AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290336779
157 pages
Librio (01/06/2003)
3.58/5   683 notes
Résumé :
Dans la lignée d'Une nuit de Cléopâtre, Théophile Gautier a composé Le Roman de la Momie comme une rêverie orientaliste, mais fondée sur une solide documentation. Il s'est en particulier beaucoup inspiré du savant ouvrage d'Ernest Feydeau, Histoire des usages funèbres et des sépultures des peuples anciens (1858).

Le Roman de la Momie parut d'abord en feuilleton dans le Moniteur universel, du 11 mars au 16 mai 1857, puis chez Hachette en 1858.
<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 683 notes

soleil23
  01 juin 2012
Je viens de lire une critique negative de ce livre sur un blog dedie a la lecture. La lectrice disait ne pas avoir aime les details trop longs et qui s'etalaient sur des pages et des pages. J'avoue que j'ai sursaute a cet avis trop injuste envers un roman magnifique. Comment trop ? Alors que, justement, ce sont les descriptions minutieuses qui font le charme de ce roman.
Et puis comment parler de l'Egypte ancienne, celle des pharaons au faste sans pareil, celle des palais joyaux de l'architecture, des pyramides, des chambres aux tresors infinis. Comment ecrire toute cette beaute sans passer par les descriptions.
Comment exciter l'imagination des lecteurs sans decrire les couleurs, les formes et les senteurs de la vie quotidienne en ce temps la.
En fait, les details dans ce genre de litterature deviennent plus qu'indispensables : vitales au recit.
Sinon a quoi ressemblerait Nefertiti sans le tableau de mots peint par les ecrivains decrivant son nez, sa bouche, ses yeux....
Et finalement, le detail est au reve ce que le printemps est a la nature, il l'a reveille, fait eclater ses couleurs et accentue la beaute des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          752
berni_29
  24 décembre 2021
Les premières pages de ce livre nous plongent en plein milieu du XIXème siècle à quelques encablures du Nil, dans la vallée de Biban-el-Molouk. Un jeune aristocrate anglais, Lord Evandale et un égyptologue allemand, le docteur Rumphius, y découvrent, grâce à l'aide d'un escroc grec dénommé Argyropoulos, une tombe inviolée. Depuis plus de trente-cinq siècles, nul n'a foulé le sol de la chambre funéraire dans laquelle repose le sarcophage d'un pharaon. Mais quand on ouvre le lourd couvercle de basalte noir, les trois hommes trouvent, à leur grande stupéfaction, la momie parfaitement conservée d'une jeune femme d'une magnifique beauté appelée Tahoser. Un mystérieux papyrus est enfoui près de la momie, que le docteur Rumphius va déchiffrer, révélant les secrets de l'histoire de cette jeune femme. C'est ainsi que commence le Roman de la momie...
Le roman de la momie , c'est l'histoire d'un triangle amoureux sous l'Égypte ancienne, une histoire d'amour impossible.
Nous sommes à Thèbes. Tahoser, jeune égyptienne de seize ans, fille du grand prêtre Petamounoph, vit dans un palais doré. Elle est riche.
Elle aime secrètement Poërie, intendant des biens de la couronne. Mais il est Hébreu, ce qui rend toute liaison amoureuse impossible, d'ailleurs il est indifférent aux sentiments de la jeune Égyptienne et en aime une autre, Ra'hel, dont l'amour lui est réciproque.
La beauté de Tahoser est extraordinaire, elle ne laisse aucun homme indifférent, suscite les convoitises et les désirs, à commencer par le Pharaon. En effet, tandis que la jeune femme imagine un stratagème pour s'approcher du jeune Hébreu, Ahmosis, le Pharaon tout puissant qui domine l'Égypte, tombe amoureux d'elle au moment où il revient vainqueur d'une expédition. Mais être désiré par l'homme le plus puissant de toutes les nations est un privilège qui peut s'avérer fort fâcheux si l'on repousse ses avances...
Voilà pour l'intrigue amoureuse ! Cela dit, cette intrigue révèle au lecteur peu de surprises.
Le récit vaut davantage pour la richesse des descriptions avec un soin du détail qui permet à notre imagination de nous enrouler dans un tourbillon envoûtant de couleurs et de parfums enivrants.
Théophile Gautier s'est fait ici autant peintre que conteur.
Cette peinture m'a évoqué la lecture de salammbô, roman de Gustave Flaubert, dont la description de Carthage était tout aussi flamboyante.
Nous voici plongés dès les premières pages dans la féérie d'un conte oriental empli d'enchantements et de sortilèges. le Roman de la momie, aux accents fantastiques, c'est un récit digne d'un conte des mille et une nuits.
Le Roman de la momie, c'est un péplum haut en couleurs, romantique et sensuel à souhait. Évoquant les splendeurs de l'Égypte ancienne, Théophile Gautier y célèbre un idéal de la beauté, paradis des parnassiens qui lui était cher. Et puis, il a fait de ce personnage fabuleux qu'est Tahoser, une jeune femme furieusement moderne pour l'époque où ce récit fut écrit, souhaitant être maître de son destin, décidant par elle-même qui elle veut aimer, quitte à décevoir et attirer les foudres du puissant Pharaon.
Ici le mouvement d'une barque poussée d'une rive du fleuve à l'autre préfigure autant le voyage de l'amour que celui de la mort.
Déroulant les pages de ce conte teinté d'exotisme, j'ai retrouvé dans cette lecture mon âme d'enfant, celui qui croyait aux rêves échevelés des contes anciens, poussant à mon tour une barque secrète et m'y glissant comme on se glisse dans un songe merveilleux, devenant visible aux yeux des seuls personnages que je retrouvais sur l'autre berge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6212
Eric76
  16 juillet 2016
Les caprices d'un lord anglais revenu de tout ont parfois du bon, surtout quand ils permettent d'exhumer du néant une histoire d'amour vieille de 3000 ans. Un amour impossible. Une histoire intemporelle. Un coeur brisé par l'indifférence ou l'incompréhension de l'être tant aimé. Un sentiment si fort, si exclusif qu'il fait prendre des risques inconsidérés. Et au bout du chemin, une tristesse insondable, la désillusion, l'amertume de l'échec et du rejet…
Cette histoire d'amour impossible se déroule au temps lointain de l'Egypte des pharaons. Elle est racontée sur un rouleau de papyrus jauni par le temps, coincée sous le bras d'une momie de femme. Une momie si admirablement conservée, si belle, si coquette que notre lord anglais n'eut aucune difficulté à l'imaginer vivante. Il tomba d'ailleurs éperdument amoureux de celle qui se nommait Tahoser.
Fille d'un grand prêtre d'Egypte, Tahoser est riche. Son extraordinaire beauté en fait l'objet de bien des convoitises, de bien des désirs. Tous les hommes sont à ses pieds, sauf le jeune Poëri, dont elle est précisément secrètement amoureuse. Mais Poëri est un hébreu. Outre cette croyance incongrue envers un Dieu unique, il a, comme tous les Hébreux vivant en terre d'Egypte, un statut de quasi-esclave. Et pour corser le tout, il est promis à une autre… Mais Tahoser au coeur ardent et au caractère entier ne s'arrête pas pour si peu, et commet mille folies pour attirer l'attention du jeune chanceux (qui manifestement n'en a pas du tout conscience) et se rapprocher de lui. Toute occupée à ses frivolités, elle ne voit pas que Pharaon vient de jeter son dévolu sur elle. Pharaon ! Dieu sur terre. Celui-là même qui fait courber l'échine à tous les vivants et à toutes les nations du monde connu. Quelqu'un à prendre très au sérieux, même pour la volcanique Tahoser qui peut difficilement lui dire d'aller se faire voir… Bref ! Elle se retrouve coincée entre le bellâtre insignifiant, la promise qui roucoule, et Pharaon au caractère chatouilleux. L'embrouille est totale. Alors quand Moshé (Moise) décide de mettre dans l'histoire déjà bien confuse son petit grain de sel !!!!
Laissez Théophile Gautier vous embarquer dans ce conte flamboyant des mille et une nuits… Entrez dans la cité de Thèbes la munificente, l'odorante, la colorée, la lumineuse. Laissez-le aussi vous guider vers ses zones d'ombre où vous trouverez bassesse, magie, aigreur, et ressentiment.
Je crois qu'on apprécie ce livre, et notamment ses longues descriptions d'un monde presque enchanté, si on prend tout son temps pour le lire. J'ai toujours eu le dico à portée de la main. D'abord parce qu'en matière de civilisation égyptienne, je n'y comprends goutte, ensuite parce que l'érudition de Théophile Gautier m'a rendu au fil des pages quelque peu modeste.
Challenge XIXème siècle

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
Gwen21
  17 octobre 2012
Contrairement à ce que son titre pourrait légitimement laisser croire, le "Roman de la momie" n'est pas un roman. C'est un récit qu'il faut rapprocher du conte et plus particulièrement du conte oriental. Tout y est : le voyage dans un pays enchanté comme est l'Egypte Ancienne décrite ici avec brio par Théophile Gautier, les personnages au caractère entier et passionné, à la limite du manichéisme, la magie, la vieille servante qui s'apparente à une sorcière hideuse, le couple d'amants dont l'amour est voué au désespoir, une femme aimé de trop (oui, quand il y a deux femmes pour un même homme, il y en a toujours une de trop!), les serviteurs dévoués, les sortilèges et les dieux. Bref, Théophile Gautier propose à la curiosité d'un lecteur à l'imagination fertile un conte de mille et une nuits sous le ciel étoilé de l'ancienne Thèbes, à l'époque glorieuse des Pharaons qui dominaient le monde connu.
Alors oui, c'est vrai, je l'accorde à certains lecteurs qui se laissent facilement rebuter dès qu'une description dépasse la longueur d'une phrase, le récit est très descriptif mais j'ajoute que c'est ce perfectionnisme dans la narration qui permet de compenser une intrigue assez peu prégnante qui réserve assez peu de surprises ; c'est ce souci du détail qui permet de véritablement plonger le lecteur dans un dépaysement total, le transportant véritablement dans l'Egypte des anciens millénaires.
Je reviens à mon fil rouge : le conte. Comme dans un conte, le lecteur trouvera plusieurs incohérences qui lui feront lever le sourcil lorsqu'il s'avérera que les explorateurs anglais venus déterrer de la momie trouveront on-ne-peut-plus facilement une tombe inviolée à exhumer, lorsqu'une humble servante juive sale, vieille et réduite en esclavage se hissera auprès de Pharaon dans son char royal, lorsque Tahoser, notre héroïne, traversera nuitamment le Nil à la nage faisant fi des crocodiles et que les rues de Thèbes, la plus grande ville orientale de l'époque, resteront désespérément vides... de même le lecteur attentif pourra s'étonner qu'un rouleau de parchemin trouvé dans une sépulture puisse, retranscrit en latin, correspondre à ce récit dont la prose est clairement inspirée du style littéraire français du XIXème siècle.
Mais laissez là tous ces éléments sans importance, fermez juste les yeux (pas facile de lire les yeux fermés, je sais) et laissez-vous transporter dans un monde à la fois féerique et cruel où les princesses aiment avec tant de passion qu'elles abandonnent le luxe pour se faire servante, où les rois sont si épris que leur rage devient leur ruine et que l'histoire est si bien écrite que, vous, lecteur, succomberez à son sortilège envoûtant.

Challenge ABC 2012 - 2013
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
dedanso
  25 juin 2019
De Théophile Gautier, je n'avais lu jusqu'à présent que ses oeuvres fantastiques et, tout bêtement, je pensais retrouver le même genre littéraire en lisant le Roman de la Momie. Or, pour moi, ce n'est clairement pas le cas même si une étiquette "fantastique" figure bien sur sa fiche Babelio.
Le Roman de la Momie s'apparente plutôt au récit historique. Car même si une intrigue amoureuse s'installe autour du personnage de Tahoser (la superbe momie), c'est bien l'Égypte ancienne, avec ses moeurs, ses rites, son architecture..., qui est au coeur du récit.
Apparemment, Théophile Gautier n'avait pas mis un pied en Égypte au moment de la rédaction de son roman. Je ne l'aurais jamais cru si la source n'était pas fiable car il réussit à nous immerger totalement au coeur de l'Égypte pharaonienne. Le vocabulaire très riche et imagé ainsi que les nombreuses descriptions détaillées qui parcourent le roman transportent le lecteur vite et bien ! On apprend beaucoup sur la vie quotidienne à cette époque, et pas seulement sur les rites funéraires. C'est ce que j'ai le plus apprécié.
Le dénouement est des plus surprenants. Jamais je n'aurais imaginé ce genre de fin en ouvrant le Roman de la Momie ! Agréable surprise...
Après tous ces éloges, j'ai tout de même un reproche à faire à ce roman, qui est aussi celui de sa qualité (dans toute chose, il faut de la mesure) : les descriptions sont beaucoup trop répétitives.
Attention, j'aime les passages descriptifs même s'ils sont longs (j'adore ceux de Zola par exemple). Ici, ce ne sont pas les descriptions en elles-mêmes qui ont fini par me rebuter (elles sont très belles), mais le fait que ce soit toujours les mêmes choses qui soient décrites (notamment les tenues vestimentaires, à chaque nouveau personnage, même les très secondaires).
Le Roman de la Momie me laissera donc un goût plus mitigé que les oeuvres fantastiques de Théophile Gautier, qui m'a toutefois encore prouvé que sa plume était excellente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   12 juillet 2016
- Peut-être, répondit Lord Evandale tout pensif, notre civilisation, que nous croyons culminante, n'est-elle qu'une décadence profonde, n'ayant plus même le souvenir historique des gigantesques sociétés disparues. Nous sommes stupidement fiers de quelques ingénieux mécanismes récemment inventés, et nous ne pensons pas aux colossales splendeurs, aux énormités irréalisables pour tout autre peuple de l'antique terre des Pharaons. Nous avons la vapeur : mais la vapeur est moins forte que la pensée qui élevait les pyramides, creusait les hypogées, taillait les montagnes en sphinx, en obélisques, couvrait les salles d'un seul bloc que tous nos engins ne sauraient remuer, ciselait des chapelles monolithes et savait défendre contre le néant la fragile dépouille humaine, tant elle avait le sens de l'éternité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Eric76Eric76   10 juillet 2016
De chaque côté s'élevaient en pentes escarpées des masses énormes de roches calcaires, rugueuses, lépreuses, effritées, fendillées, pulvérulentes, en pleine décomposition sous l'implacable soleil. Ces roches ressemblaient à des ossements de morts calcinés au bûcher, bâillaient l'ennui de l'éternité par leurs lézardes profondes, et imploraient par leurs mille gerçures la goutte d'eau qui ne tombe jamais. Leurs parois montaient presque verticalement à une grande hauteur et déchiraient leurs crêtes irrégulières d'un blanc grisâtre sur un fond de ciel indigo presque noir, comme les créneaux ébréchés d'une gigantesque forteresse en ruine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
cmpfcmpf   12 avril 2015
Je vous révélerai une tombe qui jusqu’ici a échappé aux investigations des chercheurs, et que nul ne connaît hors moi ; c’est un trésor que j’ai précieusement gardé pour quelqu’un qui en fût digne.
– Et à qui vous le ferez payer fort cher, dit le lord en souriant.
– Ma franchise m’empêche de contredire Votre Seigneurie : j’espère retirer un bon prix de ma découverte ; chacun vit, en ce monde, de sa petite industrie : je déterre des Pharaons, et je les vends aux étrangers. Le Pharaon se fait rare, au train dont on y va ; il n’y en a pas pour tout le monde. L’article est demandé, et l’on n’en fabrique plus depuis longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Eric76Eric76   14 juillet 2016
Cette vieille hideuse, s'accrochant de ses doigts osseux au rebord du char, à côté de ce Pharaon de stature colossale et semblable à un dieu, formait un étrange spectacle qui, heureusement, n'avait pour témoin que les étoiles scintillant dans le bleu noir du ciel ; placée ainsi, elle ressemblait à un de ces mauvais génies à configuration monstrueuse qui accompagnent les âmes coupables aux enfers. Les passions rapprochent ceux qui ne devraient jamais se rencontrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
FreioFreio   27 février 2018
Notre civilisation, que nous croyons culminante, n'est elle qu'une décadence profonde, n'ayant plus même le souvenir historique des gigantesques sociétés disparues. Nous sommes stupidement fiers de quelques ingénieux mécanismes récemment inventés, et nous ne pensons pas aux colossales splendeurs, aux énormités irréalisables pour tout autre peuple de l'Antiquité terre des pharaons. Nous avons la vapeur ; mais la vapeur est moins forte que la pensée qui élevait des pyramides, creusait les hypogées, taillait les montagne en sphinx, en obélisques, couvrait des salles d'un seul bloc que tous nos engins ne sauraient remuer, ciselait des chapelles de monolithes et savait défendre contre le néant la fragile dépouille humaine, tant elle avait le sens de l'éternité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Théophile Gautier (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théophile Gautier
Poésie - Premier sourire de printemps - Théophile GAUTIER
autres livres classés : egypteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le pied de momie

Le narrateur de la nouvelle est :

un parisien
un marchand
un prince

10 questions
309 lecteurs ont répondu
Thème : Le pied de momie et autres récits fantastiques de Théophile GautierCréer un quiz sur ce livre