AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2747023869
Éditeur : Bayard Jeunesse (11/06/2009)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Simon vient de s'enfuir de chez lui et débarque en gare de Valence.
A peine est-il arrivé qu'une jeune femme lui demande de surveiller son fils le temps d'acheter des cigarettes. Elle ne revient pas, et le garçon se retrouve seul avec le bébé sur les bras...
A la nuit tombée, désespéré, il s'assied dans un coin de la ville quand surgit un drôle de gaillard, Victor de Montéléger, qui l'invite à passer la nuit chez lui. Brocanteur à ses heures, déborda... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
canel
  08 décembre 2013
Il n'est pas malheureux chez lui, Simon, non. Sa mère l'aime, mais elle trime pour élever seule tous ses enfants, et cet adolescent de quatorze ans en a sa claque d'être la nounou et la boniche de la famille. Alors il fugue. Pas de chance, il se retrouve aussitôt avec un bébé sur les bras, une mère le lui a confié quelques minutes, elle n'est jamais revenue. Simon croise le chemin de Victor, un vieil homme solitaire fatigué de la vie.
Oui, l'auteur est bien ce Pascal Garnier qui a écrit d'excellents romans noirs aussi déprimants que drôles. le ton est moins sombre ici, le livre est destiné à des adolescents. On y retrouve des thématiques abordées dans ses autres ouvrages, et plus particulièrement dans 'Cartons' : un vieil homme isolé et mal en point, la vie qui s'illumine grâce à l'amitié, un petit air de 'Ensemble c'est tout' (Gavalda).
Bon petit livre tendre et émouvant mais ni plombant ni mièvre, à découvrir dès 12 ans.
Commenter  J’apprécie          211
cathe
  04 juin 2018
Simon en a assez de sa famille, de ses frères et soeurs trop nombreux, de sa mère qui lui demande les surveiller… Bref il veut prendre l'air, donc il fugue ! Il prend le train vers le Sud mais est arrêté à Valence. Mais à peine sorti de la gare, une jeune femme lui demande de garder deux minute sa poussette le temps d'acheter des cigarettes. Les deux minutes s'éternisent et Simon se retrouve dehors avec un bébé… Un clochard qui passe par là a pitié de lui et lui propose de l'héberger. Et là commence une belle histoire d'amitié…
Pour une fois, c'est un roman de Pascal Garnier pas trop noir, juste un peu triste parfois avec une belle description de « tribu » à la manière de Pennac (Malaussène) ou de Marie-Aude Murail (Sauveur et fils). Je suis toujours fan de son humour noir et de ses petites réflexions décapantes sur la vie. C'est une réédition de 2009 mais je ne l'avais pas lu (il a beaucoup écrit pour la jeunesse)
Merci à Babelio / Masse critique pour l'envoi et aux jeunes éditions Yaka books.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DucalmeLucette
  12 juin 2018
Ce court roman pour les 8-12 ans est plein d'humanité. Il fait se rencontrer des personnages sensibles un peu perdus traînant chacun une valise plus ou moins lourde. le destin les fera se croiser pour chambouler leur quotidien, et peut-être même leur vie.
Simon a quatorze ans et en a assez d'avoir autant de responsabilités pour son âge. Alors il fuit sa famille et prend le train à Lille, direction le sud. Arrivé à Valence, une jeune femme l'interpelle et lui laisse son petit garçon dans sa poussette, le temps d'aller acheter des cigarettes. Mais les minutes s'égrènent et la mère ne revient pas. Simon se retrouve donc malgré lui responsable de ce bébé, son statut de « grand frère » finissant inexorablement par le rattraper. Quelques heures s'écoulent et lors de sa déambulation nocturne, il tombe sur un homme grand, fort et barbu dénommé Victor. Sa stature imposante aurait pu effrayer Simon, mais le courant passe tout de suite entre eux. Il se tisse alors un lien affectueux entre ces deux-là, âmes en peine attachantes et finalement pleines de ressources.
(Simon, en parlant de Victor) « Je ne le connais pas, ce bonhomme, mais quelque chose me souffle que je peux lui faire confiance. »
Au fil des chapitres, nous suivons les aventures de ce trio improbable mais plein de tendresse et d'humour. D'autres personnages viennent agrémenter cette histoire à la fois incroyable et douce, et rendent le récit encore plus captivant.
Il est aussi question de mensonge, derrière lequel on est parfois tenté de se cacher, mais duquel on a ensuite bien du mal à se dépêtrer. Tout paraît un peu facile dans le dénouement malgré une situation délicate (heureusement, Simon éprouve quand même quelques remords à avoir fugué !) mais puisque c'est un roman jeunesse, c'est plutôt logique. La lecture est fluide et simple, adaptée à l'âge du lectorat visé.
L'optimisme présent dans ce roman est très appréciable et ravira, j'en suis sûre, les petits et les grands !
Un joli roman sur les liens et la famille que l'on se crée.
Je tiens à féliciter l'éditeur, Yaka books, pour leur action citoyenne en faveur de la lecture. En effet, tous les titres proposés dans leur boutique sont au tarif unique de 2 €, permettant ainsi l'accès à tous à l'univers pléthorique de la littérature. Bravo à eux !
Le temps d'un week-end (ce roman se lit en effet d'une traite), j'ai voulu proposer cette lecture à une de mes belles-filles, Lyse, 16 ans, afin qu'elle aussi puisse vous donner son avis.
L'avis de Lyse :
L'histoire est très drôle et rapide à lire. On entre vraiment dedans rapidement et les personnages sont très attachants et ont chacun une histoire bien à eux.
J'ai beaucoup apprécié l'histoire et je recommande très vivement de le lire.
Lien : https://ducalmelucette.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CelineCDI
  12 septembre 2013
Simon, un jeune fugueur, se retrouve à Valence, fraîchement débarqué du train. Alors qu'il passe devant un bureau de tabac, une jeune femme lui confie son bébé le temps d'aller faire quelques achats mais le temps passe et elle ne revient pas. le comble pour Simon qui s'est sauvé de chez lui pour échapper à une famille débordée par des petits frères exigeants ! Alors que la nuit tombe et que Simon commence à désespérer, il est recueilli, avec le bébé, par un vieil homme excentrique, Victor, brocanteur à ses heures...
Un petit roman assez vite lu, plein de charme malgré les situations de départ un peu lourdes (fugue, abandon d'enfant). On le traverse comme on traverserait un vieux film, un peu "fleur bleue", un peu "kitsch", avec ce personnage extraordinaire de Victor, le brocanteur bienveillant et bourru qui nous donne foi en l'humanité. Il y a une sorte de légèreté dans ce roman qui est la bienvenue dans ce monde où beaucoup de romans jeunesse sont si noirs. Merci à Pascal Garnier pour cette parenthèse enchantée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Adrienne
  26 mai 2018
Il paraît que c'est un livre qu'on peut lire dès l'âge de dix ans mais ça ne m'a pas empêchée de passer un excellent moment de lecture-détente-feel good… tellement feel good que j'en ai reculé l'heure de dormir parce que je ne voulais plus le lâcher avant de voir comment, à la fin, tout finit par s'arranger le mieux possible pour les divers personnages.
C'est qu'on s'attache à eux, à l'ado fugueur qui en a marre d'être la bonniche-garde d'enfants parce que sa mère travaille la nuit et dort le jour; à la vieille dame qui a été grugée par le promoteur au moment du rachat de sa petite mercerie; à la gamine en rupture familiale après avoir accumulé quelques bêtises… mais surtout à Monsieur Victor, à la fois aristocrate et ancien légionnaire, brocanteur vide-grenier et fringant antiquaire, poivrot et fin psychologue, blessé de la vie soignant les blessures des autres.
Bref, j'ai été bien contente de recevoir ce livre de Masse Critique et ce n'est pas son prix (2 euros chez Yakabooks) qui devrait arrêter le lecteur potentiel!
Lien : https://adrienne414873722.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
canelcanel   07 décembre 2013
Mélanie nous déballe sa pauvre petite histoire, avec autant d'indifférence que s'il s'agissait de celle d'une autre. L'ennui au quotidien au sein d'une famille rigide, un bel Italien de passage, un ventre qui s'arrondit, le père furieux qui jette sa fille à la rue et l'inévitable dégringolade qui s'ensuit : pas de boulot, pas de toit, dix-sept ans, la vie sans mode d'emploi.
(p. 125)
Commenter  J’apprécie          80
canelcanel   07 décembre 2013
- Tu sais, mon gars, si tu as quelque chose à me dire, n'hésite pas. Mais, si tu n'as pas envie, je ne t'en voudrai pas. On a tous une valise à porter, et parfois, quand elle est un peu trop lourde, en s'y mettant à deux, c'est plus facile.
(p. 55)
Commenter  J’apprécie          70
canelcanel   07 décembre 2013
Une vague de honte me monte au front. C'est ça le problème, avec les mensonges. Une fois qu'on a commencé, on ne peut plus revenir en arrière, comme emporté par le courant d'un fleuve. Qu'est-ce qui m'a pris de lui raconter que j'étais orphelin ? Maintenant, je me sens aussi coupable que si j'avais tué toute ma famille. (p. 41)
Commenter  J’apprécie          20
JangelisJangelis   26 octobre 2017
Je ne sais pas si les voyages forment la jeunesse, mais ce dont je suis sûr, c'est qu'ils déforment la vieillesse.
Commenter  J’apprécie          32
canelcanel   08 décembre 2013
Nous sommes tous des enfants d'enfants.
(p. 146)
Commenter  J’apprécie          70
Video de Pascal Garnier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Garnier
Pascal Garnier que (re)lisez-vous ?
autres livres classés : fugueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre