AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claudine Gothot-Mersch (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070322091
280 pages
Éditeur : Gallimard (08/12/1981)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Ce recueil de poèmes est une tentative de 'traiter sous forme restreinte de petits sujets'. La virtuosité de la langue et la recherche formelle, caractéristique du tenant de la doctrine de l'Art pour l'art, inspireront les Parnassiens. Ceux-ci feront du poème l'Art leur profession de foi.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  08 avril 2020
Au préalable je salue le fantastique travail de Claudine Gothot-Mersch, professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles, qui a présenté, établi et richement annoté la présente édition. C'est aussi elle qui a ajouté en appendice l'Albertus, écrit en 1831-1832 alors que Gautier avait vingt ans seulement.
Je vous invite chaleureusement à lire ces « Émaux et Camées ». le recueil est en principe l'application la plus directe des principes de l'école du Parnasse, qui prône « l'art pour l'art ». On attribue traditionnellement une certaine froideur à ces poèmes, or, je suis moyennement d'accord avec cette affirmation.
Le vocabulaire surprend par sa richesse, par son utilisation très précise, une des principales caractéristiques de Gautier qui s'évade par la poésie : que ce soit à Venise ou dans l'Antiquité.
À noter encore de nombreuses références littéraires (cf. le poème Préface), des descriptions d'oeuvres aussi, sorte d'ecphrasis parfois, plus la culture que la nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
jvermeer
  10 décembre 2019
******
Grand ami de Théophile Gautier, Charles Baudelaire se passionne pour le romantisme. En 1859, il dédit un de ses poèmes « Les petites vieilles » à Victor Hugo qu'il avait connu avec Gautier au moment de la bataille d'Hernani en 1830 et les escarmouches des représentations.
En 1861, admirant profondément le peintre Eugène Delacroix, Baudelaire écrit au sujet de son Héliodore de l'église Saint-Sulpice qu'il vient de terminer : « Un tableau de Delacroix vous pénètre déjà d'une volupté surnaturelle. Il vous semble qu'une atmosphère magique a marché vers vous et vous enveloppe. »
Mais le véritable maître de Baudelaire est Théophile Gautier, son « maître et ami », « poète impeccable, parfait magicien de lettres françaises. En 1857, il lui dédit ses « Fleurs du mal » et lui envoie son recueil accompagné d'une lettre dédicace :
« À mon très cher et très vénéré maître et ami Théophile Gautier
Bien que je te prie de servir de parrain aux Fleurs du mal, ne crois pas que je sois assez perdu, assez indigne du nom de poète pour m'imaginer que ces fleurs maladives méritent ton noble patronage. Je sais que dans les régions éthérées de la véritable Poésie, le Mal n'est pas, non plus que le Bien, et que ce misérable dictionnaire de mélancolie et de crime peut légitimer les réactions de la morale comme le blasphémateur confirme la Religion. Mais j'ai voulu, autant qu'il était en moi, en espérant mieux peut-être rendre un hommage profond à l'auteur d'Albertus, de la Comédie de la Mort et d'Espana, au poète impeccable, au magicien ès langue française, dont je me déclare, avec autant d'orgueil que d'humilité, le plus dévoué, le plus respectueux et le plus jaloux des disciples. »
Figure marquante, gloire de la vie littéraire au 19e siècle, Théophile Gautier est un touche à tout dans le domaine des arts. Il aborde tous les genres : critique d'art, conte, poésie, nouvelle, roman, théâtre, et même le livret du ballet « Gisèle ». Il est un des membres de ce mouvement parnassien qui considère que l'art doit être impersonnel, sans engagement politique et social.
En 1852, son recueil de poèmes « Émaux et Camées », qui se situe à la croisée du romantisme et de la poésie parnassienne, illustre idéalement les principes esthétiques de l'artiste et son exigence de perfection.
Gautier est celui qui manie le mieux la langue française. Ces poèmes sont des petits bijoux joliment ciselés qu'il faut déguster lentement, mot à mot. Leur unique but est une recherche de beauté et d'exigence esthétique. « Il n'y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien. » Je donne, ci-dessous, quelques extraits du recueil, courts aperçus de son exceptionnel talent :
Quel plaisir, la vision de cette main de courtisane en plâtre chez un sculpteur « Etude de mains » :
« Dans l'éclat de sa pâleur mate
Elle étalait sur le velours
Son élégance délicate
Et ses doigts fins aux anneaux lourds »
Description d'une « Rose-Thé » aux couleurs subtiles :
« On dirait une rose blanche
Qu'aurait fait rougir de pudeur,
En la lutinant sur la branche,
Un papillon trop plein d'ardeur. »
Quelques hirondelles parlent « Ce que disent les hirondelles » :
« La pluie au bassin fait des bulles ;
Les hirondelles sur le toit
Tiennent des conciliabules :
Voici l'hiver, voici le froid ! »
A Venise « le Carnaval » se prépare :
« Venise pour le bal s'habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé. »
Le printemps arrive « Premier sourire du printemps » :
« La nature au lit se repose ;
Lui, descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert. »
Et des fleurs éclosent « Camélia et pâquerette » :
« Un papillon blanc qui voltige,
Un coup d'oeil au hasard jeté,
Vous fait surprendre sur sa tige
La fleur dans sa simplicité »
Les femmes ne sont jamais bien loin « le poème de la femme » :
« Glissant de l'épaule à la hanche,
La chemise aux plis nonchalants,
Comme une tourterelle blanche
Vint s'abattre sur ses pieds blancs. »
Ces vers sont entrés dans la poésie populaire.
En parcourant les mots de ce grand poète, il m'arrive parfois de penser aux peintres impressionnistes dont les recherches auraient pu être les mêmes : lumière, couleur, chatoiement, rythme, sensibilité.

***
Lien : http://www.httpsilartetaitco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
CDemassieux
  31 juillet 2014
Cet écrin de 38 petits bijoux de poésie (préface comprise) justifie la dédicace des Fleurs du Mal :
« Au Poëte impeccable
au parfait magicien ès lettres françaises
à mon très-cher et très-vénéré
maître et ami
Théophile Gautier
avec les sentiments
de la plus profonde humilité
je dédie
ces fleurs maladives
C. B. »
Quant à cette strophe du dernier poème du recueil – « L'Art » –, elle est devenue une vérité incontestable pour les vers de Gautier :
« Les dieux eux-mêmes meurent,
Mais les vers souverains
Demeurent
Plus fort que les airains. »
Commenter  J’apprécie          100
frandj
  20 février 2017
Théophile Gautier (1811-1872) fut un écrivain, un critique d'art et un poète. Poète mineur ? Certes, comparé à Hugo. Il fut moins prolifique et moins flamboyant. Mais il est très plaisant et "Emaux et camées" constitue peut-être son chef d'oeuvre poétique. J'apprécie beaucoup ces courtes poésies sans prétentions, écrites dans une langue très simple et sans emphase, fluides comme des textes de chanson. Je pense à "La plaintive tourterelle" (que j'ai mis en citation), "La source" ou "Les Néréides", parmi bien d'autres... Certaines textes sont un peu morbides, mais bien venus, comme "Les joujoux de la morte" par exemple. D'autres apparaissent un peu comme des exercices de style ("Symphonie en blanc majeur"). Un autre poème ("L'art") semble vouloir définir la conception de l'art poétique selon Gautier.
Dans l'ensemble, c'est une lecture très agréable que je recommande de déguster peu à peu.
Commenter  J’apprécie          71
coco4649
  17 décembre 2013
Contralto : sa lecture gagne à se prolonger par une écoute du duetto :
Philippe Jaroussky/Max Emanuel Cencic/
Musique Giovanni Bononcini/
"Chi d'Amor tra le catene"/
Les arts florissants/William Christie/2011
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
LaliLali   05 octobre 2012
Symphonie en blanc majeur

De leur col blanc courbant les lignes,
On voit dans les contes du Nord,
Sur le vieux Rhin, des femmes-cygnes
Nager en chantant près du bord,

Ou, suspendant à quelque branche
Le plumage qui les revêt,
Faire luire leur peau plus blanche
Que la neige de leur duvet.

De ces femmes il en est une,
Qui chez nous descend quelquefois,
Blanche comme le clair de lune
Sur les glaciers dans les cieux froids;

Conviant la vue enivrée
De sa boréale fraîcheur
A des régals de chair nacrée,
A des débauches de blancheur!

Son sein, neige moulée en globe,
Contre les camélias blancs
Et le blanc satin de sa robe
Soutient des combats insolents.

Dans ces grandes batailles blanches,
Satins et fleurs ont le dessous,
Et, sans demander leurs revanches,
Jaunissent comme des jaloux.

Sur les blancheurs de son épaule,
Paros au grain éblouissant,
Comme dans une nuit du pôle,
Un givre invisible descend.

De quel mica de neige vierge,
De quelle moelle de roseau,
De quelle hostie et de quel cierge
A-t-on fait le blanc de sa peau?

A-t-on pris la goutte lactée
Tachant l’azur du ciel d’hiver,
Le lis à la pulpe argentée,
La blanche écume de la mer;

Le marbre blanc, chair froide et pâle,
Où vivent les divinités;
L’argent mat, la laiteuse opale
Qu’irisent de vagues clartés;

L’ivoire, où ses mains ont des ailes,
Et, comme des papillons blancs,
Sur la pointe des notes frêles
Suspendent leurs baisers tremblants;

L’hermine vierge de souillure,
Qui pour abriter leurs frissons,
Ouate de sa blanche fourrure
Les épaules et les blasons;

Le vif-argent aux fleurs fantasques
Dont les vitraux sont ramagés;
Les blanches dentelles des vasques,
Pleurs de l’ondine en l’air figés;

L’aubépine de mai qui plie
Sous les blancs frimas de ses fleurs;
L’albâtre où la mélancolie
Aime à retrouver ses pâleurs;

Le duvet blanc de la colombe,
Neigeant sur les toits du manoir,
Et la stalactite qui tombe,
Larme blanche de l’antre noir?

Des Groenlands et des Norvèges
Vient-elle avec Séraphita?
Est-ce la Madone des neiges,
Un sphinx blanc que l’hiver sculpta,

Sphinx enterré par l’avalanche,
Gardien des glaciers étoilés,
Et qui, sous sa poitrine blanche,
Cache de blancs secrets gelés?

Sous la glace où calme il repose,
Oh ! qui pourra fondre ce cœur!
Oh ! qui pourra mettre un ton rose
Dans cette implacable blancheur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PiatkaPiatka   02 décembre 2014
À UNE ROBE ROSE

Que tu me plais dans cette robe
Qui te déshabille si bien,
Faisant jaillir ta gorge en globe,
Montrant tout nu ton bras païen !

Frêle comme une aile d'abeille,
Frais comme un coeur de rose-thé,
Son tissu, caresse vermeille,
Voltige autour de ta beauté.

De l'épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l'étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.

D'où te vient cette robe étrange
Qui semble faite de ta chair,
Trame vivante qui mélange
Avec ta peau son rose clair ?

Est-ce à la rougeur de l'aurore,
A la coquille de Vénus,
Au bouton de sein près d'éclore,
Que sont pris ces tons inconnus ?

Ou bien l'étoffe est-elle teinte
Dans les roses de ta pudeur ?
Non ; vingt fois modelée et peinte,
Ta forme connaît sa splendeur.

Jetant le voile qui te pèse,
Réalité que l'art rêva,
Comme la princesse Borghèse
Tu poserais pour Canova.

Et ces plis roses sont les lèvres
De mes désirs inapaisés,
Mettant au corps dont tu les sèvres
Une tunique de baisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
marina53marina53   28 mai 2013
Le monde est méchant, ma petite :
Avec son sourire moqueur
Il dit qu’à ton côté palpite
Une montre en place de cœur.

— Pourtant ton sein ému s’élève
Et s’abaisse comme la mer,
Aux bouillonnements de la sève
Circulant sous ta jeune chair.

Le monde est méchant, ma petite :
Il dit que tes yeux vifs sont morts
Et se meuvent dans leur orbite
À temps égaux et par ressorts.

— Pourtant une larme irisée
Tremble à tes cils, mouvant rideau,
Comme une perle de rosée
Qui n’est pas prise au verre d’eau.

Le monde est méchant, ma petite :
Il dit que tu n’as pas d’esprit,
Et que les vers qu’on te récite
Sont pour toi comme du sanscrit.

— Pourtant, sur ta bouche vermeille,
Fleur s’ouvrant et se refermant,
Le rire, intelligente abeille,
Se pose à chaque trait charmant.

C’est que tu m’aimes, ma petite,
Et que tu hais tous ces gens-là.
Quitte-moi ; — comme ils diront vite :
« Quel cœur et quel esprit elle a ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
LaliLali   08 octobre 2012
Diamant du cœur

Tout amoureux, de sa maîtresse,
Sur son cœur ou dans son tiroir,
Possède un gage qu’il caresse
Aux jours de regret ou d’espoir.

L’un d’une chevelure noire,
Par un sourire encouragé,
A pris une boucle que moire
Un reflet bleu d’aile de geai.

L’autre a, sur un cou blanc qui ploie,
Coupé par derrière un flocon
Retors et fin comme la soie
Que l’on dévide du cocon.

Un troisième, au fond d’une boîte,
Reliquaire du souvenir,
Cache un gant blanc, de forme étroite,
Où nulle main ne peut tenir.

Cet autre, pour s’en faire un charme,
Dans un sachet, d’un chiffre orné,
Coud des violettes de Parme,
Frais cadeau qu’on reprend fané.

Celui-ci baise la pantoufle
Que Cendrillon perdit un soir;
Et celui-ci conserve un souffle
Dans la barbe d’un masque noir.

Moi, je n’ai ni boucle lustrée,
Ni gant, ni bouquet, ni soulier,
Mais je garde, empreinte adorée
Une larme sur un papier :

Pure rosée, unique goutte,
D’un ciel d’azur tombée un jour,
Joyau sans prix, perle dissoute
Dans la coupe de mon amour!

Et, pour moi, cette obscure tache
Reluit comme un écrin d’Ophyr,
Et du vélin bleu se détache,
Diamant éclos d’un saphir.

Cette larme, qui fait ma joie,
Roula, trésor inespéré,
Sur un de mes vers qu’elle noie,
D’un œil qui n’a jamais pleuré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mandarine43mandarine43   29 février 2012
A une robe rose.

Que tu me plais dans cette robe
Qui te déshabille si bien,
Faisant jaillir ta gorge en globe,
Montrant tout nu ton bras païen !

Frêle comme une aile d'abeille,
Frais comme un cœur de rose-thé,
Son tissu, caresse vermeille,
Voltige autour de ta beauté.

De l'épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l'étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.

D'où te vient cette robe étrange
Qui semble faite de ta chair,
Trame vivante qui mélange
Avec ta peau son rose clair ?

Est-ce à la rougeur de l'aurore,
A la coquille de Vénus,
Au bouton de sein près d'éclore,
Que sont pris ces tons inconnus ?

Ou bien l'étoffe est-elle teinte
Dans les roses de ta pudeur ?
Non ; vingt fois modelée et peinte,
Ta forme connaît sa splendeur.

Jetant le voile qui te pèse,
Réalité que l'art rêva,
Comme la princesse Borghèse
Tu poserais pour Canova.

Et ces plis roses sont les lèvres
De mes désirs inapaisés,
Mettant au corps dont tu les sèvres
Une tunique de baisers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Théophile Gautier (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théophile Gautier
Théophile GAUTIER – Portait de l’homme en « poète impeccable » (France Culture, 1972) Une compilation des émissions « Tels qu’eux-mêmes », par Philippe Soupault et Jacques Fayet, diffusées les 4 et 11 mars 1972.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le pied de momie

Le narrateur de la nouvelle est :

un parisien
un marchand
un prince

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thème : Le pied de momie et autres récits fantastiques de Théophile GautierCréer un quiz sur ce livre