AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Praline Gay-Para (Éditeur scientifique)
EAN : 9782742768608
151 pages
Éditeur : Actes Sud (01/06/2007)
3.46/5   36 notes
Résumé :
Si d'une tradition à l'autre on trouve fréquemment des variantes d'un même conte, il en est certains qui frappent par leur singularité. Praline Gay-Para a réuni ici des récits du monde entier, qui tous suscitent la surprise - par leur liberté de ton, leur impertinence, leur humour ou leur exubérante imagination. Ce recueil apporte ainsi la preuve que les contes n'ont jamais fini de nous émouvoir, de nous étonner, et que, même s'ils proviennent de la nuit des temps, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  11 mai 2013
un recueil de contes étonnants, certains très brefs, absurdes, drôles, et d'autres plus moraux et de longueur plus classique
une grande variété de contes, et quelques explications à la fin (sur les contes, leur origine, les variantes qui existent ...)
original et à découvrir
Commenter  J’apprécie          220
TINUSIA
  03 mai 2010
PRALINE GAY-PARA n'est pas l'auteur de ces contes : elle les a choisis, traduits, contés. "À force de lire et d'entendre des contes depuis des années, je finis par reconnaître dans chacun d'eux des motifs ou des types récurrents mais, fort heureusement, les surprises sont au rendez-vous. [...] Cette anthologie rassemble quelques récits, inédits en français, qui méritent de circuler. C'est une manière de leur donner une deuxième vie, de les empêcher de prendre la poussière dans une mémoire ou dans un livre posé sur une étagère".
Vingt-trois contes, issus de contrées reculées de "notre" Monde viennent illustrer cette volonté de Praline Gay-Para de ne pas laisser dans l'oubli cette tradition de l'oralité et de la perpétrer.
Contes swahili, somalien, haïtien, indien, yéménite, turc, tanzanien, soudanais, irakien, palestinien, éthiopien, mexicain, chilien, birmanien, libérien... tous sont "la preuve que les contes n'ont jamais fini de nous émouvoir, de nous étonner et que, même s'ils proviennent de la nuit des temps, ils parlent encore de nous, aujourd'hui".
"LA CHAIR DE LA LANGUE"...C'est l'histoire de deux femmes ; l'une est reine, maigre, pâle et triste, l'autre, bien ronde et bien plantée, est la femme du jardinier, qui pourtant, n'a pas de quoi se nourrir tous les jours. Au roi étonné, le jardinier avoue nourrir sa femme de la ""chair de la langue". le pauvre roi, fort marri de voir sa belle dépérir, fait quérir pour le lendemain moult langues - de boeuf, de veau, de mouton, de lapin, d'alouette, de moineau, d'aigrette - ... qui n'ont pour effet que de soulever davantage le coeur de sa dame, sans pour autant la rendre plantureuse. le roi décidera donc d'échanger les femmes : celle du jardinier vivra au palais, celle du roi demeurera au jardin. Six mois passant, le roi va retrouver son aimée ronde, potelée et riant à la vie, tandis que le jardinier recueillera une pauvre plante maigre,grise, au regard éteint. C'est alors que le lecteur comprendra la signification de "la chair de la langue" : la précieuse nécessité de l'échange, de la communication. le conte ne nous dira pas si le roi a décodé le message...
J'adore le conte haïtien "BRISE-MONTAGNES". Je le lisais souvent à mes élèves quand ils répugnaient à se faire aider de crainte de perdre leur aplomb devant la difficulté. Brise-Montagnes, à peine sorti du ventre de sa mère, revendique l'autonomie. Rien ne lui résiste, parce qu'il est brutal et terrible. Il se gausse des craintes de sa mère et prétend qu'il n'a besoin d'aucun soutien pour affronter la vie... jusqu'au jour fatal où... un grain de maïs lui tombe sur la tête et qu'il appelle sa maman à l'aide !
Et voici PRINCESSE AUBERGINE, un conte du Punjab, en Inde. Cette petite merveille de princesse n'est pas sans rappeler notre Blanche-Neige. Elle devra affronter la jalousie maléfique d'une terrible reine pour trouver le bonheur et la maternité avec son bien-aimé. Vous y retrouverez aussi, en filigrane, le récit de la Belle au Bois Dormant...
Tous ces contes sont de véritables joyaux emplis de poésie, parfois drôle comme l'histoire d'HASSAN LE PORTEFAIX, qui se trouve encombré de trois marmots piaillant et gesticulant.
Je vais terminer ma petite chronique en vous livrant, in extenso, le conte éthiopien LES QUATRE AMIS...
Il fait nuit. Quatre hommes marchent sur la route, quatre hommes étranges. le premier est complètement aveugle, le deuxième est sourd comme une pierre, le troisième est estropié et marche avec des béquilles, et le quatrième tremble de froid, car il n'a que quelques hardes pour se vêtir.
Ils passent à la lisière d'une forêt et entendent un cri.
- Écoutez, dit le sourd, j'ai entendu un cri, quelqu'un a des ennuis.
- Oui, dit l'aveugle en scrutant l'obscurité, je les vois là-bas.
- Courons ! dit l'estropié. Allons les secourir !
- Non, dit l'homme vêtu de hardes. Ce sont peut-être des voleurs et ils pourraient nous voler nos vêtements !
Comme le souligne Praline Gay-Para, c'est "une version de plus de ces contes absurdes qui prennent la vie à contre pied juste le temps d'un pied de nez".
Lien : http://livresouverts.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
AnGeeErsatz
  27 mars 2013

Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas Praline Gay-Para. En faisant quelques recherches, je suis tombée sur son site internet, où j'ai découvert qu'elle était une vraie passionnée des contes! Elle a publié de nombreux recueils, inspirés de contes du monde entier, centrés sur un pays, ou sur un continent. Sa bibliographie est assez riche, et si vous souhaitez diversifier votre connaissance des contes, vous trouverez sûrement votre bonheur!
Ce qui est frappant dans ce recueil, c'est que malgré leurs origines très différentes, les contes se ressemblent par les thèmes qu'on y trouve. L'un des plus récurrents: la nature. On ressent très vite l'influence de cet élément dans les histoires: certains Contes traitent pas exemple de la façon dont la pluie est arrivée sur terre; les animaux sont aussi assez importants (les éléphants...). Certains personnages naissent même de la nature, par exemple dans la Princesse Aubergine.
L'amour, comme dans nos fameux "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", est un thème important: on trouve donc plusieurs histoires d'amour, le thème du mérite avec le prétendant déployant toute sa force pour séduire le père de sa bien-aîmée (petite expérience: faîtes la même chose chez vous! Et dîtes-moi ce que ça donne!). La jalousie est aussi liée à l'amour: on la retrouve dans la Princesse Aubergine, par exemple, ou dans la Colère des Eaux, un conte venu du Vietnam, et dans lequel on apprend d'où vient la mousson.
L'argent a aussi un rôle très important, que ce soit pour parler de la pauvreté (Les deux amis de Bagdad), ou de l'importance de la richesse dans un royaume (Le roi qui se laissait frire).
Lien : http://livroscope.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
faby1
  16 mars 2014
Ce livre est censé regrouper des contes rares, inconnus même par les plus grands spécialistes. Bof, il est vrai que je commence à bien m'y connaître, mais je connaissais une partie significative des histoires ici rassemblées.
Mais l'ouvrage saura certainement plaire à ceux qui s'intéressent aux contes, sans en avoir une connaissance encyclopédique, et cherchent des histoires originales.
Commenter  J’apprécie          11
Salyna
  14 janvier 2015
Un petit bouquin fort sympathique qui permet de découvrir un tas de petits contes d'un peu partout dans le monde. J'avoue que parfois, je n'ai pas bien compris la finalité de certains contes. Heureusement, parfois un petit indice est donné par l'auteur à la fin. Globalement, je n'ai pas grand-chose à dire. L'amour est un moteur récurant dans beaucoup des histoires.
Ne boudez pas votre plaisir en lisant ce petit ouvrage.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   11 mai 2013
Alexandre le Grand demande alors au vieillard :
- Je ne comprends pas : ces deux yeux sont plus lourds que des kilos d'or !
- Il n'y a rien à comprendre ! Ces deux yeux sont tes yeux et tu es si avide de richesses et de conquêtes que tout l'or du monde ne suffira pas à les combler.
Commenter  J’apprécie          195
petitsoleilpetitsoleil   11 mai 2013
Comment le tambour est arrivé sur la terre (conte éthiopien)

Il y a très longtemps, une corde reliait le ciel à la terre. En ce temps-là, toutes les créatures, les humains et les animaux, parlaient le même langage et se comprenaient. Ils travaillaient ensemble, ils dansaient ensemble, ils partageaient tout.
Les humains et les bêtes aimaient la musique mais il n'y avait pas de tambour sur la terre. Le seul tambour de la création était tout là-haut, au ciel. (...)

Un jour, Renard, qui ne pense qu'à danser, monte le long de la corde jusqu'au ciel et se joint à une grande fête. Le tambour résonne et les danseurs s'en donnent à cœur joie, ils dansent nuit et jour, jusqu'à épuisement.
Renard se réjouit du bonheur qu'il peut lire sur le visage des danseurs. Il a pourtant un regret : pourquoi faut-il laisser le tambour au ciel ? (...)

Il attend que tout le monde soit parti et, quand il est tout seul, il attache le tambour à sa queue et descend le long de la corde.
Quand Renard est à mi-chemin entre ciel et terre, Dieu s'aperçoit que le tambour a disparu. Il le cherche partout et, quand il regarde en bas, il voit Renard, le tambour attaché à la queue. La queue frappe la peau du tambour et la fait résonner. Dieu est en colère, il ne sait que faire. Soudain, il prend un couteau et coupe la corde.

C'est depuis ce temps-là qu'il y a des tambours sur la terre pour danser et faire la fête, c'est depuis ce temps-là aussi qu'il n'y a plus de lien entre le ciel et la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
petitsoleilpetitsoleil   11 mai 2013
La chose percée (conte de Somalie)

(...) Un jour, deux femmes se réveillent et, pleines d'entrain, elles se mettent à piler du mil dans la cour de leur maison. Leurs pilons dansent dans le mortier et rythment leurs mouvements. Chaque fois que les pilons cognent le mortier, ils rebondissent et vont heurter la voûte céleste. Chaque coup y perce un trou.
(...) Voilà pourquoi, en langue somalie, le ciel est appelé daldaloulow, ce qui signifie "la chose percée."

Tout en haut, bien au-dessus du ciel, vit une jeune fille. Elle est belle comme la lumière, c'est la fille des nuages. Tous les jours elle va puiser de l'eau dans un seau. (...) L'eau se répand et coule à travers les trous du ciel. Quand l'eau traverse le ciel par tous les trous, elle arrose la terre. (...)
Les hommes prient jour et nuit pour avoir de la pluie. (...)

Sans les deux femmes de la terre et sans la fille des nuages, il n'y aurait pas de pluie, et sans l'eau et la pluie, sur terre, il n'y aurait pas de vie.
Voilà pourquoi on dit en Somalie : "Les femmes sont les sources de la vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
petitsoleilpetitsoleil   11 mai 2013
Conte : La chair de la langue (conte swahili)

- Quand mon mari rentre le soir, dit la femme du jardinier, il est de bonne humeur. Qu'il ait de quoi acheter à manger ou pas, il me raconte sa journée ; les fleurs qui ont éclos, les arbustes qui ont poussé, les fruits qui se sont épanouis, la pleine lune dans la nuit. Quand il a fini, il joue de la musique et il chante puis il me raconte des histoires, me récite de la poésie et les soirées avec lui prennent la saveur d'un paradis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleilpetitsoleil   11 mai 2013
Les quatre amis (conte éthiopien)

Il fait nuit. Quatre hommes marchent sur la route, quatre hommes étranges. Le premier est complètement aveugle, le deuxième est sourd comme une pierre, le troisième est estropié et marche avec des béquilles, et le quatrième tremble de froid, car il n'a que quelques hardes pour se vêtir.

Ils passent à la lisière d'une forêt et entendent un cri.
- Ecoutez, dit le sourd, j'ai entendu un cri, quelqu'un a des ennuis.
- Oui, dit l'aveugle en scrutant l'obscurité, je les vois là-bas.
- Courons ! dit l'estropié. Allons les secourir !
- Non, dit l'homme vêtu de hardes. Ce sont peut-être des voleurs et ils pourraient nous voler nos vêtements !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Praline Gay-Para (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Praline Gay-Para
Des contes d'ici et d'ailleurs avec Praline Gay-Para et le musicien Jean-François Piette.
Une production du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mythologie nordique

Comment appelle-t-on l'arbre cosmique qui soutient les neuf mondes ?

Brazil
Yggdrasil
Anduril
Persil

15 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : mythologie , mythologie scandinave , mythes , dieux , légendes nordiquesCréer un quiz sur ce livre