AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005R8RBNO
Éditeur : (30/09/2011)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Peut-on être prêtre et amoureux ? Peut-on aimer la nuit et prêcher le jour? Questions bien embarrassantes... Surtout quand les réponses s'avèrent positives...

Ajoutez-y une pincée de fantôme. Secouez. Et vous voici dans une mystérieuse histoire d'amour! Mais rassurez-vous, il ne s'agit que d'un rêve... et d'ailleurs, Clarimonde, la belle courtisane, est morte depuis si longtemps...

Mais au fait, que vient-elle faire dans ce présent ? P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  31 mai 2016
Une fantastique très complexe comme l'est aussi toutes les affaires qui touchent à Dieu, des choses qu'on arrive toujours pas à expliquer, surtout l'acteur en soit un membre défenseur d'une religion, en ce qui nous concerne ici, c'est un beau et grand prêtre, l'homme, engagé dans une vie de chasteté à vie, et la sauce prend dans cette histoire quand Dieu et Satan décident de torturer l'âme de notre très cher prêtre nommé Romuald, sinon comment comprendre qu'une morte ait choisit un homme pour en être amoureuse qu'un prête, et que celui-ci s'affaiblisse dans sa chasteté en déclarant sa passion pour une morte, c'est une guerre des ténèbres, une lutte purement spirituel, et l'auteur de nous présenter l'histoire dans toute sa complexité...en tout cas, c'est beau à lire!
Commenter  J’apprécie          280
aouatef79
  25 novembre 2017
le jour de son ordination , le jeune Romuald qui allait
prononcer le voeu de se consacrer entièrement à la vie
sacerdotale , voit pour la première fois de sa vie , debout
dans la salle , une très belle femme qui le fixait de façon
étrange et lui disait de ne pas prononcer le voeu .Est-ce une hallucination visuelle et sonore ?
Romuald a prononcé le voeu mais depuis ce jour fatal ,il ne connaîtra plus la paix de l' âme car il est obsédée par cette femme , Clarimonde de son nom .
" J' ai été pendant plus de trois ans le jouet d' une illusion
singulière et diabolique " . Romuald affirmait encore :" Mon existence s' était compliquée d' une existence nocturne entièrement différente ". Romuald qui vit écartelé entre une vie de prêtre et d' amoureux d' un vampire . Quel dilemme !
Théophile Gautier narre un récit qui n' est pas facile à
décrypter car il y introduit la religion et ce qui est profane .
Histoire à lire et se faire une opinion à soi .
Commenter  J’apprécie          190
MissSherlock
  15 août 2018
Dans cette courte nouvelle, Théophile Gautier nous propose une version du vampire touchante et romantique. Il s'agit d'ailleurs davantage d'une histoire d'amour teintée de fantastique que d'une nouvelle horrifique.
Ce texte est très agréable à lire car il est fort bien écrit, concis et facile d'accès même pour les plus réfractaires au genre. Et Romuald et Clarimonde forment un couple émouvant car leur histoire d'amour est impossible (je suis une grande romantique ;-) ).
Le texte a cependant vieilli sur un point : sa vision extrêmement misogyne des femmes et de leur sexualité. Théophile Gautier charge la mule : les femmes sont des démons qui font perdre la tête aux hommes et les écartent du droit chemin, les transformant en brebis égarés.
« Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité. »
Autre époque...

CHALLENGE LE TOUR DU SCRABBLE EN 80 JOURS
Commenter  J’apprécie          160
Parthenia
  24 juillet 2013
L'histoire commence avec le narrateur, Romuald, un prêtre âgé de 60 ans, qui raconte à l'un de ses coreligionnaires l'étrange aventure qui lui est survenue lors de sa jeunesse.
Le jour de son ordination, il aperçoit dans l'église une belle jeune femme pour laquelle il éprouve une profonde fascination. Il entend sa voix lui promettre l'amour et un bonheur paradisiaque à la condition qu'il renonce à prononcer ses voeux. La cérémonie se termine avant qu'il ne réagisse favorablement à cette invitation.
A la sortie de l' église, une main froide l'agrippe et il entend la femme lui murmurer :"Malheureux ! malheureux ! qu'as-tu fait ?" (page 20)
Quand il se retourne, elle a disparu.
Cette nouvelle est l'occasion pour Théophile Gautier de nous délivrer une histoire jouant sur l'ambiguité : le narrateur n'est jamais sûr si les événements surnaturels dont il est témoin appartiennent au rêve ou à la réalité.
Dès le début dans l'église, Romuald est confus : "J'étais, tout éveillé, dans un état pareil à celui du cauchemar, où l'on veut crier un mot dont votre vie dépend, sans en pouvoir venir à bout." (page 17/18)
Clarimonde lui apparaît à un tournant de sa vie telle une sublime tentatrice et il ne sait démêler la nature exacte de son être : "Cette femme était un ange ou un démon, et peut-être tous les deux; elle ne sortait certainement pas du flanc d'Eve, la mère commune." (page 14)
De retour au séminaire, les pensées de Romuald sont obsédées par cette femme dont il ne connaît que le prénom : Clarimonde et qu'il rêve de rejoindre.
Puis il est nommé à la cure de C***. Sur le chemin de cette paroisse, en se retournant pour contempler une dernière fois la ville, il aperçoit sur la terrasse du plus haut palais Clarimonde "encore enveloppée de ses voiles de nuit" (page 31) dans la lumière dorée et vaporeuse de l'aube . Encore une fois, Romuald se sent confus : "en ce moment, je ne sais encore si c'est une réalité ou une illusion" (page 30).
Toujours est-il qu'arrivé à destination, il continue à être obsédé par cette femme.
Une nuit, un homme mystérieux vient le chercher pour le conduire à sa maîtresse mourante qui réclame les derniers sacrements.
Gautier arrive à merveille à créer une ambiance angoissante tout le long que dure la chevauchée des deux hommes.Le lecteur devine que la mourante en question n'est autre que Clarimonde.
Or, Romuald arrive trop tard : elle est déjà morte mais conserve l'aspect d'une jeune fille endormie.
L'esprit de Romuald se met alors à osciller entre la perception que Clarimonde est morte et l'espoir inconscient qu'elle soit toujours en vie. Il la ramène à la vie d'un baiser.
Quand il se réveille, il est dans son lit, et sa gouvernante Barbara lui apprend qu'il a été fiévreux durant 3 jours. A-t-il rêvé la scène de la veillée funèbre ?
Suite à sa maladie, il reçoit la visite de l'abbé Sérapion, son ancien mentor, qui lui révèle la nature exacte de la courtisane Clarimonde "... tous ses amants ont fini d'une manière misérable ou violente. On a dit que c'était une goule, un vampire femelle; mais je crois que c'était Belzébuth en personne. (...) La pierre de Clarimonde devrait être scellée d'un triple sceau; car ce n'est pas, à ce qu'on dit, la première fois qu'elle est morte." (page 49)
Clarimonde est-elle réellement un vampire ? ou la victime des préjugés de l'Eglise catholique qui considère la femme comme un être corrompu et charnel, comme une tentatrice diabolique ?
A partir de ce moment, Clarimonde lui apparaît chaque nuit. Elle l'entraîne à Venise pour une vie de plaisirs et de débauches. Comme Romuald l'aperçoit toujours au sortir du sommeil, le lecteur se demande si c'est un rêve ou la réalité.
Toujours est-il que Romuald se met à mener une double vie : le jour, prêtre qui mortifie sa chair des débauches qu'il vit la nuit en temps que gentilhomme jusqu'à ce que...
Je ne vous dévoilerai pas le dénouement mais vous invite seulement à suivre Romuald et l'abbé Sérapion jusqu'à la pierre tombale de Clarimonde, et je laisse le mot de la fin au vieil homme qu'est devenu Romuald : "Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité."
Pour conclure, une nouvelle très agréable à lire, même si les vampires n'ont plus de nos jours la fraîcheur de la nouveauté ou de l'originalité. Mais la langue de Gautier est d'une très grande qualité littéraire qui dépeint merveilleusement et poétiquement cette atmosphère mystérieuse. On sent que l'auteur a pratiqué la peinture car certaines scènes sont très visuelles et ressemblent à un tableau...
Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
idevrieze
  17 octobre 2012
Une version un peu plus romantique du vampire
Alors, vous vous souvenez que je vous ai parlé de la Dame Pâle d'Alexandre Dumas qui avait enfin de compte deux connotations : la religion et les obligations sociales. Ici, on retrouvera les mêmes thèmes MAIS avec une sensibilité très différente. Car ces deux auteurs appréhendent l'écriture de deux manières différentes. Pour Théophile Gautier, on aura enfin de compte plus de romantisme. Alors qu'avons-nous là ? Un prêtre qui va se faire ordonner. Ce qu'il signifie qu'il passera une vie d'obligations, dans l'abnégation totale de soi. Il ne sera plus maître de sa maison, de ses amours, de son emploi du temps puisqu'il entre au service de Dieu. Pourtant, le jour de son ordination, une femme vient le tenter (la canaille). Cette femme représente, vous vous en doutez bien, la tentation, la sensualité, le fruit défendu, ce qu'il abandonne pour Dieu. Tout ça. Evidemment, Romuald refuse ces avances. Malheureusement pour cette femme, elle meurt, se transforme en vampire et revient hanter notre cher Romuald.
Ainsi, lorsque le prêtre rejoint cette femme, il devient un autre homme. En effet, il devient ce qu'il aurait pu être sans être prêtre, une somme de plaisirs et de volontés propre. Nous n'avons plus affaire à l'animal social représenté par la prêtrise mais à l'individu propre. (on retrouve cette analogie dans la Métamorphose de Kafka si cela vous intéresse d'ailleurs.) Ainsi, en acceptant d'aimer cette femme, il se libère de son carcan social pour être libre. Mais un individu ne peut vivre que pour lui-même aussi il garde la personnalité du prêtre qui se repend à sa place et qui combattra la vampire.
Il y a toutefois toujours cette connotation religieuse
Bien entendu ! La femme ici représente bien la tentation diabolique pour Romuald. Et ce qui la rend si terrible est qu'elle n'est pas méchante. On sent chez elle des regrets et une certaine torture lorsqu'elle doit boire le sang de Romuald. C'est lui qui la garde en vie. Et lorsqu'il cesse de l'aimer (en la découvrant dans son cercueil), elle en meurt, en lui reprochant d'ailleurs de se soumettre à ses obligations sociales.
Cette nouvelle a dû beaucoup faire parler d'elle ou du moins a dû permettre à beaucoup de personnes de s'identifier à l'époque. En effet, il ne faut pas oublier qu'avant, les personnes, surtout d'un certain rang étaient complètement étouffées par leurs obligations sociales. Et je ne parle pas seulement des prêtres mais de la totalité des personnes. Elles ne choisissaient pas leur métier, leur rang, leurs maris ou leurs épouses. Ici, le vampire incarne quelque part le choix personnel défendu. Celui qui ne sera pas admis par la Société. Et ce choix tente beaucoup évidemment (car l'on rêve tous de vivre selon ses choix propres).
Ainsi, il devient un conte initiatique. Car Romuald a toujours vécu dans la Foi. Il ne s'est jamais écarté du chemin sauf en détournant une fois le regard (qui est tombé sur la jeune dame). En ne faisant pas ses devoirs, il s'écarte de son chemin (la prêtrise), damne l'âme aimée (la vampire) et est condamné à rester pour raconter son histoire (puisqu'il nous la conte). Nous ne saurons donc pas s'il sera pardonné à son tour. Mais avec son erreur, il enseigne aux plus jeunes qu'il ne faut pas rêver à une vie personnelle mais rester fixé sur ses devoirs.
Intéressant non ?

Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
PartheniaParthenia   24 juillet 2013
La nuit s'avançait, et, sentant approcher le moment de la séparation éternelle, je ne pus me refuser cette triste et suprême douceur de déposer un baiser sur les lèvres mortes de celle qui avait eu tout mon amour. Ô prodige ! un léger souffle se mêla à mon souffle, et la bouche de Clarimonde répondit à la pression de la mienne : ses yeux s'ouvrirent et reprirent un peu d'éclat, elle fit un soupir, et, décroisant ses bras, elle les passa derrière mon cou avec un air de ravissement inneffable. «Ah ! c'est toi, Romuald, dit-elle d'une voix languissante et douce comme les dernières vibration d'une harpe; que fais-tu donc ? Je t'ai attendu si longtemps, que je suis morte; mais maintenant que nous sommes fiancés, je pourrai te voir et aller chez toi. Adieu, Romuald, adieu ! je t'aime, c'est tout ce que je voulais te dire, et je te rends la vie que tu as rappelée sur moi une minute avec ton baiser; à bientôt.»
Sa tête retomba en arrière, mais elle m'entourait toujours de ses bras comme pour me retenir. Un tourbillon de vent furieux défonça la fenêtre et entra dans la chambre; la dernière feuille de la rose blanche palpita quelque temps comme une aile au bout de la tige, puis elle se détacha et s'envola par la croisée ouverte, emportant avec elle l'âme de Clarimonde. La lampe s'étaeignit et je tombai évanoui sur le sein de la belle morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PiertyMPiertyM   04 octobre 2013
Le jour, j’étais un prêtre du Seigneur, chaste, occupé de la prière et des choses saintes ; la nuit, dès que j’avais fermé les yeux, je devenais un jeune seigneur, fin connaisseur en femmes, en chiens et en chevaux, jouant aux dés, buvant et blasphémant ; et lorsqu’au lever de l’aube je me réveillais, il me semblait au contraire que je m’endormais et que je rêvais que j’étais prêtre.
Commenter  J’apprécie          70
aouatef79aouatef79   26 novembre 2017
On eût dit une statue d' albâtre faite par quelque sculpteur habile pour
mettre sur son tombeau de reine , ou encore une jeune fille endormie sur qui il aurait neigé .
Commenter  J’apprécie          120
SamskaliSamskali   25 septembre 2013
Oui, j'ai aimé comme personne au monde n'a aimé, d'un amour insensé et furieux, si violent que je suis étonné qu'il n'ait pas fait éclater mon coeur.


Commenter  J’apprécie          100
PiertyMPiertyM   31 mai 2016
L’épreuve est nécessaire à la vertu et l’or sort plus fin de la coupelle.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Théophile Gautier (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théophile Gautier
Le poète et critique littéraire Théophile Gautier a lui aussi rendu hommage à Notre-Dame en son temps. C'était en 1838, avec l?un de ses plus beaux et plus longs poèmes. Plus de 150 vers qui célèbrent la grandeur de ce lieu qu'est la cathédrale de Notre-Dame de Paris.
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La morte amoureuse

Quel est le prénom du personnage principal ?

Gerard
Job
Christophe
Jaques

10 questions
130 lecteurs ont répondu
Thème : La morte amoureuse de Théophile GautierCréer un quiz sur ce livre