AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nameless


nameless
  18 novembre 2016
Fabien est un homme ordinaire décrit en fin de roman comme une victime faible, sans volonté, soumis. Son mariage avec Sylvie est à son image, terne, éteint, sans enfants, sans animaux. C'est donc sans grande émotion qu'il apprend la mort de sa femme sur le répondeur de son téléphone. Tuée dans un accident de voiture à Dijon. Mais que fichait-elle à Dijon en compagnie d'un homme lui aussi décédé dans le même véhicule ? Fabien devient le même jour veuf et trompé, la vie est parfois cruelle, particulièrement dans les romans de Pascal Garnier.


Fabien s'installe chez son ami Gilles englué dans une séparation qui n'en finit pas de finir, et dont l'enjeu est la garde de son jeune garçon. Ni l'un ni l'autre ne travaille : “Pourquoi ne parlait-on jamais des bienfaits du chômage ? Alors que le monde s'agitait, que les gens allaient et venaient courbés sous le poids des responsabilités, des soucis, deux copains, l'un veuf et l'autre divorcé de fraîche date, la quarantaine bien tassée, jouaient paisiblement aux Lego un jour de semaine à quatre heures de l'après-midi” (p. 48).


C'est dans ce climat de désoeuvrement dépressif que vient à Fabien une idée lumineuse autant que désespérée : piquer la veuve de l'amant de sa femme. Sans encore le savoir, il vient de mettre le doigt dans un engrenage qui va le conduire à sa perte. La suite est à découvrir au fil des pages, en sachant qu'avec Pascal Garnier, il n'y aura pas de happy end en forme de “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants”. Ce qui chez d'autres auteurs aurait pu évoluer vers une agréable idylle traitée comme un vaudeville rigolo, déraille rapidement pour sombrer dans le drame intégral. Avec Sylvie, la vie était incolore, inodore, insipide. Martine va lui donner la couleur, l'odeur et le goût du sang.


Fidèle à ses thèmes de prédilection, à son style à la fois simple, incisif, mais surtout irréprochable, à son humour noir vitriolé, l'auteur décrit la lente descente aux enfers d'un homme banal, dont la vie bascule irrémédiablement à la suite d'un événement fortuit.
Commenter  J’apprécie          492



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (46)voir plus