AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266296281
416 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (05/03/2020)

Note moyenne : 4.49/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Coyote, douze ans, vit avec Rodeo, son père, dans un bus scolaire. Ensemble, ils sillonnent les États-Unis au gré de leurs envies, embarquant parfois quelques autostoppeurs à l’âme en peine. Quand Coyote apprend que le parc de son enfance va être détruit, elle décide de tenter l’impossible : traverser le pays en moins de quatre jours pour arriver avant les bulldozers. Un défi de taille, puisque Rodeo a juré de ne jamais retourner sur les lieux qui abritent leurs plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Ileauxtresors
  17 juin 2020
Quel incroyable voyage, en effet, nous avons fait avec cette lecture à voix haute en compagnie de Coyote ! Vous n'avez certainement jamais croisé de fille de douze ans comme celle qui répond à ce nom extraordinaire, tout un poème – longue tresse, vieux jean usé et pieds nus, toute la sagesse du monde, un bagout impressionnant et une façon irrésistible d'allier ironie et tendresse.
Si vous vous posez la question cruciale de savoir dans quel état américain on trouve les meilleurs sandwiches, vous tombez bien : Coyote vit avec Rodeo, son poète de père dans un ancien bus scolaire qui les emmène à travers tous les États-Unis au gré de leurs envies. Une liberté qui pourrait faire rêver : vivre dans une maison nomade avec potager, bibliothèque et même un chat, goûter la saveur incomparable du voyage, inventer des histoires, s'arrêter dans de chouettes endroits, embrasser tous les possibles auxquels la route peut mener… Laisser monter des compagnons de route parfois, mais attention, pas n'importe qui – seulement ceux qui aiment les beaux livres !
« Mais, comme dit Rodeo, rien ne dure éternellement dans ce bas monde, en dehors des Mars, et de la voix de Janis Joplin qui résonne dans l'univers. »
Mais comment en sont-ils venus à ce mode de vie hors du commun ? Ce passé qu'ils ont laissé derrière eux finit un jour par les rattraper et Coyote n'a pas le choix. Elle n'a pas plus de quatre jours pour retourner dans l'État de Washington pour sauver ses plus précieux souvenirs avant qu'ils ne soient détruits en même temps que le parc de son enfance. Seuls problèmes : ils sont à l'autre bout des États-Unis et Rodeo a juré de ne jamais retourner là-bas…
« J'étais plutôt bonne pour duper Rodeo. J'avais des années de pratique. Mais il était rusé, l'animal. Apprendre à duper Rodeo, on peut dire que c'est un peu comme apprendre à jouer avec une guitare qui a treize cordes au lieu de six, dont trois qui sont désaccordées, deux qui sont juste des fils et une qui est reliée à une clôture électrique. »
Nous ne sommes pas prêts d'oublier ce périple, suivi carte à l'appui, avec tout le plaisir de retrouver des coins déjà fréquentés en lisant Les aventures de Tom Sawyer, le catalogue Walker & Dawn ou encore La longue marche des dindes. La quête de Coyote place ce voyage sous tension, mais on comprend vite à quel point cet immense chemin parcouru compte en lui-même. Il est semé de magnifiques rencontres qui contribuent à remplir le bus et le coeur de Coyote. Ce livre nous a fait rêver, passer du rire aux larmes. J'ai trouvé qu'il parlait très joliment de la charnière entre l'âge de l'enfance, son optimisme et sa soif d'ouverture, et celui de l'adolescence qui révèle à quel point tout est finalement plus dur et complexe. Les mots de Dan Gemeinhart vont droit au coeur en évoquant le deuil et la nécessité d'affronter ce qui nous fait le plus mal. Ils parviennent pourtant à composer une lecture réconfortante, portée par l'entraide et les liens qui se nouent autour de cette épopée. Alors oui, il y avait peut-être quelques longueurs, mais cela fait un bien fou de rêver, le temps de quelques centaines de pages, d'un monde de partage, de tolérance et de générosité.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
FabtheFab
  20 mars 2021
Coyote Sunrise a treize ans et elle voyage avec son père Rodéo dans un vieux bus scolaire jaune surnommé Yageur, diminutif de Élèves voyageurs. Il lui dit toujours "Va où ton coeur te mène, où que ce soit et ne te retourne pas". Elle a perdu sa mère et ses deux soeurs, Ava et Rose il y a cinq ans dans un accident de voiture et depuis lors, elle voyage avec son père sur les routes des Etats-Unis. Ils sont en Floride quand sa grand-mère lui apprend que des travaux de voirie vont détruire le parc, Sampson Park à Poplin Spring dans lequel elle a enterré avec sa mère et ses soeurs la veille de l'accident une boîte de souvenirs qu'elles avaient promis de récupérer dix ans plus tard. Dès lors, Coyote veut absolument sauver cette boîte et elle invente un stratagème pour persuader son père de traverser les Etats-Unis de la Floride à l'état de Washington, soit 5.700 kilomètres alors que son père a toujours refusé de retourner dans la ville où il a vécu heureux avec sa femme et ses filles. En route, ils adoptent un chaton, Ivan en hommage au livre préféré de Coyote, le seul et unique Ivan.
Ils prennent en stop Lester Washington qui joue de la contrebasse dans un groupe de blues, les Strut Kings ; celui-ci veut rejoindre sa fiancée, Tammy à Boise dans l'Idaho qu'il aime, bien qu'elle n'accepte pas sa passion pour la musique. Ils accueillent ensuite Esperanza Vega avec son fils Salvator Peterson ; celle-ci fuit un mari violent et veut rejoindre sa soeur Concepcion dans le Michigan. Enfin, ils emmènent plus tard Valérie Beckett, une jeune fille que sa famille a mis à la porte quand elle a révélé qu'elle était lesbienne. Ils ont traversé l'Oregon, le Colorado, la Caroline, l'Alabama avant d'arriver en Floride et ils repartent pour la Géorgie puis le Tennessee et doivent aller dans le Wisconsin pour les Vega bien que ce ne soit pas du tout la route, ils traversent le Minnesota, le Dakota, le Montana puis l'Idaho pour rejoindre l'état de Washington.
Dan Gemeinhart a déjà publié cinq romans pour la jeunesse aux Etats-Unis. Il est l'auteur de la vérité vraie paru dans la collection R' jeunesse chez Robert Laffont que nous avions sélectionné en coup de coeur. C'était l'histoire d'un garçon, Mark qui fuguait en quittant Wenatchee dans l'état de Washington par le train jusqu'à Seattle avec son petit chien Beau. Il voulait effectuer l'ascension du Mont Rainier que son grand-père lui avait promise quand il était petit. Souffrant d'un cancer, il voulait vivre ce dernier instant avant sa mort. Ce roman dans la veine de la sicklit' était original par l'alternance des voix, celle du héros, Mark qui racontait son propre périple, avec des phrases courtes et sèches, et des petits chapitres qui entrecoupaient ce récit et racontaient les réactions des parents de Mark, de sa meilleure amie Jessie et les réactions médiatiques avec toute l'émotion qui s'emparait petit à petit de la population de l'Etat pour ce jeune homme atteint d'un cancer. le jeu des voix de narration, la mise en abyme, la mise en scène rendaient ce roman bouleversant.
