AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757830499
139 pages
Éditeur : Points (21/11/2013)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Eliette est veuve et s'ennuie dans sa maison ardéchoise. Ses enfants sont grands, et elle n'a pour amis que ses voisins, un couple de braves gens. Et puis surgit Étienne, un petit truand frais sorti de prison. Une voiture en panne, un ou deux mensonges improvisés, la fille d’Étienne entre en scène et plus rien ne tourne vraiment rond.
C’est avec un malin plaisir que Pascal Garnier dépeint ces vies qui dérapent, et réveille la folie là où elle sommeille.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  03 octobre 2016
Eliette, veuve d'une soixantaine d'années, vit seule dans sa maison ardéchoise depuis que son mari, Charles, avec qui elle a partagé pendant près de quarante ans un amour sans tache, est décédé d'un cancer foudroyant. Bien qu'elle essaie d'occuper ses journées entre le jardin, les visites des enfants qui se raréfient, les voisins, Rose et Paul Jaubert, à qui elle rend visite régulièrement ou son petit tour de marché, Eliette s'ennuie. Un quotidien morne qui va bientôt être chamboulé par la rencontre d'Étienne, un homme qu'elle a croisé sur la route alors qu'une des roues de sa voiturette était crevée. L'ayant aidée à réparer et le voyant lui aussi en panne de voiture, elle se propose de l'emmener chez elle afin qu'il puisse appeler un taxi. Eliette ne sait pas encore qu'elle vient de faire rentrer le loup dans la bergerie...
Ça commençait pourtant si bien pour cette chère Eliette... Enfin un homme dans sa vie, tel un prince charmant qui allait illuminer pour un temps sa vie triste et morne... C'était sans compter que le prince charmant n'existe pas... surtout à pied ! Son quotidien va bien vite tourner au drame, entre la fille d'Étienne, fantasque et déjantée, qui débarque sans prévenir et la mort brutale du fils du voisin. Pascal Garnier traite, de son oeil malin et avec un brin d'humour noir, différents thèmes tels que le chagrin, la folie humaine, la sexualité du troisième âge ou encore l'homosexualité. Tout va très vite dans ce court roman, les événements aussi tragiques que singuliers s'enchainent pour nous aspirer dans une spirale effroyable. À s'approcher trop près du bord, chacun risque bien de basculer. Pascal Garnier fouille avec cynisme l'âme humaine dans ce qu'elle a de plus cru et dépeint des personnages qui, peu à peu, vont se dévoiler sous leur vrai jour. Un roman cruel et noir porté par une écriture efficace...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
nameless
  25 novembre 2016
Elle a bien hésité Eliette, tournant en rond dans son appartement de Boulogne avec pour seul horizon le programme télé et l'hypothétique venue de ses enfants et petits-enfants le dimanche… Et puis un jour, elle s'est décidée : « Je vends Boulogne et je m'installe à Saint-Vincent », où elle possède une maison patiemment restaurée au fil des vacances avec feu son époux. Une folie selon ses gosses, mais c'est justement ce qui manque à sa vie, un grain de folie pour ne pas sombrer dans la raison. Question folie, Pascal Garnier se charge dans Trop près du bord, d'exaucer ses voeux.

La soixantaine mince et jolie, Eliette cultive son jardin ardéchois ainsi que le souvenir affectueux de son défunt mari, cuisine des soupes et confectionne des confitures, entretient avec ses voisins Rose et Paul des relations courtoises et acquiert, par souci d'indépendance, une magnifique Aixam couleur crème dernier cri, à bord de laquelle elle sillonne les sinueuses routes secondaires, jusqu'à la crevaison de l'un de ses pneus.

C'est ce grain de sable qui va transformer la paisible vie bien rangée d'Eliette en l'un de ces faits divers qui font la une des journaux locaux avant d'envelopper le merlan. Etienne, piéton miraculeux sur son chemin désert, dépanne Eliette. Etienne est jeune, Etienne est beau, Etienne est libre de son temps, rien de l'empêche d'accepter l'invitation d'Eliette chez elle. Sauf qu'Etienne a un passé, ainsi qu'une fille, Agnès... Sauf que, et puis encore sauf que...

Eliette, bien décidée à profiter de son épanouissement inespéré déclenché par la présence d'Etienne, ne tient pas compte des signaux qui auraient pu l'alerter d'une menace. C'est plus fort qu'elle, elle s'aperçoit que toute sa vie elle a été deux et qu'après tant de temps, laissée entre les mains de la première, la douce, la bonne épouse, la bonne mère, la digne veuve, la seconde vient de prendre le pouvoir. Et celle-là est capable de tout…. Sans se justifier, sans se chercher d'excuses, car la vie est la plus formidable des excuses.
Même si elle amène quelquefois à marcher bien trop près du bord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
koalas
  16 septembre 2015
Mais bon, tant qu'on n'est pas mort, on arrivera bien quelque part !
Eliette, la jeune soixantaine, veuve depuis peu, coule des jours un peu trop paisibles dans un village en Ardèche, loin de tout - et de ses enfants -. Ses proches voisins Rose et Paul, plus très jeunes et très frais, sont sa seule compagnie, autant dire que la vie n'est pas très folichonne... du moins jusqu'à l'apparition impromptue d'Etienne, un serviable inconnu quadragénaire rencontré au bord d'une route peu fréquentée et l'arrivée en trombe d'Agnès qui carbure à la blanche. Un dérapage incontrôlé et tous ou presque s'approchent trop près du bord... de la folie douce ou meurtrière !
Le quatrième roman de Pascal Garnier, un éloge à la vieillesse et un énorme pied de nez à la jeunesse !
Eliette, héroïne métamorphosée en pimpante sexagénaire a plus d'un tour - de maquillage - dans son sac. A coté, la jeune Agnès fait pâle figure avec sa rhinite à répétition et son nez trop poudré.
Sous couvert d'humour noir, l'auteur aborde avec finesse des thèmes souvent tabous comme l'inceste, la solitude, la sexualité du troisième âge, l'homosexualité, l'abus de drogues douces, l'alcool mauvais et la connerie humaine.
Au coté de l'intriguant et charmant Etienne, Eliette jeune de coeur et d'esprit entame une mue tandis que le voisin Paul, les yeux noyés dans le pastis et dans ses préjugés se révèle buté, butor et buteur.
Comme dans d'autres de ses romans, La place du mort ou Les insulaires, Pascal Garnier commence par faire un croche-pied à la vie qui fait basculer les destins . Un engrenage bien huilé se met en place qui n'épargne personne. Pour le meilleur mais souvent pour le pire. Normal pour un roman noir.
Eliette va connaître sa part de bonheur, intense comme un café serré mais de courte durée. Alors autant qu'elle en profite !
Le mot et le ton de la fin "Pas de quoi en faire un plat, tant qu'on n'est pas mort on est en vie"
Les personnages près du bord(erline) ne manquent pas de cachet, Etienne, un beau cavalier qui surgit du bord de la route sans sa monture, sa fille Agnès, une tornade blanche. Paul qui trinque ferme avec ses fils, Rose qui fane et Eliette la chrysalide qui n'en finit pas de s'épanouir.
Au gong final, un incisif roman noir stylé et très saigneur qui fait la part belle aux seniors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Crossroads
  21 décembre 2016
Eliette coule des jours paisibles en Ardèche.
Un brin répétitifs, certes, mais paisibles.
Les enfants sont grands, elle vit désormais auprès de gentils voisins dans le souvenir de son époux disparu.
Une routine programmée subitement dynamitée par la rencontre d'Etienne.
Rien du Prince Charmant mais Eliette s'en fout, elle est pas branchée conte de fée.
Ça colle de suite, comme une évidence.
Un bonheur inespéré jusqu'à l'entrée en scène d'Agnès, fille d'Etienne un brin déstabilisante.
Et là, c'est le drame...
La campagne, ça vous gagne !
Le temps de poser rapido le cadre, d'y induire deux-trois situations dramatiques, d'y adjoindre quelques personnages intrigants et roulez jeunesse, foncez petits bolides.
Une quatrième de couv' hyper réductrice et c'est tant mieux.
Je m'attendais à un huis-clos oppressant, Trop Près du Bord s'avère bien plus complexe que cela.
Au prétexte d'aborder subtilement le thème de la solitude en milieu rural, Garnier va la jouer grand seigneur en y greffant une intrigue policière haletante aux péripéties millimétrées.
L'histoire se lit avidement, aidée en cela par la plume profondément humaine de son auteur.
Tout en finesse et en retenue lorsqu'il s'agit de relater la naissance d'une possible idylle, Pascal Garnier se veut également direct et percutant histoire de ne jamais laisser ronronner un récit aux possibles effluves de Plus Belle La Vie.
C'est beau et désespéré à la fois.
C'est un grand Garnier, encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337
aider
  28 décembre 2016
Auteur que je ne connaissais pas, le genre du livre et son épaisseur me l'ont fait choisir dans ma PAL entre la lecture de gros pavés.
Pause bien déprimante. ....mais bon. ...c'est un roman noir et même ultra noir ( genre Soulages )

L'histoire débute gentiment par la vie d'Éliette ,sexagénaire, veuve , au quotidien soporifique qui en quelques jours va voir sa vie se transformer et passer de la routine à l'apocalypse.
C'est bien écrit, intense, pas de pauses, un humour inhabituel. ....
J'ai passé un très bon moment !!!! et ça me donne envie d'approfondir ce genre que je connais peu : le roman noir.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
DR_CloqDR_Cloq   29 avril 2021
Agnès frotta la mallette en pestant contre cette saloperie de nature qui était pleine de bêtes crevées, de champignons vénéneux, d'insectes et d'orties qui piquent.
Commenter  J’apprécie          20
DR_CloqDR_Cloq   29 avril 2021
Vue imprenable ! Tu parles ! J'en vois autant chaque matin en me lavant les fesses. C'est le trou du cul du monde, ici !
Commenter  J’apprécie          22
DR_CloqDR_Cloq   29 avril 2021
Qu'est-ce que c'est, un enfant ? Un cerf-volant qu'on dirige quelque temps et dont on lâche le fil... puis qui se reproduit quelque part là-haut, dans les nuages...
Commenter  J’apprécie          00
DR_CloqDR_Cloq   29 avril 2021
ça ressemble à un cimetière ce bled, on dirait une maquette pas finie.
Commenter  J’apprécie          10
marina53marina53   03 octobre 2016
Partout, dans ces buissons, dans l’herbe, proies, prédateurs se confondaient en une même danse macabre. On pouvait être l'un ou l'autre, selon les circonstances, et toutes étaient atténuantes. On appelait ça la vie, la plus formidable des excuses. 
Commenter  J’apprécie          240

Video de Pascal Garnier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Garnier
Pascal Garnier que (re)lisez-vous ?
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2100 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..