AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782370211224
84 pages
Éditeur : Raconter la vie (14/04/2016)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Stéphane Geffroy est employé depuis 25 ans dans un abattoir breton, à la tuerie. C'est à cet endroit de la chaîne que le travail est le plus dur : il casse les hommes et, à cinquante ans, leur donne le sentiment d'être déjà vieux. Dans l’industrie agro-alimentaire, des dizaines de milliers d'hommes et de femmes vivent encore aujourd'hui cette condition ouvrière d'autrefois, loin des projecteurs médiatiques.

L'histoire de Stéphane est aussi celle d'un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
bdelhausse
  27 août 2017
La série dans laquelle ce petit livre est publié annonce tout de suite la couleur, "Raconter la vie". On a un témoignage, avec ses bons et ses moins bons côtés.
Inutile de s'appesantir... les mauvais côtés, c'est l'écriture un brin égocentrique, avec pas mal d'oeillères par moment, très centrée, focalisée. C'est une écriture assez directe, mais dans le mauvais sens du terme. Plate, dirais-je. Tout cela manque de ressort, de dynamique.
Tout le monde n'est pas Zola ni Olmi. Et c'est très bien ainsi, cela dit. Mais tonifier un témoignage, ce n'est pas le desservir, c'est lui apporter de la force.
Les bons côtés... c'est que ce genre de témoignages offre une prise directe sur la réalité. Une réalité concrète, viscérale, dure, que les médias ne nous montrent pas.
De quoi est-il question en fait? de la tuerie... cette section d'un abattoir où l'animal est abattu et découpé. Le lecteur suit l'auteur. Depuis sa scolarité ratée jusqu'à sa nomination comme délégué du personnel, et le bonheur de ses fils.
De temps en temps, il y a un fil rouge clair. Et puis on dévie sans véritable raison. Un peu comme si on recueillait les confidences d'un homme usé, à 3 heures du matin dans un rade de banlieue. C'est poignant, émouvant, parfois longuet, mais jamais inintéressant. On apprend énormément de choses, sur le processus de découpage des carcasses, l'évolution des technique, l'arrivée des femmes dans la profession...
Car l'auteur nous sert les choses de manière brute, en édulcorant toutefois pas mal de passages. Odeurs, bruits, blessures, incapacités de travail, pénibilité, tout est bien rapporté.
Derrière le récit, derrière la série, il y a la patte de Pierre Rosanvallon, historien et sociologue français de grand talent, admis au Collège de France, impliqué dans les combats sociaux et sociétaux.
Ce petit opus est une pierre dans un grand édifice, celui de la compréhension de la société. Il ne peut pas vraiment être analysé ou considéré à part des autres pierres. Que l'on ne se trompe pas... quand l'auteur dit "A l'abattoir", il parle tout autant des boeufs découpés que des ouvriers, et pas seulement ceux qui bossent à ses côtés... Mais on ne peut se départir de la sensation qu'un roman, fictionnel par essence, aurait peut-être apporté plus de force, plus de punch au destin de Stéphane Geffroy, homme sympathique et attachant qui nous livre son parcours sans fards, sans fausse pudeur et en toute honnêteté. Et la sincérité, cela se respecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Flo76300
  06 janvier 2018
Je préviens âmes sensibles s'abstenir car le livre peut répugner car il y a par moment des détails dont on se passerait bien. Ici on voit le témoignage de Stéphane qui travaille dans un abattoir depuis un peu plus de 25 ans. Au début il y a bien son témoignage sur la vie du travail à l'abattoir et le travail à la chaine mais vers la fin c'est bête il parle de sa vie à l'extérieur et je n'ai pas vraiment vu le rapport. Mis à part cela j'ai bien aimé l'écriture et le lire c'est un livre qui se lit rapidement sauf si on est sensible car parfois il y a des descriptions un peu difficile à supporter.
Commenter  J’apprécie          50
maylibel
  12 septembre 2016
Après un parcours scolaire difficile, Stéphane Geffroy est devenu depuis plus de vingt-cinq ans ouvrier dans un abattoir où il s'engage aussi comme délégué du personnel. Il nous raconte sa vie.
Contrairement à son titre, assez général, À l'abattoir est un témoignage très personnel, écrit à la première personne. Il lève le voile de manière assez franche sur le parcours de Stéphane Geffroy et le quotidien de l'usine bretonne dans lequel il a commencé à bosser en 1990, à l'âge de 19 ans. Il décrit de façon précise, parfois crue, et au premier degré, l'univers dur et souvent critiqué des abattoirs.
Mais ne cherchez pas de remise en contexte ou de prise de recul dans ce texte : l'auteur ne parle que de sa propre expérience (quitte à tout ramener à lui), et ne donne que son propre point de vue.
Résultat ? Un récit autobiographique très égocentré, pas vraiment d'une grande finesse.
Commenter  J’apprécie          30
Lalo47
  26 juillet 2019
Une histoire écrit avec les sentiments bruts de l'auteur, et très centré sur SON histoire et son vécu. Dans l'absolu c'est intéressant, mais il aurait été plaisant d'avoir une vision plus globale.
Je connais le monde des abattoirs pour y avoir travaillé et j'ai trouvé ce livre représentatif du travail, qui est épuisant pour les opérateurs, mais j'aurais aimé que ce livre traite aussi de la vision de l'ensemble des équipes, les postes étant différents... Un peu déçue
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   12 mai 2016
Stéphane dit tout, sans honte ni fausse pudeur.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
bdelhaussebdelhausse   29 août 2017
Dans ce processus de transformation, presque rien n'est perdu. Les poumons seront utilisés pour la fabrication de croquettes pour chats et chiens; une fois bien dégraissé, le cartilage de la trachée fera le bonheur des Chinois et des Japonais; réduits en poudre, les cornes et les sabots se retrouveront dans les plaquettes de frein; très moussante, la bile sera vendue ax fabricants de shampoing; les laboratoires pharmaceutiques s'arracheront les calculs retrouvés dans la vessie; sans parler bien sûr du cuir ou du gras aux multiples usages. Quand on y pense, on a l'impression d'être au coeur du monde. (p.15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maylibelmaylibel   12 septembre 2016
Il y a trois grands ateliers dans un abattoir. La tuerie d’abord : la bête entre vivante d’un côté, et elle en ressort sous forme de deux demi-carcasses prêtes à être découpées de l’autre. La triperie ensuite, où on traite les panses et les boyaux ; c’est là aussi qu’on travaille les têtes et les pieds, pour les épiler et les désergoter. Le désossage, enfin, où on découpe les carcasses pour qu’elles soient conditionnées en morceaux plus ou moins élaborés selon les commandes de boucherie ; il y a même une partie de la viande qui y est directement mise en barquettes prêtes à la vente.
(p. 10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bdelhaussebdelhausse   29 août 2017
A Liffré, on a aussi un nouveau directeur qui est ouvert au dialogue et plus attentif qu'avant aux conditions de travail. Il n'est plus planqué dans un bureau comme le précédent: "C'est pas avec des crayons qu'on tue des bêtes", comme il dit toujours. (p.39)
Commenter  J’apprécie          00
bdelhaussebdelhausse   29 août 2017
On est un peu comme des ouvriers d'autrefois, comme ceux qu'on voit parfois dans des vieux films du genre Charlot. (p.17)
Commenter  J’apprécie          00
bdelhaussebdelhausse   29 août 2017
Dans la tuerie, l'ouvrier est la seule machine qui ne fait pas de bruit ! (p.29)
Commenter  J’apprécie          00

Video de Stéphane Geffroy (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Geffroy
Stéphane Geffroy à France 3 Bretagne.
autres livres classés : abattoirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1099 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre