AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La forêt aux violons (11)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Labibliothequedemarjorie
  24 janvier 2021
"La forêt aux violons" faisait partie de ma liste de Noël, et je l'ai trouvé sous le sapin. C'est après avoir lu l'avis coup de coeur de mon libraire que j'ai eu très envie de lire ce roman. Et quelle belle lecture !

Crémone, en Italie, au XVIIème siècle.
Nous suivons Antonio, luthier passionné par son métier, cherchant le meilleur bois pour la fabrication de ses violons. Pour le trouver, il décide de parcourir les montagnes roses, à plusieurs jours de routes à pied de chez lui. Il finit par s'arrêter dans un coin habité par une famille de bûcherons l'accueillant à bras ouverts. Antonio y reste plusieurs semaines et découvre les plus beaux épicéas. Une fois coupé, le bois doit sécher durant quelques années afin d'être utilisé. C'est ainsi que le luthier viendra très souvent loger chez ses nouveaux amis et verra y grandir une jeune fille, complètement fasciné par sa beauté.
"Tant que tu ne sauras pas pourquoi tu fabriques des violons, aucun son n'en sortira."
Cyril Gely nous fait découvrir Crémone, ville de musique et de lutherie, située au Nord de l'Italie, en bordure de la chaîne montagneuses des Dolomites. A cette époque, les habitants partent progressivement aux quatre coins du pays notamment après les guerres, afin de trouver du travail. La ville connaît pourtant une certaine notoriété et on vient de toute l'Europe pour y acheter les meilleurs violons.

Un très beau roman sur le parcourt d'un jeune luthier travaillant durant de nombreuses années sur la conception du plus beau violon à la tonalité exceptionnelle, et que l'on connaitra sous le nom du grand Stradivarius.

Une superbe lecture dans laquelle on se laisse bercer par le son du violon, si bien reproduit par les mots de l'auteur.
Lien : http://labibliothequedemarjo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Eurydiceladryade
  18 novembre 2020
Avec un goût prononcé pour l'esthétique, Cyril Gely nous offre, un récit sur la création. À la façon d'un conte, il narre la vie d'un jeune homme évoluant au XVIIème siècle au génie incommensurable du nom d'Antonio Giacomo Stradivari qui deviendra par la suite « Stradivarius », le célèbre luthier italien. C'est un roman hypnotique à l'écriture musicale et vibrante d'émotions. Une véritable recherche de perfection pour cet homme qui effectuera sur dix ans pas moins de cinq voyages dans la région des « Montagnes roses ». Des parenthèses dans sa vie qui le mèneront à son idéal et où il découvrira la passion. Une histoire d'amour étonnante à la prose enchanteresse.
Commenter  J’apprécie          80
Axelinou
  20 janvier 2021
Anna, qui signifie « grâce » – la mère ;
Francesca, qui signifie « libre » – l'épouse ;
Silvia, qui signifie « forêt » – l'amante ;
Le violon – sa passion.

A la fois roman d'amour, roman sur la musique et biographie romancée, le tout soutenu par une écriture suave, onctueuse, esthétique, musicale et épurée.

Quand Antonio n'est pas content du son d'un violon, il le brise ! Ce qui n'est pas du goût de son maître luthier.

A la recherche de la perfection, Antonio désire le plus beau bois pour ses violons. Il le trouvera dans la forêt de Paneveggio dans les « Montagnes roses », 5 épicéas. Il devra attendre 10 ans que le bois sèche. Il fera 5 fois le voyage d'une dizaine de jours à pied. Dans ces montagnes perdues, il rencontrera Silvia, sourde et muette ; il rencontrera l'amour !

Ce sont les dos de Anna, Francesca et Silvia, les femmes de sa vie, qui lui inspireront la forme de ses violons.

Un livre émouvant à découvrir sans hésitation !

--------------------------------
- Parle-moi de tes violons, demanda Giuseppe le soir même.
- C'est un monde, répondit Antonio. Un monde avec deux petites fenêtres en forme de ‘f'. Et qu'y a-t-il à l'intérieur ? de la musique, divine. Entendre un violon c'est entendre Dieu. C'est entendre l'univers. L'inaccessible. Et pourtant il n'est fait que d'un peu de bois, de quatre boyaux de mouton pour les cordes, et des crins de cheval pour l'archet. Comme si le monde d'ici nous transportait vers un monde inconnu, avec assurance et certitude. Il y a soixante et onze pièces. Mais lorsqu'elles sont toutes assemblées, elles n'en forment qu'une. Et pour autant on ne fabrique jamais deux fois le même violon. Un bon luthier le conçoit toujours à son image, tant par la forme que par le son qui s'en dégage. Il y a une tête, des ouïes, un corps, des chevilles, une poignée. le chevalet qui maintient les cordes possède des pieds, des bras, des jambes, un coeur. Sans oublier l'âme. Sans elle le son n'existerait pas. Oui, on fabrique toujours un violon qui nous ressemble, ou qui ressemble à la femme que l'on aime. Comme une histoire d'amour.
pp. 40-41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lexx54000
  15 décembre 2020
Italie, XVIIème siècle, Crémone, le jeune Antonio est l'apprenti du très connu luthier italien de l'époque, Nicoolo Amati, jusqu'au jour où celui-ci le fiche à la porte. Ayant nul par où aller, il se réfugie chez un sculpteur de bois qui le prend sous son aile et rencontre la belle Francesca, qui devrait sa femme.

Antonio a le violon dans la peau, il décide donc d'entreprendre cinq voyages dans la région des "Montagnes roses" dans le but d'acheter du bois de qualité, et conclut un pacte avec le vendeur... Il découvre alors sa forêt aux violons, et une histoire d'amour passionnelle, musicale mais très silencieuse...

A travers le rose des montagnes, une jeune fille va émerveiller les sens d'Antonio et va lui inspirer le plus beau, le plus magnifique, le plus réussi des violons. C'est la naissance d'Antonius Stradivarius !

Cyril Gely raconte les prémices, la découverte, le perfectionnement, l'attente d'Antonio Stradivarius. le luthier surement le plus connu au monde. Quelle fascination de suivre la recherche de la perfection par un jeune homme du XVIIème siècle au caractère bien à lui !

"La forêt aux violons" est un roman d'amour qui se lit comme un conte initiatique, écrit avec passion, où on en ressort vibrant comme le son des cordes d'un violon.

La plume de l'auteur est poétique, musicale, apaisante, où la technicité du luthier et la création d'un violon est racontées avec grasse, brio et volupté.

Les notes de musique se font de plus en plus vibrantes d'émotion au fil des pages, la musicalité du récit vous enveloppe d'une douceur abyssal au coeur de cette montagne rose où la forêt aux violons vous attend à bras ouverts. N'attendez plus, partez à la découverte du violon parfait ! A lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tomsoyer
  10 novembre 2020
Un magnifique roman plein de poésie et de tendresse
Très apaisante cette période difficile
Une très jolie histoire d Amour très réaliste
J ai aussi beaucoup appris du monde du violon comment il se fabrique ,son histoire
Je vous laisse découvrir ce livre de la rentree dont on a pas beaucoup parlé
Je vous laisse le découvrir je l ai lu à l occasion d un challenge.
Sa couverture est très sage à l image de l histoire
Commenter  J’apprécie          50
Squirelito
  14 décembre 2020
Après l'excellent « le Prix » paru en 2019, un réel plaisir de retrouver cet écrivain qui déjà dans ce précédent roman mettait à l'honneur la musique classique même si le sujet tournait autour du monde scientifique.

De la Lombardie aux Dolomites, le lecteur va suivre le chemin d'un inconnu qui deviendra éternel devant la confrérie des violonistes et autres virtuoses : Antonio Stradivari. Dans un style très épuré Cyril Gely relate de façon romancée les débuts du luthier le plus célèbre de tous les temps avant qu'il ne latinise son nom en 1677 quand il entre définitivement dans la cour des grands.

Dans son atelier de Crémone, Niccolò Amati n'en peut plus de son jeune élève Antonio Stardivari qui se permet de briser un violon quand il juge que le son n'est pas à la hauteur de sa fonction. Il finit par le mettre à la porte, à contrecoeur car il est conscient que ce jeune garçon possède un don. Cependant, la mère d'Antonio va rencontrer le maître et une sorte de pacte va être établi. Stradivario n'en sait rien, la seule vision qu'il aura est le dos nu de sa mère. Un dos. D'autres dos le marqueront, celui de sa première épouse Francesca et celui d'une jeune fille sourde et muette, Silvia, la petite fille du taiseux gardien des cimes Giuseppe, une belle sauvageonne rencontrée dans les montagnes roses des Dolomites où il va chercher le précieux bois pour ses violons. de ces dos et de la carapace des arbres sortira toute l'âme des violons.

Que les non mélomanes se rassurent, ce roman s'adresse aussi bien aux amateurs qu'aux profanes, l'histoire en est la substance, l'Italie l'ornementation. Aussi légère qu'un archet glissant sur les cordes, la plume de l'écrivain ne recherche pourtant aucune virtuosité, seule la musique des êtres émane des paragraphes où communiquent ensemble l'art, la nature et l'amour. Une séduisante triade pour une histoire qui coule dans un bois inaltérable et qui fait palpiter encore les virtuoses du XXI° siècle. Car derrière l'âme des violons se glisse toujours le coeur de son géniteur, en l'occurrence ici Stradivarius, empereur immortel qui savait aussi bien caresser le tronc des épicéas que le corps des femmes.

Pour celles et ceux qui voudraient vibrer encore sur les cordes du légendaire instrument, je ne peux que conseiller le roman de feu Jean Diwo « Moi, Milanollo, fils de Stradivarius » disponible en format poche aux éditions J'ai Lu.

Et maintenant, de la musique livresque avant toute chose.
Lien : https://squirelito.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Isabelleleontine
  12 novembre 2020
Lire ce roman c'est comme s'asseoir au coin du feu et écouter Cyril Gely raconter une belle histoire. Non ! Conter une belle histoire. Celle d'un homme qui voulait fabriquer le plus beau violon avec le meilleur bois. Il en sortirait le plus beau son qui soit.
J'ai beaucoup aimé l'écriture. Une écriture qui donne envie de lire à voix haute. Avec des phrases qui reviennent comme dans un conte.
Je ne vous en dit pas plus sur Antonio, sur sa vie...ce serait trop dommage...que je déteste ces avis qui racontent beaucoup trop de choses ! Ils gâchent tout. Savoir se taire c'est important aussi quand on parle d'un livre.
J'ai adoré ce roman. Il est très beau.
La forêt aux violons est à lire absolument ! Absolument !
Commenter  J’apprécie          30
Yvajo
  30 décembre 2020
La forêt aux violons.
Cyril Gely nous a dédié, au rythme d'un conte, la vie d’un jeune homme évoluant dans l'Italie du XVIIème siècle.
Nous découvrons avec enchantement les prouesses du génie abyssal prénommé Antonio dont je ne divulguerai pas le nom ! (même si on le devine au déroulement de l'aventure.)

La recherche de la perfection, de l'esthétisme et de la pureté du son, pour cet homme est vitale pour construire le violon dont il rêve.

Son tempérament impétueux à été mis à rude épreuve pour acquérir la patience,
la sagesse et l'abnégation.

Il a su concilier avec pudeur l'amour d'une jeune femme très particulière, ainsi que l'amour pour sa femme et ses enfants, autant que la passion incommensurable pour la pratique et la construction de son violon.

Hypnotisée par l’écriture sobre, musicale, mélodieuse et poétique, ce récit frémissant et éclatant d’émotions m'a captivé.

Avidité... Telle a été bercée ma lecture, tant par la disposition romanesque de l'élaboration de la vie de ce luthier que par la célébrité incontestable et constante de son œuvre.
Autant d'ardeur ressentie pour découvrir cette magnifique création littéraire.

"Comme tombé du ciel !
Vers ce nouveau violon qu'il venait de coucher sur le papier et dont la forme évoqué tant la silhouette d'une femme."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cathy_lit
  22 février 2021
Bonsoir,

Merci aux Éditions Albin Michel pour ce livre qui a enchanté un peu de mon quotidien par la musique qu'il transmet. Nous découvrons dans « la forêt aux violons » de Cyril Gely, Antonio S, un jeune luthier qui lors de son apprentissage va casser des violons car ils ne lui plaisent pas. Il va entreprendre un voyage pour découvrir dans une forêt, un petit hameau et des arbres qui résonnent en lui. Il va en choisir 5, le prix à payer sera d'un violon par arbre pour le propriétaire qui lui dit qu'il faudra attendre une bonne dizaine d'années avant de pouvoir travailler ce bois. Antonio va revenir 5 fois dans ce village, pour faire ses 5 violons mais aussi pour découvrir le violon idéal qui sera la représentation du dos d'une femme, de toutes les femmes. Une histoire d'amour, d'amour pour les femmes, pour la musique mais aussi une histoire d'un merveilleux instrument. J'ai beaucoup aimé.
Quatrième de couv. Antonio, jeune luthier de Crémone, entreprend cinq voyages dans la région des « Montagnes roses » d'Italie dans le but d'acheter du bois pour ses violons. Ces voyages nous content une histoire d'amour passionnelle et silencieuse, une quête impossible, un monde d'arabesques et d'ivoire. Car là-bas, au lever du soleil, une jeune fille va inspirer à Antonio le plus beau des violons. Un violon qui évoquerait la silhouette d'une femme, de toutes les femmes...
Dans l'Italie raffinée du XVIIe siècle, Cyril Gely, l'auteur de Diplomatie (César de la Meilleure adaptation) et du Prix, déploie un roman d'amour singulier qui se lit comme un conte initiatique, aussi hypnotique et vibrant que le son des cordes d'un violon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LauraLesmotsdesautres
  24 décembre 2020
Quand j'ai commencé à lire « La Forêt aux violons » de Cyril Gely et à y trouver certains éléments comme le nom du personnage, Antonio, et le nom de Crémone, sa ville, j'ai tout de suite pensé à Stradivari, le fameux créateur et luthier des célèbres Stradivarius. L'auteur s'est en effet librement inspiré de l'histoire du luthier pour écrire un conte toute en finesse, en lenteur et en persévérance. Quand Antonio quitte l'atelier de son maître c'est pour trouver sa propre voie, trouver l'essence de bois parfaite pour l'ultime violon, dessiner et sculpter jusqu'à trouver sa forme la plus pure, la résonance la plus sublime qui soit. Et c'est au coeur de la forêt de Paneveggio qu'il va avoir la révélation, dans les yeux d'une femme, dans les paroles d'un vieillard, dans un lever de soleil à l'horizon. C'est l'histoire d'une promesse, une histoire de patience, la quête d'une vie, d'un amour universel porté aux femmes et à ce qu'elles représentent. C'est un conte d'une douce beauté aux senteurs et aux sons multiples, celles du bois, du vernis, celui de la corde qu'on pince et qu'on frotte à l'archet. On y sent l'émulation italienne du 17ème siècle à chaque page autant que la quiétude d'un hameau isolé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
342 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre