AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cécile Pellissier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782210755338
170 pages
Éditeur : Magnard (22/06/2009)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 107 notes)
Résumé :
Salina, l'enfant de sel, petite étrangère venue d'on ne sait où, a été adoptée par le clan Djimba. Elle aime Kano, mais est contrainte d'épouser Saro. Brutalisée et humiliée, Salina refuse de se soumettre. Lorsque son mari meurt, Salina croit qu'elle va enfin connaître le bonheur... Mais ses espoirs se brisent rapidement. Elle ne se laisse alors plus mener que par la haine et l'esprit de vengeance, jusqu'à ce qu'une jeune femme lui apporte l'apaisement final. Cette ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  05 mars 2019
Sous une constellation de souvenirs, Malaka se doit de raconter le récit de la vie de sa mère Salina afin que le cimetière décide de s'ouvrir ou pas pour elle.
Destin tragique dans une Afrique ancestrale, tambours battants sur les injures que portera toute sa vie Salina, une femme aux allures épiques qui se nourrira du sang de la haine et du souffle de la vengeance.
Salina, nouveau-né abandonné dans la forêt africaine sera recueillie par le clan de Mamambala. Elle grandira insouciante et proche du plus jeune des fils de Mamambala, Kano. Mais c'est à l'ainé qu'elle est promise, ce frère dont Salina hait chaque geste. de cette union naîtront deux enfants et une haine sans cesse grandissante pour cette union ingrate.
Salina, l'histoire tragique d'une femme puissante et lumineuse guidée par les étoiles, escortée par les hyènes, exilée loin des hommes et portant la liberté comme seul habit.
L'histoire d'une légende aux larmes de sel dont Laurent Gaudé rend le récit magistral à travers son écriture immersive et palpable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          999
palamede
  31 janvier 2019
Un drame antique venu d'Afrique.
Salina n'a que sa haine et son désir de vengeance pour laver l'affront des hommes. Forcée d'épouser le mauvais frère, toute une vie ne suffira pas à réparer ce qui a été brisé en elle.
Que l'on soit africaine ou d'un autre continent le poids insupportable des hommes est le même. Souvent les femmes, démunies face à la primauté masculine et aux traditions, n'ont d'autres choix que de s’incliner, et les quelques rebelles à subir l'opprobre de tous ou presque.
Laurent Gaudé, avec le style très particulier qui est le sien, fait une fois de plus mouche avec ce conte africain dédié à une femme qui refuse son sort. Les mots et les images de la tragédie de Salina, puissants et beaux, traduisent avec vraie amplitude une réalité universelle et intemporelle.
Commenter  J’apprécie          846
marina53
  29 janvier 2015
Un vieil homme venu d'un monde lointain avec un bébé. Les pleurs incessants du nourrisson ne s'arrêtèrent que lorsqu'il atteint la ville. Les larmes avaient creusé des rigoles sur ses joues et sa peau avait le goût du sel. le clan Djimba qui la recueillit la prénomma Salina. Elevée avec les deux frères de la famille, elle se prend d'affection pour le plus jeune des deux, Saro. Malheureusement, elle est promise à Kano. Dès que son sang coulera, elle n'aura d'autres choix que de l'épouser et de lui donner des héritiers. Contrainte de se marier avec lui qu'elle hait de toutes ses forces, elle se jure de lui rendre la vie impossible, allant même jusqu'à délaisser l'enfant qu'elle a mis au monde. Lors du banquet du mariage, les barbares approchent, la guerre est imminente et tous les hommes s'en vont combattre, même Kano dont Salina espère la mort au combat...
Au coeur de l'Afrique ancestrale où Laurent Gaudé plante le décor de cette pièce en trois actes, l'on est soufflé par cette tragédie où s'entremêlent les passions, la haine et ce désir de vengeance qui anime Salina. Femme au tempérament de feu, elle n'aura de cesse de nourrir sa haine et de punir le clan Djimba. Contrainte à l'exil dans le désert, elle enfantera l'enfant de la haine. La colère et le mépris envers les Djimba la nourriront. Alternant les récits et les répliques, Laurent Gaudé nous offre une pièce épique aux héros au destin tragique. Porté par le souffle des mots, ce conte africain fait la part belle à cette femme si forte.
Salina, l'enfant de sel...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          750
Archie
  25 août 2019
Romancier gratifié à plusieurs reprises de prix littéraires prestigieux, Laurent Gaudé est aussi dramaturge, poète et, de surcroît, moraliste. Il faut en avoir conscience avant de s'embarquer dans la lecture de Salina, car l'auteur a un style bien à lui, symbolique, emphatique, déclamatoire. Si l'on n'est pas préparé, l'on peut être dérouté, voire agacé.
L'histoire qu'il raconte se passe en un temps ancien, peut-être même très ancien, sans autre précision. Peu importe, retenons qu'il s'agit d'un temps où réalité, légendes et mythes se confondent. le lieu où elle se déroule pourrait évoquer le Sahel, du côté du Sahara ; parfois on a plutôt l'impression d'être à proximité de l'Afrique subsaharienne, parfois encore d'être non loin de la Corne de l'Afrique… Peu importe, retenons qu'il s'agit d'une région symbolique de déserts de sable et de pierres, à courte distance de zones habitées plus hospitalières.
En dépit de ses indices africains, le livre est écrit comme une épopée de la mythologie grecque, à la gloire d'une héroïne tragique. Bannie dès sa naissance, Salina est recueillie et élevée non sans réticence dans le village des Djimba, une tribu locale, où elle sera considérée comme une étrangère porteuse de signes funestes, et dont elle sera bannie à deux reprises par le chef du village. Car Salina ne supportera pas les soumissions et les avanies qui s'imposent aux femmes de son temps. Elle protestera, se révoltera, ne voudra pas céder… en vain. Alors, conformément au destin qu'on lui prête, elle se vengera avec une détermination et une cruauté implacables, … ce qui ne lui apportera aucun apaisement. Il faudra qu'une rivale plus heureuse se montre bienveillante, pour que Salina comprenne enfin que la haine ne mène à rien, que seul le pardon apporte la paix.
Bon ! Quel est le message ? Il pourrait peut-être s'exprimer ainsi : il n'y a pas de victoire si définitive qu'elle justifie de plastronner, alors l'esprit de revanche ne doit pas obséder celui qui se croit vaincu… Ecoutez nos défaites !... Ça vous dit quelque chose ?
Le livre pourrait aussi être vu comme un conte moralisateur – Morale, morale, quand tu nous tiens ! – Après la mort de Salina dans son exil de poussière et de solitude, son troisième fils et seul survivant, Malaka, cherche un endroit pour l'ensevelir. Dans une ville inconnue où ses pas l'ont mené, chargé de la dépouille de sa mère, on lui explique que l'accès au cimetière implique une longue traversée nautique. Pour obtenir le droit de l'y enterrer, Malaka devra, pendant la traversée d'un Styx improbable, raconter la vie de Salina, en suscitant suffisamment d'intérêt et d'empathie de la part d'un tribunal invisible. C'est ainsi, par la narration de Malaka, que le lecteur prend connaissance du destin de Salina. On est libre d'y voir un hymne au dévouement filial
Dans une interview, Laurent Gaudé va plus loin, assumant la difficulté d'accès au sens profond de son oeuvre. Il trouve qu'on ne se donne plus le temps de la réflexion, de la méditation, que devraient inspirer certains textes et certains actes. En l'occurrence, à l'instar de la population de la ville qui accueille la sépulture de Salina, il convient de s'intéresser à la destinée des étrangers, des personnes qui ne nous ne sont pas proches et qui viennent à nous. Il est aussi important de raconter la vie des gens qui viennent de mourir, car d'une certaine façon, cela permet de les garder en vie... Tout cela est un peu agaçant, voire ennuyeux.
J'ai pourtant été sensible à l'émotion portée par quelques passages du texte, lorsque la haine s'évapore, comme chassée par le pardon et par le sacrifice ; ou lorsque la férocité des hyènes cède devant la volonté de vivre d'un nourrisson.
Une lecture pour les inconditionnels de l'auteur.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
zabeth55
  26 décembre 2018
Salina est une femme au destin tragique et solitaire.
A sa mort, son dernier fils raconte sa vie pour qu'elle devienne légende et que son âme repose en paix.
Salina, femme puissante et atypique au destin contrarié.
Salina qui eut trois fils, vécut trois exils.
Salina, forte et fragile habitante du désert.
Ah, Laurent Gaudé ! quel merveilleux conteur !
Comme il sait bien nous embarquer dans des vies improbables.
Comme il sait bien animer des personnages d'exception.
Le livre est court et se dévore en quelques heures et laisse en nous une part de Salina.
Encore un moment de bonheur littéraire que nous offre Laurent Gaudé.
Commenter  J’apprécie          400

critiques presse (5)
Actualitte   18 avril 2019
Magistral ! Un des meilleurs livres que j'ai lu ces derniers temps.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Actualitte   17 décembre 2018
La langue de Gaudé, vibrant à travers Malaka, est une caresse sur nos âmes de lecteurs. Elle devient un chant d'espoir, pour toutes les femmes brisées, soumises et humiliées. C’est un texte où « tout s’achève et tout commence en même temps ». A lire à haute voix en attendant les fêtes.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeDevoir   19 novembre 2018
Le dernier roman de Laurent Gaudé, Salina, s’ancre dans un monde lointain, apparenté à l’Afrique saharienne, prenant racine dans une époque révolue. C’est un univers proche de celui des mythes anciens, mais qui, une fois apprivoisé, se révèle au plus profond de nous, intemporel et universel, puissant.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Liberation   22 octobre 2018
La sincérité de Gaudé n’est pas mise en cause. L’élan qu’il imprime à son texte en témoigne. Mais il ne parvient pas à mettre en œuvre la prose ascétique idéale qu’il vise. Quand il est content d’un épisode, il le répète.
Lire la critique sur le site : Liberation
Lexpress   15 octobre 2018
Le dixième roman de Laurent Gaudé a la pureté toute simple des tragédies antiques, surchauffées par la hargne incendiaire d'une pétroleuse. En pointillé, il rappelle que les défunts ne continuent d'exister que si l'on s'en souvient.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   29 janvier 2015
Je suis morte, le corps entier dans la rivière,
Et l'eau fraîche a poncé ma vieille peau comme une pierre,
Jusqu'à ce qu'elle soit lisse et sans âge.
Je suis peut-être encore là-bas,
Bloquée entre deux branches d'arbres,
Ecoutant du fond de l'eau les bruits sourds de la vie.
Je suis peut-être encore là-bas,
Comme un galet de chair,
Témoin d'une vie révolue.
Commenter  J’apprécie          270
LadybirdyLadybirdy   05 mars 2019
Son fils est là, devant elle, grand comme un homme. Elle le regarde avec émotion, semble le voir pour la première fois. Il croise son regard mais ne comprend pas que c’est le regard d’une mère qui découvre que son enfant ne lui appartient plus tout à fait.
Commenter  J’apprécie          340
LadybirdyLadybirdy   04 mars 2019
Dans ces heures où la vie n’est pas encore sûre, où tout peut renoncer et s’éteindre, il y a ce cri, si lointain, si étrange que l’on pourrait croire que la montagne gémit de sa propre immobilité.
Commenter  J’apprécie          400
MelancolyMelancoly   18 mars 2020
"Moi, Malaka, fils d'une femme restée longtemps à genoux, je dois raconter ces instants où le corps de ma mère et celui de Saro sont l'un contre l'autre, l'un dans l'autre, où l'un pèse sur l'autre et le blesse et l'écrase, ces instants où un homme prend la femme qu'il a sous lui avec voracité, pour le simple plaisir non pas de posséder -car Saro a toujours su qu'il ne la posséderait jamais- mais d'endommager. Ces instants où , à défaut de consentir, le corps de Salina doit payer, porter la marque des coups, et se soumettre."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MimekoMimeko   08 mars 2020
Le corps a été descendu avec précaution Il est rendu aux bras de la famille. Il y aura une histoire de cette mort que l'on se racontera - accident ou combat. Il y aura des questions, des récits répétés mille fois, pour répondre à la soif inextinguible des proches, qui veulent connaître chaque détail.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Laurent Gaudé (80) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gaudé
En 2016, Cécile Ladjali recevait Laurent Gaudé dans le cadre des rencontres "En chair en textes", pour parler de son roman "Ecoutez nos défaites". -------- https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/ecoutez-nos-defaites
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Laurent Gaudé

En quelle année est né Laurent Gaudé?

1965
1967
1970
1972

10 questions
124 lecteurs ont répondu
Thème : Laurent GaudéCréer un quiz sur ce livre
.. ..