AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Citations sur Roger Fenton et la guerre de Crimée (4)

migdal
migdal   12 mai 2022
LA GUERRE DE CRIMÉE ET LA PHOTOGRAPHIE

Une quinzaine d'années après son invention en 1839, la photographie intervient pour la première fois dans le domaine militaire, accompagnant d'autres nouvelles technologies comme le télégraphe, la marine à vapeur et un armement plus perfectionné.

La technique de la photographie n'est pourtant pas adaptée à ce domaine nouveau : les appareils sont lourds, la chimie complexe à gérer sur le terrain, les temps de pose trop longs ne permettent pas de rendre compte des combats. Il faut utiliser un laboratoire ambulant pour développer rapidement les clichés, et être assisté : l’Anglais Roger Fenton travaille avec Marcus Sparling (…).

Surtout, les conditions météorologiques sont difficiles en Crimée : fortes chaleurs l’été, froid et intempéries l’hiver. Si la photographie est censée par nature transcrire fidèlement la réalité, la technologie rudimentaire et la météorologie exécrable ne permettent de donner qu’une image partielle de la guerre.

Or, les photographes de la guerre de Crimée montrent une guerre propre : on ne voit ni blessés, ni malades, ni morts, à la fois pour des raisons éthiques, mais aussi pour des motifs politiques. Fenton pour l'Angleterre, le colonel Langlols pour la France doivent donner à une opinion publique très hostile au conflit une image positive de la guerre que l’aspect incontestable de la photographie doit conforter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
migdal
migdal   13 mai 2022
Le reportage de Fenton est aujourd'hui le plus important ensemble de photos de la guerre de Crimée qui soit parvenu jusqu'à nous, mais il n'est pas le premier à s’y rendre. Le gouvernement anglais avait envoyé en Crlmée début 1854 plusieurs photographes dont Richard Nicklin associé aux militaires Pendered et Hammond, mais tous trois firent naufrage à bord du Rip Van Winkle à Balaklava le 14 novembre 1854 et disparurent corps et biens.

Une seconde équipe militaire fut formée par Brandon et Dawson au printemps 1855 sous l'autorité de John Mayall, mais les photos envoyées en Angleterre ne furent ni exposées ni publiées et s'effacèrent en quelques années. Avant même que la guerre n'alt atteint la Crimée, le photographe de Bucarest Carol Popp de Szathinari (1812-1887) avait photographié l'armée russe qui ravagea Valachie et Moldavie en juin 1853 ; il exposa à Paris à l'Exposition universelle en juin 1855, comme le rapporte le journal La Lumière. Arrivé en Crimée peu après le départ de Fenton, l'anglais James Robertson réalisa en un an une soixantaine de vues de Sébastopol en ruine, complétant la mission de Fenton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
migdal
migdal   11 mai 2022
LA GUERRE DE CRIMÉE

Le souvenir de cette guerre oubliée n'existe aujourd'hui pour la plupart des Français qu'à travers les noms de victoires inscrits sur les murs de Paris (Malakoff, pont de l'Alma, boulevard de Sébastopol, etc.)

Le conflit éclate le 23 octobre 1853 entre la Russie du tsar Nicolas Ier (puis Alexandre II à partir de mars 1855) et la Turquie ottomane à propos de la mer Noire et se déroule principalement dans la presqu'île de Crimée, dont la ville principale est Sébastopol. Le petit-fils de la Grande Catherine rêvait de rétablir le christianisme à Constantinople. La France de Napoléon III et l'Angleterre de la reine Victoria entrent en guerre contre la Russie aux côtés de la Turquie musulmane afin de préserver un équilibre stratégique en Méditerranée orientale. Les Français envoient 300 000 hommes dirigés par les généraux Canrobert et Bosquet, les Anglais 98000 sous l'autorité de Lord Raglan, un vétéran des guerres napoléonlennes, les Ottomans 25 000. La Crimée n'est russe que depuis peu : envahie en 1783 par la Russie, l’antique Chersonèse est terre ottomane de longue date, et la moitié de la population, d'origlne tatare, est pro-turque, d'où des persécutions. Les alliés décident de prendre Sébastopol par le nord et débarquent à Eupatoria. Le 20 septembre 1854, les zouaves du général Bosquet s'illustrent à la victoire de l'Alma, le maréchal de Saint-Arnaud quitte ses fonctions au profit de Canrobert et meurt du cholera. Le prince Menchikov se retranche dans Sébastopol, mais les alliés gèrent mal leur victoire et le laissent se protéger en coulant des navires à l’entrée de la rade. Ayant reçu des renforts, l’armée russe tente des sorties, mais échoue le 25 octobre 1854 à Balaklava (où a lieu la charge de la brigade légère) et le 5 novembre 1854 à Inkerman où la France l!emporte grâce à l’arrivée décisive des troupes du général Bosquet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
migdal
migdal   12 mai 2022
LA GUERRE DE CRIMÉE (suite)

Dès lors, un siège meurtrier s'installe pour de longs mois (octobre 1854 - septembre 1855). L'épreuve est dure pour les deux camps, en raison du froid intense, du vent et de la boue, qui amènent des épidémies (choléra, dysenterie, scorbut). Victor Hugo commente : « L'Emplre recommence par 1812 ». L'armée d'Afrique est arrivée en tenue d'été, les soldats manquent de pain, de soullers, de tout. Tolstoï décrit les mêmes souffrances du côté russe. Le général Canrobert, jugé trop hésitant, est remplacé par le général Pélissier, plus énergique : le 7 juin, il lance avec succès l'attaque du Mamelon Vert, après avoir déstabilisé les Russes par une violente attaque d’artillerie, mais Sébastopol résiste. La bataille de la Tchernaïa, le 16 août 1855, se déroule sur la rivière arrosant la vallée d'Inkerman. Du 5 au 8 septembre, Pélissier bombarde Sébastopol, puis lance l'attaque de la tour Malakoff, prise par les zouaves de la division Mac-Mahon.

Détruite par les Russes avant leur retraite, Sébastopol tombe le 8 septembre. Lors du congrès de Paris en mars 1856, les diplomates alliés obtiennent du tsar Alexandre II l'intégrité de l'Empire ottoman et la neutralisation de la mer Noire.

Mais 95 000 Français ont perdu la vie, et la France n'obtiendra pas en 1870 l'aide de la Russie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230



    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Quelle guerre ?

    Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

    la guerre hispano américaine
    la guerre d'indépendance américaine
    la guerre de sécession
    la guerre des pâtissiers

    12 questions
    2638 lecteurs ont répondu
    Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre