AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290340782
Éditeur : J'ai Lu (01/12/2003)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 4045 notes)
Résumé :
À soixante-cinq ans, il est à l'âge des bilans. Elle en a moitié moins et rumine son chagrin. Celui d'avoir été plantée là avec ses deux filles par un mari volage parti pour une "femme moins usée."

A priori, Pierre et Chloé n'ont pas grand chose à partager. Il en décide pourtant autrement, emmenant sa belle-fille sur un coup de tête pour quelques jours à la campagne. Au fil d'un long dialogue, ils vont peu à peu se livrer.

Tombe alors l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (242) Voir plus Ajouter une critique
Macha_Loubrun
  09 juillet 2014
Une 145ème critique ? Certaines lectures laissent parfois de belles traces derrière elles et Je l'aimais tient une place singulière dans ma vie…Un jour, ma voisine que je connaissais à peine, reprit sans le savoir les mots de Chloé dans le roman. « Mais je ne voyais rien. Je n'ai rien vu venir, vous comprenez ? Comment peut-on être si aveugle ? Comment ? Sois j'étais totalement abrutie, soit j'avais totalement confiance. Ce qui revient au même manifestement. » Je ne savais même pas si elle aimait lire, mais je lui ai spontanément parlé de Je l'aimais en lui disant qu'il pourrait peut-être l'aider un peu. C'est ainsi qu'elle est devenue l'une de mes deux meilleures amies. Ce n'est pas rien.
Chloé s'est fait plaquée du jour au lendemain pour une autre, c'est forcément violent. Mais le temps de quelques jours ensemble dans une maison de campagne, Pierre, son beau-père, va l'exhorter à ne pas se laisser abimer par cette séparation mais à embrasser la vie à nouveau. Et surtout, il va l'amener à voir cette séparation sous un angle différent, sans complaisance. Anna Gavalda trouve les mots justes sur l'amour, le couple, les séparations, sans pathos inutile. Je l'aimais n'est pas un chef-d'oeuvre mais un livre attachant qui fait écho avec beaucoup de justesse et d'émotion à nos vies amoureuses. Lumineusement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          867
Melvane
  30 janvier 2013
Mon premier livre de Anna Gavalda. Tout le monde en parle, tout le monde adore ... Fallait que je tente. Un petit livre qui se lit en une heure voir deux, grand maximum. Je ne pensais pas y trouver quelque chose de « formidable ». Je voulais – à la base – me faire une idée sur la plume de l'écrivaine. Et qu'ai-je découvert en ouvrant ce petit livre ? ... J'y ai trouvé un secret. le secret d'un homme de 65 ans, qui nous conte son premier amour et ses conséquences, le bonheur qui en est né et le malheur de l'avoir perdu. C'est le secret « basique » de tout être humain. Un premier amour qui s'envole, mais il y a un autre secret dans ce livre, un secret qui révèle une logique accablante et qui effacerait des jours de souffrance pour une femme en pleine rupture, le coeur brisé. Un secret qui accélérerait la phase d'acceptation.
Extraits :
Ceux qui restent, on les plaint, on les console, mais ceux qui partent ? [...] le courage de ceux qui se regardent dans la glace un matin et articulent distinctement ces quelques mots pour eux seuls : « Ai-je droit à l'erreur ? » Juste ces quelques mots ... le courage de regarder sa vie en face, de n'y voir rien d'ajusté, rien d'harmonieux. le courage de tout casser, de tout saccager par ... par égoïsme ? Par pur égoïsme ? Mais non, pourtant ... Alors qu'est-ce ? Instinct de survie ? Lucidité?Peur de la mort ? [...] le courage de s'affronter. Au moins une fois dans sa vie. de s'affronter, soi. Soi-même. Soi seul. Enfin.
C'est vrai que j'ai du mal à me faire à l'idée du papa qui tente désespérément de faire valoir les principes de son fils, à tout plaquer pour une autre femme sans qu'on lui jette la pierre. Mais dans une séparation, y a t'il toujours qu'une seule victime ? Non, il y en a toujours deux. Il y a la courageuse qui tente en vain de sauver son couple monotone, en se voilant la face sur l'ennui de son quotidien et le courageux qui prend la décision de plaquer cette monotonie pour oser vivre sa vie. Deux contrastes mais deux vérités. C'est ce que Anna Gavalda tente de nous faire comprendre. Faut-il rester avec une personne pour le confort ainsi que les habitudes que nous offre la relation ? Ou au contraire, briser ces habitudes trop ennuyeuses pour se sentir vivre ? Je comprend que ce livre fasse polémique. Il y a deux visions de vie bien différentes et bien évidemment, on ne peut pas accepter les deux. C'est soit l'un, soit l'autre mais ce livre demande aussi à ce qu'on comprenne les actes de la personne qui décide de « briser » une vie de famille, du jour au lendemain. C'est là qu'entre en jeu l'ouverture d'esprit. Et je pense aussi que c'est la recette miracle pour que les chagrins ne s'éternisent pas. Comme on dit : accepter, c'est pardonner mais dans ce cas-ci, je dirai que accepter, c'est avancer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
bvb09
  17 mars 2012
Du bon Gavalda, assez court, bien troussé avec des dialogues pertinents. Les regrets d'une vie parleront à beaucoup, la souffrance d'une séparation à plus encore. Gavalda a un ton bien à elle. Elle sait installer une amosphère. Facile à lire mais force est de constater que j'ai l'impression d'avoir rencontré ses personnages parce que Gavalda réussi à les faire vivre.
Très agréable moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          662
migdal
  10 décembre 2017
Une panne SNCF et une voyageuse charitable avec qui nous nous avons échangé nos livres m'ont aiguillé vers « je l'aimais ». En découvrant que c'était une suite de dialogues j'ai eu la tentation de rendre ce « j'ai lu », ce qui aurait été, je le confesse, une regrettable erreur.
Car ce dialogue entre beau père et belle fille, entre ce « vieux con » et cette femme que son fils vient de remplacer par une autre est poignant et la conclusion est un témoignage d'autant plus émouvant que l'on devine l'auteur ayant vécu ce contexte.
Drame intemporel, comme l'amour et la haine, ce roman ne laissera aucun lecteur ou lectrice indemne. Un livre exceptionnel qui prouve qu'un long dialogue peut nous offrir une belle rencontre.
Commenter  J’apprécie          521
jeunejane
  08 août 2015
Chloé est quittée par Adrien. Elle a deux filles en bas âge, Lucie et Marion.
Pierre, le père d'Adrien l'emmène dans la maison de campagne familiale pour l'aider à prendre de la distance et faire le point.
Là, à 65 ans, il va confier sa vie personnelle à sa belle-fille et va lui révéler que quitter sa femme aurait peut-être fait de lui un autre homme ( c'est ce qu'on lit entre les lignes) et que ça aurait mieux valu pour ses enfants qui ont de toute façon jugé sa personnalité fermée et non sincère.
Les dialogues sont bien construits , profonds et amènent à réfléchir sur le bien fondé des couples qui durent alors que l'amour n'existe plus.
Je regrette cependant le peu de place laissé à Chloé dans l'expression d'elle-même.
Commenter  J’apprécie          470
Citations et extraits (347) Voir plus Ajouter une citation
LauraLiLauraLi   07 novembre 2018
— Pourquoi je suis un vieux con ?
— Parce que vous n’aimez personne. Vous ne vous laissez jamais aller. Vous n’êtes jamais là. Jamais au milieu de nous. Jamais dans nos conversations et nos bêtises, jamais dans notre médiocrité de banquet. Parce que vous n’êtes pas tendre, parce que vous vous taisez toujours et que votre mutisme ressemble à du dédain. Parce que...
— Stop, stop, ça ira, merci.
Commenter  J’apprécie          170
aouatef79aouatef79   08 novembre 2018
Prendre le large ,déployer ses ailes d'albatros et baiser sous d'autres latitudes .
Commenter  J’apprécie          40
CarosandCarosand   06 novembre 2018
- Quarante-deux ans... Qu'attend-on de la vie à quarante-deux ans ?
" Moi, rien. Je n'attendais rien. Je travaillais. Encore et encore et toujours. C'était ma tenue de camouflage, mon armure, mon alibi. Mon alibi pour ne pas vivre. Parce que je n'aimais pas tellement ça vivre.
Commenter  J’apprécie          70
aurel0801aurel0801   07 novembre 2018
Le bonheur était là et je l'avais laissé passer pour ne pas me compliquer l'existence.
Commenter  J’apprécie          60
aouatef79aouatef79   05 novembre 2018
Le piège c'est de penser qu'on a le droit d' être heureux .
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Anna Gavalda (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Gavalda
Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates .Tandis que Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale, Juliet Ashton, jeune écrivain, compte ses admirateurs par milliers. Parmi eux, un certain Dawsey, habitant de l'île de Guernesey, qui évoque au hasard de son courrier l'existence d'un club de lecture au nom étrange : « le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates »... Passionnée par le destin de cette île coupée du monde, Juliet entame une correspondance intime avec les membres de cette communauté. Et découvre les moyens fantaisistes grâce auxquels ces amis bibliophiles ont résisté à l'invasion et à la tragédie. Jusqu'au jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey. Pour Juliet, la page d'un nouveau roman vient de s'ouvrir, peut-être aussi celle d'une nouvelle vie...« Absolument délicieux ! » Anna Gavalda
+ Lire la suite
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Je l'aimais d'Anna Gavalda

Comment s'appelle le père d' Adrien ?

Pierre
Paul
Mathieu

10 questions
92 lecteurs ont répondu
Thème : Je l'aimais de Anna GavaldaCréer un quiz sur ce livre
.. ..