AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757830481
Éditeur : Points (03/01/2013)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Fabien mène une existence paisible jusqu'au jour où sa femme décède dans un accident de voiture. Un drame n'arrivant jamais seul, il découvre qu'elle était accompagnée de son amant. Fabien, désarçonné mais déterminé, décide de se venger : "Il a piqué ma femme, je lui piquerai sa veuve". Mais ce désir si légitime va l'entraîner dans une situation abominable.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  14 mai 2018
Parce que son père voulait se débarrasser, lors d'une brocante, de quelques vieilleries stockées dans son grenier, Fabien a passé le week-end chez lui, laissant sa femme, Sylvie, seule à Paris. À son retour, il retrouve l'appartement vide, supposant que cette dernière avait dû aller au cinéma avec Laure, son amie. Quand il enclenche son répondeur, il apprend soudainement que Sylvie est morte dans un accident de voiture, du côté de Dijon. Mais que faisait-elle là-bas ? À quarante ans bien tassés, le voilà veuf. À l'hôpital de Dijon, il apprend que sa femme n'était pas seule et que l'homme qui conduisait est également décédé. En plus d'être veuf, le voilà cocu. Épaulé par son ami, Gilles, qui lui propose de venir habiter chez lui, Fabien reprend peu à peu ses esprits, une bien étrange idée en tête...
L'on fait connaissance, dans ce roman noir, de Fabien, tout fraîchement cocu et veuf. Fabien, qui à 40 ans passés, mène une vie paisible, un peu terne et sans surprise avec Sylvie qui, elle, visiblement, lui en cachait une. Remis bien vite de toutes ses émotions, Fabien va élaborer un bien curieux scénario : prendre la place du mort, autrement dit aller conquérir la femme de l'amant de sa femme ! Évidemment, avec Pascal Garnier, l'on peut s'attendre à tout mais surtout pas à une happy end. L'auteur nous offre un roman bien sombre, un brin tragique et grinçant dans lequel Fabien, un homme velléitaire, inconsistant et hésitant, va tenter de ne pas sombrer, pris dans les mailles du filet. Teinté d'humour noir, ironique, enlevé et cocasse, ce petit roman, au style incisif et aux formules bien réparties, ne manque pas de rebondissements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7313
Bookycooky
  19 mai 2018
Décidément certains n'ont pas de chance du côté des femmes. Maman qui les quitte alors qu'il n'a que cinq ans, sa femme qui meurt dans un accident de voiture, alors qu'elle s'y trouve avec un autre mec.....mais le “certain qui n'a pas de chance” de Garnier va s'acharner sur sa malchance, voulant rattraper son destin avec la femme du mec de la voiture......eh oui, vu les conséquences, mieux vaut dans la vie, accepter les choses comme elles adviennent et passer à autre chose; c’est ce que semble nous conseiller Garnier dans ce petit roman loufoque, si j'en ai bien compris la morale 😀.....
Commenter  J’apprécie          782
nameless
  18 novembre 2016
Fabien est un homme ordinaire décrit en fin de roman comme une victime faible, sans volonté, soumis. Son mariage avec Sylvie est à son image, terne, éteint, sans enfants, sans animaux. C'est donc sans grande émotion qu'il apprend la mort de sa femme sur le répondeur de son téléphone. Tuée dans un accident de voiture à Dijon. Mais que fichait-elle à Dijon en compagnie d'un homme lui aussi décédé dans le même véhicule ? Fabien devient le même jour veuf et trompé, la vie est parfois cruelle, particulièrement dans les romans de Pascal Garnier.

Fabien s'installe chez son ami Gilles englué dans une séparation qui n'en finit pas de finir, et dont l'enjeu est la garde de son jeune garçon. Ni l'un ni l'autre ne travaille : “Pourquoi ne parlait-on jamais des bienfaits du chômage ? Alors que le monde s'agitait, que les gens allaient et venaient courbés sous le poids des responsabilités, des soucis, deux copains, l'un veuf et l'autre divorcé de fraîche date, la quarantaine bien tassée, jouaient paisiblement aux Lego un jour de semaine à quatre heures de l'après-midi” (p. 48).

C'est dans ce climat de désoeuvrement dépressif que vient à Fabien une idée lumineuse autant que désespérée : piquer la veuve de l'amant de sa femme. Sans encore le savoir, il vient de mettre le doigt dans un engrenage qui va le conduire à sa perte. La suite est à découvrir au fil des pages, en sachant qu'avec Pascal Garnier, il n'y aura pas de happy end en forme de “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants”. Ce qui chez d'autres auteurs aurait pu évoluer vers une agréable idylle traitée comme un vaudeville rigolo, déraille rapidement pour sombrer dans le drame intégral. Avec Sylvie, la vie était incolore, inodore, insipide. Martine va lui donner la couleur, l'odeur et le goût du sang.

Fidèle à ses thèmes de prédilection, à son style à la fois simple, incisif, mais surtout irréprochable, à son humour noir vitriolé, l'auteur décrit la lente descente aux enfers d'un homme banal, dont la vie bascule irrémédiablement à la suite d'un événement fortuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
michfred
  18 mai 2018
Il ne fait pas bon être un homme aux mains de certaines femmes...
Avec un humour -noir de noir- Fabien l'apprend à ses dépends.
Un soir, il perd sa femme dans un accident de voiture - un accident, vraiment ?- qui tue celle-ci avec son amant : veuf et cocu d'un même coup, ça vous ébranle un bonhomme!
Quant à sa petite idée d'aller hanter la femme de l'autre et de prendre La place du mort...elle risque de le mener en enfer...On sait ce qu'on perd, pas ce qu'on gagne à ce petit jeu de chaises musicales!
Il aurait mieux valu qu'il reste à traîner en pyjama avec son vieux pote Gilles, en fumant des pétards et en jouant aux Lego!
Des moments bien glauques, une ironie mordante...
Fabien, homme-objet, homme-enfant, victime désignée, propose une inversion -ou une subversion- assez réjouissante des codes du roman noir.. .
Le style, piquant, caustique, à lui tout seul, vaut le voyage...
Commenter  J’apprécie          465
Annette55
  27 mai 2018
Voici un petit roman bien écrit, surprenant où un homme : Fabien, faible, fâlot , presque à la dérive, sans grande volonté , à l'existence bien tranquille apprend soudainement la mort de son épouse Sylvie, dans un accident de voiture .......aux côtés de son amant Martial . Lui aidait son père pendant ce temps ........
Las! Fabien s'emporte : "Il a piqué ma femme, je lui piquerai sa veuve . "
Une vengeance qu'il mitonne post- mortem, à coup sûr !
De là, tout au long d'un récit, grinçant, ironique, un peu loufoque, le lecteur ressent un malaise diffus .......
Surprise : l'auteur bluffe le lecteur et l'amène au bord du gouffre avec maestria, il s'ingénie à décrire par le menu la vie de personnes cabossées par la vie mais la fin s'avère brutale, inédite , entre roman noir et polar ......
Morale de l'histoire s'il y en a une : fréquenter certaines femmes coûte très cher ......
Merci à Marina, une de mes amies de Babelio !
Commenter  J’apprécie          454

critiques presse (1)
Telerama   20 février 2013
Entre vaudeville et roman noir, Pascal Garnier propose un récit ironique, grinçant mais tendre pour les hommes fragiles.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   16 mai 2018
Il y a quelques années, le sirocco avait soufflé sur Paris. Il faisait très chaud. Une fine couche de sable rose recouvrait les voitures. Fabien était au même endroit sur un balcon. Il aurait voulu qu’il en tombe un mètre, comme la neige quand il était petit. Mais rien ne tenait ici, tout tournait en boue. Ça venait sans doute de la mauvaise qualité des rêves.
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina53   15 mai 2018
Combien sommes-nous, accoudés à nos fenêtres, une canette de bière à la main, à nous demander si ça peut encore nous arriver. Nous ne savons même plus ce que c'est que ça. La gloire ? La fortune ? L'amour ?
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   14 mai 2018
Fabien ne trouvait aucun intérêt au paysage qui défilait devant ses yeux, jaune colza, vert pomme, bleu con.
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   14 mai 2018
De l'enfance il ne nous reste qu'un vertige indéfinissable, juste de quoi retenir le regret.
Commenter  J’apprécie          350
marina53marina53   16 mai 2018
Il n'était pas incapable de vivre seul, il ne concevait la solitude qu'accompagné.
Commenter  J’apprécie          343
Video de Pascal Garnier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Garnier
Pascal Garnier que (re)lisez-vous ?
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15576 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..