AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812600640
Éditeur : Editions du Rouergue (15/09/2009)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 15 notes)
Résumé :
" Nina voudrait dire un mot sur le village où elle a enfin mis les pieds, un mot de la chaleur, un mot qu'on dit à sa mère en rentrant le soir, mais une chose en entraîne une autre, si elle dit le village il faut dire l'escalier sombre, la maison haute, tout un écheveau qui se déroule comme les serpents sortent de la bouche des vilaines filles dans les contes. Alors Nina se tait. " Ils viennent ici depuis des années. Une maison de vacances, cachée dans une pinède mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
pyrouette
  08 janvier 2015
ILs ont voulu accueillir une jeune en difficultés, sans se renseigner plus que cela sur les parents, jamais rencontrés, ou la situation de famille. Ils ont un bon train de vie, sans difficultés majeures et une enfant unique. Nina arrive à l'âge ingrat de l'adolescence. Jusqu'ici, choyée par ses parents, elle n'éprouvait pas le besoin de sortir du cocon familial. L'arrivée de sa camarade de vacances va bouleverser les codes de cette famille. Si vous voulez savoir comme on fait rentrer le loup dans la bergerie, lisez ce livre ! Pauvres parents.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          170
Herve-Lionel
  20 avril 2014
N°431– Juin 2010
SI RIEN NE BOUGE- Hélène GAUDY – Éditions La Brune.
Une maison de vacances qui ne sert que quelques semaines par an, sur une île méditerranéenne avec pinède, piscine, la mer en contrebas, la maison des voisins... La même chose tous les ans depuis des années...
Le père, Samuel et la mère Lise ont invité Sabine (16 ans) à tenir compagnie à leur fille unique Nina, (14 ans). le lecteur se dit que jusque là, il n'y a rien de bien original pour une période de vacances, sauf que, rapidement, cette Sabine pose un problème. Les parents qui l'ont conviée à les accompagner se disent qu'ils ne savent rien de cette jeune fille dont le père est mort et dont la mère n'a pas vraiment donné l'impression de l'être lors d'une rencontre précédente. Son milieu social est différent du leur et cela se sent rapidement jusque dans les gestes les plus anodins du quotidien... Peu importe après tout, en vacances, les choses sont entre parenthèses, la vie est différente. Et puis il ne faut pas s'en faire et se poser des questions n'est pas vraiment de mise. C'est après tout un beau geste que fait cette famille aisée pour une adolescente moins favorisée...
Nina a avec ses parents des relations ordinaires, une petite complicité avec son père et avec sa mère parfois quelques difficultés, bref une famille ordinaire qui vit en autarcie. L'amitié souhaitée entre Nina et Sabine n'est cependant pas au rendez-vous. Les deux jeunes filles sont trop différentes Nina, qui est «  un enfant de vieux », est plus jeune, réservée, timide et même craintive tandis que Sabine est plus fruste, rebelle, libérée, peut-être plus expérimentée et avertie, plus âgée, plus perfide, plus « femme » en un mot. Elle se révèle même dominatrice, initiatrice ... de plus, elle ne semble faire aucun effort pour remercier les parents de Nina de cet intermède estival, ce qui, bien entendu perturbe un peu cette famille conventionnelle... Ces deux adolescentes semblent vivre cette période chacune à son rythme, à sa manière, sans réelle complicité...
Se succèdent des images de vacances adolescentes, le soleil, le farniente, un feu d'artifice et la rencontre de garçons. Toni forme avec Sabine un couple d'occasion et Alban, le fils des voisins retrouve Nina. On songe à des amourette de vacances, pourquoi pas? le drame final, davantage suscité que décrit, ne me fait pas changer d'avis, l'ennui a beaucoup accompagné ma lecture. le livre refermé, je suis assez circonspect!
Je suis peut-être passé à côté de quelque chose mais je ne suis pas sûr de partager les termes un peu laudatifs que révèle la 4° de couverture. L'écriture, simple et sans artifice, un peu brute parfois, ne m'a pas convaincu. Ce roman reste une sorte d'énigme pour moi, tout comme le titre puisé dans les paroles d'une chanson «  Regarde las-bas, au bout de mon doigt, si rien ne bouge, le ciel devient rouge ».
A la lecture de cette oeuvre, je n'ai pas vraiment eu envie de poursuivre la découverte de cet auteur.
Hervé GAUTIER – Juin 2010.http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
virginie-musarde
  25 mars 2015
C'est la quatrième de couverture qui m'a attirée, et ce roman que je croyais être le récit d'un apprentissage, du passage de l'enfance à l'adolescence, s'est révélé être un (presque) thriller psychologique. le huis-clos de cette famille bourgeoise qui accueille une ado défavorisée glisse doucement dans une violence sourde, baignée dans les non-dits, dans la provocation. Et le final, détonnant, s'achève lui-aussi sur une sorte de mystère, une situation ambiguë...
J'ai d'abord cru que l'intrigue ne m'emporterait pas tant le rythme de la narration, et le style (mais quelle est cette nouvelle mode, cette fâcheuse manie, de faire succéder des adjectifs sans les alterner par des virgules ? le souffle s'y perd, le lecture doit être reprise pour comprendre la phrase alors que le procédé narratif semble induire une accélération...je déteste ça !) m'agaçaient un brin. Et voila que l'ambiance l'emporte, le malaise se diffuse, et que je me prends au jeu. La tension monte d'un cran à chaque page, les profils psychologiques se dessinent plus précisèment, et la fin, cruelle, est inéluctable. Il était temps de chasser ce loup de la bergerie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LNCL2772
  25 août 2019
Un peu plus d'une centaine de pages pour se faire balader par l'auteur pour une fin en eau de b...in ! de plus, le "mauvais rôle" étant donné à un pauvre toutou qui n'avait rien fait de mal : LA C'EST JUSTE DE TROP !!!
Impossible pour moi de comprendre où est censé nous mener l'auteure si ce n'est en bateau… sur une île !
Vraiment dommage car si j'ai lu ce court roman jusqu'au bout c'est qu'il n'était pas si mal ficelé au départ ; mais complétement "bâclé" sur la fin. Peut-être l'auteure aurait elle avoir la patience et la sagesse de mûrir davantage cet écrit avant de le faire publier.
Commenter  J’apprécie          40
MediathequeVilleneuvedAscq
  05 février 2016
C'est l'été, Nina (14 ans) part en vacances avec ses parents sur une île méditerranéenne, comme ils le font depuis des années. Cette fois c'est un peu différent, ils ont une invitée, Sabine, de deux ans plus âgée que Nina. Sans hésitation, ils ont décidé d'accueillir cette jeune fille défavorisée afin de lui offrir des vacances et de tromper la solitude de leur fille. Mais il ne sera pas aisé d'intégrer et de comprendre Sabine qui a une vie tellement différente de la leur, qui les méprise même parfois. Nina, heureuse d'avoir enfin de la compagnie, se lie d'amitié avec Sabine. Une amitié qui la changera radicalement.
Ce roman est une réflexion sur l'autre, ce qu'il nous apporte et ce qu'il peut nous prendre aussi. Nina, fille unique couvée par ses parents, va grandir au contact de Sabine, pour le meilleur et pour le pire. Hélène Gondry aborde ici les difficultés des relations entre les parents et les adolescents et ce qui change avec l'adolescence, quand l'enfant se détache, a besoin de vivre ses propres expériences. Parallèlement l'auteur nous livre les méandres des relations entre adolescents, parfois toxiques. Nina et Sabine, que tout oppose, s'accrochent l'une à l'autre, entre adoration et répulsion. Nina connaîtra, grâce à Sabine, des désirs nouveaux, découvrira son corps et en créera des complexes. Mais Sabine fait partie des mauvaises fréquentations qui vous changent, vous guident dans le moindre faux pas et finissent par avoir une emprise totale sur vous. Lorsque Nina s'en rend compte, plus elle essaie de s'en dégager, plus l'emprise est puissante et le rythme du texte davantage rapide et grave. Sabine est une jeune fille étrange et angoissante, finalement personne ne sait vraiment d'où elle vient ni ne connaît ses parents. Elle rend la famille de plus en plus nerveuse, et pour s'en débarrasser, ils seront prêts à tout. Fiona, Yakalire.

Lien : http://mediatheque.villeneuv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°132 - décembre 2009 - Un couple de petits bourgeois accueille Sabine, adolescente défavorisée, pour les vacances, dans leur maison familiale. Action bienpensante ? Désir d'apporter une compagnie stimulante à Nina, leur fille unique de 14 ans ? Après une période d'apprivoisement mutuel - Nina fait découvrir les beautés de la région à Sabine - le séjour se déroule paisiblement... jusqu'à ce que les relations entre les jeunes filles se dégradent et deviennent peu à peu malsaines. Car Sabine réussit à convaincre Nina de s'intéresser davantage aux sorties, à l'alcool et aux garçons, qu'à la pinède environnante. La tension entre les quatre personnages, en huis clos dans leur maison de villégiature, s'amplifie au fil des pages.
Hélène Gaudy décrit, avec beaucoup de justesse, la complexité des relations entre les parents et les adolescentes, mais aussi le rapport de fascination/répulsion et de dominé/dominant qui s'établit entre les deux jeunes filles. L'angoisse et la violence contenue des différents protagonistes envers l'inquiétante étrangeté de Sabine - dont personne ne connaît les origines ni même les parents - ne cesse de croître dans le roman. La fin de l'ouvrage devient presque insupportable tant la tension est à son apex. De plus, l'auteur ne conclut pas véritablement l'ouvrage, laissant le lecteur dans une position très déstabilisante. Ce surprenant refus d'achever l'histoire dérange et peut laisser le lecteur sur un sentiment mitigé. Marianne Joly
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Videos de Hélène Gaudy (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hélène Gaudy
UN MONDE SANS RIVAGE | ?À l'orée du XXe siècles, mes personnages sont dans une espèce de frénésie, d'appétit, de saisissement du monde : ils veulent cartographier, posséder, dominer, découvrir.? Hélène Gaudy
? Paru le 21 août #RL2019 #RentréeLittéraire Également disponible en livre numérique https://rentree.actes-sud.fr/#Gaudy
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox