AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791091416481
Éditeur : La Grande Ourse (24/08/2016)

Note moyenne : 2.85/5 (sur 10 notes)
Résumé :
À l’hôtel du Grand Port, en Bretagne, une femme qui n’est plus jeune voit sa vie basculer. Trahison et défaite intimes.
À Mers el-Kébir, le « Grand Port », un homme jeune croit vivre son dernier jour, lorsque près de mille quatre cents marins français sans défense sont assassinés à quai par nos « alliés ». Trahison et défaite historiques.
Une femme et un homme aux destins brisés. Comment se vit le malheur au féminin singulier et au masculin pluriel ? C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  25 août 2016
Allez, encore une histoire de quadragénaire abandonnée par son mari. Il est en retard au rendez-vous fixé, il ne viendra plus.
Alors elle reste seule à sa table, les yeux dans l'eau, son rêve était trop beau... ♪♫ Quel rêve ? Celui de vieillir avec lui ?
Vingt ans de vie commune qui s'achèvent, il s'en va... ♪♫
Heureusement, la dame est sur une côte bretonne, elle peut se consoler en regardant le beau paysage. La Bretagne, ça vous gagne !
Et en plus, la mer lui rappelle son père, nostaaalgiiie ! Voilà un homme qui a su l'aimer. Rien n'est plus beau et plus fort que l'amour parental, tiens ; le couple ça ne marche pas, ça ne dure pas.
C'était bien quand même, au début, avec son chéri, elle y repense, mais l'enfance, c'était bien mieux - avec un super papa, un petit papa comme il n'y en a pas, c'est le sien, c'est le sien, vive son papa ! ♪♫
J'ai reçu ce roman dans le cadre d'un jury littéraire (rentrée Fn@c). Dès les premières pages, je me suis dit que certains auteurs français tournaient en rond autour des mêmes sujets, que j'en avais ma claque de ce genre d'histoire et de ces clichés. Aucune originalité, aucun humour ici dans la façon de traiter ces thématiques. L'intrigue et le style sont plats.
Je me suis beaucoup ennuyée, j'ai morcelé cette lecture, l'ai traînée sur plusieurs jours bien que le roman soit court, et j'ai survolé les quarante dernières pages.
Seul point positif : j'ai eu envie d'en savoir davantage sur la bataille de Mers el Kebir, évoquée dans le roman. Je vous fais profiter de mon savoir tout neuf : « Attaque par la marine britannique, le 3 juillet 1940, d'une escadre de la marine française mouillant dans le port militaire de Mers el-Kébir (golfe d'Oran, en Algérie). L'agression anglaise fit 1 297 morts chez les marins français. Le Royaume-Uni, alors seul devant l'ennemi allemand et italien, craignait que l'armistice signé par le gouvernement français avec l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste quelques jours auparavant ne fasse tomber la flotte française dans les mains d'Hitler, lui permettant ainsi de remettre en cause la suprématie maritime britannique et de faire courir un grave péril au Royaume-Uni. » Merci Wiki !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          327
soazcongar
  20 octobre 2016
Une femme d'âge mûr se retrouve seule, son compagnon s'évanouit dans la nature sans un mot d'explication, sans même vider ses étagères. Une heure a suffi pour acter cette séparation, Pierre ne donnera plus aucun signe de vie à celle qui fut sa compagne durant 25 ans.
Cette femme délaissée qui se sent vieille et moche ira chercher dans une expédition extrême en Antarctique, la résilience, la force de vivre sans Pierre.
Un jeune homme, se trouve à Mers el-Kebir pendant la seconde guerre mondiale. Il est radio sur le « Strasbourg » et devine avec stupeur ce qui va se passer tout en refusant d'y croire totalement. Les anglais, les alliés, menés par Churchill fixent un ultimatum à la flotte française amarrée à Mers el-Kebir avant de la bombarder et de la couler.
Cet homme, qui va être sauvé grâce au sang-froid de son commandant, est irrémédiablement brisé par la mort de ses compagnons et amis. Il va rejoindre la belle Hélène à la fin de la guerre mais continuera à se torturer l'esprit et à ressasser cet évènement crucial. Il réussira à retrouver une certaine forme de sérénité en laissant son regard se perdre dans les paysages maritimes…
Très vite nous comprenons que ces deux personnes sont très proches et si l'auteure ne respecte pas la chronologie c'est pour mieux montrer outre le lien familial tout ce qui réunit ses deux personnages. La mer, métaphore de la vie, est responsable de leur malheur (la séparation du couple intervient alors qu'ils sont en villégiature en bord de mer), mais la mer est aussi celle qui apporte la force, l'apaisement.
L'écriture est délicate, juste, descriptive d'une nature fiable et généreuse mais les personnages restent flous et ne provoquent pas l'empathie du lecteur. Ce roman inégal m'a fait connaître l'opération meurtrière de Mers el-Kébir puis plonger dans un voyage extrême en Antarctique mais le quotidien assez insignifiant de cette femme et la fin de l'histoire, aux relents excessifs, ne le servent pas ; j'aurai souhaité un développement plus important des deux évènements précités.
J'ai rencontré l'auteure à l'occasion de la sortie du livre et je dois dire que même si je ne suis pas d'accord sur tous les points avec elle je l'ai trouvé érudite et passionnante. Elle pique la curiosité de l'auditoire en parlant de sa relation avec Françoise Sagan.
Merci à Babelio, La Grande Ourse éditions et à Livres in room organisateur de la rencontre avec l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
hcdahlem
  15 mars 2017
Si du côté de Jacques Brel la valse à trois temps peut encore «s'offrir des détours
du côté de l'amour», celle que nous propose Annick Geille est à l'opposé. Ici, rien n'est charmant. le premier temps de cette valse se déroule en Bretagne sur la terrasse d'un hôtel de bord de mer. Une femme y attend son mari en regardant les personnes qui l'entourent, en laissant vagabonder son esprit sur leurs quelque vingt années de vie commune. le temps passe et Pierre n'arrive toujours pas. le maître d'hôtel s'approche alors : «– Madame, croyez que je suis désolé. J'ai un message à vous transmettre. Monsieur ne reviendra pas. Il a réglé la note du dîner, la chambre, ainsi que le petit déjeuner. Il m'a prié de vous avertir du fait qu'il ne reviendra jamais. Il vous exprime ses regrets, et vous souhaite bonne chance. Je suis désolé, madame, une chose pareille ne nous est jamais arrivée et si vous… »
À la brutalité de cette annonce les quelques mots qu'elle trouvera dans leur chambre ne pourront mettre du baume sur son coeur meurtri. Elle part à son tour, va retrouver son père malade.
Le second temps de la valse est tout aussi noir. Refaisant le chemin en marche-arrière, elle retrouve l'histoire familiale et l'épisode qui aura permis à son père de rencontrer sa mère. Nous sommes à quelques encablures de Mers el-Kébir en juillet 1940. La flotte anglaise va torpiller les bâtiments de la marine française, faisant quelque 1300 morts. Parmi les rescapés figure l'équipage du Strasbourg commandé par le capitaine de vaisseau Collinet et notamment Francis, ce père qui ne se remettra jamais vraiment de ce traumatisme, de ces camarades morts à quelques mètres de lui.
Pour sa fille, il est désormais urgent de lui dire combien elle l'aime. Un sentiment qu'elle a eu tant de mal à extérioriser, notamment du fait d'une mère possessive, accaparante. Mais elle arrivera trop tard.
Le troisième temps de la valse est celui d'un possible apaisement. À la violence et à la brutalité, au chagrin et au deuil succèdent maintenant une sorte de chemin vers la liberté. Pour cela, il faut offrir la sépulture dont il rêvait à son père, réaliser son rêve d'évasion. La procession vers Sainte-Anne-la-Palud est bouleversante. Elle ouvre d'autres horizons. La fille du marin a compris qu'elle sera sauvée par la mer. Rien que la mer
Au-delà de l'hommage à ce père disparu, c'est bien le combat d'une femme qu'Annick Geille nous offre de suivre dans ce roman. Une femme qui va relever la tête. Une femme qui sait qu'une valse n'a pas trois temps, mais mille temps.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
tessgeffroy
  24 septembre 2016
Une femme approchant de la quarantaine se fait larguer par son mari. En parallèle un jeune marin, subit l horreur de la guerre par des sacrifices humains incompréhensible. Qu est ce qui relie ses personnages ? l'amour de la mer.
On ne peut pas dire que l histoire soit très originale mais quelle beauté dans l écriture ! C est poétique, fin, délicat.
Quand j ai lu la quatrième de couverture, je me suis dis oh non " la mer, la marine..." tout ce que je n' aime pas. Mais la narration, les descriptions m ont vite envouté, et après un début un peu long, je n ai pas pu lâcher ce roman. Alors je dis respect à l'écrivaine pour m avoir transporté dans un univers bien loin de mes envies de lecture.
Un vrai bijou !
Au sein de ma librairie préférée " livresinroom" à st Pol de Léon, j ai eu l immense plaisir de rencontrer l écrivaine le jeudi 13 Octobre 2016. Tout comme son écriture, la personne est magnifique ! Nous avons échangés sur le roman évidemment mais sur de nombreux autres sujets en toute simplicité. Ce fut passionnant, enrichissant...une très belle soirée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Harue
  01 novembre 2016
Déçue.
Le style de l'auteur est magnifique. Elle a une prose lyrique, fluide et prenante. Une vraie merveille de ce point de vue.
Mais l'histoire ne m'a pas emballée. Trop de lenteur, des personnages qui ne sont pas charismatiques et pour lesquels je n'ai ressenti aucune empathie. Dommage parce que la toute première scène ou cette femme, après une vingtaine d'années de mariage, se retrouve abandonnée à une terrasse de café était superbe. Mais le reste ne m'a pas donné envie d'y croire plus.
Pareil, le côté historique de la bataille de Mers el Kebir, est très intéressant, mais ça reste là.
Cela aurait pu me plaire si le rythme avait été plus rapide et que les personnages m'avaient plus touchés. Ce n'est pas le cas.
Je ne suis pas le publique pour ce genre d'histoire. le résumé me semblait prometteur, et même si ce ne fut pas déplaisant, ce ne fut pas plaisant non plus à 100%. En tout cas, je remercie Babelio et les Editions La Grande Ourse de m'avoir fait découvrir ce livre. Car même si je n'ai pas apprécié l'ensemble de l'histoire, j'ai aimé la plume de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lexpress   24 octobre 2016
Un roman aussi mélancolique qu'attachant autour d'un duo qui tente de s'inventer des raisons de vivre.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ZilizZiliz   16 juin 2016
- De mémoire de marin, on n'a jamais vu pareille boucherie. Du terrorisme d'état. Certains gabiers anglais ayant exécuté les ordres ont fait ensuite des tentatives de suicide, à ce qu'il paraît.
- Parce que vous croyez qu'il y a des guerres propres ?
- Je crois qu'il existe des crimes de guerre qu'il faut dénoncer et punir.
(p. 138-139)

[Bataille de Mers el-Kébir : attaque par la marine britannique, le 3 juillet 1940, d'une escadre de la marine française mouillant dans le port militaire de Mers el-Kébir (golfe d'Oran, Algérie). L'agression anglaise fit 1 297 morts chez les marins français. Le Royaume-Uni, alors seul devant l'ennemi allemand et italien, craignait que l'armistice signé par le gouvernement français avec l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste quelques jours auparavant ne fasse tomber la flotte française dans les mains d'Hitler, lui permettant ainsi de remettre en cause la suprématie maritime britannique et de faire courir un grave péril au Royaume-Uni. - Wikipedia]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   17 juin 2016
Elle avait dû enlaidir peu à peu et sans s'en apercevoir, alors que Pierre, comme la plupart des hommes de leur entourage, n'avait pas - ou peu - changé. Pas assez en tout cas pour qu'elle en fût incommodée.
(p. 160)
Commenter  J’apprécie          160
tessgeffroytessgeffroy   24 septembre 2016
Les chasseurs se tapaient des traités internationaux comme d une guigne. Ils se fondaient dans le paysage polaire, avec leurs bateaux aussi petit que possible ; sous prétexte de " recherches scientifiques", ils faisaient ce qui est interdit (...). Ils massacraient les baleines a bosses et leurs petits...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Annick Geille (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annick Geille
Annick Geille - Rien que la mer .Annick Geille vous présente son ouvrage "Rien que la mer" aux éditions La Grande ourse . Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/1643024/annick-geille-rien-que-la-mer Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : marineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre