AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262033838
Éditeur : Perrin (14/10/2010)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Après un conflit, une réaction fort naturelle due à la lassitude fait qu’on oublie ses raisons d’être maintenant qu’elles ont disparu pour ne plus tenir compte que des morts, des souffrances et des destructions, imaginant la guerre périmée tant est grand le désir qu’il en soit ainsi.
Cet état d’esprit est doublement dangereux, car la guerre est une fatalité inhérente à la société humaine, l’histoire nous le confirme si la logique n’a pu nous .en convaincre, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Suerte
  29 juin 2013
Dans Au fil de l'épée de gaulle rêve De Gaulle. La première fois que j'ai lu ce livre, j'avais la certitude de lire le livre d'un fou, d'un dément, d'un homme qui rêvait sa vie avant de la vivre dans une sorte de préscience qui appartient plus au domaine de la chiromancie qu'à l'art militaire ou à l'art politique. Qui était cet homme ? Cette statue que nous montre les anciens documents d'actualité, cet animal préhistorique que décrit Jean Cau, cette sorte de tortue marine, qui, miracle, parle, ou bien ce jeune homme rêvant sa vie, soucieux de communication, comme Jules César dans la guerre des Gaules. le style en est simple, un peu maniaque, ternaire, on sent l'influence de l'illustre Lyautey, sans le talent de l'image de l'ainée. de Gaule est aveugle, il ne voit rien, il se regarde, apprécie sa mise en scène. Il n'est que de lire le chapitre où il affirme que le Chef doit ménager ses entrées, sa présence, sa parole. De Gaulle est l'homme du happening.
Lyautey avait aussi le sens de la mise en scène, mais ses référents étaient anciens, au point de voir dans la société traditionnelle marocaine, un moyen-âge, une chevalerie et son sens de la mise en scène est celui de l'espace, il suffit de voir son bureau à l'ancien musée des colonies pour comprendre le personnage. Derrière lui, il y a des puissances, on ne sait trop lesquelles, peut-être Dieu, l'Etat, le grand Moloch, ou d'autres divinités plus ou moins étranges, Lyautey est au service de ces divinités.
De Gaulle est plus latin, plus romain. Il y a son buste. Ses référents plongent leurs racines dans les guerres romaines, dans les guerres puniques. S'est-il rêvé en Scipion, en César. En César, certainement, et son indifférence aux attentats, son absolue indifférence pour les risques qu'il a pu prendre pendant et après le conflit algérien, le mène vers cette doctrine stoïcienne des vieux romains. Son histoire avec la France, sa grande querelle, est une histoire gallo-romaine et il serait intéressant de plonger dans l'esprit du jeune de Gaule, affublé d'un nom aussi étrange, pour comprendre les échafaudages qui ont pu s'élever dans son esprit, les rêves, les visions, qui ont germés dans cet esprit solitaire.
C'est peut être ce qui rend ce livre attachant, c'est qu'il ouvre une porte sur les rêves de l'enfant.

Lien : http://jsander.blogs.nouvelo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 octobre 2017
l est bon que les peuples aient des remords et si les hommes, dans leur ensemble, ne rêvaient que de se détruire, il y a beau temps que leur race aurait pris fin. Mais, par voie de conséquence, il est imputé à l’ordre militaire une partie de l’aversion qu’inspirent les combats. C’est là un phénomène d’anthropomorphisme du même genre que celui qui fait redouter le dentiste en même temps que le mal de dents. Que des hommes consacrent leur vie à préparer des épreuves dont justement on ne veut point, cela ne laisse pas d’indisposer la foule et d’autant plus que les professionnels, s’ils déplorent la guerre du point de vue humain et spéculatif, éprouvent pour le champ d’action qu’elle leur ouvre une inclination de carrière et prennent aux problèmes qu’elle soulève un intérêt technique assez désobligeant, en somme, pour ceux qui n’en attendent rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HadrienMHadrienM   22 juillet 2018
La véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire, (...), de s’élever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 octobre 2017
Mais il ne suffit pas au chef de lier les exécutants par une obéissance impersonnelle. C’est dans leurs âmes qu’il lui faut imprimer sa marque vivante. Frapper les volontés, s’en saisir, les animer à se tourner d’elles-mêmes vers le but qu’il s’est assigné, grandir et multiplier les effets de la discipline par une suggestion morale qui dépasse le raisonnement, cristalliser autour de soi tout ce qu’il y a dans les âmes de foi, d’espoir, de dévouement latents, telle est cette domination.
Ainsi l’intelligence, l’instinct, l’autorité du chef font de l’action de guerre ce quelle est. Mais que sont ces facultés, sinon la personnalité même, ses ressources, sa puissance ? Toutes choses égales d’ailleurs, tant elle vaut, tant vaut l’action
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FougasseFougasse   03 mai 2019
Rien ne rehausse l'autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles, pudeur des orgueilleux et fierté des humbles, prudence des sages et esprit des sots.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   22 octobre 2017
Les hommes ne se passent point, au fond, d’être dirigés, non plus que de manger, boire et dormir. Ces animaux politiques ont besoin d’organisation, c’est-à-dire d’ordre et de chefs. Si l’autorité chancelle sur des fondements ébranlés, l’équilibre naturel des choses lui en procurera d’autres, plus tôt ou plus tard, meilleurs ou moins bons, propres dans tous les cas à l’établissement d’une nouvelle discipline. Bien mieux, ces bases, voici qu’on les discerne : c’est la valeur individuelle et l’ascendant de quelques-uns. Tout ce que les masses, naguère, accordaient de crédit à la fonction ou à la naissance, elles le reportent à présent sur ceux-là seulement qui ont su s’imposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Charles de Gaulle (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles de Gaulle
Vidéo de Charles de Gaulle
autres livres classés : charles de gaulleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
906 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre