AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843044359
Éditeur : Zulma (03/01/2008)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 187 notes)
Résumé :
Grâce à ses talents de cuisinier et son charisme indolent, Gabriel - à peine débarqué dont ne sait où - tisse des liens très forts avec les habitants d'une petite ville de Bretagne : une bien belle réceptionniste d'hôtel, deux junkies au bout du rouleau et surtout José, le patron du Faro, dont la femme est à l'hôpital. pareil au panda en peluche échoué sur le comptoir du Faro, Gabriel offre sa personne et son temps à celles et ceux qui viennent à lui, plus surpris o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  28 mars 2016
Vous tenez un bar/resto dans une petite ville. La cuisine est gerée par votre épouse qui se trouve en ce moment à l'hosto,et les gosses chez la grand-mère. Donc ce soir pas de resto... Un inconnu rapplique pour boire un verre, veut manger, vous finissez par partager votre propre repas...jusqu'ici rien de méchant...mais l'inconnu rapplique le lendemain soir,avec une épaule d'agneau,et voudrait le cuisiner pour vous deux,dans votre cuisine.... Cet homme aime faire la cuisine à des personnes à peine rencontrées , chez eux......qu'en pensez-vous? Ca vous étonne ?! Eh bien, ça étonne aussi les concernés.... Ca c'était l'apéro.....
Qui est ce type nommé Gabriel? Ce "Saint Panda" qui ouvre les bras à tout le monde ? D'où vient-il? Pourquoi est-il là? Que cache-t-il?......autant de questions sans réponses. L'auteur en disséminant des paragraphes en italiques ici et là , nous lance des indices, dévoilant peu à peu son passé.....et la fin est aussi noire qu'inattendue....
Garnier écrit avec beaucoup de finesse et nous régale avec un humour déroutant.
C'était mon premier Garnier. Je remercie lehane-fan,dont la critique m'a fait craquer.....et je ne le regrette pas du tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          561
Crossroads
  03 janvier 2016
Pascal Garnier : connais pas.
Panda : connais trop. Une certaine Goya ayant, dans une autre vie, oeuvré en ce sens. D'ailleurs, si quelqu'un avait des nouvelles de Pandi histoire de rassurer tous ses proches...
Lorsque Gabriel débarque dans cette charmante petite bourgade bretonne nimbée d'un fin crachin typiquement local et persistant, rien ne prédispose le lecteur à un tel scénario.
Doté du même prénom que l'archange alors considéré comme le messager de Dieu, cet énigmatique personnage, sans passé ni futur, n'aura de cesse d'aimanter tous les cabossés de la vie alentour avant de leur concocter de bons petits plats, une fois les présentations de rigueur effectuées.
Gabriel sait écouter, soulager à sa manière et donc se rendre indispensable.
Mais contrairement au héraut du créateur, cet étonnant voyageur n'a vraiment rien d'un saint et pourrait bien cacher quelque funeste secret en sa besace.
Roman noir, ce Panda l'est assurément. Cherchez pas d'hypothétiques tâches blanches, elles ont été depuis belles lurette ingérées puis recrachées par les ténèbres environnantes.
Il faut juste prendre le parti pris de se laisser porter par la plume lancinante d'un auteur atypique dressant ici le portrait d'un homme meurtri par un terrible secret aux conséquences lourdes de sens.
On aimera ou on détestera mais il ne sera pas dit que cette théorie aura eu un goût tiédasse en bouche.
Déstabilisant, déroutant, troublant, nombreux sont les adjectifs à même de le définir mais fascinant est encore, à mes yeux, celui que le caractérise le mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          519
viou1108
  10 juillet 2014
En provenance d'on ne sait où, Gabriel arrive dans une petite ville de Bretagne. On ne sait pas pourquoi il est descendu du train précisément dans cette gare, il l'ignore probablement lui-même. Par pour faire du tourisme, en tout cas.
Il s'installe à l'hôtel, et ne tarde pas à faire connaissance avec quelques habitants. Gabriel n'est pas particulièrement chaleureux, mais quelque chose en lui pousse les gens à lui confier leurs états d'âme. Sans jamais parler de lui-même, il écoute les autres, réchauffe les coeurs, réconforte les estomacs grâce à ses talents culinaires, et renfloue même quelques portefeuilles troués. Il a un don pour réunir des gens aussi différents que malmenés par la vie : Madeleine, la réceptionniste, qui rêve de quitter sa morne grisaille pour le bleu turquoise des lagons, José le patron du bar, déboussolé depuis que sa femme est à l'hôpital, et le couple Rita-Marco, toxicos inséparables catégorie « je t'aime moi non plus ».
Une histoire banale, voire une absence d'histoire. Mais ce serait oublier une autre phrase de Gainsbourg, « Fuir le bonheur avant qu'il se sauve », mise en exergue du livre, lui-même classé « roman noir » dans l'édition de poche. Car on sent, on sait qu'il va se passer quelque chose, on ne peut s'empêcher de se méfier de cet « ange » Gabriel dont on découvre peu à peu les fantômes.
Dans cette histoire faussement simple mais vraiment noire dans son final inattendu, avec un style faussement facile mais un réel sens de la formule, Pascal Garnier campe en peu de mots personnages cabossés et ambiance inquiétante, sans nous priver pour autant d'un peu d'humour et de tendresse. Beaucoup d'humanité, donc, qui rappelle malheureusement à ses lecteurs que Garnier aussi était un homme, donc mortel. Paix à son âme…

Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
isabelleisapure
  16 juillet 2013
Une ville de Bretagne.
Gabriel descend du train et comme tout voyageur hors de son périmètre de vie habituel se rend dans le premier hôtel venu.
Seulement voilà, Gabriel n'est pas un voyageur comme un autre.
Son histoire personnelle lui révélera un altruisme qui le pousse inévitablement vers quiconque un peu « paumé » croise son chemin.
Et il va être gâté!
Ainsi commence un incroyable périple qui débute par sa rencontre avec Madeleine, la réceptionniste de l'hôtel qui tombe raide amoureuse de lui, se poursuivra dans le bistro de José lequel depuis la grave maladie de sa femme a abandonné la restauration mais où, par sympathie pour José, Gabriel se mettra lui-même aux fourneaux en préparant un repas qu'ils consommeront ensemble.
Il y rencontrera Marco et Rita couple déjanté et désargenté attendant un hypothétique héritage et qui par nécessité financière lui cédera un superbe saxophone dont Gabriel fera cadeau aux enfants de José.
S'en suit un parcours délirant dans lequel Gabriel va s'employer à soustraire toutes ces rencontres à leurs souffrances.
J'ai bien aimé ce roman à suspens dans lequel à la manière de Frédéric Dard, Pascal Garnier manipule avec une dextérité diabolique « l'Ange Gabriel » dans ce monde de gens égarés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Magenta
  08 mai 2013
C'est l'histoire d'un mec...
Oui, ça commence un peu comme ça ; cet homme qui débarque d'on ne sait où, un peu comme un ange qu'on vous enverrait. On ne sait absolument rien de lui, il est aimable, poli, vous rend service sans vous connaître. Un peu fou disent certains...
On se laisse prendre dans la lecture et on sent, au fil des pages, que Gabriel a vécu. Qu'il fuit sa vie d'avant. Et peu à peu, c'est une boule dans la gorge qui commence à enfler...l'angoisse monte. Ce qu'il a vécu est triste, grave, on le sent, toujours sans savoir exactement...
Et c'est dans les dernières pages qu'on apprendra, violemment...
Qu'on comprendra aussi son cheminement.
Premier livre de Pascal Garnier pour moi et c'est un coup de coeur pour son écriture simple, avec des touches d'humour dans les sujets graves, pour la façon dont il nous emmène avec lui, l'air de rien.
Je vais m'empresser d'en apprendre un peu plus sur cet auteur et surtout, d'allonger un peu ma PAL de ses oeuvres!
Commenter  J’apprécie          213

Les critiques presse (1)
Telerama   11 janvier 2012
A petites touches, Pascal Garnier réunit son petit monde fragile, le repeint en noir. Porté par une écriture précise et fluide, l'auteur nous piège pour mieux nous ramener sur un quai breton totalement désert.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
miladomilado   06 mars 2015
... Qu'allez-vous faire à présent, Rita ?
- Je ne sais pas. Je n'arrive pas à penser . J'ai toujours eu du mal avec ça. Je n'aime pas décider. Et puis entre rien et n'importe quoi, qu'est-ce que vous voulez choisir ? J'ai passer ma vie à suivre, n'importe qui, n' importe où. C'est pour ça que j'étais bien avec Marco, il savait toujours où il allait. En général, droit dans le mur, mais c'est quand même un but dans l'existence ! ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
viou1108viou1108   09 juillet 2014
- Tu penses encore à lui, après ce qu'il t'a fait?
- Evidemment! Quand tu dors avec un homme pendant des années, même si c'est le pire des enfoirés, tu l'as quand même vu au moins une fois, accroché à ton sein comme à une bouée, si petit, si fragile, si vulnérable... Je sais que c'est bête, mais dans ces cas-là, on pardonne tout, on oublie tout.
Commenter  J’apprécie          190
viou1108viou1108   08 juillet 2014
- (...) Je leur ai dit que tout allait bien, qu'on allait bientôt se retrouver tous les quatre...
- Vous avez eu raison.
- Ils ne m'ont pas cru. "Papa, t'as une drôle de voix..." On peut rien leur cacher aux mômes. Ils savent tout mieux que nous. Moi, quand j'étais gosse, je savais tout, le principal, quoi. Maintenant j'y comprends plus rien. Ca sert à quoi de grandir? C'est con.
Commenter  J’apprécie          130
sylviesylvie   18 décembre 2008
"Je t'invite à manger parce que j'éprouve de la sympathie pour toi. Je vais t'offrir des aliments, de la nourriture. Nous nous connaissons à peine et pourtant, à cinquante centimètres l'un de l'autre nous allons saliver, mâcher, déglutir ensemble de la viande, des légumes, du pain. Ton corps et mon corps vont partager la même volupté. Le même sang coulera dans nos veines. Ta langue sera ma langue, ton ventre mon ventre. C'est un rite ancien, universel, immuable."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
YassleoYassleo   05 janvier 2017
C'est en sortant du café qu'il était passé devant la boucherie. L'épaule d'agneau roulée et décorée d'un ravissant brin de persil l'avait ému. On aurait dit l'enfant Jésus.
Commenter  J’apprécie          260
Video de Pascal Garnier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Garnier
Pascal Garnier que (re)lisez-vous ?
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .