AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Hervé Alvado (Éditeur scientifique)
EAN : 9782011691804
255 pages
Hachette Education (01/07/2005)
3.8/5   100 notes
Résumé :
A dater de cette nuit, ma nature s'est en quelque sorte dédoublée, et il y eut en moi deux hommes dont l'un ne connaissait pas l'autre.
" La Morte amoureuse ", Contes fantastiques,
Que lire après Contes fantastiquesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un moine qui tombe éperdument amoureux d'une mystérieuse courtisane, au point de mener une double-vie dangereuse pour son âme. Comme beaucoup d'entre nous, c'est au collège que j'ai découvert les mots de Théophile Gautier, avec le conte fantastique La Morte amoureuse, et ici s'était arrêtée mon aventure avec la plume, jusqu'à aujourd'hui. Contes fantastiques est un recueil de contes dans une édition scolaire.

Quelques mots sur Théophile Gautier : son écriture est un mélange de poésie et de descriptions fouillées, travaillées avec finesse, mais aussi il sait rester accessible aux lecteurs contemporains ; juste assez pour donner un cadre tout en laissant suffisamment d'espace pour déclencher un poil d'imagination dans ses textes. Essayons de donner un aperçu du ressenti sur chacun des contes !

La cafetière : cruellement court et délectable, ambiance festive et étrange tandis qu'on déambule dans la nuit, à ne pas savoir si c'est un rêve ou la réalité, jusqu'à la chute, triste. Une histoire d'amour vouée à ne jamais être, puisque l'un des deux n'est plus.

Onuphrius ou les vexations fantastiques d'un admirateur d'Hoffmann : Hommage à un autre père de la littérature fantastique, et aussi un rythme effréné. le malaise grandit tout au long de la nouvelle pour atteindre son apothéose à la toute fin, sans donner la moindre explication claire sur ce qu'on vient de lire. La folie guette pour une raison inconnue, jusqu'au tout dernier souffle semble-t-il.

Omphale : Très similaire à La cafetière dans son histoire, avec quand même des variations, notamment sur la fin, surprenante et, quand même, rassurante parce qu'on ignore ce qui se serait passé si les amours avaient pu être réunis. Bien ? Mal ? Un amour impossible qui aurait pu être, si l'un des deux amants avait réussi à racheter la tapisserie qui a tout déclenché. Mais à quel prix ?

La Morte amoureuse : Un chef d'oeuvre sous forme de conte, qui peut sembler imposant et rébarbatif à un élève de quatrième, mais lorsque cet élève y revient des années après, les mots gardent leur saveur et l'histoire n'en est que meilleure, plongée dans une ambiance gothique où vampires et fantômes règnent dans la nuit.

Le chevalier double : Relativement court comme conte, pas le plus mémorable mais un bon moment tout de même, passé en compagnie d'un chevalier amoureux perdu entre deux parties de lui-même, cela depuis sa naissance. C'est d'ailleurs plus l'histoire de sa mère qui intéresse que la sienne, mais là, c'est subjectif. Et enfin, un peu de triomphe de l'amour sur la fin !

Le pied de momie : Parfaitement irréaliste, mais pas moins délicieux, même si c'est là aussi très court et qu'on ne sait pas le pourquoi du comment exact. Comment tomber amoureux d'une princesse et fille de Pharaon ? En lui rendant le pied qu'elle a perdu et en demandant sa main à son père. S'il n'y avait pas cette immortalité entre les deux amoureux…

Deux acteurs pour un rôle : Mise en page différente pour ce conte, car elle se compose de trois parties ! Qui offense le Diable se frotte à ses cornes… et le Diable n'est pas heureux qu'on l'imite aussi mal, semble-t-il. Conte efficace et délectable encore une fois, où l'on a peur pour le jeune comédien qui croit jouer le Diable à la perfection, acclamé par la foule. Les dangers sont plus nombreux qu'il ne le croit, pourtant… Glaçant à souhait, fantastique comme on aime !

Arria Marcella : Un nouvel hommage à Hoffmann et une balade dans une Pompéi antique, après qu'un jeune homme ait aperçu un visage qui allait le hanter jusqu'à sa mort, peut-être. Jusqu'où l'amour peut mener, jusqu'à l'Au-delà ? Là aussi, pas le plus excitant des contes, mais un bon moment passé en compagnie des habitants d'un monde prêt à être réduit en cendres.

Ces huit contes fantastiques traitent avant tout d'amours déçus ou d'amours impossibles, soit par la séparation entre les vivants et les morts, soit par le Temps qui passe ou des ennemis terribles. Les femmes y sont dépeintes comme des créatures dangereuses ou inaccessibles, et les hommes comme des êtres perdus et influençables dès lors qu'ils croisent le regard de la belle. Ce que j'aime le plus dans le fantastique, et ce qui m'a séduit dans le cas de Théophile Gautier, c'est la liberté de ne pas devoir tout expliquer au lecteur lorsqu'un événement inhabituel se produit. On peut ainsi doser le mystère, et laisser le lecteur se faire ses propres hypothèses. Ce qui apparaît frustrant à la première lecture et se révèle un réel plaisir aux prochaines plongées dans ces contes étranges.

Très bonne lecture et des retrouvailles enthousiasmantes avec le genre du conte, à lire au moins une fois !
Lien : https://saveurlitteraire.wor..
Commenter  J’apprécie          51
Je me souviens très bien de ma lecture du Roman de la Momie il y a quelques années, un roman qui m'avait envoûté, et j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume de Théophile Gautier grâce à ce recueil de nouvelles fantastiques. le côté sombre et gothique est largement mis à profit dans ces histoires pour la plupart axées sur les rêves et le glissement imperceptible de la réalité vers le surnaturel.
Des personnages qui sortent des tableaux et se mettent à danser, des figures historiques vieilles de plusieurs siècles qui reviennent d'entre les morts pour vous séduire, une femme magnifique et mystérieuse qui s'amourache d'un petit prêtre naïf, ou encore l'apparition du diable en personne venu ravir son rôle à un acteur, tels sont les figures étranges que l'on retrouve dans ces récits et qui s'animent sous la plume d'un très grand auteur. le fantastique se substitue à la réalité sans qu'on sache très bien, au final, où se situe la vérité, les rêves s'ouvrent sur des visions enchantées, où la folie du personnage se devine parfois, où les faiblesses humaines se révèlent en présence des ombres de l'au-delà, et les références à Hoffman ne sont jamais bien loin.


L'humour est également présent dans Deux Acteurs pour un Rôle, ou encore le Pied de Momie, et le souffle du scandale et de l'érotisme frôle le lecteur dans Omphale et La Morte Amoureuse. Théophile Gautier réunit tous les styles avec brio, mais c'est l'aspect romantique et surtout gothique qui domine ses contes, avec la présence menaçante de châteaux mystérieux perdus dans la forêt, de meubles qui se déplacent seuls et de tableaux qui s'éveillent à la vie au plus sombre de la nuit.

J'ai une tendresse toute particulière pour la nouvelle intitulée le Chevalier Double dont l'action semble se dérouler dans des contrées nordiques et moyenâgeuses, mais Gautier nous fait voyager à travers toute l'Europe et même à travers le temps, et côtoyer les mythes folkloriques les plus fascinants à travers ses contes fantastiques.

La suite ici :
Lien : http://tranchesdelivres.blog..
Commenter  J’apprécie          80
Etant encore jeune, l'auteur a été inspiré par les célèbres contes de l'écrivain allemand E. T. A. Hoffmann (1776-1822). Le recueil que j'ai lu comporte 11 nouvelles de Théophile Gautier, certaines correspondant à des productions de jeunesse, d'autres étant plus tardives.
Il s'agit d'oeuvres mineures, courtes et faciles à lire, empreintes de mystère sans malice et parfois d'un certain humour: par exemple, "La cafetière" écrite avec une naïveté charmante. Dans leur ensemble, ces contes me paraissent "bien gentils" par comparaison avec des nouvelles plus "hard" écrites par d'autres auteurs, notamment par Edgar Poe.
Commenter  J’apprécie          20
Dans ce recueil de compte, j'ai remarqué qu'il y avait plusieurs similitudes entre les comptes par exemple; la femme morte qui aime l'homme vivant, le rêve, la mort, l'homme qui perd connaissance à la fin et qui se rend compte que ce n'était qu'un rêve.

J'ai bien aimé lire les comptes, la cafetière, Honorius et la mort amoureuse.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Octavien, surpris au dernier point, se demanda s'il dormait tout debout et marchait dans un rêve. Il s'interrogea sérieusement pour savoir si la folie ne faisait pas danser devant lui ses hallucinations ; mais il fut obligé de reconnaître qu'il n'était ni endormi ni fou.
Commenter  J’apprécie          20
Je ne savais pas penser de ce que je voyais : mais ce qui me restait a voir encore bien plus extraordinaire, (contes ; Là cafetière partit 2 ; ligne 1 a 2
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Théophile Gautier (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théophile Gautier
En 1834, Balzac imagine et commande une canne somptueuse à l'orfèvre parisien le Cointe. La « pomme » en or, finement ciselée des armoiries des Balzac d'Entraigues, qui n'ont aucun lien avec l'écrivain, est ornée d'une constellation de turquoises, offertes par sa bien-aimée Mme Hanska. Cette canne est excessive en tout, et très vite, elle fait sensation parmi journalistes et caricaturistes. C'est la signature excentrique de l'écrivain, la preuve visible et provocante de son énergie et de sa liberté, imposant sa prestance au milieu de la société des écrivains. Pour Charlotte Constant et Delphine de Girardin, amies De Balzac, la canne est investie d'un pouvoir magique…
Pour en savoir plus, rdv sur le site Les Essentiels de la BnF : https://c.bnf.fr/TRC
Crédits de la vidéo :
Direction éditoriale Armelle Pasco, cheffe du service des Éditions multimédias, BnF
Direction scientifique Jean-Didier Wagneur
Scénario, recherche iconographique et suivi de production Sophie Guindon, chargée d'édition multimédia, BnF
Réalisation Vagabondir
Enregistrement, musique et sound design Mathias Bourre et Andrea Perugini, Opixido
Voix Geert van Herwijnen
Crédits iconographiques Collections de la BnF
© Bibliothèque nationale de France
Images extérieures :
Projet d'éventail : l'apothéose De Balzac Grandville, dessinateur, entre 1835 et 1836 Maison de Balzac, BAL 1990.1 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
La canne De Balzac Orfèvre le Cointe, 1834 Maison de Balzac, BAL 186 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Sortie des ouvrières de la maison Paquin, rue de la Paix Béraud Jean (1849-1936) Localisation : Paris, musée Carnavalet, P1662 Photo © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
La pâtisserie Gloppe, avenue des Champs-Elysées Béraud Jean (1849-1936) Localisation : Paris, musée Carnavalet, P1733 Photo © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Balzac à la canne Illustration pour Courtine, Balzac à table, Paris, Robert Laffont, 1976 Maison de Balzac, B2290 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Balzac, croquis d'après nature Théophile Gautier, 1830 Maison de Balzac, BAL 333 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Portrait-charge de Balzac Jean Pierre Dantan, sculpteur, 1835 Maison de Balzac, BAL 972 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Honoré de Balzac Jean-Théodore Maurisset, graveur, 1839 Maison de Balzac, BAL 252 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Balzac en canne Jean-Théodore Maurisset, graveur, 1839 Maison de Balzac, BAL 253 CCØ Paris Musées / Maison de Balzac
Comtesse Charlotte von Hardenberg Johann Heinrich Schroeder (Boris Wilnitsky) Droits réservés
Delphine Gay (Portrait de Delphine de Girardin) Louis Hersent, 1824 Musée de l'Histoire de France © Palais de Versailles, RF 481
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (587) Voir plus



Quiz Voir plus

Le pied de momie

Le narrateur de la nouvelle est :

un parisien
un marchand
un prince

10 questions
362 lecteurs ont répondu
Thème : Le pied de momie et autres récits fantastiques de Théophile GautierCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..