AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de seblac


seblac
  03 mai 2016
Cet ouvrage montre, si il en était encore besoin, que le gouvernement de Vichy n'était pas seulement la parenthèse que beaucoup voudraient qu'il soit. En tout cas pas dans tous les domaines.
Prenant appui sur le sport et l'éducation, Jean Louis Gay-Lescot montre combien la politique sportive du gouvernement de Vichy ne fut pas remise en cause à la libération. Mieux (ou pire) encore cette politique, s'inscrirait dans la continuité de celle du Front populaire et de Léo Lagrange.
Alors quelle était donc cette politique ? L'objectif du Front populaire, de Vichy comme des gouvernements d'après guerre fut de placer le monde sportif, sous la tutelle de l'État. Une tutelle nécessaire pour encadrer le monde associatif et rayer de la carte celles à buts lucratifs ou contraires aux intérêts de l'État. Il y avait aussi la volonté d'encadrer les fédérations et le monde professionnel.
Même constat en ce qui concerne le sport à l'école. Très largement revalorisé sous le Front Populaire (en le soustrayant de l'influence militaire dans laquelle il évoluait depuis la fin du XIXe siècle), le gouvernement de Vichy instaurera son obligation, une décision qui ne sera pas infléchie à la libération.
Pour mener à bien ce vaste projet, chacun des gouvernements crée un organisme dédié : sous secrétariat d'État aux sports et aux loisirs sous le Front Populaire (avec la figure emblématique de Léo Lagrange), commissariat à l'éducation physique et aux sports sous Vichy (avec à sa tête Jean Borotra). Dans cette organisation le ministère de l'éducation joue également un rôle important.
L'après guerre verra la poursuite de cette organisation et de ces objectifs avec pour point d'orgue la création d'un véritable ministère en 1966 (par intermittence toutefois).
Donc contrairement aux idées reçues, il y a un réel continuum historique dans la mise sous tutelle des activités sportives par l'État.
Cela étant dit, l'auteur ne manque pas de différencier les discours idéologiques de chacun. Les discours du gouvernement de Vichy et du Front populaire n'étaient pas les mêmes. Loin s'en faut. Il suffit de rappeler pour cela la manière dont fut honnis par Vichy l'esprit de jouissance, la recherche des loisirs incarnés par Léo Lagrange. Un état d'esprit qui aurait précipité la France dans la défaite selon les tenants de la Révolution nationale. le discours vichyste se veut moral, conservateur, teinté de militarisme et d'hygiénisme tout en revêtant parfois le masque de l'éducation populaire. Mais il ne s'agit dans ce dernier cas que d'une façade classique de ce qu'on a appelé les révolutions conservatrices. L'auteur note toutefois que ce discours conservateur ne reçoit qu'une écoute très tiède de la part des pratiquants. Disons que les sportifs entendent mais n'écoutent pas vraiment toute ce préchi prêcha...Il n'en reste pas moins que les activités sportives connurent un succès important pendant la guerre, permettant une sorte d'évasion. Petit bémol, les restrictions diverses et variées furent un frein considérable, pour les sportifs comme pour les ambitions gouvernementales.
Après guerre cette politique n'est pas véritablement remise en cause mais s'oriente très clairement vers l'éducation populaire. de la même manière l'encadrement du sport professionnel n'est pas remis en question.
Très intéressant cet ouvrage ne manque pas de tordre un certain nombre d'idées toute faites en offrant une vue global sur la question de l'encadrement du sport par l'État en France. Très documenté et mentionnant ses sources, il constitue un livre sérieux et érudit. En plus d'interroger sur le passé, il permet aussi d'étayer un certain nombre d'aspects plus contemporains. Pensons à la dénomination de l'actuel ministère (Ministère de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative) ou encore au récent conflit se déroulant dans le monde du football professionnel porté devant le conseil d'État.
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus