AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235249043X
Éditeur : la Lauze (28/02/2012)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Qu’y a-t-il en moi qui provoque ton mépris ? Quelle est cette faiblesse en moi qui t’éloigne ? J’ai peur de mes propres insuffisances qui pourraient déclencher tes excès. Qu’ai-je en moi de si laid qui autorise ta laideur ? Que tu es laid François quand tu me frappes.
L’abjection tord ton visage dans un rictus de vieillard à l’agonie... »
Dans un établissement psychiatrique de Dordogne, Anne-Sophie, amnésique et mutique, se bat contre ses fantômes. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Fifrildi
  02 septembre 2016
Je sais, j'ai un peu abusé sur les citations... mais quel livre! Je l'ai découvert tout à fait par hasard sur Google images alors que je cherchais un fond d'écran avec un violoncelle. Je ne l'ai pas trouvé sur Babelio... et puis je l'ai commandé directement chez l'éditeur.
C'est l'histoire d'Anne-Sophie. Sa famille l'a déposée dans un centre "La Chênaie". Elle est enfermée dans un profond mutisme depuis deux mois. Que lui est-t-il arrivé?
On sait tout de go à quoi s'en tenir dès la lecture de la préface : Anne-Sophie est une victime de la violence conjugale.
Ce qui m'a profondément touchée c'est la première partie, tout le processus pour la faire remonter à la surface à travers la musique et le violoncelle (elle est violoncelliste). Elle est entourée de Simon, de Carvalec (médecins) mais surtout de Myriam qui s'efforce de nouer un dialogue non-verbal quand il n'y a pas de dialogue possible.
Tous ces mots, toutes ces phrases m'ont transportées. C'était comme un rêve. Je pour ainsi pas cessé de trouver des phrases à noter, à retenir... un vrai florilège.
Dans la deuxième partie, on entre dans le concret. L'auteur raconte l'histoire d'Anne-Sophie et de François. Il ne lui trouve aucune excuse mais il explique comment il en est arrivé à "la tuer".
Ils se sont rencontrés le 9 novembre 1989 au pied du mur de Berlin où Rostropovitch a donné une représentation. Et là... je trouve une connexion avec un autre livre : le Maître et le Violoncelle qui se termine le même jour, au même endroit. J'adore ce genre de coïncidences.
Bref... un roman bouleversant.
On y retrouve aussi Bach et le 3ème prélude des 6 suites pour violoncelle seul, Kodaly et sa sonate pour violoncelle seul, op. 8 que je vous invite à écouter.
Je terminerai sur cette citation :
"Elle joue pour honorer Bach, célébrer Dvorak, séduire Brahms, converser avec Britten, se perdre avec Dutilleux. Elle distille sa joie à ceux qui traînent leur peine sur les cailloux des allées, invite à la gravité les insouciants qui ont perdu le sens de la densité des choses."

Lien : https://www.babelio.com/list..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7414
martine24d
  28 juillet 2018
Un roman passionnant, bouleversant, humain.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
FifrildiFifrildi   02 septembre 2016
J'ai beaucoup travaillé la sonate de Kodaly. je commence à la sentir au bout de mes doigts. Je sais l'interpréter. J'ai déjoué tous les pièges. Maintenant, il faut que je la fasse vibrer de son souffle à elle. Trouver l'esprit qui la hante. Pour le docteur et le parfum de sa femme. C'est cela qu'il veut entendre. L'âme parfumée de la sonate.
Commenter  J’apprécie          120
FifrildiFifrildi   29 août 2016
J'ai suivi avec espoir et inquiétude chaque geste de Myriam tentant d'apprivoiser sa maladie jusqu'au moment où un violoncelle fut déposé dans sa chambre. Il y avait là une clé qu'elle a patiemment utilisée, jusqu'à créer la tendresse et entrouvrir une porte.
(extrait de la préface)
Commenter  J’apprécie          110
FifrildiFifrildi   02 septembre 2016
- C'était un des morceaux préférés de ma femme. Elle est morte. Comme vous, elle était musicienne et jouait du violoncelle... dans un orchestre symphonique. D'elle il ne me reste que des souvenirs, des parfums de musique, comme ceux qui embaument votre chambre quand vous jouez.

(Référence à la Sonate pour violoncelle seul, op. 8 de Zoltán Kodály)
Commenter  J’apprécie          70
FifrildiFifrildi   02 septembre 2016
Je hurlais des saletés. Tu étais une ordure, un salaud, une merde. J'éructais des mots obscènes parce que je les pensais, parce qu'ils te correspondaient, parce que mon ventre les vomissait naturellement. Mon visage devait être maquillé de ta laideur. Je me suis épuisée en vain. Je me suis trouvée laide et sale, après. Je n'ai plus eu envie d'être sale ainsi, après. J'ai renoncé. J'ignore pourquoi je m'habitue à l'infortune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
FifrildiFifrildi   02 septembre 2016
Un corps respire avec la musique, un corps respire la musique, s'en gave et la crache, se vide avec elle de toute la beauté qu'elle contient, un corps exulte et meurt, dans une fusion gourmande avec la voix du violoncelle.
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre