AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070403660
336 pages
Éditeur : Gallimard (04/11/1997)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Le "carburant avancé" Tel est le nom donné pudiquement à la nouvelle énergie qui fait marcher les lampes, les moteurs, les voitures, et sert aussi pour des super bombes nucléaires.
Ce "carburant avancé" n'est rien d'autre que les âmes, saisies par des capteurs et mises dans des piles. Comment réagissez-vous quand vous apprenez que la femme que vous aimez va survivre sous la forme d'une ampoule de 100 watts et que votre vieux voisin, un ancien résistant, est m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
meeva
  13 février 2016
« Charge d'âme » a été publié en 1977 par Romain Gary.
Si son souffle continue à émettre aujourd'hui, c'est à travers ses livres. C'est pourquoi je ne cesse de le relire depuis que je l'ai découvert à 15 ans. Pour partager, un peu, le cheminement de cet homme, qui a eu une vie si riche d'événements, de lieux et de rencontres et qui est toujours resté si profondément humain et fraternel.

Marc Mathieu est un scientifique. C'est un génie, un créateur. Comme il se doit dans le domaine de la création scientifique, il a le pouvoir de détruire le monde.
Il met au point un carburant avancé. Il s'agit de « capter les âmes » au moment de la mort et d'utiliser l'énergie du « souffle » comme carburant.
Idée géniale déjà évoquée dans « La tête coupable » dont le héros n'était autre que Marc Mathieu qui se cachait en Polynésie sous le pseudonyme de Gengis Cohn - avec Gary, même ses personnages de roman ont des pseudo…
Gengis Cohn était le nom déjà donné à un autre personnage dans son roman « La danse de Gengis Cohn ».
S'il y a un lien qui existe entre ces trois livres, c'est sûrement l'humanité, et la réflexion sur la déshumanisation de l'homme.

Autant l'idée du livre est géniale, autant il me semble resté à l'état de brouillon (avancé lui aussi, tout de même…) du point de vue de l'écriture. Fort de nombreuses répétitions, dont Gary est coutumier, il est aussi moins percutant dans les formules et moins poétique dans les descriptions. C'est du moins mon impression générale.
Écrit à une période où Gary a été très prolifique, très préoccupé aussi certainement par Ajar, il reprend beaucoup de grands thèmes évoqués à maintes reprises par l'auteur. On y retrouve son cynisme et sa lucidité.
« Heureusement, la mise au point de la bombe à neutrons permettait désormais de limiter les dégâts en ne tuant que les populations et en laissant intactes, debout, et pouvant continuer à servir, les assises matérielles de la civilisation. »

Mais un cynisme et une lucidité contrecarrés par de l'espoir, parce que « le désespoir tout seul, ce serait seulement un manque de talent ».
« - C'est ça, parle-moi du massacre des bébés phoques en Norvège et au Canada, ou de celui des éléphants en Afrique. Rappelle-moi le nombre de chiens que les Français laissent crever chaque fois qu'ils partent en vacances. Il y avait longtemps… Ah oui, et les baleines ! J'ai oublié l'extermination des baleines ! Ou les cinq millions de Juifs partis en fumée… Vas-y, parle-moi de la pollution irréversible du milieu marin ! Qu'est-ce que tu attends ! La déshumanisation, tu parles ! La déshumanisation, c'est humain !
Il s'interrompit. Ce qu'il y avait d'extraordinaire, dans tout ça, c'est que toutes les preuves accumulées ne prouvaient rien. L'illusion lyrique demeurait, comme si l'homme ne pouvait mettre fin à sa foi qu'en mettant fin à lui-même. »

On retrouve ici quelques « tableaux » de « La danse de Gengis Cohn » ou de « La tête coupable », comme le christ portant sa croix, revenu voir comment ça se passe deux mille ans après, harcelé par quelques artistes sans scrupules.
« Durant presque toute la durée de leur marche, alors qu'ils titubaient sous le poids de la bombe en avançant dans la direction du « cochon », le « paysan » leur tint compagnie, avec sa lourde croix. Ce fut seulement lorsque leur psychisme commença à s'habituer à cette compagnie, selon un processus d'accoutumance qui n'a jamais manqué de s'accomplir dans l'histoire, avec l'atrophie correspondante de la sensibilité, c'est alors seulement que cette présence perdit de sa visibilité, et les six professionnels se retrouvèrent seuls, peinant sous le poids écrasant dont ils étaient chargés, entre deux haies de soldats qui étreignaient leurs armes en leur jetant des regards meurtriers. »

Comme j'approche de la fin – de ma relecture de Gary – une dernière citation, de mauvais augure.
« Lorsqu'un homme est prêt à donner sa vie pour un cliché, c'est la fin des clichés et le début de l'authenticité. »
N'oublions pas que nous avons nous aussi charge d'âme, à commencer par nous-mêmes…


Et pour le petit air, j'en veux bien un :
« Personal Jesus
Your own personal Jesus
Someone to hear your prayers
Someone who cares
Your own personal Jesus
Someone to hear your prayers
Someone who's there
[…]”
Extrait de “Personal Jesus”, Depeche Mode :
https://www.youtube.com/watch?v=i2GEOcEcRtY

Lien : https://chargedame.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          118
saphoo
  13 septembre 2020
Je le sentais, cette lecture répondant à un challenge, ne serait pas dans mes cordes. J'ai eu beaucoup de mal à adhérer au sujet. Certes si on peut faire preuve d'imagination et se dire que ça relève de la SF, ça reste néanmoins difficile d'y croire.
Trop scientifique, trop politique à mon goût , je n'ai pas choisi sûrement le meilleur de Romain Gary.
Je n'ai pas non plus trouvé l'écriture très charmante, les personnages non plus, du coup, même en faisant des efforts, le mélange de tout ça, a été moyen.
Commenter  J’apprécie          160
loolunik
  27 janvier 2011
Imaginant un monde où l'âme humaine peut être captée et utilisée en énergie pouvant faire fonctionner de la montre à la voiture en passant par le simple briquet, Romain Gary nous entraîne au coeur de l'affolement mondiale que provoque cette révolution énergétique. Pourtant solution aux nombreux problèmes écologiques, ce "carburant avancé", tel qu'il est nommé par les scientifiques, va modifier les rapports de force entre grandes puissances dans un monde où règne la Guerre Froide.
Un livre écrit en 1977 mais qui continue à être d'actualité. Dans une écriture légère, où la critique cinglante de la maîtrise de la science et de la recherche du rendement à tout prix se mêle à une finesse d'esprit et à un humour décapant, l'auteur nous amène à nous poser les bonnes questions sur la religion, l'idéologie, la solidarité socialiste, les sacrifices acceptés pour atteindre un objectif et leurs limites, sans nous perdre une seule fois en chemin. Grâce à des personnages hauts en couleur et de constantes péripéties, R. Gary nous mène comme dans une douce chute libre vers une vérité caché et son avis sur notre histoire.
En outre, ce court roman, sans être à mon sens un "Incontournable", reste intéressant quant au recul qu'il nous oblige à prendre face au fonctionnement de nos sociétés où la science et le progrès sont perçus comme LA solution à tous nos problèmes, sans que soit mentionné le revers de la médaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
camati
  21 avril 2020
La science-fiction n'est pas un genre littéraire que j'affectionne et Charge d'âme peut être considéré comme de la SF, j'ai donc eu du mal à rentrer dans cette fable.
Lire en 2020 un texte écrit en 1977 permet de juger si Romain Gary a été visionnaire ou non. L'expression "carburant avancé" qu'il utilise date de l'époque, c'est ce qu'il dit dans sa note d'introduction: c'est un terme utilisé par les experts de l'énergie nucléaire pour désigner le plutonium.
En dehors du fait que cela soit de la science-fiction, l'une des raisons qui font que je n'ai pas accroché à ce livre, c'est que le style d'écriture ne m'a pas séduite et m'a même déçue, car j'aime habituellement les oeuvres de cet auteur.
J'ai trouvé le traitement du sujet, intéressant pat ailleurs, un peu ardu, trop scientifique pour un néophyte. Je comprends - du moins, je le crois, car je n'ai pas tout compris à ce livre - le but de la démonstration de l'auteur, qui n'est pas sans rappeler le 1984 de George Orwell en un sens car l'esprit est asservi par les technologies avancées, la course au toujours plus de technologie, toujours plus de science, toujours plus de croissance, quelque soit le prix à payer. L'homme devient un outil dans cette course, il est déshumanisé dans sa mort car on lui prend ce qui est le plus important: son âme. D'aucuns pourraient opposer l'idée qu'au contraire son âme survit en étant utile à d'autres, mais n'est-il pas préférable que le souvenir d'une personne aimée reste dans notre coeur plutôt qu'en alimentant une ampoule ou un moteur? Je vous laisse juge.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fleuryne
  10 juin 2016
Une fiction angoissante où l'on utilise l'âme humaine comme carburant. Ce roman de Romain Gary mélange politique science et éthique. Quelle limite fixer ou pas à la science ? Qui peut prétendre détenir la raison nécessaire à un usage raisonnable de la science? La science possède en elle le pouvoir de la destruction meme de l'homme. La science à un pouvoir de déshumanisation de l'homme. Qui gagnera cet étrange combat ou l'homme pense avoir le pouvoir sur la science alors quelle le domine ... Ce roman prête à la réflexion. Il analyse l'histoire et nous invite à une prise de hauteur certaine ...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
meevameeva   13 février 2016
- C’est ça, parle-moi du massacre des bébés phoques en Norvège et au Canada, ou de celui des éléphants en Afrique. Rappelle-moi le nombre de chiens que les Français laissent crever chaque fois qu’ils partent en vacances. Il y avait longtemps… Ah oui, et les baleines ! J’ai oublié l’extermination des baleines ! Ou les cinq millions de Juifs partis en fumée… Vas-y, parle-moi de la pollution irréversible du milieu marin ! Qu’est-ce que tu attends ! La déshumanisation, tu parles ! La déshumanisation, c’est humain !
Il s’interrompit. Ce qu’il y avait d’extraordinaire, dans tout ça, c’est que toutes les preuves accumulées ne prouvaient rien. L’illusion lyrique demeurait, comme si l’homme ne pouvait mettre fin à sa foi qu’en mettant fin à lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
meevameeva   09 février 2016
Le bonheur à deux exige une qualité très rare d’ignorance, d’incompréhension réciproque, pour que l’image merveilleuse que chacun avait inventée de l’autre demeure intacte, comme aux premiers instants.
Commenter  J’apprécie          181
loolunikloolunik   27 janvier 2011
-Je suis aussi soucieux que vous de notre survie spirituelle. Provoquer un effondrement total de la civilisation technologique, comme le voudrait une certaine jeunesse, cela implique un gigantesque holocauste. Le genre d'arguments que mèneraient à supprimer les 3/4 de l'humanité pour laisser au quart restant une chance de repartir dans une nouvelle direction. Détruire la civilisation pour assurer la survie spirituelle de l'homme...[...]cela signifie la mort spirituelle de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
THonigerTHoniger   25 janvier 2014
Il faut toujours connaître les limites du possible. Pas pour s'arrêter, mais pour tenter l'impossible dans les meilleures conditions.
Commenter  J’apprécie          110
camaticamati   21 avril 2020
Le moment était venu de partir, mais Pei ne parvenait pas à s'arracher, et il restait là, avec son crâne rasé de près, triturant sa casquette, essayant désespérément de trouver de nouveaux mots d'amour à dire, des mots différents du vocabulaire bourgeois réactionnaire, quelque chose de doux et de tendre, une de ces petites choses qui rendent une fille heureuse.
- Les chiffres montrent que nous avons augmenté l'étendue des terres arables de dix pour cent, cette année. Nous avons mis au point des missiles qui peuvent porter une charge nucléaire à cinq mille kilomètres.
C'était une bonne excuse: Lan prit sa main dans la sienne et la serra tendrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Romain Gary (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary
Paul Audi, deuxième extrait de sa conférence du 9 mai 2009, «L'exil intérieur du créateur et la figure du romancier Romain Gary » dans le cadre du banquet de printemps 2009 intitulé " Exils et frontières"

Paul Audi est philosophe. Il est né en 1963 au Liban. Il a écrit de nombreux ouvrages (15 publiés), principalement consacrés à l'éthique, à la création artistique et aux relations entre éthique et esthétique. Il est l'auteur d'une thèse sur Rousseau. Il s'inscrit dans le sillage d'une philosophie de la vie : reprend la lignée de Schopenhauer, Rousseau, Kierkegaard, Nietzsche et, plus proche, Michel Henry. Il est également spécialiste de Romain Gary, écrivain mésestimé, mort en 1980. Et éditeur de L'Affaire homme, un recueil d'articles et textes brefs de Gary, paru chez Folio en 2005. « Depuis quelque temps, ce solitaire hyperactif commence à être reconnu pour ce qu'il devient : un de nos rares vrais philosophes, tout simplement. Voilà que les Etats-Unis et le Canada l'invitent et commencent à le fêter. Ses livres sont en cours de traduction aux Pays-Bas ou en Espagne. Bref, on s'avise en plusieurs lieux, qu'en France un philosophe est né. Ne soyons pas les derniers avertis. » (Roger-Pol Droit, le Monde, 20 mai 2005).
+ Lire la suite
autres livres classés : déshumanisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tout sur Romain Gary

Dans quelle ville est né Romain Gary ?

Kaunas
Riga
Vilnius
Odessa

12 questions
475 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur ce livre