L'incroyable voyage de Coyote Sunrise est un roman extraordinaire, Dan Gemeinhart nous emmène dans un superbe roadtrip à travers les États-Unis de la Floride à l'état de Washington dans un vieux autocar scolaire jaune. L'héroïne, Coyote - en vrai, Ella - est extrêmement attachante, elle a perdu sa mère et ses deux soeurs dans un accident de voiture et elle vit seule avec son père qui fuit sur les routes des Etats-Unis pour ne pas affronter son chagrin. Elle entame ce voyage initiatique pour sauver une vieille boîte de souvenirs qu'elle a enterrée dans un parc avec sa mère et ses soeurs mais elle va surtout décider d'affronter son chagrin, son deuil et s'opposer à son père afin de le forcer à regarder la vie en face. le bus va accueillir petit à petit de nouveaux protagonistes qui sont autant d'adjuvants pour aider l'héroïne dans sa quête. Les aventures de tous ces héros sont bouleversantes et parfois rocambolesques avec de beaux moments d'émotion.
Alors que le sujet peut sembler dramatique, c'est avant tout une aventure joyeuse, dynamique et optimiste. Dan Gemeinhart confirme son talent.
Coup de coeur absolu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lunartic
  27 mai 2020
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique du roman L'incroyable voyage de Coyote Sunrise signé Dan Gemeinhart. Dès le départ, avant même d'en débuter la lecture, je savais que ce titre était fait pour me plaire - ce que ma découverte des toutes premières lignes de l'ouvrage m'a confirmé. Sa couverture et son résumé m'invitaient à prendre la route pour le plus extraordinaire et bouleversant des retours à la maison, là où le coeur réside... Et c'est effectivement ce que j'ai obtenu, et bien plus encore !
Pour être tout à fait honnête avec vous, je me retrouve bien embêtée à rédiger ces lignes, tout simplement parce que je ne sais pas comment décrire ce roman de façon à vous le vendre le mieux possible. Très sincèrement, vous vous devez de vous le procurer séance tenante et de vous y plonger, vous verrez, vous ne parviendrez pas à en ressortir. Et quand il vous faudra dire au revoir à ses personnages aussi exceptionnels et à l'aventure tout bonnement magnifique qu'il vous propose de vivre, vous vous sentirez mal, à la limite du malaise, avec la gorge serrée, les yeux pouffis et le coeur prêt à imploser de votre poitrine. Pour ma part, j'avais l'impression de quitter ma seconde famille.
Je sais, je vous le dis souvent que j'aime les protagonistes d'encre et de papier que je rencontre au fil de mes pérégrinations livresques comme s'ils faisaient partie de ma famille, mais c'est la pure vérité. Et avec L'incroyable voyage de Coyote Sunrise, cela s'est révélé être différent encore. J'entends par là que les merveilleux protagonistes de ce récit m'ont fait comprendre que l'on pouvait en réalité choisir sa véritable famille, celle qui va au delà des simples et parfois même rudimentaires liens du sang, celle qui est prête à nous protéger bec et ongles et à nous soutenir quoi qu'il arrive, quelles que soient nos décisions. J'ajouterais que tous ces fabuleux individus qui constituent la colonne vertébrale indéfectible de L'incroyable voyage de Coyote Sunrise m'ont semblé le temps d'une lecture et je dirais carrément de toute une vie désormais, je n'en doute pas un seule instant, être plus ma famille que n'importe quel autre personne sur cette Terre (à l'exception d'une, bien évidemment) et ça, ce sentiment d'appartenance, d'authentique communion, d'amour incommensurable, je ne l'avais jamais ressenti auparavant au cours d'une de mes lectures. A tout le moins, jamais aussi fortement.
Mais que puis-je y faire ? Ils sont tous parvenus, Coyote en tête (et Salvador aussi, quel garçon formidable, probablement le meilleur meilleur ami qui soit - mais en vrai, je suis tombée éperdûment amoureuse de chaque personnage de ce récit ou presque, c'est un fait indéniable), à me faire chavirer, à littéralement me bluffer grâce à leurs remarquables qualités : un courage sans limites, une audace impressionnante, un culot just ahurissant, une abnégation sans bornes et une détermination sans pareille entre autres nombreux attributs hautement louables. C'est la plus mémorable et soufflante leçon de vie que je me suis prise à leurs côtés. C'est simple : ce roman m'a appris à renouer avec le passé afin de mieux profiter de mon présent et de regarder vers l'avenir l'esprit serein. Il m'a aussi enseigné les bonheurs comme les souffrances de l'existence méritent d'être célébrés car c'est purement et simplement ce qui nous rend vivants. Enfin, et c'est certainement la leçon que j'aurai le plus de mal à mettre en application mais je vais m'y efforcer : il m'a appris qu'ouvrir nos coeurs aux autres en valait toujours la peine, même si le risque d'atrocement souffrir était toujours présent. On ne peut pleinement faire l'expérience de notre humanité et de toutes ses nuances replié sur soi-même et sur ses propres démons intérieurs. Et l'étincelle d'humanité qui vit en chacun de nous vaut la peine que l'on se batte pour la faire rayonner, j'en suis intimement convaincue. Ce roman me l'a clairement prouvé, en tout cas.
Pour conclure, je ne peux que vous encourager à découvrir par vous-même L'incroyable voyage de Coyote Sunrise. de mon côté, ce livre a été à la fois la plus revigorante bouffée d'air frais étendue sur 416 pages qui soit et la montagne russe émotionnelle la plus intense de toute ma vie de lectrice, j'exagère à peine. En clair, préparez-vous si vous lisez cette petite pépite livresque à vivre une aventure humaine des plus lumineuses, chaleureuses et rocambolesques aussi. Ce livre est une ode à la vie et à l'Amour sous toutes ses formes, tout simplement, et vous n'en ressortirez assurément pas indemnes, aussi sûrement que l'on m'appelle Nanette par ici !
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lagagne
  12 septembre 2020
Coyote, 12 ans, vit sur les routes à bord d'un ancien bus scolaire aménagé avec Rodéo, son père. Prénoms inventés par leurs soins, look hirsute, langage fleuri, scolarité très approximative, générosité et confiance instinctives, errance sur les routes sans but, ou plutôt pour fuir...
Alors clairement, ça manque régulièrement de crédibilité à mon avis. Mais franchement cela n'avait pas vraiment d'importance. J'y ai cru tout de même, j'ai cru aux sentiments exprimés, fuis ou cachés, j'ai voulu croire aux relations humaines, à la confiance, à la bonté. Cette gamine m'a touché, son père aussi. J'ai même versé ma larme !
Les personnages sont beaux, les vies sont dures, mais l'espoir, le bonheur sont toujours à portée de main, ne dépendant que d'eux.
Commenter  J’apprécie          120
VeroClaire
  24 juillet 2020
Ha ! Voici un livre qui fait un bien fou ! Quel plaisir !
Si vous avez aimé le petit roman « Venise n'est pas en Italie » de Ivan Calbérac ou le film « Little miss sunshine », ce livre-ci est fait pour vous. Embarquez les yeux fermés avec Coyotte Sunrise !
Coyotte a 12 ans. Elle et son père, Rodéo, sillonnent les Etats-Unis à bord de Yageur, ancien bus scolaire réaménagé pour une vie nomade.
Coyotte et Rodéo fuient, ils fuient un passé plus que douloureux : il y a 5 ans leur famille a été décimée dans un accident de la route : la maman et deux des enfants ont trouvé la mort… Coyotte et Rodéo fuient leurs souvenirs, ceux qui font mal, qui tordent les tripes. Pour laisser le passé où il est, ils vivent au présent, ne prononcent pas les « interdits » : le nom des personnes chères disparues, de l'endroit d'où ils viennent, leurs propres vrais prénoms… Mais voilà, suite à un appel téléphonique à sa grand-mère, Coyotte a besoin (un besoin impérieux !) de retourner dans sa ville d'origine, ville que son père évite viscéralement depuis 5 ans. Pour elle, il va falloir « la jouer fine » pour parvenir à ses fins.

Vous voilà partis dans un road trip américain en compagnie de ce drôle de duo follement attachant et de personnages secondaires et de quelques animaux improbables, qui vont prendre, au fil du livre, de plus en plus d'importance.
C'est beau, c'est tendre, c'est joyeux, … C'est aussi triste mais de cette tristesse qui fait partie de la vie et qui fait ressortir la beauté des choses présentes, c'est totalement bourré d'amour et d'amitié. J'ai souri, ri et pleuré tout au long de ce formidable roman.
C'est un roman à destination de la jeunesse (à partir de 11 / 12 ans pour de bons lecteurs) mais il trouvera son public également chez les adultes.
Une chose est sûre, je vais le déposer avec beaucoup de tendresse entre les mains de ma grande fille de 11 ans. J'ai hâte de partager avec elle les sentiments forts que ce livre ne manque pas d'engendrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   12 janvier 2021
Écrit avec une fausse légèreté sous le « je » attachant de Coyote, le gros roman se lit comme on respire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
CapitaineBaptCapitaineBapt   15 mai 2021
[Coyote] : Je sais que cette vieille carcasse n'inspire pas confiance, mais c'est ta seule option.
[Rodéo] : Hé, un peu de respect pour Yageur ! a protsté Rodéo. Il nous emmène toujours là où on doit aller.
[Coyote] : Je ne parlais pas de Yageur mais de toi, Rodéo.
Commenter  J’apprécie          10
CapitaineBaptCapitaineBapt   15 mai 2021
Je suis peut-être un peu brisée. Peut-être un peu fragile. Mais je pense à Val, à Salvador, à Lester, et je me dis que ça va. Peut-être qu'on est tous un peu brisés ? Et un peu fragiles ? C'est peut-être pour ça qu'on a tellement besoin les uns des autres ?
Commenter  J’apprécie          00
IleauxtresorsIleauxtresors   16 juin 2020
J’étais plutôt bonne pour duper Rodeo. J’avais des années de pratique. Mais il était rusé, l’animal. Apprendre à duper Rodeo, on peut dire que c’est un peu comme apprendre à jouer avec une guitare qui a treize cordes au lieu de six, dont trois qui sont désaccordées, deux qui sont juste des fils et une qui est reliée à une clôture électrique.
Commenter  J’apprécie          92
LivresdAvrilLivresdAvril   24 décembre 2020
La vie pouvait être sacrément compliquée. Parfois, c'était vraiment difficile de savoir si on était l'agent de sécurité, le violoniste, l'amie du violoniste ou quelqu'un d'autre. Tammy avait-elle été égoïste en demandant à Lester d'abandonner la musique ou était-ce lui qui l'avait été en choisissant la musique plutôt que Tammy ? Rodeo avait-il été égoïste en ne voulant pas me ramener à la maison... ou bien était-ce moi qui l'étais en l'obligeant à le faire ? (p. 278)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IleauxtresorsIleauxtresors   16 juin 2020
Tandis que nous nous dirigions vers la caisse, le gamin m’a détaillée de la tête aux pieds.
- Tu portes des vêtements bizarres.
J’ai regardé mon jean informe et mon T-shirt blanc couvert de tâches de graisse, puis ses habits à lui.
- Je porte plus ou moins la même chose que toi, ai-je rétorqué.
- Exactement. Mais je suis un garçon.
- Et donc ?
- Et donc les garçons et les filles ne sont pas censés s’habiller pareil.
- Bah, tu ferais mieux de te changer, alors. Parce que moi, c’est mort.
Il n’a rien répondu, et comme je ne lui avais pas encore payé son granité, c’était sans doute ce qu’il avait de mieux à faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Dan Gemeinhart (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Gemeinhart
Author Dan Gemeinhart answers a few questions from some kid readers of his middle grade novel, "The Honest Truth." The questions are mostly about the story and how/why he wrote the book.
autres livres classés : road tripVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Dan Gemeinhart (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
490 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

.. ..