AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Royaume d'Esiah tome 1 sur 3
EAN : 9782298144376
Nouvelles Plumes (01/09/2018)
4.28/5   58 notes
Résumé :
Le royaume d'Esiah, où sont envoyées les âmes damnées du royaume des mortels, est victime d'une terrible épidémie. Toujours accompagné de Mélisande, son phœnix, le prince Lucifel, héritier du roi, venu sur place pour soutenir ses compagnons, croise le chemin de Milo, un petit garçon. Au cou de ce dernier, une pierre rouge intrigue le prince. Celui-ci propose à l'enfant de devenir son apprenti Arcante, un passeur d'âmes comme l'était son père. Il espère par la même o... >Voir plus
Que lire après Le Royaume d'Esiah, tome 1 : La stèle du destinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 58 notes
5
13 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
2 avis
1
0 avis
Avant de rentrer dans le vif du sujet, j'aimerais que nous nous arrêtions quelques instants sur la superbe couverture de ce livre ! Après l'avoir lu, nous comprenons tout à fait les références : la mystérieuse cité d'Esiah et le majestueux phoenix du Roi (encore que, j'avoue, je trouve qu'il a un air un peu flippant tout de même) !


Dans ce livre, il est question du Royaume des Morts, là où les âmes damnées vont. Dans notre monde, nous l'appelons l'Enfer ; peut-être est-ce la raison pour laquelle le personnage principal porte un prénom proche de celui du Roi des Enfers ! Mais ne nous cantonnons pas à dire qu'il n'existe qu'un seul Royaume des Morts ! En effet, nous savons que si l'Enfer existe, alors le Paradis aussi ! Et dans le livre, même s'il n'est présent que vers la fin, le Royaume d'Odéon, c'est comme cela qu'il se nomme, va jouer un rôle important dans la suite des événements... de même, l'endroit où nous, simples humains vivons, se prénomme le Monde des Mortels et pour le moment, il n'est pas vraiment exploité mais... cela ne saurait tarder 😉

Mais commençons plutôt notre histoire avant d'en connaître la fin !
Le Royaume d'Esiah est gouverné par le Roi Adel, qui a deux fils : le prince héritier Lucifel et le prince Michael. Ces deux-là, afin de gouverner chacun un territoire du Royaume, ont en fait une double identité ; effectivement, Lucifel est Almandin, dirigeant de l'Astreia, et Michael est Pyrrhos, dirigeant de l'Hestia. Depuis son plus jeune âge, Lucifel a été élevé au contact du peuple par Fandor, un homme fidèle au Roi et très droit, dans la cité de Garak ; c'est pourquoi Lucifel y restera très attaché. Ainsi, il a grandi éloigné de son père, mais plus proche des citoyens lambdas, faisant de lui une personne plus apte à gouverner. En revanche, Michael, lui, est toujours resté aux côtés de son père, mais nous ne pouvons pas dire que ce dernier ait été très présent. Depuis toujours, le prince est persuadé que tout le monde lui en veut de la mort de la Reine. En effet, celle-ci est décédée suite à l'accouchement du second prince, et Michael, allez savoir pourquoi, pense que sa famille lui garde rancune de cette mort alors qu'il n'en a jamais été question ! Ainsi, plus le temps passera, plus une haine profonde pour son frère va s'installer, le menant à faire des choses horribles...
Je n'en dévoilerai pas plus, car je ne veux pas vous gâcher le plaisir de lire ce roman absolument génial ! Ce que je peux seulement vous dire, c'est que, alors que Lucifel va faire des rencontres toutes plus belles et précieuses les unes que les autres, Michael va lui s'enfoncer encore plus dans la noirceur et provoquer une guerre qui aura des répercussions sur tous les Royaumes !


Citons maintenant quelques personnages importants :
• Lucifel est le prince héritier d'Esiah. de ce fait, il a beaucoup de devoirs et d'obligations, choses qui ne l'enchantent guère ! Il voudrait n'être qu'Almandin, dirigeant de l'Astreia et seulement Almandin. Il n'a jamais voulu monter sur le trône, contrairement à son frère Michael. Il rêve d'une vie simple aux côtés des gens qu'il aime. Une de ses qualités est qu'il ne sait pas mentir ; ainsi, je me demande comment Lucifel a fait pour garder aussi longtemps sa double identité secrète parce qu'en peu de temps, plusieurs personnages qui le côtoient l'ont découvert 🤔🤔🤔 Il peut être un peu bourru et brut de décoffrage sur les bords, mais il a réellement un grand coeur et tant d'affection à donner. D'abord au petit Milo qui est devenu orphelin, puis à Mehiel, qui a réussi à lui faire oublier son premier amour. Il deviendra essentiel pour lui que Mehiel soit à ses côtés : c'est elle, la femme de sa vie !
• Milo est un jeune garçon qui a perdu ses parents alors qu'une épidémie frappait les habitants d'Esiah. Plus tard, il a été pris sous l'aile protectrice d'Almandin, ce dernier affichant une grande affection pour le garçonnet aussi espiègle que curieux. Selon le Roi Adel, Milo est promis à un bel et grand avenir (ce qui ne fait que réjouir le garçon). Nous apprendrons aussi que Milo est le fils biologique du premier amour d'Almandin, décédée il y a neuf ans déjà...
• Mehiel travaille avec Almandin à l'Astreia, c'est une jeune femme très intelligente et qui a un fort caractère. Au début, elle ne connaît pas l'autre identité d'Almandin, mais à force de le côtoyer, elle va devenir de plus en plus suspicieuse et finalement, il lui avouera la vérité ! Mehiel est une personne sur qui on peut compter, elle le prouvera plus d'une fois. Elle a aussi un véritable instinct maternel puisque c'est elle qui s'occupera de Milo lorsque Almandin sera absent. Petit à petit, elle réussira même à devenir indispensable à ce dernier, devenant ainsi sa Reine.
• Michael est un être rempli de jalousie, de haine... C'est une personne qui n'hésite pas à se lancer dans une guerre contre les autres Royaumes pour prouver ses dires et ainsi détruire tout ce que son père et ses aïeux ont construit avant lui. Mais pas que ça, détruire également la survie du Royaume d'Odéon, du Monde des Mortels, et aussi le sien. Il est tellement aveuglé qu'il ne le voit pas ! On pourrait penser qu'il ne ressent pas d'amour... mais, est-ce le cas ? N'est-il totalement que noirceur ? Ou alors quelqu'un ne se cacherait-il pas derrière toutes ses actions ? N'est-ce pas Mylès ?
• Autour de ces personnages-ci, gravitent Fandor, père adoptif de Lucifel et grand combattant ; Adel, Roi d'Esiah, qui a toujours à redire sur le comportement de Lucifel, mais qui l'aime profondément ; Séraphin, garde royal très discret et fils de Fandor, ami proche de Lucifel ; Shimei, dirigeante de l'Haoma ; Mylès, conseiller du Roi, un homme très secret qu'on a du mal à discerner et qui cache sûrement de sombres secrets...


En conclusion, je dirais que la plume de Mélanie Gaujon est addictive. On ne voit pas le temps passer, plongés dans le monde mystérieux d'Esiah avec ses Siahnnas, ses Arcantes, ses phoenix, ses âmes perdues... Et que dire de l'humour qu'elle a insufflé à Almandin ; celui-là, toujours un mot pour détendre l'atmosphère même dans la pire des situations ! Ça m'a bien fait sourire 😆
J'ai parfois été embrouillée avec les différents territoires, je ne me souvenais plus à quoi correspondait chacun d'eux (une carte en début de livre aurait été appréciable et utile), mais cela n'a rien enlevé à la magie de cette histoire !
Plus on lit, plus on veut en apprendre davantage ; on veut découvrir tous les secrets de ce Royaume, mais aussi ceux des autres Royaumes... Je vais donc de ce pas me lancer dans le second tome qui devrait nous permettre d'étancher notre curiosité sur le Monde des Mortels, et pourquoi pas, sur le Royaume d'Odéon !



Commenter  J’apprécie          20
Récompensé par le prix de l'imaginaire 2018 à Nouvelles Plumes, découvrez le premier roman écrit par Mélanie Gaujon, Le Royaume d'Esiah, tome 1 : La Stèle du destin.
Partie I : À la découverte du livre
> La couverture
Cette couverture est en parfaite harmonie avec l’univers. Nous avons l'impression d'être face à une photographie du Royaume d'Esiah. Le phoenix prend tout son sens à la lecture du roman et nous permet de voir son caractère majestueux.
> Description narrative
Au niveau de la narration, nous sommes en point de vue omniscient. Nous suivons principalement les aventures du Prince Lucifel et parfois de ses proches.
Le genre prédominant est la Fantasy. Plus précisément nous évoluons dans de la low fantasy (un passage permet d'aller d'un monde inventé au nôtre. Toutefois, les deux mondes n'ont aucun lien).
Nous trouvons aussi, un aspect biblique : le Royaume d’Esiah représentant les enfers, le Royaume d'Odéon le paradis et le Royaume d'Eden, là où vit Elohim, le créateur de l'univers. Ainsi qu'une allusion à l'arbre de vie avec le Drôme.
> Résumé
Dans sa course effrénée, un jeune garçon du nom de Milo fuit les gardes du Royaume. Rattraper par le Prince Lucifel encapuchonné de la tête aux pieds, ce dernier découvre autour de son cou une étrange pierre rouge. Loin de s'imaginer que cette pierre risque de changer ses plans d’avenir, le royaume se trouve confronter à des problèmes majeurs pour nourrir le peuple. Les Siannahs se scindent alors en deux parties, la guerre n’a jamais été aussi proche. De plus, l’ennemi semble vouloir prendre possession de la pierre rouge et connaître les secrets des rois...
Choisi par le créateur, le Prince Lucifel n’a alors plus qu’une seule idée en tête : sauver son royaume coûte que coûte. Cependant, la mission le conduira bien loin de chez lui dans un royaume où le nom laisse songeur de nombreux Siannahs...
Le sort du monde est entre ses mains mais l’issue risque bien de lui être fatale...
Partie II : Mon Avis
Points positifs
> Le récit
L’univers est très bien construit, travaillé et original. Tout est parfaitement cohérent. Le texte est fluide, nous sommes rapidement happés par la plume de Mélanie Gaujon.
L’aspect biblique entre le royaume de l’enfer, du paradis et le grand créateur est vraiment très intéressant. Le mélange fantasy et biblique s'imbrique très bien et apporte un aspect un peu historique. L'auteure a su sortir des sentiers battus en apportant sa propre vision de l'enfer et du paradis. Deux mondes très différents et pourtant si semblables.
Les règles d'Esiah sont bien posées et ont du sens. Nous sommes très vite surpris. Le suspens et les retournements de situations sont au rendez-vous. L'action est également présente, ainsi qu'une pointe d'humour. J'ai complètement été séduite par le thème de l’amour, visible au sens large.
Une fin rondement menée, permettant d'attiser la curiosité et d'attendre la suite sans être trop coupée dans l'élan. Elle présage une suite riche en mystères et en révélations.
À travers son récit, Mélanie Gaujon tente de nous faire réfléchir sur la notion du bien et du mal. Elle nous montre qu’ils sont indissociables, le bien a besoin du mal et inversement. Ils sont complémentaires et chacun peut apporter un savoir à l’autre. Détruire le mal briserait les lois nous régissant. Le sens de la vie après la mort et la notion de destin sont aussi soulignés. Sommes-nous soumis à un destin tracé d’avance ou avons-nous notre libre arbitre ? Pouvons-nous déjouer notre destinée ?
> Les personnages
À l’instar de l’univers, les personnages sont très bien travaillés et attachants de par leur personnalité et leur simplicité.
Les quelques clins d’œil au niveau des prénoms des personnages sont excellents. Je pense notamment au prénom du Prince Lucifel, nom très proche de celui du diable, Lucifer, aspect d'autant plus accentué puisque notre héros vit dans un royaume proche de l'enfer. Nous pouvons également noter le nom d'un de ses plus proches amis, Séraphin. Les séraphins sont des êtres provenant des anges et celui-ci possède un visage d'ange.
Les différentes personnalités de Lucifel (ceux ayant lu le livre me comprendront) m'ont plu, créant une surprise dès le début du roman. Il est appréciable de suivre les aventures de ce prince cachant ses doutes et ses souffrances derrière l’humour.
J'ai adhéré à l'amour présent entre les différents personnages. Nous retrouvons tous les types d’amour aussi bien paternel que fraternel, entre un homme et une femme...
La complicité entre Adel et son fils est plaisante et apporte cette touche d’humour mentionnée précédemment. Il est également appréciable de découvrir l'amour naissant entre Lucifel et Mehiel. Rien n’est précipité, leur relation est tout en finesse. Ce n'est pas juste une attirance physique, ils apprennent doucement à se connaître. L'auteure a mis en place un jeu de séduction très discret et agréable à lire.
La complicité entre Milo, Lucifel et Mehiel est très touchante. Leur trio s'imbrique parfaitement. Milo est vraiment un petit garçon attachant. Quant à Mehiel, cette dernière apporte une touche féminine dans un univers où les hommes sont prédominants.
Tous les personnages sont suspects, chacun cache des secrets. Nous ne pouvons nous fier à personne et cette caractéristique est appréciable. Les méchants ne semblent pas forcément ceux que l'on croit.
Points négatifs
> Le récit et les personnages
Je n’ai pas de points négatifs que ce soit au niveau du récit et des personnages.
Conclusion
Amour, suspens et questionnements sont les maîtres mots de cette histoire originale et bien menée. Des personnages attachants, travaillés et un univers plaisant à découvrir. Un voyage garanti parmi les âmes de l’au-delà.
Lien : https://lemondeenchantdesesp..
Commenter  J’apprécie          78

Enorme coup de coeur pour le premier roman de Mélanie Gaujon et premier volume d'une trilogie de fantasy addictive. J'ai savouré chaque chapitre, j'ai pris le temps d'imaginer chaque décor de cet univers totalement inventé. Je me suis énormément attachée aux personnages, au point que, bien que voulant bien entendu terminer le roman, je trainais la patte car je ne voulais pas quitter le Royaume d'Esiah.

Nous sommes donc dans un univers où coexistent deux royaumes des morts, Esiah et Odéon. Dans ce premier opus, nous restons principalement dans le Royaume d'Esiah, où les âmes damnées donnent l'énergie de vie aux habitants grâce à leurs peurs entretenues durant toute leur errance. le lecteur entre dans l'intimité de la famille royale au moment où les deux frères héritiers commencent à s'entre-déchirer, mettant en péril la survie même du royaume.

L'univers créé par l'autrice est d'une richesse remarquable. Tout est bien pensé et cohérent. Et comme Mélanie Gaujon parvient à décrire finement aussi bien les décors que l'organisation de ce royaume, on parvient assez vite à se représenter, de chapitre en chapitre, le contexte du récit. On entre dans l'intrigue dès la première page et les 500 pages suivantes se déroulent avec une fluidité étonnante.
Les personnages sont tous assez intrigants et on s'y attache très très vite. le jeune Milo, pourtant premier personnage rencontré, n'a pas été très fouillé, laissant pas mal de zones d'ombre qui devraient bien entendu s'éclaircir par la suite. J'ai particulièrement apprécié la relation entre Almandin et son Phénix Mésilande, j'ai beaucoup de tendresse pour le Roi Adel et j'ai complètement craqué pour la romance entre Almandin et Méhiel. Bref, tous les ingrédients étaient là, de l'aventure, de la magie, du suspens, de l'imaginaire, de l'amour, de la tendresse, de l'humour.... Pour un premier roman, c'est juste une grande réussite et je n'ai qu'une hâte, m'attaquer à la suite !

Commenter  J’apprécie          121
J'ai lu énormément de critiques positives sur cet ouvrage, adorant le fantasy, je me suis jetée dedans ... et je me suis pris un mur !

Les points positifs : un univers innovant et plein de magie. Des personnages complexes et une intrigue qui incite à continuer. il y aussi pas mal de touches d'humour qui sont sympa.

Les points négatifs (je vais être un peu dure,certainement parce que j'en attendait beaucoup) :

la forme : l'ouvrage aurait du être séparé en 2 tomes afin d'approfondir certains détails et zapper d'autres événements sans importance.

Les personnages principaux:
Milo : 9 ans ...et il en parait 4.... il est attachant mais manque de réflexions, de vocabulaire... dommage
Mehiel: la seule que j'apprécie. Elle a l'esprit vif et remet en cause son environnement. Elle est aussi effrontée, joueuse et courageuse.
Lucifel/ Almandin: il faut passer 30 pages pour comprendre réellement que c'est une seule et même personne... un gros point négatif pour moi ! surtout que ses 2 rôles ne sont pas clairs...
Adel (le roi) : bipolaire ... je ne trouve pas d'autres mots. Roi a priori aimé par ses sujets mais dans lequel on a du mal à voir l'autorité. Dans des moments grave, il plaisante avec son fils... Ca le décrédibilise.

Certains personnages manquent donc de crédibilité ou de profondeur.

l'univers :
Ca aurait pu être une pépite si tout était expliqué des le début de façon claire. pour ma part j'ai changé 10 fois de représentations passant par des paysages arides de granit noir, aux rives verdoyantes d'un fleuves en passant par un royaume organisé en strates, des châteaux moyenâgeux puis finalement modernes (il y a des ordinateurs...)...
je me suis posée énormément de questions qui n'ont pas trouvée de réponses:
comment sont organisées les comtés, la hiérarchie ?
quels sont les métiers des habitants (en gros à quoi servent-ils)?
Par où les âmes arrivent?
comment aliments-elles les habitants ?
comment fonctionne Gaïa ?
Si les âmes mauvaises se font la guerre (donc kiffent se trucider), comment peuvent-elles alimenter la cité en peur?
où vont les âmes des siannahs qui meurent ?
Comment une âme peut mourir (bah oui elle est déjà morte) ?
comment contrôlent-ils les dévoreurs ?
et plein d'autres encore....
bref l'auteur m'a totalement perdu!!

Les incohérences :
Quand je lis un roman avec un univers nouveau, j'aime que tout soit clair même si des détails arrivent au fur et à mesure.
Des bombes sont lâchées 250 pages plus tard, comme un cheveu sur la soupe (comme l'histoire des bracelets) comme si l'auteur avait eu les idées au fur et à mesure de l'histoire où qu'elle avait omis des détails évidents pour elle et qu'elle nous les rappelait.

les batailles/ combats :
A chaque combat, je tombe des nue...je me rends compte 10 lignes plus tard qu'on est au milieu de l'action...
Action qui passe trop vite à mon goût, ça manque de détails, c'est trop rapide... il se passe un truc et 15 lignes plus tard, nous revoilà au point de départ...

pour finir : la Trame
Mais où va-t-on ? j'en suis quasi à 300 pages et je ne saurais dire ce quel but poursuivent les protagonistes... On est dans le flou ! (ok faut que le mec trouve des pierres pour une stèle magique ... pour faire quoi ?.. aucune idée!)

Bref déçue malgré un univers qui avait tout pour me plaire. Je poursuis laborieusement la lecture pour voir si ma vision de ce livre changera !


Commenter  J’apprécie          70
J'ai enfin fini le Royaume d'Esiah, un premier roman de fantasy assez ambitieux et que j'ai trouvé remarquable malgré certains défauts qui ternissent un peu l'aura épique de cette première oeuvre.

Ecrire un premier roman de pratiquement 600 pages laisse deviner la passion acharnée qui se cache derrière ces pages. Rien que pour cela, il faut quand même saluer la rigueur du travail de Mélanie Gaujon qui démarre sa fiction sur des chemins un peu confus avant de se conclure en apothéose sur une ouverture prometteuse.
Le Royaume d'Esiah est un ample roman de fantasy doté d'une certaine aura presque biblique puisque c'est un titre influencé par les visions de l'enfer, du paradis, de la divinité et du rapport entre un royaume "divin" et le monde des mortels. Ce dernier apparaît en filigrane dans le roman avant de devenir un peu plus concret au fil des pages. Tout au plus, nous savons qu'il y est question d'un vaste royaume appelé Esiah qui accueille en son sein des âmes damnées et dont la peur sert en quelque sorte de nourriture aux habitants d'Esiah. Loin d'être calqué sur une vision féroce et ultra-puissante de l'Enfer avec des êtres démoniaques, Esiah s'avère être un vaste royaume plutôt terre -à-terre peuplé de personnages plutôt "humains" en proie à des émotions tout à fait terriennes.
Et c'est justement un premier défaut de ce roman : c'est l'image du lieu. Alors que le résumé laisse devinez un cadre assez original, une sorte de royaume divin post-mortem ... L'intrigue vient en réalité se fondre dans un lieu de fantasy assez classique, presque "lambda". Nous avons affaire à un simple royaume qui bascule peu à peu dans la guerre.
Malgré la densité de ce titre, je trouve que l'autrice n'est pas allez assez loin dans ce rapport mortel / Siahnnas ( du nom des habitants d'Esiah) , nous voyons peu les âmes et du coup, on oublie souvent la nature transcendante du royaume d'Esiah. du coup, malgré quelques lieux assez sympa comme le comté de Gaia et son arbre , la Tour des Supplices, le cadre de l'intrigue se révèle en fait assez lisse. L'idée d'une sorte de royaume purgatoire inspiré par la dimension religieuse n'est pas suffisamment exploitée pour moi. Cela ressort également avec une description qui n'est folle non plus. C'est agréable à lire mais il n'y a rien de transcendant. D'ailleurs, j'ai eu du mal à avoir une vision imaginée de ce monde durant ma lecture ce qui est dommage quand on lit un titre de fantasy.
Par contre, j'ai senti qu'il y avait dans ce roman un réel attachement pour les personnages. Alors, on retrouve certaines figures assez connus comme les fameux frères ennemis, le prince fort et vaillant mais en proie au doute, la belle femme un peu en retrait qu'il faut protéger, le roi bourru... bon il y a du cliché mais du cliché attachant. Les personnages évoluent, les dialogues sont souvent animés par une joie et un plaisir communicatif ... Les protagonistes sont baignés dans un certain romantisme assez plaisant à lire. du coup, on s'attache facilement à cette galerie de personnages dont on suit les péripéties avec attention et empathie à coups d'accolades, de rires et de larmes. Parfois, cela fait du bien de ne pas tomber dans de la dark fantasy bien tourmentée.
Au niveau de la trame, il y a une bonne tension parfois allégé par pas mal d'humour. Quelques batailles ponctuent l'intrigue. J'ai bien aimé le coté complot de l'histoire. le tout est très baigné dans une ambiance prophétique qui résonne pleinement dans un excellent final. C'est d'ailleurs l'un des gros points forts au niveau de cette trame, c'est que sans spoil, nous pouvons considérer ce premier tome comme une sorte d'ouverture épique. Un point d'orgue présenté dès le premier volet. Pourquoi pas ? C'est un parti pris assez intéressant .

En somme, le Royaume d'Esiah est un agréable roman de fantasy doté de qualités narratives certaines et de personnages attachants bien qu'un poil clichés. Nous sommes embarqués dans cette intrigue épique et romantique avec un certain plaisir . Toutefois, c'est aussi un titre qui aurait gagné à être davantage étoffé au niveau du cadre de l'intrigue qu souffre quand même d'une description un peu lisse ce qui est quand même dommage pour un roman aussi dense.

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Almandin se demanda ce que le fleuve noir pouvait bien lui cacher. De toute évidence, ce lieu était plus protégé que le sanctuaire sacré. Seul un homme connaissant parfaitement le chemin pouvait réussir à atteindre cette mystèrieuse contrée. Le fait que son père décide de l'initier au mystère de ce lieu en ces jours incertains prouvait qu'il craignait pour sa vie et pour l'avenir de son peuple.
Le couloir déboucha sur une plage de terre boueuse plongée dans un brouillard de souffre. Le Prince remonta son modeste foulard au-dessus de sa bouche et avança jusqu'à la berge. Devant lui apparut, dans une atmosphère suffocante de fumée, le légendaire fleuve noir.
Par curiosité, le Prince pencha sa tête au-dessus de l'eau sombre. Le liquide rejetait un gaz d'une puanteur atroce. Le plus impressionnant restait sa couleur, aussi noire que le charbon, aussi miroitante que le fer ou l'étain. Pourtant, il ne vit pas le reflet de son visage, seulement celui de ses vêtements, comme si son corps avait disparu. Une angoisse démesurée le saisit aussitôt.
Il se frotta les joues, sentit sa peau sous ses doigts. Il approcha son visage au plus prés de l'eau, pencha une main devant lui, attiré par cette étendue maléfique. Ses muscles se figèrent et son corps devenu incontrolâble bascula en avant. Une force étrangement obscure l'entraînait vers le fond.
Son père le retint par le col et l'empêcha de sombrer dans l'abîme.
- Ne regarde jamais cette eau, lui ordonna-t-il en le ramenant à terre.
Almandin reprit ses esprits à genoux sur la berge en observant son père les yeux remplis d'effroi.
- Qu'y a-t-il dans cette eau?
- Des créatures que tu n'as sûrement pas envie de voir.
- Et comment se fait-il que je n'y aie pas de reflet?
Son père le fixa avec une profonde inquiètude et le pressa de se relever pour pencher sa tête au-dessus de l'eau noirâtre. Le visage d'Adel apparut en surface. L'ombre avait cependant changé. Son visage, marqué de rides, semblait avoir subit les ravages du temps. Almandin, quant à lui, n'avait toujours pas de reflet. Il comprit ainsi quel était le pouvoir de cette eau ensorcelée.
Le Roi le tira en arrière, avant d'être emportés par les flots.
- Qu'est-ce que cela signifie? demanda le Prince.
- On raconte depuis toujours que cette eau révèle notre destin.
Commenter  J’apprécie          40
- [...] Pensons à ceux qui ne sont plus ici, mais n’oublions pas ceux qui sont restés. Chaque événement, aussi tragique soit-il, a une fin. C’est en nous nourrissant de l’expérience apportée dans ces instants difficiles que nos choix seront plus réfléchis. Respectons la mémoire des êtres qui ont été emportés en assurant la paix et la survie de ceux qui sont restés parmi nous.
Commenter  J’apprécie          50
- C'est toujours comme ça quand on naît ? demanda Milo avec un air catastrophé. Parce que si c'est ça, je ne veux pas avoir de bébé !
- Ce ne sera pas toi qui souffriras, Milo, mais ta femme, signala Adel en finissant par s'asseoir. À moins qu'on ne trouve d'ici là le moyen de te faire porter un enfant.
- Pas question ! Je n'en veux pas ! Ça a l'air de faire beaucoup trop mal ! riposta Milo en faisant des yeux ronds.
- Si tu ne te tiens pas sage, je demanderai à Gamerron de nous inventer ça, et on testera sur toi, assura Adel en plissant les yeux avec un regard malicieux. Au lieu de commenter les lamentations de Mehiel, pourquoi n'essaies-tu pas de trouver un prénom pour le petit garçon qui va naître ?
- Parce que ce sera une fille, affirma l'enfant en hochant la tête.
- Un garçon !
- Une fille !
- Un garçon ! cria Adel en sortant de ses gonds, se relevant brusquement.
Commenter  J’apprécie          10
- La mission de protéger le peuple mortel Maître Aristide.
L'homme se tut et céda la parole à sa collègue.
- Croyez-vous vraiment que les Siahnnas soient en mesure de les protéger ?
- Je le pense, car nous connaissons le peuple mortel aussi bien que vous. Cependant, nous voyons aussi en eux ce qui vous dérange, la cruauté et la peur.
- La cruauté et la peur sont réservées à ceux qui peuplent vos terres, lança le dénommé Raïken, le ton tranchant.
Tout ce qu'Almandin avait expliqué jusqu'ici lui avait à peine effleuré les oreilles. Le Roi d'Esiah sentait monter en lui une colère noire, capable de tout ravager.
- Je vois pourtant de la cruauté dans vos propos, maître Raïken, lança-t-il, avec aigreur.
Commenter  J’apprécie          10
- Je suis déçu. Aucun rayon de lumière ni explosion fantastique.
- Tu regarde trop de films lorsque tu te rends dans le Monde des Mortels, soupira son père.
- Sais-tu que la télévision t'apprend beaucoup de chose ? Les mortels l'utilisent pour s'informer. Je trouve cette technologie tellement utile que j'offrirai un téléviseur à chacun de mes sujets lorsque je prendrai ta succession. Ainsi pourront-ils contempler à longueur de journée la grandeur et la beauté de leur Roi !
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (221) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2521 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..