y est extrême et déborde même sur la scène , contrairement aux tragédies classiques du siècle suivant. Nous voyons les corps d'Astyanax, Polyxène et Polydore, nous voyons les yeux crevés de Polymestor.

Lamentations, malédictions, déplorations, vengeance enfin, se succèdent dans une spirale d'atrocités.

Cette pièce m'a évoqué celles d'Eschyle par l'importance du choeur qui est un personnage à part entière. C'est aussi plus statique que les tragédies du XVIIe siècle. Ceci dit, les longues tirades m'ont souvent emportée dans leur exaltation et je suis très heureuse d'avoir découvert ce dramaturge.

Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Car jamais en ce monde un fait pernicieux
D'un mechant, ne demeure impuni par les dieux :
Et s'ils se montrent lents à venger son offense,
Comme ils sont quelquefois , ce n'est par connivence.
Car tost ou tard, son chef sent leur bras punisseur,
Ou s'il ne le sent pas, sera son successeur.
Commenter  J’apprécie          80
Tu y verras l'inceste, et le meurtre, et tousjours
Ton desastre croistra, comme croistront tes jours.
Tu occiras, meurtrier, ta propre geniture,
Puis l'adultere mort de ta femme parjure
Doublera tes ennuis, qui lentement mordans
Te rongeront le ceur et le foye au dedans.
Commenter  J’apprécie          00
[...] "Gregeois laissez mon corps :
Je mourray franchement sans faire aucuns efforts,
Pourveu que je sois libre, afin qu'entre les Manes
Serve je ne sois veue aux rives Stygianes,
Qui suis fille de Roy : laschez-moy, je vous pry."
(La Troade)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : 16ème siècleVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (33) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
11297 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre

{* *}